GLOIRE A DIEU OU LES MILLE VERITES SCIENTIFIQUES DU CORAN
 

GLOIRE A DIEU

OU

LES MILLE VERITESSCIENTIFIQUES DUCORAN

Les révélations à caractère scientifique dans leLivre Sacré et l’évolution de la penséeuniverselle de l’Antiquité à nos jours

MOHAMMED

YACINE KASSAB

Tous droits de reproduction, detraduction et d'adaptation réservés

Les professionnels qui désirent exploiter ce livre à usagecommercial (édition-traduction-adaptation ou autres) sontpriés de prendre attache avec le site suivant qui lesmettra en contact avec l’auteur :« miravelberdo@yahoo.fr »

QUE CE LIVRE SOIT UN HOMMAGE A LA GLOIREETERNELLE D’ALLAH, LE SEIGNEUR ET LECREATEUR DE L'UNIVERS.

Cet ouvrage, fruit de plusieurs années derecherches est offert gratuitement parl’auteur, aux musulmans et aux non-musulmans, afin que nul ne puisse évoquerle jour venu sa méconnaissance de laVéritable et l’Ultime Parole de Dieu àl’adresse de l’humanité

Mohammed Yacine KASSAB

Au Nom d’Allah, Clément et Miséricordieux

NOTE DE PRESENTATION

Le Coran Sacré est le seul livre au monde, totalement d’originedivine à n’avoir jamais été altéré, ni par les hommes, ni pas lesévénements, ni par le temps. Il ne convient pas, qu’un ouvrage aussisublime que prestigieux, qui émane d’Allah, le Créateur et le Seigneur del’univers, puisse subir la moindre atteinte. Quand, toutes les forcesauraient à se liguer contre lui, et ce n’est pas faute d’avoir essayé, sadestinée était de demeurer inaltérable dans son authenticité.Contrairement aux croyances répandues ça et là pour lui porter atteinte,le Livre Sacré des musulmans n’a pas été rédigé par le ProphèteMohammed, que le Salut et la Bénédiction d’Allah, soient sur lui, puisque celui-ci était illettré, comme tant d’hommes de son temps.Un tel chef d’œuvre, dans tout le sens du terme, ne pouvait émaner d’un être humain, car la science qui y est contenue transcende le savoir de l’humanité. Le Coran est en effet, un concentré de vérité contre lequelviennent buter toutes les fausses certitudes du monde.

Il a étécommuniqué par l’Archange Djibril au Prophète Mohammed, pour êtrerévélé à l’ensemble de l’humanité, contrairement à tous les livres sacrésapparus avant lui, qui étaient destinés à des communautés bien distinctes.Les livres bibliques apparus avant lui ont tous été oubliés ou altérés, puis recomposés à partir de manuscrits de seconde ou de troisième main,avec les déperditions et les déformations que cela induit, à l’image duPentateuque, de la Torah et de l’Evangile entre autres. Sans parler deslivres sacrés qui les précédèrent.Le recensement et le développement des dizaines de sujetsscientifiques que comporte cet ouvrage, qui ont été confrontés auxdonnées coraniques, ont nécessité l'exploitation et la synthèse de milliersd'articles et d’ouvrages à caractère scientifique. Un tel travail n'a pas pour vocation de détruire une tradition séculaire qui attribue à la sociétéoccidentale la maîtrise scientifique. Il s'arroge seulement le droit derétablir des réalités longtemps occultées, en restituant au Coran Sacré unevérité méconnue : celle de la primauté absolue de son enseignement sur toutes les connaissances humaines.Les preuves évidentes présentées dans cet ouvrage, ne constituentqu’une infime partie des données coraniques à caractère scientifique ; pourtant elles démontrent, sans contestation possible, que desconnaissances aussi éminentes, ne pouvaient émaner d’un être humain.Fut-ce du Prophète Mohammed, que le Salut et la Bénédiction d’Allah,soient sur lui. Et, qu’il s’agit bien de révélations divines dans toute leur authenticité. Les connaissances de l’époque, étaient en effet, loind’appréhender l’existence de phénomènes physiques aussi élaborés,quand bien même l’ensemble du genre humain, aurait été mis àcontribution. Ce qui constitue une marque éclatante de l’origine divineabsolue du Coran Sacré, et une preuve de son inestimable valeur pour l’humanité.

Mohammed Yacine KASSAB

INTRODUCTION

La nécessité d'explorer le trésor scientifique que renferme le Coran,répond à un besoin de plus en plus pressant, exprimé par les générationsnouvelles. L'histoire des religions démontre que les anciens peuplesexigeaient de leurs Prophètes d’accomplir des miracles et des prodiges pour emporter leur adhésion. Les deux dernières religions précédantl'Islam, le Judaïsme et le Christianisme, ont recouru abondamment auxmanifestations extraordinaires afin de gagner des adeptes.En l'absence d'arguments plus probants, la méthode avait l'avantagede démontrer que les prédicateurs étaient dotés de pouvoirs tellementétonnants qu'ils ne pouvaient émaner que d'une divinité. Maniés avecdextérité, des dons aussi précieux contribuèrent à convertir des foules quicherchaient de leur côté des signes manifestes pour se rallier. Moïse etJésus, à l'instar d'autres Prophètes, furent de grands faiseurs de miracles.Cela est attesté aussi bien par l'Ancien Testament que par les Evangileset confirmé par le Coran.

Il serait pourtant faux de croire que l'engouement des fidèles doiveêtre attribué aux seules qualités des thaumaturges inspirés, quels quesoient les dons qu’ils s’attribuent. Car la communication du Messagedivin authentique a permis de façon décisive à gagner les hommes et lesfemmes aux religions monothéistes, qui prônent l'existence d’un DieuUnique et Tout-puissant. Le Coran Sacré n’a été révélé que lorsque leMessage divin, fut oublié, perdu ou altéré par le temps et les hommes. LeProphète Mohammed, l’ultime Messager de Dieu, que le Salut et laBénédiction d’Allah soient sur lui, avait pour mission de rétablir la pureté originelle de la Parole divine et de lui assurer le triple sceau del’authenticité, de l'inaltérabilité et de la pérennité.Ce but a été parfaitement atteint. Quatorze siècles plus tard, leTexte du Coran Sacré, est demeuré inchangé, tel qu’il a été révélé àl’origine, rigoureusement et à jamais immuable. Il ne sied pas en effet,que les Commandements ultimes d’Allah, le Seigneur de l’univers, à destination de l’humanité qui ont été révélés au dernier des Messagers, puissent être corrompus ou égarés. Dans Son immense Miséricorde,Allah a tenu à faire parvenir aux générations futures l'intégralité du TexteSacré, dans toute sa vérité, même si nombre d’hommes emportés par leur passion, s'ingénient à lui dénier son authenticité. A la différence de laBible, tant juive que chrétienne, dont le contenu a été largement modifiéou égaré, le Coran Sacré est demeuré identique à lui-même, sansaltération.

