Le Saint Prophète (SAW) a ouvert mille chapitres de la connaissance dans le cœur d'Imam Ali (AS)
 

Le Saint Prophète (SAW) a ouvert mille chapitres de la connaissance dans le cœur d'Imam Ali (AS)

(Sources sunnites uniquement)

Abu Hamid Ghazali dans son Bayan-e-Ilmu'l-Ladunni a rapporté d'Ali disant: "Le Messager a mis sa langue dans ma bouche, de la salive du Saint-Prophète 1.000 chapitres de la connaissance m'ont été transmis et de ces chapitres, 1.000 autres en découlèrent."

Sulayman Balkhi Hanafi, dans son Yanabiu'l-Mawadda, ch.XIV, p.77 rapporte d'Asbagh Ibn Nabuta, qui le tient de l'Amiru'l-Mu'minin disant: "Le Saint-Prophète m'a enseigné 1.000 chapitres de la connaissance, dont chaque chapitre ouvrait 1.000 autres, faisant un million. Ainsi je sais ce qui s'est déjà produit et ce qui va se produire jusqu'au Jour du jugement." Dans le même chapitre, il rapporte d'Ibn Maghazili sur l'autorité d'Abu's-Sabba, qui a rapporté d'Ibn Abbas citant le Saint-Prophète disant: "La nuit de l'ascension, lorsque j'étais en présence d'Allah, je Lui ai parlé en toute confiance en témoignant que j'ai donné et enseigné à Ali ma connaissance." Le grand auteur, Ahmad Khawarizmi de Mu'affaq a relaté la même chose du Messager d'Allah de cette façon: "Gabriel m'a apporté un tapis du paradis. Je m'y suis assis dessus jusqu'à ce que j'aie été transporté près de mon seigneur. Il m'a parlé de choses secrètes. Ce que j'ai appris fut prodigué par moi à Ali. Il est la porte de ma connaissance." Alors le Prophète a appelé Ali par cette exclamation : "Ali! Celui qui est en accord avec toi, il l'est aussi avec moi, s'opposer à toi, certes il s'oppose à moi. Tu es la connaissance qui me lie."

Hafiz Abu Nu'aim Ispahani dans Hilyatu'l-Auliya. Mulla Ali Muttaqi dans Kanzu'l-Ummal, v.VI, p.392 le rapportant d'Abdullah ibn Umar, signalant du Prophète lorsqu'il était sur son lit de mort: "Amenez-moi mon frère." Lorsqu'Abu Bakr est venu, le saint Prophète lui tourna son visage. Il redit encore : "Amenez-moi frère moi." Puis Umar et Uthman apparurent, le Messager leur tourna également le visage. Après qu'Abu Bakr, Umar puis Uthman soient repartis, Ali est entré, le saint Prophète l'a couvert de sa couverture, reposa sa tête sur lui. Quand Ali est sorti, les compagnons lui ont demandés: "Ali! Qu'avez-vous fait avec le saint Prophète?" L'Imam a répondu : "l'Envoyé d'Allah m'a enseigné 1.000 chapitres de la connaissance et chacune de ces chapitres se composent de 1.000 autres ."

Hafiz Abu Nu'aim Ispahani (d.430 A.h ) dans son Hilyatu'l-Auliya, v.I, p.65. Muhammad Jazari dans Asnu'l-Matalib, p.14 et Muhammad ibn Yusuf Ganji Shaf i'i dans Kif ayatu't-Talib, ch 48 ont rapporté avec des sources fiables : "Nous étions avec le saint Prophète quand il parla d'Ali ibn Abi Talib. Le Messager a dit: " La sagesse a été divisée en dix parts, dont neuf ont été donnés à Ali et une a toute l'humanité."

Mu'affaq Ahmad Khawarizmi dans Manaqib. Mullah Ali Muttaqi dans Kanzu'l-Ummal, v. VI, p 156 et 401. Ibn Maghazili Faqih Shafi'i dans Faza'il et Sulayman Balkhi dans Yanabiu'l-Mawadda par Abdallah ibn Mas'ud. Muhammad ibn Talha Shafi'i dans Matalibu's-Su'ul, p. 14 ainsi que beaucoup d'autres rapportent d'Hulays ibn Alqama que l'Envoyé a énuméré sur Ali : " La sagesse a été divisée en dix parts donc neuf ont été donnés à Ali, l'humanité ne reçut qu'une part."

En outre dans Yanabiu'l-Mawadda, ch.14, on lui rapporte de Sharh-e-Risala Fathu'l-Mubin d'Abu Abdullah Muhammad ibn Ali Al-Hakim Tirmidhi citant Abdullah ibn Abbas le hadith suivant: "La connaissance a dix parts. Neuf parts sont exclusivement pour Ali et la dixième partie restante est pour toute l'humanité."

En outre, Muttaqi Hindi dans Kanzu'l-Ummal, v.VI, p.153. Khatib Khawarizmi dans Manaqib, p. 49 et Maqtalu'l-Husain, v.I, p.43. Dailami dans Firdausu'l-Akhbar et Sulayman Balkhi dans Yanabiu'l-Mawadda, ch.III, rapportent du Prophète disant : "Après moi et parmi ma communauté dans sa totalité, la personne la plus instruite et la plus sage est Ali ibn Abi Talib."

Jafr-e Jami'a et sa nature

Une des sources de bénédictions divines qu'Ali reçu du saint Prophète est venue par le Jafr-e-Jami'a, un livre contenant les secrets de l'univers. Les ulémas sunnites reconnaissent ce livre. Cette connaissance spéciale fut accordé à Ali et les onze Imams.

L'Hujjatu'l-Islam Abu Hamid Ghazali écrit qu'"il y a un livre du chef des pieux, Ali ibn Abi Talib. Son nom est Jafr-e-Jam'ud-Duniya wa'l-Akhira. Il contient toutes les sciences, les réalités, les obscurités, des sujets sur l'invisible, l'essence des choses et de leurs effets, l'essence des noms et les lettres, personne ne connaît ces savoirs excepté Ali et ses onze descendants. Ils ont hérité ceci de pères en fils."

