Aperçu des Grandes Ames de l’Humanité
 
Quatrième Imam Successeur ALI AL-SAJJAD BEN AL-HOSSEIN Que la Paix soit avec lui

_____________________________________________________________________________________

Nom : Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb, que la Paix soit avec lui.
Position : Quatrième Imam successeur du Prophète Mohammed (pslf).
Nom du père : Al-Hossein Ben Abi Tâleb (s)
Nom de la mère : Dame Chah Zanân, fille du roi persan Yazdagurd.
Nom familier : Abu Mohammed.
Noms honorifiques : Zaïn Al-Abidin ; Sayyidu 's-Sajidin ; Al-Sajjad.
Lieu et date de naissance : Médine, le 5 Cha'aban de l'an 38 de l'Hégire-06.01.659 après le Prophète Jésus (s).
Date de décès : Mort empoisonné le 25 Muharram de l'an 94/95 de l'Hégire-31.10.712 ou 20.10.713 après le Prophète Jésus (s).
Lieu des funérailles : Médine la Sainte, Arabie.

*

* *

" Invoquez votre Seigneur, humblement et en secret; IL n'aime pas les transgresseurs ".
" Dis : " Invoquez Çááå-Dieu, ou bien : invoquez le Miséricordieux. Quel que soit le nom sous lequel vous L'invoquez, les plus beaux noms Lui appartiennent ".
" Invoquez Çááå-Dieu en LUI rendant un Culte pur en dépit des incrédules " ; " Votre Seigneur a dit : " Invoquez Moi et Je vous exaucerai. Ceux qui, par orgueil, refusent de M'adorer entreront bientôt humiliés dans la Géhenne ".

" Je suis proche, en vérité. Quand mes serviteurs t'interrogent à mon sujet : Je réponds à l'appel de celui qui M'invoque, quand il M'invoque. Qu'ils répondent donc à Mon appel; qu'ils croient en Moi. Peut-être seront-ils bien dirigés".

*
* *

Le fils des deux excellents Ibn Al-Khiyaratayn

A LI IBN AL-HOSSEIN est né à Médine selon les sources les plus crédibles en l'an 38/658 659. Il était trop jeune pour se souvenir de son grand-père Ali qui fut assassiné en l'an 40/661. Il fut élevé entre son oncle Al-Hassan et son père Al-Hossein, les petits-enfants bien-aimés du Prophète (pslf) . De nombreuses sources mentionnent que sa mère était Shahrbanu, la fille de Yazdigird, le deuxième monarque sassanide de la Perse, ce qui le faisait surnommer " Ibn Al-Khiyaratayn ", le fils des "deux excellents", c'est-à-dire d'une part en tant que membre des Quraïches et membre des Persans.

Selon certains rapports historiques, sa mère fut acquise alors qu'elle était captive de guerre dans la ville de Médine, durant le Califat de Omar qui éait désireux de la vendre. Alors, Amir Al-Mu'minin Ali Ibn Abi Tâleb (s) suggéra qu'il soit offert à la captive de choisir son mari parmi les Musulmans. Amir Al-Mu'minin (s) proposa aussi que la dot soit payée sur les fonds du Trésor public. Omar accepta la proposition. La captive porta son choix sur Al-Hossein, second fils de Ali. Il est connu aussi qu'elle mourra jeune, après avoir donné naissance à son fils unique Ali.

Les pages de l'Histoire Sainte Islamique rapportent que l'Imam Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb, que la Paix soit avec lui, fut élevé au cœur même de l'Islam mohammadien et bercé jusqu'à sa 2è ou 3è année de sa vie dans les bras de Amir Al-Mu'minin Ali Ibn Abi Tâleb (s) ; c'est-à-dire juste avant la terrible tragédie de l'assassinat de l'Imam Ali (s).

L'Imam Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb, que la Paix soit avec lui, grandit au sein des Ahlul Beyt-Les Gens de la Demeure de Sa Sainteté le Messager de Çááå-Dieu, à Médine l'Accueillante, sous la main levée de la cruelle dynastie omayyade de Mouawiyya. A 13 ans, il assista au décès par empoisonnement volontaire de son oncle, l'Imam Al-Hassan (s), victime du caractère criminogène du dynaste Mouawiyya. Puis l'Imam Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb, que la Paix soit avec lui, prit pour épouse la fille de l'Imam Al-Hassan (s), Fatima (s), de laquelle il eût Mohammed Al-Bâqer (s) qui lui succédera en tant que 5ème Imam Successeur (s).

L'Imam Ali Al-Sajjad, que la Paix soit avec lui, eut 4 enfants avec Fatima (s), la fille de l'Imam Al-Hassan (s) et 11 enfants avec d'autres épouses. ãÇÔÇÁ Çááå-Telle est la Volonté de Çááå-Dieu.