Il reste le seul texte d'origine divine à avoir été reproduitintégralement sur des supports divers au moment même de sa Révélation,au Prophète Mohammed, échappant ainsi aux altérations subies par lesautres religions, tant durant leur transmission que pendant leur expansion. La fixation par écrit du Coran Sacré, immédiatement après sacommunication, constitue un exemple sans pareil de transmissionspirituelle et constitue une preuve manifeste de son authenticité absolue.Le Livre Sacré des Musulmans allait se démarquer des prodiges etdes miracles extraordinaires qui étaient accomplis par les Prophètesantérieurs, pour convaincre leurs communautés du bien-fondé de leurssources et de leurs origines.

Il allait prendre en compte la tendance àl'évolution de l'humanité, et son scepticisme de plus en plus marqué àl’égard des manifestations inexpliquées, qui laissaient les gens méduséscertes, mais aussi insatisfaits intérieurement. Il introduisit à un degréinégalé, la rationalité, la logique, la raison et le savoir, dans unenvironnement qui s'avéra des plus féconds, puisqu’il propulsa lesMusulmans au zénith de la civilisation mondiale, alors que l’Europesombrait dans un moyen âge, marqué par les ténèbres et la barbarie. Ilexalta les mérites de la science et de la connaissance, les hissant auniveau des vertus morales les plus nobles. Et par dessus tout, il proclamal'Unicité et l'Omnipotence d’Allah, le Seigneur de l’univers, qui a créé etrégit l'ensemble de la création selon des Lois rigoureuses.Le Coran se présente ainsi comme un ouvrage d'une densité etd'une richesse remarquables. Il codifie les obligations de l'homme vis-à-vis de son Créateur, et aussi, relativement à son entourage. Il déterminele cadre de vie qui permet au croyant de s'épanouir dans la piété et ladignité.

Il donne un sens profond à la vie à travers les marques de gravitéet de majesté entourant l'acte solennel de création. Il instruit égalementsur la réalité intangible de la vie future, rétribuée selon le cas, par lamagnificence et la splendeur ou le malheur et la détresse.Ce sont là, les traits marquants du Livre Sacré des Musulmans, quiont été le plus souvent portés à la connaissance des gens. Il existe pourtant un autre domaine, longtemps resté en friche.

Il s’agit de soncontenu scientifique. L'étude approfondie du Coran a en effet permis derévéler que de nombreux versets qui traitent de phénomènesscientifiques, avaient été négligés, car les orientaliste ne possédaient pasle niveau de connaissance exigé pour en saisir le sens. La sciencehumaine était dans l’incapacité de décrire correctement les phénomènescoraniques qui ont longtemps échappé à la compréhension humaine.Avec l’éclairage scientifique moderne qui lui convient, le CoranSacré acquiert une dimension nouvelle et extraordinaire qui ne manquera pas d'étonner ceux qui prenaient cet ouvrage pour un récit forgé par leProphète Mohammed, ou pour des contes anciens ressassés par desilluminés ou des devins.

Des sujets aussi divers que l'atome primitif, leBig bang, l'expansion de l'univers, la vitesse de la lumière, lahiérarchisation du cosmos, la formation de la terre, le cycle de l'eau, lareproduction humaine, et tant d'autres encore, ont été exposés, répertoriéset explicités par le Coran, quatorze siècles avant que les savantsoccidentaux ne les inventent ou ne les découvrent, à leur tour.D'autres domaines font encore l'objet de recherches poussées enlaboratoire ou sur le terrain, alors que les données existent dans le Coranet qu’ils répondent aux interrogations et même aux angoisses desscientifiques. Les dizaines d'articles regroupés dans ce livre touchent lessujets les plus divers. Ils démontrent que l'Auteur du Coran Sacré, ne peut être qu’Allah, le Seigneur et le Créateur de l'univers, Tout-puissant,Unique dans Sa Gloire et Son Règne. Car aucun être humain, quel quesoit son savoir ou ses compétences, n’était en mesure de rédiger uneœuvre aussi monumentale, dont le contenu dévalorise les livres Sacrésdes autres religions qui ont été altérés, perdant de leur authenticité.Ainsi, se trouve confirmé le verset coranique qui dit :

« Nous leur ferons si bien apparaître Nos Signes (Nos Preuves), dans l'univers et en eux-mêmes, qu'il leur sera démontré que ceci (le Coran) est la Vérité. » (Coran 41. 53).

LES ATTRIBUTS DIVINS

« Dis : Allah est Unique ! Allah l’Absolu ! Il n'engendre pas et n'a pas été engendré. Nul n'est égal à Lui. » (Coran 112)De tous les livres révélés, le Coran possède la particularité d'être leseul ouvrage sacré à reproduire exclusivement la Parole de Dieu.
Al'inverse de la Bible dont les auteurs sont innombrables, et qui donnel'occasion aux prophètes, aux rois, aux prêtres, aux juges, aux apôtres et àd'autres personnes souvent inconnues, le soin de s'exprimer à côté deDieu, le Livre Sacré des Musulmans n'accorde ce privilège à aucun êtrehumain, qu'il soit Prophète ou Roi. Même Mohammed, le Prophète del’Islam, que le Salut et la Bénédiction d’Allah soient sur lui, n'interfère pas dans ce domaine. Ainsi, le Seigneur de l’univers s’exprime et semanifeste en toute souveraineté et sans aucune entrave. On ne trouve pas,à l'image de l'Ancien Testament, Dieu engagé dans des dialoguesinterminables avec les hommes car Son Verbe est transcendant.Durant sa mission, le Prophète de l’Islam a été chargé de recueillir et de divulguer les Révélations divines sans chercher à changer ou àmodifier quoi que ce soit de leur contenu.

Aussi, le Coran Sacré est-ilresté inchangé, depuis sa révélation. Aucun mot n’a été ajouté, retranchéou déplacé de son contexte. Une telle différence trouve son origine dansla conception que chacune des religions se faisait de Dieu.Pour les Juifs, Dieu était avant tout le Dieu d'Israël chargé de protéger la communauté, de la diriger, de satisfaire ses désirs. Il semanifestait continuellement à ses nombreux représentants, sous lesformes les plus diverses. Il pouvait être vu et entendu. Il accompagnaitles Israélites dans leurs déplacements, avait une apparence humaine et nedédaignait pas se prêter à des arrangements lorsque les circonstancesl'exigeaient. On le considérait aussi comme le Dieu de l'univers, mais cetunivers était minuscule, réduit à la planète Terre et à son environnement,sans commune mesure avec la réalité. En dépit de ses attaches célestes,Dieu semblait surtout préoccupé par les affaires terrestres. Il s'employaità utiliser son temps pour la convenance exclusive des Israélites, négligeant ou reniant le reste de l'humanité.Après la venue de Jésus, les Chrétiens accordèrent une place plusimportante au ciel. Le Pater débute ainsi :

« Notre Père (Dieu) qui êtesaux cieux... ».

Dieu commence à acquérir des dimensions et des pouvoirsnouveaux. Il devient le Dieu de tous les hommes, qui acceptent le Nouveau message, et non plus celui des seuls Israélites. Cependant, Ilgarde toujours son côté terrestre. Il délègue son Fils unique Jésus, afin desauver l'humanité au prix d'une crucifixion purificatrice, pour lesChrétiens, mais qui n’apparaît pas moins comme infâmante pour lesMusulmans. L’idée même de l’existence d’un supposé Fils de Dieu bouleverse les croyances du monde entier ; sa crucifixion pour racheter les fautes d’une humanité pécheresse, est intolérable.