On rapporte dans Ta'rikh-e-Nigaristan de Sharh-e-Mawaqif que Jafr et Jami'a sont deux livres qui appartiennent exclusivement à Ali, ces deux volumes indiquent la connaissance des lettres, tous les événements jusqu'à la fin du monde. Ses descendants présageaient l'avenir sur la base de ces livres.

Durant la dixième année de l'Hijra, lorsque l'Envoyé de Allah est retourné de son dernier Hajj, Gabriel est venu à lui et l'informa de sa mort. Le saint Prophète souleva ses mains : "O, Seigneur! Vous m'avez promis que vous ne revenez jamais sur votre parole." Allah répondu : "Prends Ali avec toi dans les montagnes d'Uhud, dirigez-vous vers la Qibla, appelez les animaux sauvages, ils répondront à votre appel. Parmi eux, il y aura une chèvre rouge. Ordonne à Ali de l'abattre, de lui enlever sa peau et de la tourner puis de la faire sécher. Alors, Gabriel viendra avec une plume et de l'encre différente de l'encre de ce monde. Ordonne à Ali d'écrire ce que Gabriel dictera. Que l'inscription et la peau restent exactement dans la même condition car ils ne se délabreront jamais. Toutes les fois, qu'il sera ouvert, on le trouvera frais.

Le saint Prophète est allé aux collines d'Uhud et s'est conformé aux instructions divines. Gabriel est venu placer la plume et l'encre devant le Messager, qui a commanda Ali de se préparer d'écrire. Gabriel transmit toutes les affaires importantes du monde au saint Prophète, Ali les enregistrait sur la peau. Il a noté tout qui s'était produit ou devait se produire jusqu'au jour du jugement. Il a noté les noms de ses enfants, de leurs descendants et les noms de leurs amis et ennemis. Il a également enregistré celui qui devait arriver à chacun d'eux jusqu'au jour du jugement.

Ainsi, le Prophète offrit ce livre et la connaissance de Jafr à Ali, ceci fut une partie du legs de l'Imamat. Chacun des Imams, à leur tour, l'ont remis à leurs successeurs.

C'est le même livre dont Abu Hamid Ghazali dit: "Jafr-e-Jami'a est un livre qui appartient exclusivement à Ali et à ses onze descendants. Il contient tout."

Comment est-il possible que toutes les affaires du monde puissent être enregistrées sur la peau d'une chèvre?

D'abord, le hadith suggère que ce n'est pas une chèvre ordinaire. Elle était énorme, elle fut crée à cette fin. En second lieu, ce qui a été écrit n'est pas de l'écriture ordinaire. Son style se composa de lettres et de signes secrets.

L'auteur de Ta'rikh-e-Nigaristan a rapporté de Sharh-e-Mawaqif que Jafr et Jami'a contient des lettres alphabétiques par lesquelles l'information est comprises par eux. Alors le Prophète d'Allah légua la clef de ce secret à Ali qui, par ordre du Messager, l'a remise à ses successeurs, les Imams de la famille du Prophète. Mais, il n'y a que les possesseurs de cette clef qui peuvent comprendre les secrets de ce livre, par cela personne d'autre n'accès à l'invisible.

Supposez qu'un roi donne un code secret à son ministre ou à ses administrateurs, qu'il les envoie en province. Si la clef pour comprendre le code demeure avec le roi ou les ministres, personne ne peut comprendre cette écriture. De même, personne excepté Ali et ses onze descendants n'ont pu comprendre le livre Jafr-e-Jami'a.

Un jour l'Amiru 'l Mu'minin a donné ce livre à son fils, Muhammad Hanifiyya en présence de tous ses autres fils, mais il ne pouvait rien comprendre bien qu'il soit un homme instruit et intelligent. La plupart des ordres que les Imam infaillibles donnèrent ou les informations qu'ils révélèrent étaient aussi dans ce livre. Ces hommes saints ont compris les secrets de toutes choses, ils connaissaient les douleurs qui devaient leur arriver, à leurs descendants et à leurs chiites.

L'Imam Redha -as- et le calife Ma'mun ar-Rashid

Dans Sharh-Mawaqif , il y a les détails de l'engagement pris entre le calife Mamun ar-Rashid et L'Imam Redha. Après six mois de correspondances et d'intimidations par Mamun, L'Imam Redha a été forcé d'accepter d'être l'héritier du calife après sa mort.

Un engagement a été écrit et Mamun l'a signé, ce traité stipulait qu'après la mort de Mamun, le califat serait transféré à L'Imam Redha. Lorsque ce document fut devant L'Imam Redha, il fait la remarque suivante :

"Moi, l'Imam Ali Reza ibn Mussa ibn Ja'far, affirme par cette présente lettre que Mamun ibn Rachid ( Qu'Allah le guide sur le chemin droit ) a identifié notre droit alors que d'autres ne l'ont pas fait. Ainsi il a unifié des relations qui furent détachées, il a fourni la paix et la satisfaction de nos chiites qui vécurent en détresse par la terreur, il les réanima lorsqu'ils étaient réduits à la destruction, il a rendu prospères et satisfaites leurs vies malheureuses, donc ils pourront recevoir et réaliser les bénédictions d'Allah.

Certes, Allah donnera bientôt une bonne récompense à ceux qui lui offrent des remerciements. Certes, il m'a fait son héritier et m'a confié un grand territoire à condition que je vive après lui."

Néanmoins, le Saint Imam a prédit: "Mais le Jafr Jami'a indique mon avenir autrement (c'est-à-dire, je ne lui survivrai pas). Moi-même, je ne sais pas comment vous serez traités. C'est seulement Allah qui commande, dont son ordre est tout à fait vrai, Il est le meilleur des juges."

