Aperçu des Grandes Ames de l’Humanité
 
Des invocations pour aplanir les aspérités de la vie

L'ouvrage de l'Imam (s) cité ci-dessus est considéré comme Guide de l'élévation spirituelle pour faire vivre l'intérieur et l'extérieur. En effet, nous pouvons aller où nous voulons, chercher tout ce que nous voulons, nous ne trouverons pas au-dessus une voie plus élevée que celle à laquelle ouvrent les invocations de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) : " Après la louange à Çááå-Dieu, citée ci-dessus, il (s) avait l'habitude d'implorer en appelant les Bénédictions de Çááå-Dieu sur Son Messager, que Çááå-Dieu le bénisse ainsi que les Gens de sa Demeure.

" 1. La louange appartient à Çááå-Dieu, Celui qui a fait preuve de Bonté à notre égard à travers Mohammed - Que Çááå-Dieu le bénisse ainsi que les Gens de Sa Demeure - ce qui n'avait été accordé ni aux communautés d'antan ni aux générations passées, étendant ainsi Son Pouvoir face auquel rien ne peut faire obstacle tant il est immense, et rien ne peut lui échapper tant il est pénétrant. 2. IL a scellé en nous tout ce qu'IL a créé ; IL nous a désignés comme témoins face à ceux qui Le dénient, IL a augmenté en nous sa bienveillance pour ceux qui sont peu nombreux. 3. ô Mon Dieu ! Bénis Mohammed devenu Ton confident par Ta Révélation ; que Tu as rendu le plus émérite parmi Tes créatures ; le plus dévoué envers Toi parmi Tes serviteurs ; le Guide-Imam de la miséricorde ; le commandeur du bien ; le dévouement de la grâce ; qui a mis son âme au service de Ta Cause ; qui a protégé son corps des desseins détestables par amour pour Toi ; 6. qui a montré de la fermeté à l'égard de ses proches pour qu'ils se soumettent à Toi ; 7. qui a combattu son propre clan familial pour Ta suprême satisfaction ; 8. qui a coupé les cordons ombilicaux en donnant vie à Ta Religion ; 9. qui s'est éloigné de ses proches par le déni ; 10. qui s'est rapproché de ceux qui lui étaient lointains parce qu'ils T'ont répondu ; 11. qui a montré de l'amitié au plus distant par amour pour Toi ; 12. qui a manifesté de l'antipathie envers le proche par amour pour Toi ; 13. qui a habitué son âme à la persévérance pour transmettre Ton Message ; 14. qui l'a usée à l'appel de Ta croyance ; 15. qui l'a assujettie aux instructions à donner à ceux qui étaient dignes de Tes commandements ; 16. forcé à l'émigration dans la terre de l'exil et en un lieu éloigné de la demeure de la selle de sa monture ; de l'endroit de l'empreinte de ses pieds ; de la terre de sa naissance ; et de la résidence intime de son âme ; désireux d'exhorter à Ta Religion et recherchant du secours face à ceux qui ne croient pas en Toi ; 17. jusqu'à entreprendre contre Tes ennemis pour qu'ils le rejoignent ; 18. et jusqu'à ce qu'il avait prévu pour Tes amis soit accompli. 19. Il s'est levé contre eux jusqu'à la victoire par la puissance de Ton aide ; malgré son infériorité en nombre il est devenu puissant par Ton assistance. 20. Il les combattra au cœur même de leurs cités. 21. et il les défiera à l'intérieur de leurs résidences ; 22. jusqu'à ce que Ton commandement ait prédominé et que Ta Parole soit établie au-dessus, n'en déplaise à l'adversité des idolâtres . 23. ? Mon Çááå-Dieu ! élève-le, en honneur de ses engagements par amour de Toi, aux plus hautes stations de Ton Jardin ; 24. parce que personne ne peut se prévaloir de sa station, ne peut atteindre sa grandeur, et ni un ange rapproché, ni un Prophète envoyé ne peuvent rivaliser avec lui dans Ton dessein. 25. Et informe-le, à propos des Gens de sa Demeure purifiée et de sa communauté de Croyants d'une suprême intercession, plus grandiose encore que ce que Tu lui avais promis !. 26. ô Gardien des promesse ! ô Croyant dans Ta Parole ! ô Celui qui change les mauvaises actions en bonnes œuvres manifestes ! Tu possèdes l'art de la Bonté abondante ! ".

Dans ce monde où nous disposons de tout selon nos vues, où nous réglons tout selon nos désirs, toujours nous trouverons qu'il nous faut quelque chose de Haut pour combler les exigences de l'âme, que nous le voulions ou non, et ainsi nous trouverons toujours l'ouvrage destiné à l'âme : As-Sâhîfa as-Sajjàdiyya Al-Kamila de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s), l'éclairé et le purifié intérieurement, qui ne cessera d'aspirer aux biens éternels. Il (s) enseigne à prendre conscience de ce qui passe, à aimer ce qui dure éternellement, à oublier les petitesses du monde d'ici-bas et à désirer la Lumière : " Ci-dessous, son invocation pour lui-même (s) et les Gens qui sont sous sa Guidance.