Aucun Dieu nesaurait se sacrifier pour des causes perdues. Puisque depuis, l’humanités’est engagée dans les voies de la perversion et du reniement, plusintensément qu’elle ne l’a jamais fait auparavant. Le Fils de Dieu aurait-il fait don de sa vie, pour racheter des crapules, alors que précisément, latendance actuelle de l’humanité va vers l’irreligiosité et l’abandon des pratiques sacrées ? Les Chrétiens sont seuls à parler du mystère de DieuUnique en trois personnes (le Père, le Fils et le Saint-Esprit). Les autresreligions monothéistes, le Judaïsme et l’Islam, rejette également lanotion de Trinité qui s’apparente à une famille dominée par un Père,fut-ce divin, dont les membres partagent d'une certaine façon son règneet ses prérogatives.Dans tous les cas, chez les Israélites ainsi que chez les Chrétiens,Dieu apparaît sous les extérieurs d'un superman, un homme supérieur dont la force essentielle réside dans l'accomplissement des miracles les plus surprenants. Ce rapprochement entre Dieu et l'homme peut être parfaitement perçu à travers la Bible tant juive que chrétienne :

« Dieudit enfin : Faisons des êtres humains, qu'ils nous ressemblent vraiment.... Dieu créa les êtres humains à sa propre image, il les créa homme et femme. ».

(Genèse 1. 26-27)Avec des traits humains, Dieu se devait d'avoir un comportementqui concordait avec ce qu'on était en droit d'attendre d'une telle entitémême douée de pouvoirs supérieurs. L’univers créé était forcément enrapport et en harmonie avec son Créateur, minuscule et limité.

Le mondeavait la forme d'un disque plat, avec pour centre géographique etspirituel, la ville de Jérusalem. A l’emplacement du Pole Nord actuel,ses concepteurs y avaient implanté le Paradis. D’autre fois, le Paradisétait situé à l’est de Jérusalem. Sa superficie était à quelque chose près, identique à la commune de Jérusalem, qui comportait selon leshistoriens, une population de quelque 17 000 âmes à l’époque. C’est direque la création universelle, telle qu’imaginée alors, ne nécessitait qu’une puissance toute relative, tant pour la créer que pour la diriger. Quelquesterritoires existaient et étaient affectés aux régions connues à l'époque(Europe-Moyen Orient-Afrique du Nord). Le ciel formait une coupolequi venait se poser sur cet univers miniaturisé, fixe et stable, autour duquel, venaient tourner le soleil, la lune, les planètes et les étoiles. Lefonctionnement d'un si petit univers se contentait de l'action d'un dieu àson échelle. En l'affectant d'une apparence humaine, et d'uncomportement en conséquence, ses adeptes n’avaient plus de difficultés àimaginer une divinité bien proche des préoccupations quotidiennes,toujours prête à intervenir pour mettre de l'ordre dans la création. LaBible décrit un Dieu qui était sollicité de jour comme de nuit et quirépondait à cela par une grande disponibilité.

Le Coran est venu bouleverser cette vision étriquée de la création,que les Juifs et les Chrétiens, tenaient pour correspondre à la réalité et pour être immuable. Au niveau de l'univers d'abord, qui n'était pluscantonné aux limites du globe et qui voyait son horizon s'élargir d’unefaçon extraordinaire en devenant incommensurable, insondable, peupléde myriades d’étoiles et de planètes habitées et non habitées. La Terre,aussi importante par elle-même pour ses occupants, ne devenait plusqu’une simple planète, négligeable, perdue dans les immensitéscosmiques : L’homme qui s'était assimilé à l'image de Dieu, par une sorted’autopromotion gratifiante pour lui, mais pour le moins déplacée pour la raison, perdait son auréole prestigieuse, destinée à revigorer les chefset attirer les foules crédules. La création divine devenait une Œuvreextraordinairement grandiose et complexe, régie par des Loisuniverselles, qui devaient lui assurer son développement dans un cadreharmonieux, maîtrisé et équilibré.

« La création des cieux et de la terreest quelque chose de plus grand que la création des hommes. Mais la plupart d’entre eux ne savent pas. »

(Coran 40. 57)Le Livre Sacré des Musulmans, introduisit une véritable révolutionspirituelle et scientifique qui devait façonner les consciences à un niveausupérieur et inconnu. Pour la première fois de son histoire, l’hommeapprenait avec stupéfaction, qu'il n'était pas le seul être humain créé àtravers l’univers, que d’autres formes de vie, parfois plus éminentes,existaient ailleurs dans le cosmos. Il ne bénéficiait plus de cette attentionexclusive et égoïste, qui faisait de lui, le sosie d’un Dieu, que jamais nuln’est en mesure de percer le mystère. D'autres planètes habitées gravitaient loin de lui, peuplées de créatures inconnues. Le Dieu duCoran, Allah le Seigneur et Créateur de l'univers, prenait unedimension exceptionnelle, prodigieuse, inimaginable, qu’aucune normene pouvait concevoir et que les Judéo-chrétiens, étaient loin de Luireconnaître.

Il redevint le Dieu qu’Il n'a jamais cessé d'être, Unique,Glorieux, Tout-puissant, Incréé et Eternel, en dehors de qui, aucunedivinité, ni aucune entité ne saurait prévaloir autrement que par soninsignifiance.

« Votre Dieu est un Dieu Unique. Il n'y a d’Allah que Lui. Le Clément, le Miséricordieux. »

(Coran 2.163).

« 1l n’engendre paset n'a pas été engendré. »

(Coran 112.3).

Il n’a pas de Fils : « Ils (lesChrétiens) disent : Dieu s'est donné un Fils: Gloire à Lui. Tout ce qui est dans les cieux et sur terre Lui appartient et s’incline devant Sa Toute- puissance. »

(Coran 2. 116)

Il n’a pas de filles : « Ils (les idolâtres),attribuent des filles à Dieu. Gloire à Lui ! Alors qu’ils n’en veulent pas pour eux-mêmes ! » (Coran 16. ).

Il n’a pas de compagne : « Créateur des cieux et de la terre, comment aurait-Il un enfant alors qu’Il n'a pasde compagne ? » (Coran 6. 101).

Il n’a pas d'associé : « Dis : Louange à Allah...ll n’a pas d'associéau Royaume. Il n’a pas besoin de protecteur contre l’offense. Proclamehautement Sa Grandeur. »

(Coran 17. 111).

Il ne participe pas à uneTrinité qui ne saurait exister car c’est une atteinte à Sa Toute-puissanceque de l’insérer dans un contexte et des limites restreintes, car Il est Infini, Incommensurable, Insondable : « ô gens du Livre (Chrétiens) ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion. Ne dites que la vérité à propos de Dieu. Le Messie, Jésus, fils de Marie n’est que le Messager d’Allah, Sa Parole qu’Il envoya à Marie et un souffle de vie émanant de Lui. Croyez en Dieu et en ses Prophètes. Ne parlez pas de Trinité.Cessez de le faire. Cela vaut mieux pour vous. Dieu est Unique. Gloire à Lui ! »

(Coran 4. 171).