Sa'd Umar ibn Mas'ud Taf tazani dans son Sharh-e-Maqasidu't-Talibin expliquant les mentions de l'Imam sur "Jafr Jami'a" commente que l'Imam a signalé par le Jafr Jami'a que Mamun ne tiendrait pas sa promesse. Ce descendant chèrement aimé du saint Prophète tomba en Martyr par empoisonnement. Ainsi, la vérité et la véracité de la connaissance de l'Imam ont été prouvées, chaque Imam se rendaient compte de toutes les choses connues et inconnues.

Un des cadeaux divins reçus d'Ali par le Saint-Prophète fut un livre scellé apporté par l'Ange Jibrîl (Gabriel). Le grand savant et historien, Allama Abu'l-Hasan Ali Al Husayn Masu'd écrit dans son Isbatu'l-Wasiyya :

"Jibrîl et les anges de confiance ont apporté du Tout-Puissant, un livre scellé au Messager, ils lui ont révélé: 'Tous les participants (compagnons) qui sont avec vous, sauf votre wasi (successeur) doivent partir afin que je puisse vous donner le Kitab-e-Wasiyya (le livre du dernier testament).' Alors l'Envoyé d'Allah commanda à tous les participants de partir excepté l'Amiru'l-Mu'minin, Fatima, Hasan et Husayn.

J'ibrîl dit : 'O Prophète d'Allah ! Le Tout-Puissant, vous envoie Ses salutations, ce document est la promesse d'Allah, ses témoins sont ses anges et il est lui-même témoin de ce livre.'

Alors, le Saint Prophète commença à trembler et prononça : ' Il est la Paix, la Paix vient de Lui et la Paix Lui revient.'

Prenant le livre de Gabriel, il le donna à Ali .

Le Saint Messager dit: 'C'est une promesse et une confiance de mon Seigneur pour moi. J'ai exécuté mon devoir en transmettant le message d'Allah.' Amiru'l-Mu'minin proclama: 'Que ma mère et mon père sacrifient leurs vies pour Toi! Je témoigne également de la véracité du message. Mes oreilles, mes yeux, ma chair, mon sang témoignent de cela.'

L'Envoyé Saint parla à Ali en ces termes: 'Voici la volonté d'Allah. Accepte-le et sois une caution pour elle devant Allah pour que j'accomplisse mon devoir.'

Ali répondit: 'Je serais une caution pour elle et qu'Allah m'aide pour cela.'

Le cheik Sulayman Balkhi Hanafi dans Yanabiu'l-Mawadda, ch.XIV,p.74 rapporte d'Ahmad Khawarizmi de Mu'af faq sous l'autorité d'Abu Sa'id :

"J'ai vu Ali habillé du manteau du Saint- Prophète, de son épée et de son turban. Il a découvert sa poitrine et a dit: 'Demandez-moi les choses que vous aimez avant que je meure parce que ma poitrine contient une grande sagesse. Mon estomac est un entrepôt de connaissances. C'est par la salive du Saint- Prophète que j'ai reçu les connaissances. Je jure par Allah que je guiderais les juifs selon le Torah et les chrétiens selon l'Evangile jusqu'à ce que les gens du Livre témoignent :

"Ali a dit la vérité, ces verdicts sont conformes à ce qui nous a été révélé." Lorsque vous récitez le Livre, vous ne comprenez que très peu de choses."

Sheikhu'l-Islam Hamwaini dans son Fara'id et Mu'ayyidu'd-din Khawarizmi dans son Manaqib signalent que l'Imam 'Ali a prononcé du pupitre:

" Interrogez-moi sur des sujets que vous ne comprenez pas avant que je meure. Je jure par Allah qui dédouble le grain et crée l'homme que si vous m'interrogez au sujet de n'importe quels versets du Livre saint d'Allah, je vous dirai à son sujet quand il fut révélé ? Le jour ou la nuit ? A quel endroit ? Sur quel chemin ? Sur une plaine ou sur une montagne ? Sur qui il fut descendu (un croyant ou un hypocrite) ? Sa signification (interprétation) et si ce verset est d'ordre général ou individuel ?"

Sur quoi Ibn Kawwa, le Kharijite, demande à l'Imam: "Faites-moi comprendre ce qu'Allah a voulu dire "et ceux qui croient et qui font de bonnes actions, voilà les meilleures de l'humanité."

L'Imam saint répondit: "ce verset se rapporte à nous (les Imams) et nos partisans, dont les visages, les mains et les pieds scintilleront de lumière le jour du jugement. Ils seront identifiés par leurs fronts."

L'Imam Ahmad Ibn Hanbal dans Musnad et Sheik Sulayman Balkhi dans Yanabiu'l-Mawadda, ch.XIV, p.74 enregistrent d'Ibn Abbas qu'Ali a proclamé:

"Interrogez-moi sur des sujets que vous ne comprenez pas avant que je meure. Je connais tous les versets (ses significations) mieux que n'importe qui d'entre vous. Je sais comment, pourquoi et quand, ils furent descendus. Interrogez-moi sur les désordres (fitna), car aucune des perturbations qui auront lieu dont j'ignore qui l'a causée et qui sera tué pendant ses troubles."

Ibn Sa'd dans Tabaqat. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi'i dans Kif ayatu't-Talib, ch.52 et Hafiz Abu Nu'aim Ispahani dans Hilyatu'l-Auliya, v.I, p.68 relatent avec des références authentiques qu'Ali, l'Amiru'l-Mu'minin a prononcé:

"Par mon Seigneur, aucun verset n'a été révélé donc je sais, certainement sur qui et sur où, ils sont descendus. Allah m'a accordé un cœur sage et une langue éloquente."