" 1. ô Toi dont les merveilles de Sa splendeur n'ont pas de fin ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille et que Ta Protection soit sur nous pour nous épargner de la déviance à l'égard de Ta Splendeur ! 2. ô Toi dont la Souveraineté n'a pas de terme ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que nos cous soient libérés par Ta volonté de Ton châtiment ! 3. ô Toi dont les Trésors de Sa Miséricorde ne peuvent s'épuiser ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et qu'une part de Ta Miséricorde nous soit attribuée ! 4. ô Toi dont la vue couvre tout ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que nous soyons installés dans Ta proche proximité ! 5. ô Toi dont la Grandeur fait que tout ce qui est grand est petit ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que nous soyons honorés de Ton Honneur ! 6. ô Toi pour Qui ce qui est caché dans les nouvelles est manifeste ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que nous ne soyons pas exposés devant Toi ! 7. ô Mon Dieu ! Fais qu'au travers de Ta faveur nous n'ayons pas besoin des faveurs des autres ; fais qu'à travers Ton Lien nous ne soyons pas dans la solitude de ceux qui le rompent ; fais qu'au travers de Ton don désintéressé nous n'ayons pas à solliciter les autres ; fais qu'au travers de Ta Bonté nous ne ressentions aucune séparation par le fait de l'absence de l'autre. 8. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, que Ton dessein soit en notre faveur et non contre nous ; que Ta prescription soit à notre crédit et non à notre perte ; fais que l'avantage soit de notre côté et non de celui des autres ! 9. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, que par Toi nous soyons protégés ; que par Toi nous soyons assistés ; que par Toi nous soyons dirigés et accorde-nous d'être dans Ta proximité ! Celui que Tu protèges est sauf ; celui que Tu diriges est savant ; et celui auquel Tu accordes Ta proximité engrange les richesses. 10. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, épargne-nous les revers tranchants de la vie qui tourne, les pièges du Satan maudit, et la violence de l'oppression du souverain ! 11. ô Mon Dieu ! Ce n'est que par la bonté de Ta puissance que l'épargné est épargné ; aussi, Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que Ta grâce soit avec nous ! Ce n'est qu'au travers de Ta richesse que les donneurs peuvent donner ; aussi, que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que Tes dons nous parviennent ! Seul l'Eclat de Ta Face peut diriger ceux qui sont guidés ; aussi, que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que nous soyons guidés par Toi ! 12. ô Mon Dieu ! celui auquel Tu accordes la faveur de Ton amitié ne peut être offensé par le reniement de ceux qui renient ; celui auquel Tu donnes ne peut être démuni par la reprise de ceux qui reprennent ; celui que Tu diriges ne peut être égaré par l'égarement de ceux qui égarent. 13. que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et que par Ta puissance nous soyons protégés de Tes créatures ; que par Ton soutien nous soyons libérés du besoin demandé à un autre que Toi ; et que par Ta juste Guidance nous marchions sur le chemin de la Vérité. 14. ô Mon Dieu ! que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et fais que par Ta Grandeur nos cœurs soient inspirés de Ton souvenir ; que par ta Générosité cesse le désœuvrement de nos corps ; et que par Ta Bienveillance le flot de nos paroles en fasse son éloge ! 15. ô Mon Dieu ! que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et accorde-nous la faveur d'être de Tes appelants qui appellent à Toi ; de Tes guides qui guident vers Toi, et de Tes Amis intimes que Tu as élus ! ô Le Plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde ".

Quel bonheur, ô ! Imam Ali Zayn Al-Abidin (s), et quel avantage de lire votre recueil de psaumes, Al-Sahîfat Al Sajjâdiyya, et d'en nourrir l'homme intérieur ! La réalité qui s'en dégage porte sans cesse au désir de les installer durablement dans les cœurs et de les communiquer aux autres d'une manière intime et secrète, humble et profonde, ardente et vive pour que les âmes qui soupirent après Çááå-Dieu, exalté soit-IL, soient spirituellement comblées, secourues et fortifiées par les vérités de vos propos qui triomphent des cœurs les plus insensibles. ô Mon Dieu ! Faites qu'il soit conservé dans les cœurs le souvenir des invocations de l'un de vos Amis rapprochés et intimes ; que rien ne sépare d'elles dans la vie d'ici-bas ; et que ce qui a été laissé par Votre Ami rapproché soit pour les âmes un remède pour l'éternité.