« Ceux qui disent : Dieu est le Messie, fils deMarie, sont des impies. Dis-leur : « Qui aurait pu empêcher Dieu s’Il avait voulu anéantir le Messie, fils de Marie, sa mère et l’humanité touteentière ? »

(Coran 5. 17). « Rien ne lui est égal. » ( Coran 112.4 ).

« Contrairement à ce que pensent les Israélites et les Chrétiens,rien ne saurait Lui ressembler (Coran 42. 11).

Il est Indescriptible,Sublime et Absolu. Rien n’a de prise sur Lui ; ni les spéculations, ni la pensée ni la raison. Il est hors norme. « Il est le Créateur Universel par excellence »

(Coran 7.185).

Il n’existe aucun autre créateur en dehors de Lui. « Il a créé les cieux et la terre. » (Coran 55.22), « la vie et la mort »

(Coran 67.2). « Il a créé l'homme »

(Coran 6.2 ) « et tous les hommes »

(Coran 7. 21), « les dotant de facultés appropriées » (Coran 23. 78).

« A partir de l’eau, Il a conçu tout ce qui vit (dans l’univers)»

(Coran 21.30).

« Il est Illimité, Il crée ce qu’Il veut. Il est Puissant sur toutechose. »

(Coran 5. 17).Sa Puissance est infinie, incomparablement supérieure à tout ceque l'homme ne saurait jamais imaginer : « Les hommes n’ont pas estimé Dieu à Sa vraie Puissance. La Terre entière tiendra dans Sa Main au Jour du Jugement et l'ensemble de l'univers sera ployé dans Sa Droite.Gloire à Lui, comme Il est élevé au-dessus de tout ce qu’on Luiassocie ! »

(Coran 39. 67).

« L’univers a été créé par un Acte de SaToute-puissance, à partir d'un noyau initial : « Les infidèles ne voient-ils pas que les cieux et la terre formaient à l'origine une masse compacteque Nous avons fait rompre ? (pour donner naissance à l’univers). Et qu’au moyen de l'eau, Nous créons tout ce qui vit ? Ne croient-ils pas ? »

(Coran 21.30).L’expansion de l'univers est un autre Acte de Sa Toute-puissanceillimitée :

« Nous avons conçu le ciel par l’effet de Notre Puissance et Nous l’étendons dans l'espace. »

(Coran 51. 47).

C'est grâce à SonOmniscience et à Sa Toute-puissance que l'univers, évolue dans un ordre parfait : « C’est Dieu qui maintient en équilibre les cieux et la terre(l’univers) pour qu’ils ne s’effondrent pas (sur eux-mêmes). (Ce qui nemanquera de se produire à la fin des temps, lorsque l’univers cesserad’exister). « Si un tel événement devait se produire, qui donc pourrait l’empêcher ? »

(Coran 35.41).Dieu est Omniscient ; Sa Science s'étend à tous les domaines et quiconnaît tous les secrets, mêmes ceux qui sont absolument inconnus del’être humain :

« Ce qui est dans les cieux et ce qui est sur Terreappartient à Dieu. La Science de Dieu s’étend à toute chose. »

(Coran4.126).

« Le poids d’un atome ne saurait échapper à ton Seigneur, ni sur terre ni dans les cieux. Il n’y a rien de plus petit (que l'atome) ni rien de plus grand, qui ne soit porté dans le Livre de l’Evidence. »

(Coran 10.61).

« Il connaît les pensées intimes de l'homme. » (Coran 5.7)

« Sesactes cachés » (Coran 10.37).

De même que les secrets insondables telsque le terme de la vie : »… « Il a décrété un terme à chaque vie et unautre terme connu de Lui Seul, qui est celui de la Résurrection... » (Coran 6. 2).

« Il est le Très-Grand, le Plus Grand (Coran 69. 34).

Le Maîtreabsolu. « Dis: Je ne suis qu’un avertisseur. Il n’y a pas de divinités endehors de Dieu, l'Unique, le Dominateur Suprême... » (Coran 38. 65).

Il est le Seigneur de toute chose, le Seigneur de l'univers : « C’est Dieu quia établi pour vous la terre comme une demeure stable et le ciel commeun immense édifice. Il vous a modelés en vous donnant des formesharmonieuses. Il vous a accordé des nourritures excellentes. Tel est Dieu, Votre Seigneur. Béni soit Allah, le Seigneur de l’univers. Il est leVivant, Il n’y a de Dieu que Lui. Vouez-Lui un culte exclusif. Louange à Dieu le Seigneur de l'univers. »

(Coran 40. 64-65)« Il est Le Clément, le Miséricordieux. Ces deux mots sontemployés plus de trois cents fois dans le Coran . « Ton Seigneur est Celuiqui pardonne. Il est le détenteur de la Miséricorde. »

(Coran 18.58)

. « Dis : A qui appartient ce que renferment les cieux et la terre ? Réponds : A Allah. Dieu s'est prescrit à Lui-même la Miséricorde. » (Coran 6. 12).

« Cependant Il ne pardonne pas le polythéisme qui est le crime le plus grave qui puisse être commis : « Dieu ne saurait pardonner qu’on Luiassocie d'autres divinités. Hormis cela, Il pardonne à qui Il veut. Celuiqui donne des associés à Dieu commet un crime immense. » (Coran4.48).

Mais, Il peut agréer la contrition des gens sincères : « C’est Luiqui accepte le repentir de ses serviteurs. Il efface les mauvaisesactions. » (Coran 42. 25).

« Dieu est Celui qui peut se passer de l’univers. Il existe par Lui-même. Il n’y a de Dieu que Lui, Le Vivant, Celui qui subsiste par Lui-même. » (Coran 2. 255).

Il est Eternel : « Tout ce qui est sur terredisparaîtra. Seule demeurera la Face de ton Seigneur auréolée de Gloireet de Majesté. » (Coran 55. 27).

Il est le Seul digne de Louanges : « Les sept cieux et la terre et tout ce qu'ils renferment (l’ensemble de l’univers) glorifient Son Nom. Il n'existe rien qui ne célèbre Sa Gloire, mais vousne comprenez pas leur façon de Le glorifier. Dieu est plein demansuétude et Indulgent. » (Coran 17.44).

Il est glorifié par les anges :« Tu verras les anges se presser autour du Trône en célébrant la Gloiredu Seigneur. Un arrêt universel sera rendu en toute équité et l'on s'écriera : Louanges à Dieu, Souverain de l'univers. » (Coran 39. 75).

Il est aussi glorifié par les croyants. » (Coran 52. 49).

« Il est très éloigné de toutes les descriptions qu’on se fait de Lui » (Coran 43. 82). « Il est le Vivant, sur Lequel ni l’assoupissement ni le sommeil n’ont de prise. »

(Coran 2. 255).

« Il n’a pas été fatigué par lacréation, mais les gens (ignorants) sont dans la confusion d’une créationnouvelle. » (Coran 50. 15).

« La science des hommes ne peut l'atteindre » (Coran 20. 110).

De même que leur vision (ou leur perception) :

« Les regards des hommes ne peuvent l'atteindre, alors que leur vue ne Lui échappe pas.