Khawarizmi dans son Manaqib qui a rapporté d'Ubaya ibn Raba'i: "Ali avait l'habitude de dire: 'Interrogez-moi sur des sujets que vous ne comprenez pas avant que je vous laisse. Je jure par mon Seigneur qu'il n'y a pas dans un champ ou une terre désertique, des hommes qui égarent cent individus ou qui guident cent autres donc je connais leurs noms. J'assimile mieux que quiconque ceux qui dirigent le peuple ou les incitent au mal jusqu'au jour du jugement dernier."

Jalalu'd-din Suyuti dans Ta'rikhu'l-Khulafa, p.124. Badru'd-din Hanafi dans Umdatu'l-Qari. Muhibu'd-din Tabari dans Riyazu'n-Nuzra, v.II, p.198.

Suyuti dans Tafsir-e-Itqan, v.II, p.319 et Ibn Hajar Asqalani à Fathu'l-Bari, v.VIII, p.485 et également dans Tahdhibu't-T ahdhib, v.VII, p.338 rapportent d'Ali :

"Demandez-moi les choses que vous aimez, je jure par Allah que je vous dirais toutes les choses qui se produiront jusqu'au jour du jugement. Si vous m'interrogez au sujet du livre d'Allah, je jure par mon Seigneur, qu'il n'y a pas un seul verset que je n'ai pas compris. Je sais si tel verset fut révélé la nuit ou le jour, sur des plaines ou sur des collines."

Publié dans B. Imam Ali (Premier Imam) | Pas de Commentaires "

'Aliyun Waliu llâh dans la Salat, le Adhan dans les sources sunnites et chiites

Posté par rouah12 le 14 janvier 2011

'Aliyun Waliu llâh dans le Coran, le Hadith et la Vie du Messager d'Allah (saws)

'Aliyun Waliu llâh dans le Coran, le Hadith et la Vie du Messager d'Allah (saws) 1

La Wilayat de l'Imam 'Ali (as) dans le Coran. 1

Aliyun Waliyullah récité dans le Adhan durant la vie du Messager d'Allah (saws) et après, selon une source sunnite 1

La wilayat de Ali (as) est écrite dans les cieux les plus haut 2

La wilayat d'Ali (as) dans les piliers du paradis. 3

Déclaration de la wilayat d'Ali (as) sur les portes du paradis. 3

Le prophète Moise (as) a écrit la kalima avec Aliyun waliyullah sur une montagne. 4

La kalima contenant 'Ali a été déclaré obligatoire pour tout croyant 5

Hadiths rapportés par les Imams Infaillibles (as) sur la Wilayat de 'Ali (as) dans la Salat, le Adhan, le Iqama et tous témoignages: 6

La Wilayat de l'Imam 'Ali (as) dans le Coran

Allah (SWT) dit dans le Coran : " Vous n'avez pas de Maître (Waliy) en dehors d'Allah et de Son Prophète, et de ceux qui ont accepté la Vérité :

ceux qui font la Prière et qui font l'aumône pendant qu'ils s'inclinent humblement. Ceux qui prennent pour Maîtres Allah, Son Prophète et ceux qui ont accepté la Vérité : voilà ceux qui forment le parti d'Allah, et qui seront les vainqueurs ! " (Sourate al-Mâ'idah, 5 : 55-56)

Tafsîrs sunnites :

Ibn al-Maghâzilî, le jurisconsulte Shâfi'ite dans son Manâqib, Jalâl-ud-Dîn al Suyûti dans al-Durr-ul-Manthûr, le théologien renommé Ahman al-Tha'labî dans Kashf-ul-Bayân, Sibt Ibn al-Jawzî dans Tathkirat Khawâc-al-Ummah, en rapport avec le verset de la Wilâyah cite d'Abû Tharr al-Ghifârî et Asmâ' Bint Umais (épouse d'Abû Bakr) qu' " ils ont dit qu'un jour où ils priaient dans la mosquée alors que le Prophète était présent, un mendiant demanda l'aumône. Personne ne lui donna rien. 'Alî qui était en état d'inclinaison rituelle (ruku'), pendant lequel il ne pouvait parler) fit signe au mendiant vers son doigt, et ce dernier lui en enleva alors l'anneau. Le Prophète vit ce qui se produisit, leva la tête vers le ciel et dit : " ô Allah, mon frère Moïse Vous a prié : " ô mon Seigneur, rends-moi fort et facilite ma tâche. Nommez-moi un assistant de ma famille, Aaron, mon frère. " Allah lui octroya une aide et renforça ses mains. Il leur donna une telle puissance et une telle poigne que personne ne pouvait les maîtriser. " … Moïse dit à son frère Aaron : " Remplace-moi auprès de mon peuple, fais ce qui est bien, ne suis pas la voie des pervers. " (7 :142)

Aliyun Waliyullah récité dans le Adhan durant la vie du Messager d'Allah (saws) et après, selon une source sunnite

Dans le livre Al Risala, Imam Abu Laith Al Harwi, un savant sunnite a cité Allamah Ibn Hajar Al Athqalani disant:

" Cette déclaration de " Aliyun Waliu llah ", au cours des six derniers mois du Saint Prophète (saw) et neuf mois après, étaient récitée cinq fois par jour.

Cela a donné l'occasion aux Rafizees (chiites) et ils ont commencé à le dire dans leur Adhan et Iqamahs. Mais ils ne savent pas que cette déclaration avait été abrogée parce que les Grands cheikhs (Abu Bakr et Omar), au cours de leur califat, n'ont pas autorisé que cela soit récité.

Et si l'un d'eux a été trouvé à récité cela, alors le grand Cheikh Umar Farooq avait l'habitude de les traiter très durement.

Ces Rafizees s'accrochent à Ali (as) et agissent sur selon un ordre abrogé. Ils en ont fait une habitude de le dire dans leur Adhan et Iqamahs et le considèrent comme la religion véritable.

Ils ne savent pas que les Cheikhs ont fourni de grands efforts pour arrêter sa récitation. Si sa récitation était autorisée, alors les grands Cheikhs l'aurait pratiquée eux-mêmes ".