Ci-dessous, Son Invocation de l'Aube et du Crépuscule.
" 1. La louange appartient à Çááå-Dieu par la Puissance de Qui ont été créé je jour et la nuit ; 2. par le Pouvoir de Qui ils sont spécifiques l'un de l'autre ; 3. possédant chacun d'entre eux une extrémité déterminée selon un intervalle fluctuant. 4. IL a fait que chacun d'entre eux s'infiltre dans l'autre, tel un décret émanant de Son pouvoir, par lequel IL rassasie Ses serviteurs et ainsi IL les fait croître. 5. IL a établi pour eux la nuit pour qu'ils se reposent de la fatigue du corps qui œuvre ainsi que du harassement de l'effort. IL en a fait un habit pour eux afin qu'ils soient couverts dans leurs aises et dans leurs sommeils ; afin de leur procurer de la fraîcheur et du réconfort ; afin, aussi, qu'ils y trouvent du plaisir et de l'affection. 6. IL a disposé pour eux "Le Signe du jour pour que vous recherchiez les bienfaits de votre Seigneur" , pour qu'au travers de Son approvisionnement ils trouvent leurs moyens de subsistance ; pour qu'ils puissent circuler librement sur Sa Terre à la recherche du nécessaire immédiat pour mener à bien leur vie dans ce monde et préparer leur vie future. 7. Par tout cela, IL leur a institué une position droite ; IL met à l'épreuve leurs œuvres ; IL a mis sous surveillance leur conduite face à Son obéissance, les moments de l'exécution de Ses obligations, et les points concernés par Ses ordonnances : "Afin qu'IL rétribue ceux qui font le mal d'après leurs actes et qu'IL rétribue ceux qui font le bien en leur accordant une très belle récompense" 8. ô Mon Dieu ! à Toi appartient la louange pour le ciel que Tu dévoiles pour nous à l'aube , nous donnant ainsi l'émerveillement de savourer la clarté du jour, nous dévoilant la manière de rechercher notre nourriture, et nous protégeant ainsi d'une existence dégradante. 9. A l'aube, c'est par Toi que nous et tout s'éveillent, les Cieux, la Terre et ce que Tu y as placé, l'immobile et le mobile, le sédentaire et le voyageur, ce qui s'élève dans les airs et ce qui demeure sur la terre. 10. C'est par Ton éminence que nous nous mettons debout à l'aube : Ton Royaume et Ton règne nous comblent, et Ta volonté nous satisfait. C'est par Ton dessein que nous nous déplaçons, et par Ta Guidance que nous nous engageons sur telle ou telle voie. 11. Nous ne détenons rien de cette affaire excepté ce que Tu en as décrété, et aucun avantage excepté ce que Tu en a décidé. 12. Ceci est une fraîcheur, un jour nouveau, un témoin prodigieux face à nous. Si nous œuvrons pour le bien, il prendra congé de nous chargé d'éloges, et si nous œuvrons pour le mal, il prendra congé de nous chargé de blâmes. 13. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, comble-nous des jours glorieux de ses Compagnons, épargne-nous d'un mauvais retour pour avoir œuvré dans l'erreur ou commis un péché qu'il soit excessif ou insignifiant ! 14. Fais qu'il soit empli de nos bonnes œuvres et vide des mauvaises, et comble, pour nous, ce qui s'étend entre ses deux extrémités, d'éloges et d'actions de grâce, de rétributions et de provisions, de générosité et de bienfaisance ! 15. ô Mon Dieu ! Allège le poids de notre fardeau parmi les Rapporteurs véridiques , couvre nos feuillets de nos bonnes œuvres et ne nous déshonore pas devant eux en dévoilant nos actions corrompues. 16. ô Mon Dieu ! porte à notre compte pour chaque instant du jour un bienfait accordé à Tes serviteurs, une part de Tes Bénédictions, ainsi qu'un témoin véridique nommé parmi Tes anges ! 17. ô Mon Dieu ! que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et protège-nous de ce qui est devant et derrière nous, de ce qui est à nos flancs droit et gauche, et de ce qui est sur tous nos chemins , épargne-nous de ce qui nous porte à Te désobéir, dirige-nous dans la voie de Ton obéissance, et que nous agissions par amour pour Toi ! 18. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et accorde-nous la faveur de la victoire pour la durée de notre séjour, pour les nuits de notre séjour, et pour tout ce qui le concerne d'agir pour le bien et de délaisser le mal, de faire preuve de gratitude face aux faveurs, d'accomplir les références de vie de la sunna, de ne pas s'engouffrer dans les revirements, de recommander le bien, d'interdire le mal, de prendre la défense de l'Islam, d'éradiquer le faux jusqu'à le faire disparaître, d'assister le vrai jusqu'à l'exalter, de guider l'égaré, de porter assistance au faible, et se maintenir à l'écart de l'esprit rebelle ! 19. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, et fasse que ce jour soit le plus comblé de ceux que nous avons connus ; le plus excellent compagnon que nous ayons accompagné ; et le plus sublime instant dans lequel nous nous sommes attardés ! 20.

Installe-nous dans la proximité du plus satisfait de toutes Tes créatures, dont le jour et la nuit sont au loin ; le plus reconnaissant des reconnaissants pour la préférence que Tu lui as accordée ; le plus déterminé des déterminés dans les commandements que Tu as fait descendre et inscrire dans la sha'ria ; et le plus soumis des soumis envers Tes interdits dont Tu as mentionné leurs Conséquences ! 21. ô Mon Dieu ! Je te prends pour Témoin - et Ton témoignage est suffisant - et j'en appelle au témoignage de Tes cieux et de Ta terre, de Tes anges et de toutes Tes créatures qui les habitent, en mon jour, en mon heure, en ma nuit et en mon lieu de repos, que je témoigne que Tu es Çááå-Dieu, en dehors de Qui il n'y a pas d'autre dieu, le Pilier de la Justice, l'Equité dans le Jugement, "bon envers Ses serviteurs" , "Souverain du Royaume" Compatissant envers Ses créatures, 22. et que Mohammed est Son serviteur et Son Messager, que Tu l'as élu parmi Tes créatures.

Tu lui a confié Ton Message et il l'a transmis ; Tu lui as ordonné de conseiller sa communauté et il l'a conseillée. 23. ô Mon Dieu ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille avec plus d'abondance que Tu en as béni aucune de Tes créatures ! par amour pour nous accorde-lui la sur-excellence de tout ce que Tu as fait parvenir à Tes serviteurs ; et par notre plaidoyer rétribue-le du sur-méritoire et de la surabondance par lesquels Tu as récompensé chacun de Tes Prophètes au nom de leur communauté ! 24. Tout ce que Tu ériges est certes grandiose, le Pardonneur de l'excessif, et Tu fais davantage miséricorde que tout possesseur de miséricorde ! Que Tes Bénédictions soient sur Mohammed et sur sa Famille, le bienveillant, le pur, l'élu, le sur-excellent ! ". ".

*
* *

Cinquième Imam Successeur MOHAMMED AL-BAQIR BEN ALI AL-SAJJAD Que la Paix soit avec lui

_____________________________________________________________________________________

Nom : Mohammed Al-Bâqir Ben Ali Al-Sajjad, que la Paix soit avec lui.
Position : Cinquième Imam successeur au Prophète Mohammed (pslf).
Nom du père : Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb (s)
Nom de la mère : Dame Fatima, fille du deuxième Imam Al-Hassan (s).
Nom familier : Abu Ja'afar.
Nom honorifique : Al-Bâqir.
Lieu et date de naissance : Médine, le 3 Safar de l'an 57 de l'Hégire-16.12.676 après le Prophète Jésus (s).
Date de décès : Mort empoisonné le 7 Dhu al-hujjah de l'an 114 de l'Hégire-28.01.733 après le Prophète Jésus (s).
Lieu des funérailles : Médine la Sainte, Arabie.

*

* *

...Nous sommes tous Mohammed...

L E premier Imam a dit : " Je suis par rapport à Mohammed comme la lumière par rapport à la lumière ". Cheikh Ahmad explique : " Cette lumière est totalement en Mohammed ; elle est totalement en l'Imam Ali ; totalement en Fatima ; totalement en l'Imam Hassan ; totalement en l'Imam Hossein, ainsi de suite pour chacun des Quatorze Très-Purs. Car malgré sa multiplication, elle est une. C'est ce que veulent dire les Imams en disant : Nous sommes tous Mohammed. Le premier d'entre nous est Mohammed. Celui qui est au milieu, est Mohammed. Le dernier d'entre nous est Mohammed ".