A l'âge de 57 ans, l'Imam Ali Al-Sajjad, que la Paix soit avec lui, rendit l'âme, suite à un homicide volontaire, par empoisonnement commandité par Walîd Abd Al-Malek, juste 35 années après l'assassinat de son père, l'Imam Al-Hossein (s). Avant de nous quitter, l'Imam Ali Al-Sajjad (s), fit venir toute sa famille à son chevet et désigna son fils Mohammed (s) en tant que son Successeur et 5è Imam.

Malade, il assiste à l'odieux massacre de la tragédie de Kerbala, Iraq.

Après la mort du tyran omayyade Mouawiyya, vient au pouvoir son fils Yazid, de la même lignée de dictateur que son père qui l'avait préparé à sa succession et surtout à poursuivre sa ligne de répression et persécution envers les Ahlul Beyt et leurs partisans. A peine parvenu au pouvoir, Yazid, la copie conforme de son père mais encore plus ignorant et cruel, lança les hostilités contre l'Imam Al-Hossein (s), le père de l'Imam Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb, que la Paix soit avec lui. Ce qui contraignit l'Imam Al-Hossein (s) à se lancer dans la bataille afin de sauvegarder l'Islam mohammadien et son Processus d'Islamisation permanente menacés d'éradication par la ligne politique déviationniste de la dynastie omayyade.

Ainsi, l'Imam Ali Al-Sajjad (s) prit place, aux côtés de son père l'Imam Hossein (s), dans les rangs du Rassemblement des partisans des Gens de la Demeure Prophétique / ÇááåÇááåÇááå Çááå? Çááå? dont l'objectif était de mettre un terme à l'hérésie et déviation du dynaste Yazid et accomplir le jihad du Commandement divin d'instauration du Bien et d'éradication du Mal. En compagnie de son père (s), l'Imam Ali Al-Sajjad (s) se rendit à La Mecque, puis, toujours en compagnie de son père (s), l'Imam (s) continua en direction de Kufa, Iraq, où les habitants en avaient appelé à l'aide de l'Imam de leur Temps, Al-Hossein (s), pour les délivrer de la dictature omayyade.

La tuerie fut terrible, une barbarie et sauvagerie sans nom déferlèrent sur le groupe n'épargnant personne, l'Imam Al-Hossein (s) et ses fidèles compagnons furent massacrés, les femmes et les enfants maltraités odieusement. Mais, rendons Grâce à Çááå-Dieu, l'Imam Ali Al-Sajjad (s), à cause de sa maladie, échappa de justesse à la tuerie. Pris en captivité en compagnie de ses tantes dont Sayyedat Zeyneb (s), ses sœurs et ses cousines, d'autres femmes, le groupe de captifs, accompagné d'enfants en bas âge, affamés, assoiffés, fut enfermé dans une masure à ciel ouvert sur le territoire du Shâm, sans eau ni nourriture et sous un soleil cuisant.

Çááå-Dieu avait protégé le Quatrième maillon de la Chaîne des 12 Imams Successeurs (pse) : l'Imam Ali Al-Sajjad Ben Al-Hossein Ben Abi Tâleb (s), était sain et sauf mais dans des conditions de vie innommables. La continuité de l'Islam mohammadien et de son Processus d'Islamisation permanente était assurée, l'Islamité, unique et souveraine, pouvait continuer sa marche vers la Victoire : la certitude de la Victoire finale est un Acte de Confiance, de Persévérance dans la pratique du jihad al-akbar et de Disponibilité permanente à la Pratique du jihad al-asghar sur simple appel de la Grande Autorité de référence de l'Islam Mohammadien, de Résistance et de Défense à la clarté du jour et au plus profond de la nuit face aux assauts de l'ennemi et de ses amis.

Pour défendre notre Islamité et dénoncer ses ennemis omayyades, l'Imam Ali Al-Sajjad (s), fit entendre sa voix dans les palais des tyrans comme Obeydullah Ibn Ziyâd et de Yazid, dans les Mosquées de Kufa et du Shâm, face à des rassemblements de personnes, sans craindre ni la répression ni les menaces ni l'arrogance du terrible et ignorant Yazid, fils de Mouawiyya Ibn Abi Sufyan. De retour à Médine après être passé, en compagnie du groupe de survivants de la tuerie organisée, sur les terres de la tragédie de Kerbala pour donner une digne sépulture aux corps sans vie de l'Imam Hossein (s) dont la tête avait été tranchée et apportée à Yazid ainsi que celles de ses fidèles partisans, des corps mutilés, déchiquetés par les sabots des chevaux lancés volontairement à brides abattues sur les corps au sol, l'Imam Ali Al-Sajjad (s), et sa tante Sayyedat Zeyneb (s), se lancèrent dans la révélation de la vérité concernant ce qui était arrivé à l'Imam Hossein (s) et à ses fidèles compagnons. Depuis, les Musulmans et les Musulmanes du Monde entier célèbrent dans la tristesse du deuil la Tragédie de Kerbala dont l'Histoire Sainte Islamique l'a inscrit dans la Mémoire du Monde sous le nom de Ashoura, les Dix Jours les plus sombres et tristes de l'Histoire de l'Humanité qui se célèbrent à partir du 1er de Muharram jusqu'au 10 du même mois et correspondant au premier mois du calendrier lunaire.