Résumons cela :

1. Le troisième témoignage (Aliyun Waliu llah) a été récité par les fidèles aussi bien que par les adversaires, durant les six derniers mois du Saint Prophète (s.a.w.).

2. Cette récitation a continué pendant neuf mois après le Saint Prophète (saw) et les amis, ainsi que leurs adversaires avaient l'habitude de le réciter.

3. Après la période de neuf mois, les deux grands Cheikhs (Abu Bakr et Omar) ont cessé sa récitation.

4. La question n'est pas de de savoir si les deux cheikhs grands avaient le droit ou non d'abroger le hadith de Ghadir, mais il est très clair de la déclaration de l'Imam Abou Laith que les chiites avaient l'habitude de le réciter, malgré les sévères mesures disciplinaires prises par Omar Ibn Khattab, car ils le considéraient comme une partie de leur foi. Ils considéraient cette récitation comme une obligation qui ne peut être évitée en aucune circonstance, même s'ils étaient l'objet des mesures répressives du gouvernement.

La wilayat de Ali (as) est écrite dans les cieux les plus haut

Allah (swt) dit dans le Saint-Coran :

" Et s'ils veulent te tromper, alors Allah te suffira. C'est Lui qui t'a soutenu par Son secours, ainsi que par (l'assistance) des croyants. " Sourate 8, verset 62.

Dans le commentaire de ce verset par Suyuti, abu hurraira a entendu que le Prophète (saw) a dit que "Son Secours" désigne Ali (as) :

Le Prophète (saw) a dit : Il y a une inscription dans le septième ciel : Il n'y a pas de Dieu hormis Dieu, il n'y a pas d'égal à moi ou de partenaire, Muhammad est mon serviteur et mon messager, je l'ai soutenu par Ali.

Tafsir Durre Manthur, by al Hafiz Jalaladeen Suyuti, P 199 (arabe)

http://www.answering-ansar.org/fiqh/kalima_adhan/tafseer_dur_manthur_p199.jpg

Mohibudeen al Tabari dans son Riyadh al Nadira rapporte que le Prophète (saw) a dit qu'il a vu quand il a fait son ascension :

" Quand j'ai fait mon ascension, j'ai vu sur les piliers de l'arche une inscription qui disait : Il n'y a pas de Dieu hormis Dieu, Muhammad est mon serviteur et mon messager, je l'ai soutenu par Ali. "

Riyadh al Nadira, by Mohib al Tabari, Part 3, p 117 (arabe)

Allama Qadhi Ayaz a rapporté le même hadith dans son livre Kitab al-Shifa.Kitab al-Shifa, Page 89 (arabe)

La wilayat d'Ali (as) dans les piliers du paradis

Allamah Suleiman Qundoozi Hanafi a rapporté un hadith du Prophète (saw) dans son fameux livre Yanabee al-Muwaddat pris du livre de Arif Rabbani Sayyed Ali Hamadani "Muwaddat al-Qurba" qu'il y a trois lignes écrites sur les piliers du paradis :

Première ligne : Au nom de Dieu, le clément, le miséricordieux.

Deuxième ligne : Toutes les louanges à Allah, Seigneur de l'Univers.

Troisième ligne : Il n'y a de Dieu que Dieu, Muhammad est le messager de Dieu, Ali est un waliullah.

Yanabee al-Muwaddat, volume 2, page 77, published in Beirut

Le sunnite Allamah Muhammad Abdul Rauf dans son livre "Maîtresse des femmes du paradis" contient 50 hadiths en l'honneur de Fatima la pure (as), un de ces hadith du Prophète (saw) est de ibn Abbas et se trouve à la page 76 :

" Quand j'ai fais l'ascension, j'ai vu écrit dans les piliers du paradis : Il n'y a pas d'autre Dieu que Dieu, Muhammad est son messager, Ali est l'ami de Dieu, Hassan et Hussein sont les amis proches de Dieu et Fatima est la bien aimée de Dieu. "

Sayyidatun-Nisa al-Jannah, Page 76 (arabe)

Déclaration de la wilayat d'Ali (as) sur les portes du paradis

Dans Yanabi al-Mawadah, volume 1, page 294, publié à Beirut, nous trouvons le hadith suivant :

Jabir (ra) rapporte du Prophète (saw) :

J'ai vu ceci écrit dans les portes du paradis : Il n'y a de Dieu que Dieu, Muhammad est le Messager de Dieu, Ali est le Wali de Dieu et le frère du Messager de Dieu.

Yanabi al-Mawadah, Volume 1, Page 294 (arabe)

Riyadh al Nadira, Volume 2, Page 112 (arabe)

Shaykh Sibt Ibn al-Jauzi al-Hanafi dans son travail "Tadhkiratul Khawwas al Ummah", page 30 raconte un hadith rapporté par Jabir (ra) :

Le Prophète (saw) de Dieu a dit à Ali (as) : " Je jure par celui qui contrôle ma vie que sur les portes du paradis c'est écrit : Il n'y a de Dieu que Dieu, Muhammad est le messager de Dieu, Ali est le wali de Dieu et le frère du messager de Dieu. Cette kalima a été inscrite 2000 ans avant la création de l'univers. "

Un hanafite Mufti Ghulam Rasul dans "Hasab aur Nasab" Volume 1, page 116, rapporte le même hadith :

1. Manaqib Ali bin Abi Talib, page 91

2. Hilayat al Awliya, Volume 7 page 256

3. Tareekh Baghdad, Volume 7 page 387

4. Meezan al Itidal, Volume 1 page 457,

5. Zakhair al Uqba, page 66

6. Majma al Zawaid, Volume 9 page 111

7. Tadhkiratul Khawwas al Ummah, page 26

8. Kanz al Ummal, Volume 5 Page 36

Commentaire

Quand nous voyons que Dieu a mis cette kalima dans les cieux et au paradis, pourquoi nous ne pourrions pas le faire sur terre?