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'assassinat de l'Imam Ali (s), l'empoisonnement de l'Imam Al-Hassan (s), le meurtre de l'Imam Al-Hossein : le martyr de Karbala (s), l'empoisonnement de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s), n'ont pas calmé l'ardeur des opposants aux Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ. D'autre part, les fâcheuses conditions imposées à l'Intelligence islamique obligeaient les Imams (s) à la prudence car l'environnement cultuel et culturel imprégné à nouveau de l'idéologie-système de la Jahiliyyah n'admettait pas les changements engendrés par l'application de la Pensée coranique et de la Tradition théologique et politique du Prophète Mohammed (pslf).

L'Imam Al-Baqir n'échappera pas à la répression spirituelle et intellectuelle. Mais son devoir d'honorer l'engagement des Imams vis-à-vis de Çááå-Dieu et de Sa Sainte Alliance : Prophète Mohammed (pslf)-Imam Ali (s) est indépendant de la fantaisie des hommes parce qu'il consiste dans les qualités exceptionnelles d'élévation de l'âme intelligente des Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ. C'est pourquoi leur grandeur naturelle rend plus estimable leur science, leur lumière de l'esprit, leur vertu à pouvoir répondre à toutes les questions : " Umru b.Ubayd, un des principaux mu'tazilites de l'époque voulait examiner le savoir de l'Imam. Il vint à lui et lui demanda de lui expliquer le verset suivant : " Ceux qui ne croient pas, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte. Ensuite nous les avons séparés et fait de l'eau toute chose vivante ", et la signification de ritq et fitq.

" L'Imam répondit : " Le ciel était " fermé, ritq ", c'est-à-dire que l'eau n'en descendait pas, et la terre était " fermée, fitq ", les plantes n'y poussaient pas. Çááå-Dieu a alors " décousu " le ciel par la goutte d'eau et " décousu " la terre par la plante ".

Toujours sous la tutelle de la cruauté

A une époque où l'on honorait les puissants et les roturiers parce que cela était une obligation, la grandeur et la noblesse des Imams (s) de la lignée des Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ dérangeaient l'oligarchie en place. Toutefois, la Culture islamique mohammadienne qui est enseignée par les Imams (s) rend redevable à leur égard. Cela fait partie des respects naturels qui consistent dans l'estime et la gratitude qui leur sont dues d'avoir protégé, au prix de leur vie, le Message du Monothéisme pur : " Si on doit vraiment immortaliser certaines personnes, cela ne se fera pas par l'édification de statues dédiées à ceux que l'on veut immortaliser dans les cœurs, dans les esprits et sur les langues, en se souvenant de ce qu'ils ont laissé comme bonnes œuvres et comme actes, et de ce qu'ils ont laissé comme bons vestiges témoignant de leur sincérité pour les générations suivantes ".

C'est pourquoi le mépris et l'aversion sont dus aux comportements nuisibles et contraires à l'Intelligence islamique des Imams (s). Ces derniers ont été laissés par Çááå-Dieu car IL est Celui Qui élève par un environnement de gens pleins des qualités des Prophètes. Connaisseur de la condition naturelle, IL a donné les moyens d'élever et d'ennoblir l'islamité originelle faite de croyance monothéiste et de sociabilité pour que nous ne prétendions pas privilégier le règne de l'ego du " moi je ne sais rien " sur celui de l'intelligence : " Lorsque Çááå-Dieu, le Très-Haut créa l'intelligence, déclare l'Imam Bâqir, que la Paix soit avec lui, Il la dota d'entendement (istantaqahu) ; ensuite Il lui dit " avance ! " et elle avança, puis Il dit " recule ! " et elle recula ; Il dit alors : " Par Ma toute puissance et Ma majesté, Je n'ai pas créé de créature plus aimable à mes yeux que toi, et Je ne t'ai parachevée qu'en ceux que J'aime ; en vérité, c'est à toi que J'ordonne et à toi que J'interdis, c'est toi que Je récompense et toi que Je châtie ".

C'est cela que l'esprit de la contestation des droits des Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ n'a pas compris en voulant les dominer par la force et les traiter avec dureté, incapable de s'approcher d'eux (s) et de se contenter de leurs justes propos qui appellent au plaisir de la bienfaisance du savoir et de la connaissance. La préférence de l'acte de contestation à se damner sottement par la brutalité, par la violence, par les emportements, par les blasphèmes ne lui permettra pas de saisir l'ouverture à la voie de la sagesse et de l'honnêteté de la vérité. L'esprit de la contestation refusera de se détourner de la vie brutale dans laquelle il se laissera emporter par coutume et tradition, faute de vouloir accepter et honorer la Culture islamique mohammadienne issue de la Sainte Alliance Prophète Mohammed (pslf)-Imam Ali (s).

C'est pourquoi le calife Hishâm b. Abdul Malik : " … fut implacable envers la politique réformatrice de l'Imam. De nombreux soulèvements et révoltes eurent lieu à son époque, et notamment le soulèvement du martyr Zayd b. Ali qui était un écho au soulèvement d'Al-Hossein (s). Le calife réprima impitoyablement cette révolte, ordonna ensuite de crucifier les martyrs, de les brûler et de jeter leurs cendres dans l'Euphrate.

" Hishâm ordonna ensuite de tuer Jâbir b. Yazîd al Jafî, l'un des plus illustres compagnons de l'Imam al-Bâqir (s), qui dut échapper à la sentence en se faisant passer pour fou. Mais Hishâm savait que la Source de la Lumière qui rayonnait dans la communauté était la présence de l'Imam al-Bâqir (s). Il ordonna de l'emmener à Damas et de l'enfermer.