Citons, ici, un passage de l'ouvrage Les Imams après moi seront au nombre de Douze… : " Pour ce qui concerne la tragédie de Karbala, le quatrième Imam (s) est patient car il (s) sait que la patience est une grande Miséricorde de Çááå-Dieu, et qu'après les jours de patience, viendra le Jour de la Justice : Jour de Gloire pour certains et d'effroi pour d'autres, Jour inévitable où tous les donneurs d'ordre et leurs complices mêlés à la tragédie de Achoura comparaîtront devant le Juste pour rendre compte de leurs œuvres. Là, tout est dévoilé et comptabilisé, la force, la sournoiserie et la ruse n'ont plus la possibilité de s'ériger en droit de cité, et chacun attend dans l'inquiétude le sort qui lui est destiné : La Grande Sentence et l'Unique Secours dont l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) en fait le rappel dans son Invocation pour des tâches préoccupantes ou pour l'infortune ou pour les moments de détresse ".

L'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) est sans nul doute le maître de l'Invocation.

Çááå-Dieu est Le Révélateur des Saints Versets excellents par l'intermédiaire de Ses Prophètes, et particulièrement par l'intermédiaire du Maître et Dernier de Ses Prophètes, Sa Sainteté Mohammed Ibn Abdullah (pslf). IL a donné à Sa Créature les fondements de son élévation pour qu'elle se comporte spirituellement et socialement comme il se doit dans son Statut divin de Créature de Çááå-Dieu. Puis, pour LE glorifier, LE contempler, LE louer, IL a ouvert le Cycle de la Guidance des Douze Imams Infaillibles et Immaculés (s) desquels l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) est sans nul doute le maître de l'Invocation.

Toutes choses de la vie immédiate-Dounia contribuent à faire regarder vers le bas. Par contre, les Invocations de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) font regarder vers le Haut. Elles lèvent une partie du voile qui dérobe à la vue la lumière. Avec les Invocations de l'Imam de la prosternation il est accordé de lever le voile. Alors, il s'y découvre que la grâce surabonde dans les œuvres pieuses de l'Imam (s). C'est sur l'appui de telles Invocations, compléments indispensables des obligations cultuelles, que nous pouvons nous présenter avec confiance et sérénité face aux joies et aux difficultés de la vie immédiate du monde d'ici bas car les Invocations de l'Imam (s) portent à la réflexion, à la méditation, aux pensées nobles, aux regards vers le Haut, le Très-Haut.

L'Imam Ali Al-Sajjad (s), totalement empêché dans sa Mission d'Islamisation par le régime tyrannique omayyade et d'exercice de son plein Droit à l'Imamat en tant que 4e Imam Successeur, se consacra à une forme inédite d'exercice de sa Mission en transmettant son Enseignement par l'intermédiaire de Dou'a-Invocations inspirées d'une subtile façon de traiter de la géothéologie, géopolitique et géosociologie qui lui permettait : un, d'échapper à la vindicte des ennemis des Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ ; deux, d'assurer la continuité de l'Islam mohammadien et de son Processus d'Islamisation permanente de notre Islamité ; trois, de répondre aux exigences de l'Islamité de l'Humain et de l'Humanité pour tous les siècles et en tous lieux de la Planète.

Pour preuve de la particularité de sa conduite politico-religieuse, une missive que l'Imam (s) fit parvenir à l'un des idéologues du régime omayyade en la personne de Mohammed Ben Shehâb Az-Zuhrî, l'Imam (s) fait preuve d'éthique islamique politico-religieuse envers une personnalité complice de la pensée politique de la violence et du pire du régime omayyade ; cette personnalité par sa réputation contribuait considérablement au détournement des Musulmans et Musulmanes de l'Islam mohammadien en les séparant de l'Imam du Temps, Ali Al-Sajjad (s).

Ancien élève de l'Imam Ali Al-Sajjad (s), Mohammed Ben Shehâb Az-Zuhrî s'en sépara pour rejoindre le séparatisme affiché du régime omayyade avec lequel il pactisa et collabora de façon condamnable dans le sens où tout le régime omayyade était dirigé contre les Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ.