Le prophète Moise (as) a écrit la kalima avec Aliyun waliyullah sur une montagne

Dans Lisan al Meezan Volume 5 page 147 :

Hisham bin Abdul Malik fut convoqué du Hejaz à la Syrie. Dans un endroit appelé Balk, il a vu quelque chose d'écrit sur une montagne noir. Quand il a rejoint Amr, il a demandé si quelqu'un pouvait traduire ce qu'il y avait d'écrit sur la montagne. On lui dit qu'un homme âgé pouvait le faire. Il a emmené l'homme à la montagne et lui a montré les écrits. L'homme les a lus, puis a été surpris. Il lui dit : Donne-moi quelque chose pour que je puisse le traduire.

Puis il a traduit de l'hébreu les phrases suivantes :

Il n'y a de Dieu que Dieu,

Muhammad est le messager de Dieu,

Ali est le wali de Dieu

Ces mots ont été écrit par Moussa bin Imran…

Quand nous voyons qu'un grand Prophète a écrit Aliyun waliyullah, pourquoi ces nasibi critiquent les chiites qui disent cela dans leur kalima?

Un chrétien a récité la kalima avec Ali dedans en présence de l'Imam Ali (as)

Durant la bataille de siffin, l'armée sous le commandement de l'Imam Ali (as) n'arrivait pas à trouver de l'eau.

Il y avait une église près de là et l'Imam Ali (as) est allé leur demandé où pouvaient-ils se procurer de l'eau?

Ils ont répondu qu'il y a de l'eau seulement à quelques kilomètres d'ici. L'armée a alors demandé s'il devait aller boire là bas.

L'Imam Ali (as) leur a dit de ne pas s'inquiéter et l'armée s'est mis en marche quand soudain il (as) a tout arrêter et leur a demandé de creuser ici.

Ils ont commencé à creuser et ils ont trouvé une grosse pierre, l'Imam (as) leur a demandé d'enlever la pierre mais ils n'arrivaient pas. L'Imam Ali (as) a alors enlevé la pierre de ses propres mains et une fraîche a commencé à jaillir.

Un prêtre chrétien qui assistait à la scène alla vers Ali (as) et lui a demandé :

Es-tu un prophète?

Ali répond : Non

Le prêtre dit : Est un ange?

Ali répond : Non

Le prêtre dit : Si tu n'es ni un prophète ni un ange, qui es-tu alors?

Ali dit : Je suis le wasi (héritier) du sceau de tous les prophètes, Muhammad al Mustapha. Le prêtre dit : Donne-moi ta main pour que je puisse embrasser l'islam.

L'Imam lui tend la main et lui dit quoi dire, et donc le prêtre dit : J'atteste qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Dieu, j'atteste que Muhammad est le messager de Dieu et j'atteste que Ali est le wasi du Prophète Muhammad.

De Shawahid un Nubuwwa, by Abdul Rehman Jami, (Urdu edition printers Maktaba Nabavi, Gunjbaksh Rd., Lahore), Page 286 & 287

La kalima contenant 'Ali a été déclaré obligatoire pour tout croyant

Le sunnite Abu Naeem Isfahani dans le livre "Hilayath al Awliya", Volume 1, Page 66-67, a mis un hadith sous l'autorité du compagnon Abu Burdah:

Il n'y a pas de doute que Dieu m'a fait une promesse en rapport à Ali. Je demandai à mon Seigneur : "Quelle est-elle?"

Dieu dit : "écoute" et j'ai répondu : "je suis à l'écoute" Très certainement Dieu a dit : " Ali est l'étendard de la guidance, l'Imam des saints et la lumière de la vérité pour ceux qui me suivent et c'est cette kalima qui a été rendue obligatoire pour les croyants.

Qui l'aime m'aime, et qui le déteste, me déteste. ô Muhammad apporte cette bonne nouvelle à Ali. "

Hilayath al Awliya, Volume 1, Page 66 & 67

http://www.answering-ansar.org/fiqh/kalima_adhan/haliyatul_awliya_p66-67.jpg

Un shafiite Maghazali a rapporté le même hadith dans : Manaqib Ameerul Momineen, Page 49

Hadiths rapportés par les Imams Infaillibles (as) sur la Wilayat de 'Ali (as) dans la Salat, le Adhan, le Iqama et tous témoignages:

Dans Tanvîrul Iman par le cheikh Al Yaqoob Kulayni: Il rapporte une tradition du Messager d'Allah (saws) : " Allah ordonna à Hazrat Mohammad Mustafa lorsque le Prophète (saws) revenait du Mi'raj: " Allah dit: " Informe ta Umma que Ali Waliu llah est le Wasîla entre toi et moi il qu'il ne faut pas le quitter. Et rappelez-vous que ni votre Adhan ne sera complet sans lui, ni le Iqamah ou la Prière, le Hajj ou laZakat, ni même votre naissance ou la mort sans le mentionner. "

Dans le livre Shajar-e-Touba Publié de Najaf - Irak: - Utba bin Amir Jehni compagnon du Saint Prophète (saws) rapporta : - " Nous avons fait l' "allégeance" de Rasoolu llâh (saws) en ces lignes: " Ash-hado anna La illaha illa llâh, wa Ash-had Anna Mohammadan Nabiyi'hi, wa an Ali'in Wasiyihi " : et si nous rejetons l'un de ces témoignages, nous deviendrons Kafir. "

Dans le livre Muqadmah Mishkat ul Anwar - Imam Ali Ibn Abi Talib dit : " Celui qui n'accepte pas / ne témoigne pas de ma Wilayat n'obtiendra aucun bénéfice de l'acceptation ou du témoignage de la Prophétie de Mohamed (saws) - Soyez conscients que ces deux témoignages sont obligatoires l'un avec l'autre. "

Ehtejaj-e-Tibrisi - Volume 1: L'Imam Jaffar as-Sadiq (as) dit: " Ainsi, chaque fois qu'on dit " Lâ ilalla illa llâh et Mohammadun Rasool Allah ", il doit imméditaement dire " Ali est Amîru l- Mominin Wali Ullah. "

Le point à noter dans la tradition ci-dessus de l'Imam Jaffar as-Sadiq (as), c'est que notre Imam n'a pas mis de restriction à l'ordre, ce qui signifie que nous devons le réciter chaque fois et dans tous les lieux où nous récitons les deux premiers témoignages.