Il est le Subtil; Il est parfaitement informé. »

(Coran 6. 103). « Il est présent en tous lieux de l’univers et plus proche des hommes qu’ils ne le sont de leur propre personne :

« Nous avons créé l'homme et Nous savons ce que son âme lui suggère. Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire. »

(Coran 50.16).

Il est le Protecteur absolu en dehors de qui il n’y a pas de défenseur : « La Royauté des cieux et de la terre appartient à Dieu. Il fait vivre et Il fait mourir. Vous n’'avez en dehors de Lui, ni maître ni défenseur. » (Coran9. 116).

C'est Lui qui dispose de la vie, de la mort, de la résurrection et du Jugement Dernier :

« Comment pouvez-vous renier Allah, alors qu’Il vous a tiré du néant, qu'Il vous a donné la vie, ensuite Il vous feramourir, puis Il vous ressuscitera et près Duquel vous retournerez un jour ? »

(Coran 2. 29)

« Il est le Roi, détenteur de la Souveraineté absolue, Roi deshommes. » (Coran 114.2), « Roi de l'univers. »

(Coran 2.107). « Roi au Jour du Jugement Dernier » (Coran 1.4). « Il est Celui qui possède laSagesse Suprême. »

(Coran 24. 58). « Il est le Sublime, l’Auguste, leMaître souverain des cieux et de la terre. »

(Coran 42.4).

« Il est Omnipotent, Sa Puissance n'a pas de limite. »

(Coran 10.65). « Dieu est Véridique et confirme la vérité par Sa Parole. »

(Coran 10. 82). « Il est le Bienfaiteur et comble de Ses Bienfaits. » (Coran 55.12).

Il est le Justequi ne lèse personne : « Quiconque fait le bien le fait pour soi,quiconque agit mal le fait à son propre détriment. Ton Seigneur n'est pasinjuste envers Ses Serviteurs. » (Coran 41.46).

« Il est le Meilleur des juges : « Conforme-toi à ce qui t’est révélé; sois patient jusqu’à ce que Dieu juge. Il est le Meilleur des juges. » (Coran 21. 109).

« Il est le Législateur qui régit par Ses Lois et Ses Ordonnancesl’architecture et le fonctionnement de l’univers. »

(Coran 13.2).

« Rienn’est caché à Ses Yeux, Il est le Clairvoyant Suprême :

Il possède les clésdu mystère que Lui Seul connaît parfaitement. Il sait ce qui est sur terreet dans la mer. Nulle feuille ne tombe sans qu’Il le sache .

Il n’existe pasun grain dans les profondeurs de la terre ni de brindille verte oudesséchée qui ne soient dénombrés dans le Livre de l’Evidence. »

(Coran6.59). « Il fixe d'une manière irrévocable le destin des hommes que nul ne saurait jamais reculer. »

(Coran 6.2). « ll est l’Auteur de la Révélation coranique (Coran 2.99)

qui confirme les autres Livres Sacrésdivulgués auparavant (Thora (Pentateuque) Psaumes-Evangile)

(Coran2. 41) et rétablit la vérité après que ceux-ci aient été altérés. » (Coran 2.75).

« Il est l’Innovateur, Celui qui crée sans se référer à quoi que ce soit, Il crée sans modèle préétabli. » (Coran 6. 102).

« Dieu est la Lumière de l'univers. Il est Lumière sur Lumière. Il guide vers Sa Lumière qui II veut. »

(Coran 24.35).

« Il est Dieu, 1l n'y a d’autre Dieuque Lui. Il est Celui qui connaît ce qui est caché et ce qui est apparent. Il est le Clément, le Miséricordieux. Il est Dieu en dehors de qui Il n’y a pas d’autre Dieu. Il est le Souverain, l’Apaisant, le Rassurant, le Prédominant le Témoin Intègre qui témoigne de Sa propre Véridicité, leVigilant, le Tout-Puissant, le Très-Fort, le Très-Grand, Gloire à Dieu. Il transcende tout ce qu'ils Lui associent. Il est Dieu, le Créateur, Celui quidonne un commencement à toute chose, le Formateur. A Lui les plusbeaux Noms. Tout ce qui est dans les cieux et la Terre, le glorifie. Il est le Tout-Puissant, le Sage. »

(Coran 59.22-24)Ce sont quelques-uns des Noms et des Attributs de Gloire et deMajesté, d’Allah, le Seigneur et le Créateur de l’univers, Tout-puissant etUnique dans Son Règne. Ils sont loin d’épuiser les sublimes qualificatifs propres à décrire Dieu, qui est très éloigné de tout ce que les hommes peuvent imaginer (Coran 43.83). L’érudit Dhou Noun al Masri a dit :

« Quoi que tu puisses imaginer dans ton esprit, Dieu est différent decela. » Le Seigneur de l’univers est Inexprimable, hors de toutereprésentation et de toute figuration. Il ne peut être appréhendé par aucune des facultés humaines, ni par d’autres moyens scientifiques, aussisophistiqués soient-ils.

Il reste hors des limites intellectuelles de toutes les espèces créées,et en premier lieu de l’homme qui s’attribue le pouvoir de tout connaître,alors qu’il est dans une ignorance profonde, qui l’avilit, mais dont il ne serend pas compte. De par Son Essence, le Créateur de l’univers estIndéfinissable, Indescriptible et Ineffable. Cependant, comme lescitations précédentes ont été puisées dans le Coran et qu'elles émanent par conséquent du Seigneur de l’univers, Lui-même, elles reflètentréellement, mais sans aucunement être limitatives, la Toute-puissance, laMagnificence et la Gloire d’Allah, le Seigneur de l'univers.Cela permet de mesurer tout l’abîme séparant les conceptionsmusulmanes des conceptions judéo-chrétiennes qui décrivent un Dieu,dont l’homme serait une sorte de clone terrestre, lui-même partageant encommun 99 pour cent des gènes du chimpanzé ! Un Dieu qui descend sur terre, se promène et entreprend des actions diverses, parfois loufoques etdignes de figurer dans un panthéon dédié aux élucubrations spirituellesles plus dérisoires, ne peut être le Seigneur de l’univers. Si le Dieu biblique présente des similitudes physiques, dont l’homme pourraits’identifier et se reconnaître comme dans un miroir, il pourrait être toutce que ses fidèles en feront dans leur esprit, mais ne saurait jamais êtreAllah le Dieu créateur, Unique dans Sa Gloire et Son Règne.Cependant, malgré les différences d’appréciation, il ne convient pas de penser que le Dieu des Israélites et des Chrétiens puisse êtrediminué en quoi que ce soit par rapport à Celui des Musulmans oul’inverse, car les parties en cause adorent un Seul et même Dieucréateur. Le monothéisme, en effet, se fonde sur l’existence d’un DieuUnique et Tout-puissant. Néanmoins, le jugement émis à son encontre, par les écrits bibliques et par l’ensemble des clergés de ces religions,notamment les prêtres, les scribes et des docteurs de la Loi, qui n’avaientaucune connaissance de la réalité, et qui versaient souvent dansl’imaginaire et le fabuleux, a fait basculer la raison dans le gouffre desspéculations tortueuses et sans fondement.Les tendances naturelles amplifiées des trois grandes religionsmonothéistes, font ressortir que les Israélites s'accommodent volontiersd'un Dieu partisan qui ne dédaigne nullement se mêler aveccondescendance au peuple élu, dont Il était le porte-parole, jusqu’à finir par devenir leur affilié et leur obligé.