Les pages de l'Histoire rapportent que ce séparatiste d'avec l'Imam du Temps rédigea un nombre très important de faux hadiths à la demande du régime omayyade et bien sûr dans le but de servir la pensée politique déviationniste de la dynastie, et particulièrement la pensée politique de l'omayyade Walid, ennemi de l'Imamat des Ahlul Beyt (pse)- Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ.

Donc, l'Imam Ali Al-Sajjad (s), fit parvenir un courrier à Mohammed Ben Shehâb Az-Zuhrî dont le contenu est révélateur de la volonté de l'Imam (s) d'intervenir au niveau le plus sensible du régime omayyade : les idéologues à son service : " Que Çááå-Dieu te et nous protège contre les conséquences de la sédition et Qu'IL t'accorde la Protection de Sa Miséricorde contre le Feu. Tu es parvenu à une situation tellement critique que toute personne qui te connais devrait faire preuve de compassion à ton égard. Tu as été amplement comblé des Bontés de Çááå-Dieu Qui t'a procuré une solide constitution physique et accordé une longue vie. Néanmoins, Çááå-Dieu t'a imposé de Lui rendre compte pour t'avoir accordé la responsabilité de Son Livre, la compréhension de Sa Religion, et t'avoir introduit au sein même des traditions de Son Messager Mohammed (pslf).

" Çááå-Dieu t'a également rendu responsable pour chaque bonté Qu'IL t'a octroyé et pour chaque réclamation Qu'IL formulera à ton encontre. IL a testé tes preuves de gratitude envers tout ce qu'IL t'a accordé et envers chacune de Ses Bontés par lesquelles IL t'a montré Ses Faveurs. Çááå-Dieu déclara dans Son Livre : " Si vous êtes reconnaissants, Je multiplierai pour vous Mes Bontés ; mais si vous êtes ingrats, Mon Châtiment sera terrible ".

" Tiens compte du parti dans lequel tu seras lorsque tu feras face à Çááå-Dieu Qui te demandera compte de Ses Bontés ; de la manière dont tu te seras comporté à leur égard et au sujet de Ses Mises en garde, il te sera demandé ce que tu en auras fait. Surtout, ne te mets pas en tête que Çááå-Dieu acceptera tes excuses infondées ou qu'IL se montrera satisfait de ta négligence. Tout cela est très éloigné du possible ! Tout cela est très éloigné du possible ! Rien ne se passe définitivement ainsi !

" Dans Son Livre, Çááå-Dieu a ordonné aux savants ceci : " Vous l'expliquerez aux hommes, vous ne le garderez pas caché ".
" Tu dois savoir que la moindre chose que tu as occultée en matière de Connaissance et la plus légère charge que tu as portée, tu l'as fait par sympathie avec l'hostilité de l'oppresseur et que ce faisant tu lui as facilité l'accès à la voie de l'injustice en répondant présent lorsqu'il a voulu t'avoir à ses côtés et qu'il t'a fait appeler. Je suis rempli de frayeur à l'idée que demain tu devras rendre compte de tes actes coupables en compagnie des traîtres, qu'il te sera demandé compte sur ce que tu as perçu en échange de ton soutien donné à l'oppresseur car, ce faisant, tu t'es accaparé d'un bien qui ne te revenait pas ; tu t'es fourvoyé dans la proximité de celui qui ne veut pas rendre le droit à son titulaire ; tu n'as dénoncé aucun de ses actes coupables lorsqu'il s'est approché de toi et tu as répondu présent à celui sur lequel s'est abattue la colère de Çááå-Dieu.

" Et puisque les oppresseurs t'ont appelé, ils ont fait de toi l'axe de la roue du moulin producteur de leurs injustices, un pont qu'ils traversaient pour avoir accès à leurs plans funestes, la passerelle de leur déviation. Tu as été le missionnaire de leur désir auprès des autres dès que tu as suivi leur voie. Ils ont fait de toi leur porte-parole pour jeter le doute dans l'esprit des érudits et attirer à eux les cœurs des simples d'esprit. Ni le meilleur d'entre eux au sein de leur gouvernement ni le plus puissant ne seraient parvenus au résultat que tu as obtenu en leur présentant comme licites leurs affaires de corruption et en attirant sur toi l'attention des personnalités ainsi que les sentiments du peuple.

" Si tu établissais le bilan entre ce que tu as fait pour eux et ce qu'ils t'ont donné en échange, tu te rendrais à l'évidence qu'ils t'ont peu donné. Certes, d'un côté ils t'ont offert des futilités mais de l'autre ils ont ruiné en toi l'essentiel. Porte le regard sur toi-même car personne d'autre ne le fera à ta place, et porte un jugement sur ta personne comme le ferait un juge. Sonde ton sentiment de gratitude envers Celui Qui t'a nourri de Ses Bontés lorsque tu étais enfant et jusqu'à ce que tu deviennes âgé. En vérité, je suis pris de frayeur lorsque je pense que tu es l'un de ceux desquels Çááå-Dieu dit : " Leurs successeurs sont venus après eux ; ils ont hérité du Livre. Ils disent, en s'emparant des biens de ce monde : " Cela nous sera pardonné ! " ".