Le livre Imali Soudouq : L'Imam Ali Reda dit: " Dieu Tout-Puissant a dit qu'Il n'acceptera pas les actes d'adoration de quiconque à moins qu'il témoigne de la Wilayat de Moula Ali avec le Message du Prophète (saws). "

Publié dans Pratiques, B. Imam Ali (Premier Imam) | Pas de Commentaires "

Les cinq piliers de l'Islam et la Walaya

Posté par rouah12 le 14 septembre 2010

Abou Ishâq al-Tha'labî (grand savant sunnite) rapporte dans son commentaire de la sourate "Al-Ma'ârej", à partir de deux sources de foi:

" Le jour de Ghadîr Khom, le Prophète (SAW) appela les gens à se réunir. Il prit la main d'Ali et dit: "Pour qui je suis le dirigeant, Ali est son dirigeant".

Cette parole se propagea dans le pays et parvint jusqu'à Hareth b. al-No'mân al-Fahri. Il vint voir le Prophète (SAW) à dos de chameau, il s'abaissa, descendit et dit:

" ? Mohammed, tu nous as ordonné de témoigner qu'il n'y a de dieu qu'Allah, que tu es le Messager d'Allah, nous l'avons accepté, tu nous as ordonné de prier cinq fois, nous l'avons accepté, tu nous as ordonné de faire l'aumône, nous l'avons accepté, tu nous as ordonné de jeûner le mois de Ramadan, nous l'avons accepté, tu nous as ordonné de faire le pèlerinage, nous l'avons accepté.

Mais cela ne t'a pas satisfait, tu as élevé le statut de ton cousin, le préférant à nous et tu as dit: "Pour qui le suis le maître, Ali est son maître", cela vient-il de toi ou d'Allah?

Le Prophète (SAW) lui répondit: "Par Allah, qui est l'Unique, cela vient d'Allah l'Exalté".

Al-Hareth se prépara à partir en disant: "Par Allah, si ce que dit Mohammed est vrai, faites pleuvoir des pierres du ciel ou bien faites-nous affreusement souffrir".

A peine se hissa-t-il sur sa monture qu'Allah le Tout-Puissant fit pleuvoir des pierres sur son chameau qu'il en tomba raide.

Allah le Très-Haut révéla alors: "Un demandeur a demandé un châtiment échéant. Pour les mécréants, il n'est personne pour l'empêcher de Dieu le Maître des escaliers" [Al-Ma'arej, 1.]

Ainsi finit le hadith tout entier, et plusieurs auteurs sunnites l'admettent volontiers.

Publié dans B. Imam Ali (Premier Imam) | Pas de Commentaires "

Sermons de l'Imam 'Ali (as) sur le vrai visage de ce monde et la valeur de l'autre

Posté par rouah12 le 28 août 2010

LES TEMPS FUTURS

Il arrivera des temps, après moi, où rien ne sera aussi masqué que la vérité et rien d'aussi triomphant que l'iniquité, où les mensonges sur Dieu et son Messager seront la chose la plus courante.

Aucune marchandise n'aura moins de valeur que le Livre lorsqu'il sera cité dans son sens exact, et rien d'aussi cher que lui lorsque son sens sera déformé.

Il n'y aura rien d'aussi haïssable que le bien et rien d'aussi pratiqué que le mal.

Ceux qui étaient chargés de défendre le Livre l'auront abandonné et ceux qui l'avaient appris par cœur l'auront oublié.

Le Livre et ses partisans seront chassés et exilés, ils seront des compagnons de route qui ne trouveront nul refuge.

Ils seront au milieu des gens sans les fréquenter, ils seront avec eux sans faire corps avec eux, car la droiture et l'iniquité ne s'accordent pas, même si elles sont ensemble.

Les gens s'accorderont pour la désunion. Du Livre, ils ne retiendront que le nom et ils n'en sauront que l'écriture et la calligraphie.

Ils persécuteront les pieux sous toutes les formes, ils proclameront que leur attachement à Dieu est une imposture et ils puniront toute bonne action comme si elle était un péché.

Ceux qui vous ont précédés ont été anéantis pour leur relâchement et leur insouciance, lorsque le destin les a frappés et que l'excuse n'était plus valable et que la résipiscence n'était plus acceptée, alors ils eurent pour compagnons la détresse et la vengeance.

SERMON

ô vous les hommes! Quiconque demande le bon conseil à Dieu sera satisfait, quiconque prend sa divine parole comme guide sera dirigé vers la bonne voie, la meilleure.

Quiconque s'appuie sur Dieu est en sécurité, qui en est l'ennemi tremble.

I1 est inadmissible que celui qui connaît la grandeur de Dieu se fasse grand. Sa seule façon d'être grand est de s'humilier devant Lui, et ceux qui connaissent sa puissance ne peuvent être en sécurité qu'en se confiant entièrement à Lui. Ne vous sauvez pas devant ce qui est juste, comme le ferait un homme sain devant un galeux et un homme guéri devant un malade.

Vous ne pouvez connaître la bonne direction que lorsque vous connaîtrez ceux qui l'ont quittée, et vous ne vous attacherez au pacte avec le Livre que lorsque vous connaîtrez ceux qui l'ont rompu, et vous ne l'appliquerez qu'après avoir connu ceux qui s'en sont séparés.

Demandez donc tout cela à ceux qui maîtrisent le Livre, ils sont la nourriture du savoir et l'ennemi de l'ignorance. Ce sont eux qui vous révéleront leur savoir par leur jugement, leur silence exprimera leurs pensées et leurs apparences révéleront leur fond.