Les Chrétiens voyaient en Lui, unEtre, tout aussi limité, dans tous les domaines, mais dont l'influences'étendait dorénavant à l’ensemble de l'humanité...chrétienne. Situationrenforcée par la divinisation de Son Fils unique, le Christ Jésus, qui avaittourné le dos à un Judaïsme, qui ne voulait ni s’amender ni se réformer.La filiation divine du Christ est rejetée par les Israélites et lesMusulmans. Hormis le Christianisme, aucune autre religion ou croyanceau monde n’a pris le risque de diviniser le Christ ou de l’apparenter à unFils de Dieu, car il s’agit d’un blasphème énorme, dont la conceptionmême relève du sacrilège et le l’irrévérence. Que le Seigneur et leCréateur de l’univers, soit comparé à un mammifère qui engendre unedescendance, dépasse tout entendement. De fait, selon l’Eglisechrétienne, le Christ est bien engendré et non créé ; celui qui professe lecontraire est déclaré comme hérétique. Une telle forme de reproductiondivine, quand bien même, elle serait présentée comme un cas unique etexceptionnel, dans l’univers, est non seulement inimaginable, maiségalement avilissante pour ceux qui l’enseignent.En dépit de l’aversion des Juifs pour la divinisation du Christ, ilsse retrouvent au même diapason avec les Chrétiens pour voir en Dieu, un Etre limité dans tous les domaines, dont le pouvoir est restreint,ridiculement faible. Des exemples édifiants sont donnés plus loin, qui necorrespondent nullement à ce qu’une conscience humaine, dans sondiscernement et sa ferveur, est en droit d’attendre d’un Créateur Universel, dont le Pouvoir est en réalité illimité et dont les Attributs ne peuvent être appréhendés, par aucune créature. Ce serait réduire leSeigneur de l’univers à peu de choses, que de le rendre accessible auxspéculations humaines et à leurs déviations. C'est aussi faire peu de casd'une frontière absolument infranchissable qui existe entre le Créateur etsa créature, qui incite les Musulmans à penser que tout en étant prochede Sa création et notamment des croyants, Dieu reste simultanémentinaccessible à toute forme de supputations.

Les Bibles juive et chrétienne, n’ont pu entretenir une telleconfusion, qu’en raison de leur éloignement de la vérité. Les scribes, les prêtres et les docteurs de la Loi, qui étaient en charge simultanément derécupérer les textes anciens, souvent de seconde ou de troisième main, derevivifier des mémoires défaillantes et de faire l’apologie de leurs clanset de leurs tribus, devaient infailliblement déboucher sur ce genre derésultats lamentables. La confusion engendrée était telle, qu’il n’était plus possible de prendre pour argent comptant les récits, les chroniqueset les témoignages qui ont été reconstitués sans nuire gravement à lavérité.

Quand le Dieu biblique est déprécié jusqu’à affronter l’épée à lamain, les poils de la barbe d’Ezekiel en plein centre de Jérusalem,l’indignation éprouvée est à la mesure de l’affront commis. De pseudorévélations, qui confondent des acteurs pitoyables avec le Seigneur del’univers, ne sont pas pour rassurer les fidèles ou pour les conforter dansleur foi. Un tel niveau de corruption textuelle, rarement atteint ailleurs,même dans les récits mythologiques, ne peut être que le produit d’une psychologie gravement affectée par le syndrome de la déraison.

LesProphètes authentiques de l’Ancien Testament qui vouent aux gémonies,les scribes et les prêtres faussaires qui tordent le sens des mots, ne sontque des rappels salutaires, qui dénotent la corruption des textes bibliques,et en premier l’Ancien Testament.Malgré tout, les Gens du Livre, les Juifs et les Chrétiens, selonl'appellation consacrée par le Coran, de par leur croyance en un DieuUnique Créateur, sont relativement plus proches de la réalité absolue queles athées, les païens et les idolâtres. Fourvoyés dans un matérialismed'apparat, qui constitue leur source nourricière, et revêtus de dialectismeet d'historisme qui leur tiennent lieu de philosophie et de psychologie,ceux-ci vouent un véritable culte à la nature, à la pensée, au temps, à l’évolution - et même au chaos - toutes choses créées par Dieu, et qui nesont que les instruments de Sa Toute-puissance, pour régir la Création, àtravers les Lois Universelles. De sorte et plutôt que de s'élever au niveauspirituel requis pour adorer le Seigneur et le Créateur de l'Univers, encélébrant Sa Gloire et Sa Grandeur, ils se sont appliqués à idéaliser leursfantasmes et à diviniser des concepts forgés de toutes pièces et à en fairel'apologie d'une façon inconsidérée. Il s’agit d’une variation d'un thème bien connu chez les peuplades primitives, que la superstition pousse àvénérer l’objet de leur peur et de leur angoisse, tels les animaux, lesmonstres, le soleil, la lune, les orages, les éclipses, les idoles, plutôt quele Créateur de ces phénomènes. Ils adorent les effets visibles quiimprègnent leur conscience et non la cause des causes, qui leur estcachée et de qui tout découle.Cette forme de pensée rabaisse ses partisans et porte atteinte à laconscience humaine, car elle ravale l'homme, créature privilégiée deDieu sur terre, au profit d’une pensée délétère et perverse. Alors que précisément le Coran Sacré proclame le contraire :

« Ne voyez-vous pasque Dieu vous a soumis tout ce qui est dans les cieux et sur terre ? Il vous a prodigué Ses bienfaits apparents et cachés.

Certains hommescependant discutent au sujet de Dieu sans aucune science, ni direction,ni Livre lumineux. » (Coran 31. 20)

« Gloire à Celui qui a révélé la Distinction à son serviteur (le Prophète Mohammed) afin qu’il avertissel'humanité. Lui (Allah, le Seigneur de l’univers) qui détient la Royautédes cieux et de la terre, qui n'a pas de fils et qui ne partage Son Pouvoir avec personne. Il a créé toute chose en lui fixant son destin d’une façonimmuable. Certains, cependant lui préfèrent d’autres divinités qui n’ont rien créé, qui ne peuvent rien pour elles-mêmes, ni en mal ni en bien et n’ont aucun pouvoir de faire vivre, d’empêcher la mort ou larésurrection... Le jour où Il les réunira avec ceux qu’ils adoraient endehors de Dieu, Il leur dira : Est-ce vous qui avez égaré mes serviteursou bien, sont-ils égarés eux-mêmes ? Gloire à Toi ! répondront-ils,comment pourrions-nous prétendre être adorés, quand Toi Seul est dignede l’être ? Mais Tu leur as accordé des jouissances éphémères à eux et àleurs pères, si bien qu’ils ont oublié Tes Enseignements, ils ne sont plusqu'un peuple perdu.»