" Tu ne vis pas dans une demeure éternelle ; tu vis en transit dans une maison qu'il te faudra quitter bientôt. Que devient l'homme après avoir quitté ses restes ? Que soit béni celui qui se méfie de ce monde. Combien sont misérables ceux qui meurent en laissant derrière eux des actes coupables ! Prends garde ! Tu as été averti ! Prends les devants ! Tu as bénéficié d'un simple sursis ! Tu es en affaire avec Celui Qui n'ignore rien ; avec Celui Qui fait le compte de tes actions avec précision. Fais provision de bonnes œuvres, le long voyage s'approche de toi. Soigne ta réputation car elle a été atteinte d'une maladie incurable. Ne pense surtout pas que je cherche qu'à te censurer, reprocher et déshonorer. Je désire simplement que Çááå-Dieu ravive ta faculté pensante que tu as délaissée et qu'IL te rende tes affaires religieuses que tu as perdues. Ceci parce que j'ai en mémoire les Paroles de Çááå-Dieu lorsqu'IL dit : " Avertis les hommes, car le Rappel est utile aux Croyants ".

" Tu as négligé le lien avec tes ancêtres et tes amis qui sont partis te laissant seul comme une brebis égarée. Compare ce qu'ils ont souffert avec ce que tu souffres toi-même, ce qu'ils ont eu à endurer avec ce que tu endures toi-même. Ont-ils négligé une seule bonne action à ton actif ou bien ont-ils ignoré ce que tu retenais injustement ? La seule différence entre toi et eux est que tu as corrompu leur esprit en suivant tes conseils et obéi à tes ordres. Ils ont considéré licite ce que tu as décidé comme licite et illicite ce que tu as considéré comme illicite. Or, tu n'es pas compétent en la matière. En fait, il faut prendre en considération le départ de leurs savants, l'émergence de l'ignorance parmi eux et toi, le penchant vers une direction, l'envie des plaisirs de ce monde auxquels ils ont goûtés ainsi que toi : ces raisons les ont poussés à s'en remettre à toi avec l'envie de posséder ce qui était en ta possession.

" Ne peux-tu pas ressentir le degré d'ignorance et d'erreur dans lequel tu vis, tandis qu'eux se laissent aller à la ruine et à la sédition ? Tu les as conduits à la ruine et trompés en les détournant de ce qu'ils devaient acquérir à cause de ce qu'ils ont vu en toi. Puis, très vite, ils eurent envie d'atteindre le niveau de connaissance que tu avais atteint ou obtenu, et par lui, ce que tu avais acquis. Alors, ils sont tombés dans un océan sans fond ainsi que dans une ruine continue. C'est Çááå-Dieu Qui donne à toi comme à eux. IL est Celui dont l'Aide est recherchée.

" Donc, brise tes liens avec tout ce que tu as entrepris pour ainsi te rapprocher des Pieux inhumés dans leurs habits de l'humilité alors que leur ventre et leur échine ne faisaient qu'un. Aucun voile ne fut déployé entre eux et Çááå-Dieu. Les plaisirs de ce monde ne les ont pas séduits de même qu'ils n'y prêtèrent pas attention. Ils ont désiré Çááå-Dieu, ils L'ont recherché, ils se sont liés à Lui et à rien d'autre. Si ce monde t'attire tant, alors que tu arrives au grand âge, doté d'une connaissance profondément enracinée, alors, comment un jeune peut-il être épargné de la tentation lorsqu'il est ignorant, simple d'esprit et sans cervelle ? Nous sommes à Çááå-Dieu et nous retournons à Lui.

" De qui dépendons-Nous ? A qui devons-nous nous plaindre ? A Çááå-Dieu seul nous pouvons nous plaindre de nos malheurs et de notre souffrance. Donc, nous abandonnons à Çááå-Dieu le choix de la décision à prendre concernant notre malheur causé par ta faute. Consulte ton sentiment de gratitude envers Celui Qui t'a nourri de Ses Bontés lorsque tu étais enfant et jusqu'à ce que tu deviennes âgé, tu devrais sonder ta reconnaissance envers Celui Qui t'a rendu célèbre parmi les gens grâce à Sa Religion, envers Celui Qui a protégé ta réputation de Son Voile parmi les gens, enfin, tu devrais sonder ton sentiment de proximité et de retenue envers Celui Qui te rapprocha de Lui et Qui te réclama de demeurer humble à Son égard.