" En prison, l'Imam (s) poursuivit sa politique de formation non seulement parmi les prisonniers, mais également au sein de la population de Damas. C'est pourquoi il fut renvoyé à Médine, où il fut empoisonné en l'an 114 Hégire "

Aussi loin que remonte l'Histoire Sainte Islamique, une certitude l'habite : le système dynastique était condamné même s'il survit encore dans le monde d'aujourd'hui. Sous l'effet de crises continuelles pour le pouvoir temporel sans cesse plus difficiles à résorber par l'appareil dynastique, les contradictions qu'il véhicule s'aggravent irrémédiablement par l'absence d'un but plus élevé que celui du simple " moi-je " suis le roi, l'empereur.

A terme, l'histoire a démontré la véracité de l'enseignement islamique mohammadienne et la force des données sociologiques du mouvement constitutionnel islamique ayant débuté à Médine la Radieuse. Le système dynastique calqué sur le culte impérial des Romains et des Perses aboutira à une crise générale, annoncée et décrite par tous les Imams (s) qui, forts de leurs connaissances de l'Histoire de l'humanité, ne voyaient aucun développement durable d'un tel système privatif des assises islamiques spirituelles, intellectuelles, morales et sociales.

Prière de l'Imam Mohammed Al-Bâqir Que la Paix soit avec lui

Cette prière rapportée de l'Imam Al-Bâqir est à réciter avant l'aube (sahar) pendant les nuits du mois de ramadân et aussi dans une version beaucoup plus longue mais qui ne présente pratiquement pas de variation sur la partie commune le jour anniversaire de la mubâhala . Si l'Imam Khomeiny a décidé d'y consacrer un commentaire, c'est en raison de sa valeur particulièrement élevée " du fait qu'elle renferme en elle les plus beaux Attributs divins et les plus sublimes exemples (Al-amthâl Al-'ulyâ) seigneuriaux et que s'y trouve le Nom suprême (ism a'zam) et la manifestation la plus complète et la plus ancienne (aqdam) [selon l'ordre ontologique des manifestations purement métaphysiques, non pas selon un ordre temporel auquel elles ne sont pas soumises]" (sharh, p. 5).

1. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta splendeur la plus splendide, or toute Ta splendeur est splendide : ô Mon Dieu, je Te demande par Ta splendeur toute entière. 2. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta beauté la plus belle, or toute Ta beauté est belle ! ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta beauté toute entière.

3. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta majesté la plus majestueuse, or toute Ta majesté est majestueuse ! ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta majesté toute entière. 4. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton immensité la plus immense, or toute Ton immensité est immense : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton immensité toute entière 5. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta lumière la plus lumineuse, or toute Ta lumière est lumineuse ! ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta lumière toute entière. 6. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta miséricorde la plus miséricordieuse, or toute Ta miséricorde est miséricordieuse : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta miséricorde toute entière 7. ô ! Mon DIEU, je Te demande par la plus accomplie de Tes paroles, or toutes Tes paroles sont accomplies : ô ! Mon DIEU, je te demande par la totalité de Tes paroles.

8. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta perfection la plus parfaite, or toute Ta perfection est parfaite : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta perfection toute entière 9. ô ! Mon DIEU, je Te demande par le plus grand de Tes Noms, or tous Tes noms sont grands : ô ! Mon DIEU, je Te demande par la totalité de Tes noms. 10. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta toute puissance la plus toute puissante, or toute Ta toute puissance est toute-puissante : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta toute-puissance toute entière.

11. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta volonté la plus accomplie, or toute Ta volonté est accomplie : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta volonté toute entière. 12. ô ! Mon DIEU, je Te demande par le pouvoir par lequel Tu as autorité sur toute chose, or tout Ton pouvoir fait autorité : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton pouvoir tout entier.

13. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton savoir le plus pénétrant, or tout Ton savoir est pénétrant : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton Savoir tout entier. 14. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton dire le plus agréé, or tout Tes dires sont agréés : ô ! Mon DIEU, je Te demande par la totalité de Tes dires. 15. ô ! Mon DIEU, je Te demande par la plus aimée de Toi des demandes que l'on Te fait, or toutes les demandes que l'on Te fait sont aimées de Toi : ô ! Mon DIEU, je Te demande par la totalité des demandes que l'on Te fait.

16. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta dignité la plus digne, or toute Ta dignité est digne : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta dignité toute entière.
17. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta souveraineté la plus durable, or toute Ta souveraineté est durable : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta souveraineté toute entière.

18. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton règne le plus éclatant, or tout Ton règne est éclatant : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ton règne tout entier. 19. ô ! Mon DIEU je Te demande par Ton élévation la plus sublime, or toute Ton élévation est sublime : ô ! Mon DIEU je Te demande par Ton élévation toute entière. 20. ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta grâce la plus ancienne, or toutes Tes grâces sont depuis toujours : ô ! Mon DIEU, je Te demande par Ta grâce toute entière. 21. ô ! Mon DIEU, je Te demande par le plus noble de Tes signes, or tous Tes signes sont nobles : ô ! Mon DIEU, je Te demande par la totalité de Tes signes. 22. ô ! Mon DIEU, je Te demande par l'Importance et la Domination qui sont tiennes et je Te demande par toute chose importante et toute domination isolément. 23. ô ! Mon DIEU, je Te demande par ce qui fera que Tu me répondes lorsque je Te demande, alors réponds moi, ô DIEU ! "

*

* *

Sixième Imam Successeur JA'FAR AS-SADEQ BEN MOHAMMED AL-BAQIR Que la Paix soit avec lui

_____________________________________________________________________________________

Nom : Ja'afar As-Sâdeq Ben Mohammed Al-Bâqir, que la Paix soit avec lui.
Position : Sixième Imam successeur au Prophète Mohammed (pslf).
Nom du père : Mohammed Al-Bâqir Ben Ali Al-Sajjad (s)
Nom de la mère : Fille de Al-Qasim b. Mohammed b. Abi Bakr.
Nom familier : Abu Abdillah, Abu Moussa.
Nom honorifique : As-Sâdeq.
Lieu et date de naissance : Médine, le 17 Rabi 1 de l'an 83 de l'Hégire-20.04.702 après le Prophète Jésus (s).
Date de décès : Mort empoisonné le 25 Chawwal de l'an 148 de l'Hégire-14.12.765 après le Prophète Jésus (s).