(Coran 25. 1- 3 et 17-18).Ainsi va vers le néant, la croyance, de ceux qui pensaient être biendirigés, qui se sont appropriés indument la planète et qui imposent leur diktat au reste du monde en essayant de moraliser des discours délétèreset d’idéaliser des pratiques réprouvables. Mais le monde ne saurait tropmarcher sur la tête, sans qu’à la fin la Vérité rétablisse ses droits.

LES PROPHETES A TRAVERS LE CORAN

« Nous n’avons envoyé les Prophètes que comme annonciateurs dela bonne nouvelle et comme avertisseurs. Ceux qui croient et qui s’amendent n’éprouveront plus aucune crainte, ils ne seront pas affligés. Le châtiment atteindra ceux qui traitent Nos Signes de mensonges, àcause de leur perversité.»

(Coran 6. 48-49).Pour saisir la portée du Message coranique, il est indispensable dele situer par rapport aux révélations antérieures. Si le Livre Sacré desMusulmans est l'héritier des religions monothéistes, il est avant tout, le prototype, le modèle primordial de la Parole divine destinée aux êtreshumains créés dans l’ensemble de l’univers. Le Coran n’est propre ni àun peuple, ni à une région, ni à une culture, ni aux seuls habitants de laterre. Il est la source de la Foi et de la Pureté et le dogme fondamentalde vie de l’ensemble des créatures douées de raison, qui peuplent tant lemonde connu, que les milliards d’autres civilisations éparpillées dans lesimmensités cosmiques.

Il est le seul ouvrage sacré à enseigner que l’univers ne se cantonne pas à la planète terre mais qu’il est peuplé de myriades d’autreshumanités qui sont inconnues. Allah, le Dieu de l’Islam, ne saurait être àl’image erronée du Dieu biblique, un être minuscule, soumis aux aléas dela nature et peinant pour se faire respecter par ses sujets, allant jusqu’àcombattre corps à corps avec ses représentants. La mission de reformuler le Message divin dans son authenticité est intervenue après l’altérationdes textes sacrés qui sont apparus avant lui. Le Coran reste ainsi le seulouvrage d’origine divine à n’avoir jamais été falsifié, remanié ou oubliéet il gardera ces éminentes et précieuses qualités, jusqu’à la fin destemps. Au Jour du Jugement Dernier, le Coran Sacré sera comparé à son prototype divin gardé, dans le Royaume céleste par les anges, afin decorroborer son origine primordiale et de témoigner que nul être humain, ni nul génie n’a été en mesure de le déprécier. La Parole de Dieu doitrester immuable et éternelle ; il est malvenu que quiconque puisse ladétourner de la voie de la Vérité, car elle est elle-même Vérité.Si le Coran Sacré est universel par vocation et par définition, il n’endemeure pas moins qu’il doit être adapté à son contexte géographique ethistorique. En effet, bien que le dogme, l’idéologie et la philosophie,restent communs à l’ensemble des créatures de Dieu, où qu’elles soientdans l’univers l’intégration particulière de l’Enseignement divin, dans uncontexte donné, doit tenir compte de spécificités propres de chaqueenvironnement local et du groupement humain concerné. Le Coran nesaurait être décalé relativement à son milieu ni par rapport au temps.Ainsi, quand l’Enseignement révélé par le Prophète Mohammed, que leSalut et la Bénédiction d’Allah soient sur lui, évoque des événementscélestes, qui concernent l’univers en général, il n’en consacre pas moinsl’essentiel du Message aux problèmes qui se posent à l’humanitéterrienne, se référant même aux données régionales, car il ne sauraitséparer le fond spirituel du contexte historique.

Cela est particulièrement vrai pour la longue lignée desAnnonciateurs et des Messagers, qui se sont succédé sur terre, pour faire parvenir aux hommes la Parole Divine authentique, et dont le dernier d'entre eux, précisément le Prophète Mohammed, que le Salut et laBénédiction d’Allah, soient sur lui, parachève le cycle des Envoyés deDieu, jusqu’à extinction de l’humanité. Si, avant lui, de nombreuxProphètes furent délégués à leurs peuples respectifs, par contre, leProphète Mohammed, reste l’unique Messager à avoir été délégué àl’ensemble de l’humanité et pour les temps des temps.

Au Jour duJugement Dernier, c’est le Coran Sacré qui servira de référence et prononcera entre les hommes. Il ne sera tenu compte ni de la Bible juive,ni de la Bible chrétienne, ni d’autres ouvrages sacrés, qui ont tous étéaltérés par des mains corruptrices ou dégradés par le temps.S’il est important de faire le recensement des Prophètesnommément cités par le Coran, il s’avère encore plus important demettre en parallèle leur comportement à travers les écrits bibliques. Endépit de nombreuses similitudes entre les Livres Sacrés, il existenéanmoins des différences étonnantes qu’il est indispensable de mettreen relief pour marquer l'écart pouvant exister entre deux ou plusieursrécits d'un même événement.

ADAM ET EVE : (ADEM ET HAOUA)

Le Coran possède cette particularité d'être le seul Livre Sacré, àremonter le temps jusqu'à la création de l'univers, qu’il ne faut pasconfondre avec la Genèse biblique, consacrée essentiellement à laformation de la Terre et de son ciel. Il décrit les phénomènes grandioses,qui ont présidé à la création de cet univers illimité, que les savantscommencent à peine à découvrir, éprouvant d’immenses difficultés à encomprendre aussi bien la genèse que le fonctionnement. La création del’univers et de la terre est rapportée avec précision par le Coran ;l’aménagement de la planète Terre et son habitabilité précédèrentl'apparition de la vie, et notamment celle de l’homme, ce qui estconforme à la logique. Nombre d’autres phénomènes sont traités dans laseconde partie de cet ouvrage réservée à ce sujet. La création du premier homme Adam, puis de sa femme Eve, constitue l’acte fondamental à partir duquel l’humanité allait voir le jour. Après une période de vieindéterminée, Adam et Eve succombèrent conjointement à la tentationincarnée par Satan (Iblis).Le Coran s'écarte ici de la Bible qui accuse Eve d'avoir été tentée par le serpent avant d’entraîner Adam à manger le fruit défendu. Enconséquence, il ne culpabilise pas outre mesure la compagne d’Adam etreconnaît en elle, un être soumis aux mêmes penchants que les autreshumains dans leur essence primordiale. En outre, le Livre Sacré desMusulmans ne considère pas le « péché originel »

comme un crime dontl’ensemble de l’humanité aurait à en assumer la charge indigne. La fauteincombe personnellement à Adam et Eve, qui sont tenus d’en supporter les conséquences sans aucune répercussion sur leurs descendants. Dieuagréa le repentir d’Adam et d’Eve, ainsi qu’il est précisé dans la souratesuivante :

« Ils dirent (Adam et Eve) : Seigneur, nous nous sommes lésésnous-mêmes ; si Tu ne nous pardonnes pas et si Tu ne nous fais pasmiséricorde, nous serons au nombre des perdants. » (Coran 7. 23).

« Nous leur dîmes : Descendez de ces lieux, ennemis les uns des autres(Satan et l’homme). Vous trouverez sur terre un lieu de séjour et de jouissance éphémère. Adam accueillit les Paroles de Son Seigneur et revint à Lui repentant.