" Pour quelle raison ne sors-tu pas de ta léthargie et que tu n'entreprends pas de te corriger après tant de faux-pas ? Tu dois t'amender en déclarant : Je prends Çááå-Dieu à témoin, je n'ai rien fait pour l'Amour de Çááå-Dieu ni rien fait pour propager un seul des rites de Sa Religion ni pour éradiquer une seule des coutumes mauvaises. As-tu fait preuve de gratitude envers Celui Qui s'acquitta de tous tes besoins ? Vraiment, je suis effrayé à l'idée que tu es l'un de ceux dont Çááå-Dieu, Exalté soit-IL, dit dans Son Livre : " Leurs successeurs après eux délaissèrent la Prière et suivirent leurs passions. Ils trouveront l'égarement total ". " Çááå-Dieu t'a ordonné de transmettre Son Livre et déposa Sa Science en toi mais tu les as corrompus l'Un et l'Autre. Nous remercions Çááå-Dieu de nous avoir épargnés de la commission de cet acte qu'IL t'a infligé. Salam ".

Il est clair que le contenu de cette missive adressée par l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) à Mohammed Ben Shehâb Az-Zuhrî est marqué d'une volonté d'éthique politico-religieuse et d'une volonté de critique de l'abus d'usage de la Religion, de la Faculté pensante et de la Science au bénéfice d'un régime omayyade oppresseur, tyrannique et usurpateur du Droit à la Succession des Gens de la Demeure Prophétique / ÇááåÇááåÇááå Çááå? Çááå?. A la source de cette liberté imamite de dénoncer les agissements des ennemis de l'Islam mohammadien et de son Processus d'Islamisation permanente qu'il nous faut défendre pour qu'on ne nous en prive pas, se trouve la liberté islamique d'expression et l'obligation d'instaurer le Bien et d'éradiquer le Mal dont la réalisation nous incombe et ouvre aussitôt sur la Résistance islamique spirituelle, intellectuelle, cultuelle et culturelle et la Défense légitime face aux régimes séparatistes de tous bords.

Dès lors, comment demeurer des spectateurs aveugles et sourds entre les déchaînements d'une puissance tyrannique et cruelle et les obligations politico-religieuses d'instauration du Bien et d'éradication du Mal ?

L'Imamat des Douze Imams Successeurs (pse) est la solution au problème de la tyrannie, de la barbarie et de la sauvagerie des régimes dont l'unique objectif est dominer les peuples et s'emparer de leurs richesses. L'Idéal islamique est l'Idéal qui ne cesse de résister et de se défendre face à une pensée séparatiste imposée et à ses assauts envahissants sur les consciences. Rendons Grâce à Çááå-Dieu ! Les régimes du séparatisme ne sont pas la fin de l'Histoire Sainte Islamique, ni de La Religion nommée Islam par Çááå-Dieu, ni de son Processus d'Islamisation permanente.

? Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) ! fils d'Imam, petit-fils d'Imam, arrière petit-fils de Prophète, qui, par la volonté du Créateur et la coopération de l'Intelligence religieuse avez donné aux Pieux et aux Pieuses les remèdes salutaires de leurs maux : que vos invocations restent attachées pour toujours à la Foi, qu'elles permettent de ne jamais se séparer ni d'oublier votre famille Ahlu Beyti Rassoul Allah (s), qu'elles règnent parmi les Croyants et les Croyantes dans tous les siècles des siècles. Les principaux thèmes du recueil des Psaumes peuvent être énumérés selon une série de postulats venant s'appuyer sur les qualités positives de l'être humain, en les rattachant aussi au sens profond du postulat de la Reconnaissance de l'Unicité : Il n'y a de Bonté qu'en Çááå-Dieu !; Il n'y a pas de repentir sans la Grâce de Çááå-Dieu !; Il n'y a de gratitude que par Çááå-Dieu !; Il n'y a pas de patience sans l'aide de Çááå-Dieu ; Il n'y a pas d'affection excepté par l'initiative de Çááå-Dieu ! - Alors que les sentiments négatifs proviennent de l'homme lui-même : Il n'y a de mal intentionné qu'en nous-mêmes !; Il n'y a de vanité que par nous-mêmes !; Il n'y a d'impatience que par notre propre ego ! ; Il n'y a d'ignorance que par nous-mêmes !; Il n'y a de haine qu'en nous-mêmes !.

Quel bonheur, ô ! Imam Ali Zayn Al-Abidin (s), et quel avantage pour nous de lire votre recueil de Psaumes, Al-Sahîfat Al Sajjâdiyya, et d'en nourrir l'homme intérieur ! L'amour qui s'en dégage porte sans cesse au désir de les installer durablement dans les cœurs et de les communiquer aux autres d'une manière intime et secrète, humble et profonde, ardente et vive pour que les âmes qui soupirent après Allah Azza wa J'jal-Çááå-Dieu, L'Inaccessible, Le Majestueux, soient spirituellement comblées, secourues et fortifiées par les douceurs de vos propos qui triomphent des cœurs les plus insensibles.