Ils n'outrepassent pas les lois religieuses et ne se contredisent pas. Le Livre est entre eux un témoin véridique et un silencieux éloquent.

SUR LE RENONCEMENT A CE MONDE ET LE D?SIR DE L'AUTRE

ô vous les hommes! Ce monde - là n'est qu'une transition et la vie future est l'éternité.

Profitez de votre passage pour assurer votre éternité.

Ne déchirez pas les voiles protecteurs devant celui qui connaît tous vos secrets.

Détachez vos cœurs de ce monde, avant que ne s'en détachent vos corps.

En ce monde vous êtes mis à l'épreuve, mais c'est pour l'autre que vous avez été créés.

Quand quelqu'un meurt,1es gens disent "Qu'a-t-il laissé"? et les anges disent: "Qu'a-t-il avancé?"

Avant votre mort, faites-vous précéder de quelques œuvres pies qui seront portées à votre crédit dans l'au-delà. Ne négligez pas toutes vos obligations ici-bas car ce sont des dettes dont vous vous acquitterez dans l'autre monde.

CE MONDE EST EPHEMERE

ô vous les hommes! Vous n'êtes en ce monde qu'un élément que ballotte la mort, chaque gorgée peut vous étouffer, chaque bouchée vous être fatale.

Vous n'y récolterez un bien qu'en abandonnant un autre. Vous ne pouvez vivre un jour qu'en voyant approcher votre fin d'un jour.

Tout ce qui se renouvelle en augmentant vos biens est venu remplacer d'autres que vous avez déjà consommés. Vous n'aurez un parent de plus qu'en ayant un de moins. Vous n'aurez quelque chose de nouveau que déjà le nouveau est devenu ancien. Vous ne verrez croître une moisson que la voilà fauchée.

Il en est passé des ancêtres dont nous sommes les rameaux. Comment peut durer un rameau après la fin de son origine?

QU'EST-CE QUE LA FOI?

C'est une voie aux pourtours clairs, éblouissante de lumière.

Par la foi, tu peux être dirigé vers les bonnes actions et réciproquement par les bonnes actions, tu seras dirigé vers la foi.

Par la foi s'épanouissent les sciences, par les sciences on a conscience de la mort, par la mort arrive la fin de la vie ici-bas, par la vie d'ici-bas se mérite l'autre monde, par la résurrection se rapprochent le paradis et l'enfer préparé pour ceux qui se sont laissé distraire.

Les gens n'ont aucun moyen d'éviter la résurrection. Ils y vont avec précipitation pour atteindre le but suprême.

L'ETAT DES HABITANTS DES TOMBES A LA RESURRECTION

Ils émergent de la quiétude des tombeaux pour se diriger vers le but final.

Chaque lieu de séjour aura ses gens. Ils ne peuvent l'échanger ni en être transférés.

Ordonner ce qui est convenable, interdire ce qui est répréhensible sont deux caractéristiques de Dieu. Gloire à Lui! S'y conformer n'abrège pas la vie et ne diminue pas la fortune.

Attachez-vous au Livre de Dieu, car il est le lien solide et la lumière éclatante. I1 est également le remède bienfaisant,1a boisson désaltérante, la protection pour qui s'en inspire et le salut pour qui s'y attache.

Il n'est jamais dépassé pour avoir besoin d'être mis à jour ou corrigé, il ne dévie point pour mériter des reproches; sa lecture répétée n'est pas ennuyeuse pour l'ouïe. Qui le cite dit vrai et qui s'en inspire dans sa vie devance les autres au paradis.

DESCRIPTION DE LA VIE ICI BAS

Nous louons Dieu pour ce qui est, nous implorons son aide pour ce qui sera, nous lui demandons la sécurité dans notre religion comme nous la lui demandons pour nos corps.

Adorateurs de Dieu! Je vous conseille le rejet de ce monde qui vous abandonnera, bien que vous n'aimiez pas l'abandonner, qui dégradera vos corps alors que vous désirez les rajeunir.

Vous êtes comme des voyageurs qui se sont mis en route et qui imaginent qu'ils sont arrivés à destination. Ils ont franchi une étape et ils croient avoir atteint le but!

Quel est long le chemin que l'homme doit parcourir pour arriver au but, alors qu'il ne lui reste que peu de temps pour vivre, que la mort le guette et qu'il doit quitter à regret ce monde où il s'agite!

Ne rivalisez donc pas de puissance et d'orgueil, ne soyez pas éblouis par les beautés et les richesses, soyez fermes devant l'épreuve et le malheur, car la puissance et l'orgueil ont une fin, la beauté et la richesse sont appelées à disparaître, l'adversité et le malheur n'ont qu'un temps; tout instant en ce monde est délimité et toute la vie est destinée à la mort.

N'avez-vous donc point, dans l'exemple des anciens, de quoi vous faire repousser ce monde et dans vos ancêtres, de quoi vous éclairer et vous donner à réfléchir, si vous étiez un tant soit peu sages?

Vous n'avez pas remarqué que ceux qui vous ont précédés ne sont pas revenus et que ceux qui restent ne resteront pas toujours. Vous ne voyez pas que les gens ici-bas se réveillent le matin dans une situation et se couchent le soir dans une autre.

Voici un mort que l'on pleure, un affligé que l'on console, un blessé souffrant, un absent qui revient, un autre qui fait don de sa vie, un autre encore qui demande le bien de ce monde alors que c'est la mort qui le demande, un insouciant alors que Dieu n'est pas insouciant pour lui, et sur la trace de ceux qui ont disparu marchent ceux qui restent encore.

Alors! Souvenez-vous de ce qui détruit les jouissances, qui contrarie les désirs, qui rompt les espoirs, lorsque vous aurez l'intention d'accomplir un acte détestable; demandez le secours de Dieu pour remplir votre devoir envers Lui et profitez de ses biens et de sa bienveillance que nul ne peut compter.