Dieu est en vérité, celui qui revient sans cessevers le pécheur repentant.

Il est Miséricordieux. »

(Coran 2. 36. 37).Ainsi, point de péché originel en Islam. Le Seigneur de l’universn’allait pas entacher Son Œuvre créatrice, par une fausse disposition,aussi malencontreuse que mal venue et déplacée. Un Dieu de Justiceallait-il déjà faire endosser à une humanité qui n’avait même pas étécréée, une transgression commise par d’autres ? Allah est un Dieu deJustice et non un Dieu d’iniquité. Ceux qui ne l’ont pas compris, ont surchargé la descendance d’Adam et d’Eve, d’un poids avilissant qu’ellen’avait pas à supporter. L’Islam ne culpabilise pas les gens avant leur naissance, comme s’ils avaient été maudits d’avance par Dieu. C’estméconnaître La Miséricorde, l’Indulgence, la et Mansuétude du Seigneur de l’univers que de croire qu’Il puisse damner les gens sans raison etavant même leur création.Si le cas était avéré, Il n’avait pas besoin d’invoquer le péchéoriginel, Il aurait agi librement, sans contrainte et sans motif. Aussi, lesMusulmans n’ont pas à assumer la responsabilité du péché originel, ilsen laissent la charge à ceux qui ont été « choyés » par leurs propresreligions. Si la Bible cautionne un tel comportement, elle le fait à sesrisques et périls et dans le cas où les fidèles juifs et chrétiens sontenchantés d’avoir été condamnés rétroactivement par le Dieu biblique,alors qu’ils sont innocents, grand bien leur fasse. Il est vrai cependant,que les Chrétiens ont été rachetés par le « sacrifice du Christ », mais toutcela s’est fait verbalement et sans l’accord de l’intéressé, puisqu’une foissur la croix, il s’écria :

« Eli, Eli, lema sabachtani ? (« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

L’Evangile selon Matthieu. 27. 46).Aussi, il ne reste plus que les Juifs pour se faire du mauvais sang sur lesort qui les attend. A moins qu’eux aussi, ne disposent d’une bottesecrète qu’ils sortiraient au dernier moment, pour tout remettre en cause.Adam avait été doté de facultés appropriées, comme l'intelligence,la raison, la ferveur. Dieu lui inculqua la compréhension des secrets - de lacréation qu’Il lui plut de porter à sa connaissance, et en fit un êtresupérieur à l’ensemble des autres créatures vivant sur Terre. Le Corandit :

« Nous (Allah) avons honoré les fils d'Adam, Nous les avons portés sur la terre ferme et sur la mer; Nous leur avons accordé d'excellentesnourritures et leur avons donné la préférence sur un grand nombre(d’êtres) que Nous avons créés. » (Coran 17. 20). Relativement à cesujet, il faut souligner la différence effectuée par le Coran, entre lescréatures terrestres (animales et végétales), qui ont été soumises entotalité et sans exception à l’homme, et les créatures extraterrestres oucosmiques, sur lesquelles, les fils d’Adam ne disposent que d’uneascendance relative, signifiant par là, que d’autres êtres créés dansl’univers sont plus éminents que l’être humains.

Ainsi, l’homme n’est plus la seule créature de l’univers, selon les croyances judéo-chrétienneset d’autres religions, mais bien un être perdu, dans les immenses espacesintersidéraux qui comportent d’autres créations parfois supérieures àl’homme. C’est le sens de cette sourate, qui sera explicitée plus loin etqui porte en elle, les germes d’une remise en cause d’un Fils unique de Dieu, envoyé à une humanité unique existant de par l’univers !En parlant de secrets de la création, il s’agit de toute évidence, des phénomènes dont Dieu a bien voulu instruire Adam, et non des mystèresde la Création qui relèvent de la seule Omniscience divine. De mêmequ’un animal ou un végétal possède son propre capital génétique, qui lefait agir de telle ou telle façon, en général dans le sens de la préservationet même de l’évolution de l’espèce considérée, sans jamais faillir à son programme, l’être humain a été doté des connaissances nécessaires,infiniment plus vastes et plus complexes, qui lui permettent d’évoluer dans la vie, dans le sens qui lui est profitable et ce, conformément à la prédétermination divine. Quand Dieu chassa Adam et Eve, Il ne voulut pas les laisser errer dans le désespoir, et c’est là une nouvelle preuve deSa Mansuétude infinie :

« Nous leur dîmes : - Descendez, d’ici. Toutesles fois que Je vous enverrais un guide (un Prophète ou un Enseignement) ceux qui le suivront seront exempts de toute crainte et n'auront point à s'affliger. Quant aux incrédules qui traitent Nos Signesde mensonges, ils auront l’enfer pour séjour éternel. »

(Coran 2. 39-40).Ainsi l’homme aura été averti à l’avance des conséquences de ses actes ;celui qui est raisonnable s’activera à les embellir, conformément aux prescriptions divines. Tandis les criminels et les gens négligents etirréfléchis, se laisseront entraîner par les mondanités de la vie etoublieront ou renieront volontairement, jusqu’à leur comparution devantle Tribunal divin.Adam et Eve eurent des enfants. Leurs noms ne sont pasmentionnés par le Coran. Selon la Bible, l'aîné s'appelait Caïn (Qabil enarabe) et le deuxième fils Abel (Babil). Ils offrirent des sacrifices auSeigneur. Celui de Babil fut agréé, alors que celui de Qabil fut rejeté.Qabil tua son frère, par jalousie et devint le premier meurtrier parmi ladescendance d'Adam.Le Seigneur reprocha son crime à Caïn. Il lui dit selon l’AncienTestament :

« Désormais, le sol te maudit, lui qui s'est ouvert pour recueillir le sang de ton frère, ta victime. C’est pourquoi tu auras beaule cultiver, il ne te donnera plus ses fruits. Tu seras un déraciné, toujoursvagabond sur la terre. Caïn se plaignit au Seigneur :- Seigneur, Ma peine est trop lourde à porter. Tu me chasses aujourd’hui du sol cultivable et je vais devoir me cacher loin de Toi. Je serai un déracinétoujours vagabond sur terre. Quiconque me trouvera pourra me tuer. »

(Genèse 4. 10 à 14). Les appréhensions de Caïn, ne sont pas justifiées, puisqu'en dehors de ses parents, il était le seul être existant sur une terre vide et le Coran ne reprend pas à son compte l'inquiétude infondée dumeurtrier. Ce genre de méprise et courant dans la Bible, démontrant sonaltération, car si Dieu en avait été vraiment l’Auteur, une telle bévuen’aurait pu trouver un terrain favorable pour germer. Le Livre Sacré estexemplaire à ce sujet, il est dépourvu de contradiction, car il émanevéritablement et entièrement d’Allah, le Seigneur et Créateur del’univers.

D’autres aberrations bibliques seront relevées, sans qu’ils’agisse d’établir un acte d’accusation à l’égard de ce Livre Sacré, car une grande partie de son contenu est véritablement d’origine divine. Denombreuses générations se succédèrent par la suite jusqu'à Noé (Nouh).