? Mon Dieu ! Faites que nous conservions dans nos cœurs le souvenir des invocations de l'un de vos Amis rapprochés et intimes ; que rien ne sépare d'elles dans la vie immédiate du monde d'ici bas ; et que ce qui fut laissé par Votre Ami rapproché soit pour les âmes un remède pour l'éternité. L'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) a été reconnu durant son temps comme celui en qui était la vie. En lui la vie était la lumière de la Guidance des hommes mais les ténèbres des détracteurs de sa famille purifiée ne l'ont pas comprise ni reçue.

Les moyens de la résistance spirituelle

L'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) déposa entre les nombreuses mains de l'humanité les textes qui élèvent le sens profond des droits religieux, ouverture à la résistance à opposer à l'usurpation du Droit à la Succession accordé par Allah Azza wa J'jal-Çááå-Dieu, L'Inaccessible et Le Majestueux, aux Douze Imams Supérieurs Infaillibles (s) héritiers de la Glorieuse famille spirituelle mohammadienne-abrahamite.

Nous pouvons dire que le recueil des Psaumes de l'Imam (s) est le guide divin de la résistance à l'oppression spirituelle, politique et intellectuelle. Il est l'un des fondements spirituels de la discussion religieuse animatrice de la pensée libre, sereine et assurée.

L'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) à travers ses Invocations, rappelle pour tous les temps : que nous ne pouvons pas nous arrêter là où nous sommes ; que notre passé islamique nous demande d'avancer d'une marche décisive et certaine ; que ce que nous avons acquis de nos savants, érudits, théologiens de l'école des Ahlul Beyt-Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ, c'est un stimulant pour arriver d'ici-bas au plus Haut, car notre essence est trop essentielle pour accepter d'être écrasée par la Jahiliyyah-Ignorance.

Pour que nous soyons sans cesse sérieusement résolus à nous instruire, pour nous rendre dignes de notre dignité, de notre liberté, de nos droits et devoirs au sein de La Religion-Al-Dîn nommée par Çááå-Dieu : Islam-Soumission.

L'inspiration d'origine divine de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) est destinée à favoriser l'éducation spirituelle de tous car il est reconnu de tous que les invocations font partie de l'effort glorieux sur soi-même-jihad Al-akbar, pour s'approcher de la connaissance de Allah Tabaraka wa Ta'ala-Çááå-Dieu, Béni et Exalté. Il y a également un bon nombre de hadiths concernant les bienfaits des invocations.

Faire éclore le bourgeon de l'homme intérieur

L'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) a démontré aux puissants de son temps que les principes islamiques quand ils sont bien enseignés et bien établis dans l'âme, répondent à tous les besoins et combattent tous les maux de l'Ignorance. Ils donnent aux Croyants et aux Croyantes la force de résister à l'adversité. Ils leur inspirent le respect de la dignité d'eux-mêmes en premier et de celle des autres. Ils adoucissent les mœurs. Ils animent les facultés intellectuelles. Ils ouvrent la voie qui mène aux jardins du " Salam de l'Islam " préservant ainsi des excès dans lesquels s'engouffrent trop facilement les esprits ignorants aveuglés par les erreurs et les préjugés d'une mauvaise interprétation des Saints Versets coraniques et de la Tradition prophétique.

Tant il est vrai que les plus grandes prétentions des conclusions de l'opinion personnelle paraissent des ténèbres en comparaison des connaissances que nous pouvons acquérir auprès des Imams Successeurs (pse) et de nos savants libres de l'Islam mohammadien, érudits, théologiens, élevés dans le savoir et la science des Douze Imams Supérieurs Infaillibles (s) héritiers de tous les savoirs des Prophètes antérieurs (pse). Il est vrai aussi que les gens au pouvoir à l'époque de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) regardaient avec envie sa grande activité spirituelle. Nombreux étaient ceux qui se pressaient autour de lui (s) en quête d'un propos éclairé de la lumière du savoir coranique et des connaissances islamiques hérités du Prophète Mohammed (pslf) par les " Douze " sources du véritable enseignement de l'être humain.

Parure des dévots

Donc, il y a une quinzaine de siècles que l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) fut consacré à l'enseignement de la véritable spiritualité orientée vers la Règle de la Reconnaissance de l'Unicité de Çááå-Dieu et l'acquisition des Grands Enseignements coraniques, prophétiques et imamites donnés par l'école des Ahlul Beyt-ãÐåÈ Ãåá ÇáÈíÊ. Cet événement ne fera pas de bruit dans l'Histoire car il se traduira par des œuvres à lire, à apprendre, à répéter, à enseigner aux enfants. Elles sont connues sous le nom des Invocations de l'Imam de la Prosternation : Imam As-Sadjad. Ce sont des œuvres silencieuses faites pour satisfaire la vie intérieure. Elles méritent une attention tout à fait particulière. C'est pour cela que les partisans de la ligne islamique de l'Imam Ali (s) se les rappellent comme le commencement d'heureuses influences pour la vie spirituelle. En outre, ce n'est pas un événement isolé. Il fait partie des " Douze " du Cycle de la Guidance : Imamat qui ne s'arrêtera pas de si tôt car il a été institué par Çááå-Dieu, exalté soit IL, pour durer.