*

* *

L'Imam Al-Bâqer est la science formatrice au savoir Que la Paix soit avec lui

N UL homme qui ne fut un Prophète n'a accordé autant de valeur intrinsèque au langage des sciences que l'Imam Ja'afar as-Sadiq (s), et nul scientifique n'a fait de l'art de la preuve une étude plus minutieuse et plus profonde. A ses yeux, en effet, la science n'est rien par elle-même si la source de son inspiration ne provient pas de Çááå-Dieu, exalté soit-IL, c'est dans cette source que sa pensée trouve à la fois son principe et sa vitalité : " ... à l'un de ses disciples d'élection, Mufaddal, qui lui demande : " Comment étiez-vous lorsque vous étiez dans les ombres (fî l-azilla) ? ". L'Imam répondit : " ô Mufaddal, nous étions dans une ombre verte auprès de notre Seigneur, sans qu'il y ait personne d'autre que nous auprès de Lui, proclamant Sa transcendance, Sa sainteté, l'inexistence d'autre divinité que Lui et Sa gloire ; il n'y avait pas d'ange rapproché ni d'être vivant autre que nous, jusqu'à ce qu'il plût à Çááå-Dieu de créer les choses : Il créa alors ce qu'Il voulut - anges et autres - comme Il voulut, puis nous confia la science de cela ".

L'esprit de l'Imam Ja'afar as-Sadiq (s), contrairement à l'esprit de l'homme commun naturellement étroit, s'absorbe dans une occupation principale : former une multitude de savants qui assistent à ses cours, afin de ne plus laisser l'esprit se duper lui-même par l'attrait d'une liberté stérile de penser et d'interpréter les sciences sans y inclure le Souverain du savoir mais en se reposant sur l'illusion du savoir spontané. Pour cela, l'enseignement de l'Imam (s) apprend à ne plus arrêter le regard à notre " moi je ", de ne plus connaître la prétention d'émettre comme juste l'opinion personnelle, mais de considérer seulement le discours théologique et politique de la Sainte Alliance : Prophète Mohammed (pslf)-Imam Ali (s) transmis par les Imams Infaillibles (s) pour permettre à l'âme de voir directement les choses et aux sentiments du cœur de les extérioriser.

C'est cette pleine conscience de la pensée islamique que l'Imam Ja'afar as-Sadiq (s) transmet à ses élèves, cette vue immédiate des événements qui donne à l'islamité originelle faite de croyance monothéiste et de sociabilité la transparence qui est son unique et essentielle vertu : " D'un groupe de nos compagnons, de Ahmad ibn Mohammed, de Ibn Faddal, de Ali ibn Uqbah, de son père. Uqbah a dit : J'ai entendu Abu Abdallah (s) - sixième Imam - dire : Accomplissez votre affaire - chiisme - pour l'amour de Çááå-Dieu et non pour être vus des gens. Ce qui est accompli pour être vu des gens ne Lui parvient pas. Ne vous querellez pas avec les gens au sujet de votre foi car les querelles gâtent les cœurs.

" En vérité, Çááå-Dieu Tout Puissant a dit à Son Prophète : " Tu ne diriges pas celui que tu aimes, mais Çááå-Dieu dirige qui Il veut ". (Coran 28/56). Et Çááå-Dieu a également dit : " Est-ce à toi de contraindre les hommes à être Croyants ? ". (Coran 10/99). Laissez les gens tranquilles même s'ils ont reçu leur croyance d'autres gens alors que vous avez reçu votre Religion du Messager de Çááå-Dieu (pslf). En vérité, j'ai aussi entendu mon père dire : vraiment, lorsque Çááå-Dieu, Le Tout-Puissant et Le Glorieux, décide qu'une créature doit entrer dans cette voie - Chiisme - Il agit envers elle beaucoup plus rapidement que l'oiseau rejoignant son nid ".

Il est inutile de prouver à un Croyant que l'Imam Ja'afar as-Sadiq (s) a en effet atteint l'idéal théologique, politique, économique, juridique, sociologique, scientifique de l'école des Ahlul Beyt-ãÐåÈ Ãåá ÇáÈíÊ que la transparence est bien le caractère dominant de son enseignement, le reflet de la sincérité absolue de son âme soumise au projet islamique de société entièrement orientée au Bien même si la victoire de celui-ci se fait attendre pour des raisons impliquant les forces contraires du Mal face auxquelles l'Imam As-Sâdeq (s) doit faire preuve de sagesse, de patience, de vision lointaine, très lointaine.

L'Imam Khomeyni, en tant qu'historien avisé, souligne dans son ouvrage Le Gouvernement islamique, le comportement politique du sixième Imam (s) : " […] l'Imam As-Sâdeq (s) subissait la pression de gouvernements tyranniques, il était obligé de pratiquer la dissimulation (taquiya), il n'avait aucun pouvoir exécutif et il était la plupart du temps placé en résidence surveillée ; pourtant, il définissait les devoirs des Musulmans, il nommait les gouverneurs et les juges. Quel sens avaient ces actions ? Fondamentalement, quelle en était l'utilité ? Les grands hommes dotés d'un esprit large ne désespèrent jamais ! Ils font abstraction de leur situation du moment ; même s'ils sont en prison ou en captivité et que nul ne sait s'ils seront libérés ou pas, en toutes circonstances, ils font des projets pour faire progresser leurs objectifs afin qu'ils puissent, ultérieurement, les mettre personnellement en application ou que d'autres, si eux-mêmes se trouvent dans l'impossibilité de le faire, poursuivent ce travail et le réalisent, même si ce n'est que deux cents ou trois cents plus tard ".

L'Imam (s) possédait le don de Çááå-Dieu d'être inspiré et de pouvoir réaliser ; la rapidité avec laquelle il fait siennes les réponses qu'il (s) donne aux questionneurs, le caractère synthétique de sa méthode, attestent à quel point était singulière en lui et innée la faculté de voir dans l'espace les réponses qui se dessinaient naturellement en lui.

D'ailleurs, par les nombreuses biographies faisant l'éloge de l'Imam (s), il y a le moyen de sentir immédiatement la puissance et la magnificence de son savoir inspiré : " Sa position fut remarquable parmi ses contemporains qui voyaient en lui le descendant de la famille du Prophète et le symbole de la résistance à la tyrannie omayyade et abbasside. Ils voyaient également en lui un savant et un maître hors pair ainsi qu'un dirigeant, une force politique incontournable et un pôle qui est peut-être ignoré ".

C'est que l'Imam Ja'afar as-Sadiq (s), parfait connaisseur des sciences, est systématique autant qu'inspiré ; les réponses et les idées ne demeurent pas en lui isolées du monde existant, il (s) sait les transmettre et les enseigner pour en faire un monde harmonieux conforme aux exigences de Vérité de la Sainte Alliance :
Prophète Mohammed (pslf)-Imam Ali (s) : " …Thiqat Al-Islam wa 'Imad Al-Muslimin Mohammed ibn Ya'qub (Al-Kulayni), selon un groupe de nos compagnons, de Ahmad ibn Mohammed, de Ali ibn Hadid, de Mansour ibn Yunus, de Al-Harith ibn Al-Mughirah et de son père, de Abu Abdallah (s) (sixième Imam As-Sâdeq), Al-Harith ou son père dit : J'ai demandé à l'Imam (s) : Quel était le contenu du testament de Luqman ? - Il répondit : En lui, il y avait des faits merveilleux. Et ce qui suit est le plus sublime de ce qu'il a dit à son fils : Crains tellement Çááå-Dieu au point où lorsque tu Le rencontreras avec tes erreurs des deux mondes-thaqalaïn Il aura encore des raisons de te châtier, et place tellement ta confiance en Lui au point où le jour où Tu le rencontreras avec tes erreurs des deux mondes IL fera preuve de compassion à ton égard. - Puis Abu Abdallah - le sixième Imam (s) - ajouta : Mon père avait l'habitude de dire : Il n'y a aucun Croyant ne possédant pas deux lumières dans son cœur : la lumière de la crainte et la lumière de l'espérance. Là, lorsque l'une sera pesée, son poids ne dépassera pas celui de l'autre, et lorsque l'autre sera pesée son poids ne dépassera pas le poids de la première".

L'homme souriant

Ce n'est pas tout, au-dessus de la vivacité de son inspiration, au-dessus de la rigueur de son raisonnement, il y a la grandeur de sa foi et le combat qu'il (s) mène contre l'injustice : " Qui excuse l'injuste pour son injustice, Çááå-Dieu fera en sorte que cet injuste le domine ; s'il L'invoque, IL ne répondra pas et il ne sera pas rétribué à cause de l'injustice subie… Celui qui agit injustement, celui qui l'aide et celui qui approuve sont tous trois des alliés ".

Cette même psychologie pénétrante qui donne à l'ensemble de l'œuvre de l'Imam la saveur des meilleurs raisonnements, inspire le dialogue inimitable où l'élève et le savant sont entraînés dans la douceur de la charité du savoir. Mais que dire alors quand la bonté et le savoir du sixième Imam As-Sâdeq (s) se tournent vers ce qui est leur objet propre, vers Çááå-Dieu et son Prophète (pslf), quand il fait éclater aux yeux du cœur la sagesse du bon usage du don de l'intelligence et qu'il revit avec nous la minute éternelle de la vérité apparue à La Mecque ? Que dire de ces lignes qui sont des joies d'humilité et d'optimisme, de ses paroles bien simples qui expriment tout ce que la piété et la tendresse peuvent enfermer de joie et de consolation ?

Il a été rapporté que le fondateur de l'école de pensée religieuse malékite, Mâlik, qui fut un élève de l'Imam Ja'afar As-Sâdiq (s), a dit : " Lorsque j'allais chez Ja'afar b. Mohammed, il était souriant… Je ne le trouvais que dans l'un de ces trois états : en prière, en jeûne ou en récitation du Coran. Il ne parlait du Messager de Çááå-Dieu qu'en état de purification, il ne parlait jamais de ce qui ne le regardait pas. Il faisait partie des pieux, des ascètes qui craignaient Çááå-Dieu ".

Pour l'Imam Ja'afar as-Sadiq (s) toute la conduite de la vie doit avoir pour finalité l'établissement et la grandeur de la Religion Immuable, nommée : Islam. Il (s) persuade que les hommes doivent avoir en eux-mêmes des sentiments conformes à ce que la Culture islamique mohammadienne enseigne. Et enfin, la Sainte Alliance doit être tellement l'objet et le centre où toutes activités spirituelles, intellectuelles et sociales tendent, que celui qui en aura acquis les valeurs et les principes puisse être une preuve de l'éthique et de la justice islamique dans la conduite de l'homme en particulier et de toute celle du monde en général : " Il lui fut demandé : " Pourquoi Çááå-Dieu a-t-il interdit l'usure ? Il répondit : Pour éviter que les gens ne s'éloignent les uns des autres ".

" Ceci est vrai, car si les gens n'empruntent que par le système de l'usure, il n'y a plus d'entraide, s'ils ne s'entraident plus, ils s'éloignent les uns des autres, et s'ils se repoussent ils deviennent avares. L'éloignement des gens provient de l'usure. L'usurier ne participant pas aux pertes de l'emprunteur, car s'il y participait, il y aurait entraide. L'entraide et l'usure sont opposées, l'usure et l'éloignement vont de pair ".

L'homme aux conseils judicieux

C'est là une preuve évidente que Le Çááå-Dieu de tous les Prophètes (pse), de tous leurs successeurs (s), de tous les humains, est Un Même et Unique Çááå-Dieu, un Çááå-Dieu d'amour, un Çááå-Dieu qui remplit l'âme et le cœur. C'est Çááå-Dieu qui fait sentir intérieurement les profondeurs subtiles de Sa miséricorde dont IL a imprégné l'âme et le cœur de Ses créatures. Tous ceux qui cherchent Çááå-Dieu hors de Sa Religion Immuable, naturelle aux hommes, ne parviennent pas à se former un moyen fiable de Le connaître et de Le servir sans un intermédiaire, et par là ils tombent ou dans l'athéisme ou dans le polythéisme, qui sont deux voies qui éloignent de l'islamité originelle faite de croyance monothéiste et de sociabilité.

Sans la Religion nommée Islam, le monde ne subsisterait pas car Çááå-Dieu a voulu le Monde dans l'Islam pour qu'il ne soit pas un enfer terrestre. La Sainte Alliance : Prophète Mohammed (pslf)-Imam Ali (s) pilier central de la Culture islamique mohammadienne a été agréée pour instruire l'homme de la connaissance de Çááå-Dieu. Il est donc vrai que tout le savoir de l'école des Ahlul Beyt-ãÐåÈ Ãåá ÇáÈíÊ - l'école du Maître des Prophètes-ãÐåÈ ÓíÏ ÇáãÑÓáíä- instruit de Son Essence, que tout ce qu'elle enseigne fait découvrir Çááå-Dieu, dès lors que le désir de délaisser ce qui est contraire est sincère : " Sufyân ath-Thawrî raconte être entré chez as-Sadiq (s). Il lui dit : " Donne-moi un conseil dont je me rappellerai après toi ! L'Imam dit : " ? Sufyan ! qui souhaite obtenir la gloire sans pouvoir, l'abondance sans les frères, le prestige sans la fortune, qu'il passe de l'humiliation de la désobéissance à Çááå-Dieu à l'honneur de Lui obéir… six [traits négatifs] sont absents du Croyant : l'intransigeance, la tracasserie, l'envie, l'importunité, le mensonge et la transgression ".

L'Imam As Sâdeq (s), enseigné des valeurs de la Civilisation islamique instaurée par un Prophète, en connaît sa nature sublime. Elle repose sur le Droit divin qui donne au droit de la liberté de l'homme et à celui de la dignité humaine tout le sens qu'ils méritent. Une Civilisation à vocation universelle qui enseigne que nul ne doit léser autrui dans sa vie, dans sa santé morale et physique, dans ses droits et dans ses biens car la vérité et le respect de la parole donnée, de l'engagement pris, du contrat signé, du traité paraphé appartient à l'homme devenu homme, émancipé, libre et responsable de ses choix tel l'enseigne la Culture Islamique mohammadienne, celle transmise par les Gens de la Demeure Prophétique /Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ : " Aïssa Ben Assara demanda à l'Imam As Sâdeq (s) : informez moi sur les piliers de l'Islam, appuis sur lesquels se fonde la Religion de Çááå-Dieu et qu'il ne nous est pas permis de transgresser ? L'Imam répondra (s) : L'attestation qu'il n'y a nul autre Çááå-Dieu hormis Çááå-Dieu ; croire en Son Messager [Mohammed (pslf)] ; reconnaître tout ce que Çááå-Dieu, exalté soit IL, fait descendre ; s'acquitter de l'aumône qui purifie les âmes ; et enfin, adhérer au pacte d'alliance que Çááå-Dieu a ordonné envers la Famille de Mohammed [Al-Mohammed] (pslf)]".

Ainsi, l'Imam As Sâdeq (s) enseignait le principe islamique qui stipule que l'homme, une fois instruit de ce qui est Vrai et de ce qui est Faux, devient apte à gérer son désir d'être son propre maître et le propriétaire de sa personne, de sa pensée, de son agir, de son envie de posséder ce qui lui est nécessaire pour son entretien et celui de sa famille. Et cela, toujours au sein de la société, au sein du contrat social établi selon les principes justes du Gouvernement islamique qui ménage la conception islamique et humaine des attributs de la personne et de ceux de la communauté. Il peut être dit que si la Culture Islamique mohammadienne enseigne depuis quinze siècles aux disciples des Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ [environ trois cents millions dans le monde] qu'ils sont les maîtres absolus des attributs rattachés à la Créature de Çááå-Dieu, qu'ils ont droit à leurs droits multiples, pourquoi renonceraient ils alors à suivre la Guidance des "

Douze Imams Supérieurs Infaillibles " (s) ? Pourquoi abandonneraient ils cette Guidance et se soumettraient ils à la domination et au pouvoir d'idéologies religieuses ou civiles incomplètes ? D'autant que, selon l'Imam Khomeyni, dans son ouvrage Le Gouvernement islamique : " Si vous présentez l'Islam, si vous faites connaître au peuple l'universalisme, les principes, les lois et le système social de l'Islam, il l'accueillera alors avec la plus grande ferveur. Çááå-Dieu sait que nombreux sont ceux qui aspirent à l'Islam ".

La Civilisation islamique mohammadienne, celle justement enseignée par le sixième Imam As Sâdeq (s) membre à part entière du Corpus des " Douze " donnant à l'homme la notion du licite et de l'illicite en fait un homme capable de liberté, d'indépendance et nul ne peut être dépossédé de cet état du libre choix responsable. Cela dit, que chacun s'attende aussi à rendre des comptes sur les conséquences fâcheuses dues au mauvais choix. Conséquences punissables pour avoir nuit à autrui soit moralement, soit physiquement, car la société ne peut s'épanouir qu'à l'abri des lois établies et de préférence selon le Code moral et social-Charia du Gouvernement Islamique.

*

* *