Depuis le Sublime retour vers son Seigneur de l'âme de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s), Imam de bien pour la spiritualité de l'humanité, nous avons toujours désiré apprendre, retenir, transmettre ses œuvres que les Croyants et les Croyantes respectent pour leur grandeur entièrement orientée à partir d'ici bas vers le Haut, Le Très-Haut.

Donc les invocations de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) nous sont parvenues comme autant de preuves de sa large participation à la spiritualisation de l'humanité et à l'esprit dévoué à la Cause de Çááå-Dieu, exalté soit IL, qu'il (s) apporta dans l'exécution de sa tâche de quatrième Imam du Temps. Son projet était le même que celui qui anima son père, l'Imam Hossein (s) qui l'avait lui même reçu de son frère l'Imam Al-Hassan (s), qui l'avait lui-même reçu de leur père l'Imam Ali (s), qui l'avait lui-même reçu de son beau-père le Prophète Mohammed (pslf). Il consistait dans la prospérité spirituelle, intellectuelle, morale et sociale de l'humanité éveillée à sa modernité par le processus islamique de sa libération de l'emprise de l'impérialisme de l'Ignorance sur la pensée humaine.

Initié aux sciences de la spiritualité et de la sociabilité
L'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) avait reçu des Ahlu Beyti Rassoul Allah (s) qui l'avaient précédé, l'humanisme propre aux principes de la Sainte Alliance : Prophète Mohammed (pslf)-Imam Ali (s) que se retrouve au cœur même de la Culture islamique mohammadienne qui le (s) façonnera en un homme érudit, pieux et craignant Çááå-Dieu. Dans le cadre de sa famille, il acquerra les enseignements parmi tant d'autres de l'éthique, de la justice, de la piété islamique, ce qui devait couronner ses nombreuses invocations qui représentent pour l'entraînement de l'âme à l'élévation les principaux éléments de sa formation.

C'est de lui (s) que peuvent apprendre nos enfants concernant les Psaumes de l'Islam et ce qu'ils devront enseigner à leurs enfants, car c'est difficile dans l'âge mûr de bien mémoriser ce qui n'a pas été appris dans la tendre jeunesse, celle où l'amour maternel enseigne le moyen islamique de pourvoir à la subsistance de l'âme. En effet, il n'y a point d'acquisition de l'âme dans la vie humaine, qu'un homme ose entreprendre d'enseigner ou d'exercer, s'il ne s'est appliqué auparavant avec soin et avec étude pour bien apprendre et comprendre la profondeur des invocations islamiques laissées par l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) : " Lorsqu'il - que la Paix soit avec lui - commençait à invoquer, il débutait par des louanges et des glorifications dédiées à Çááå-Dieu, le Très Haut et Majestueux. Il avait l'habitude de dire :

" 1. La louange appartient à Çááå-Dieu, le Premier sans premier devant Lui, le Dernier sans dernier derrière Lui. 2. Les regards des serviteurs ne peuvent Le voir, l'imagination est incapable de le décrire. 3. IL a donné la vie aux créatures par Sa Puissance créatrice, IL les a conçues en accord avec Sa volonté de faire naître.

4. Puis, il les as installées sur la Voie de Son dessein, IL les as invitées au chemin de Son amour. Elles ne peuvent revenir en arrière de ce qu'IL a prévu pour elles, pas plus qu'elles ne peuvent aller au-delà de ce qu'IL a décidé pour elles. 5. A partir de Son bien, IL pourvoit aux besoins de chacun en nourriture abondante et judicieusement répartie. Rien ne peut diminuer ce qu'IL augmente aux uns, ne peut augmenter ce qu'il diminue aux autres. 6. Ensuite pour chaque vie IL scelle un terme fixe, pour chacune d'entre elles IL en détermine le moyen de la fin ; elle va à sa rencontre par chaque jour qui passe et prévu dans une limite, elle en rejoint l'instant prévu par les années accordées à sa durée. Alors, lorsqu'elle s'engage sur l'ultime échelon de sa limite et saisit l'addition de sa durée, Çááå-Dieu lui fait prendre la direction de l'inépuisable récompense ou la direction du châtiment éternel. C'est à ce propos que Çááå-Dieu à dit : "Afin qu'IL rétribue ceux qui font le mal d'après leurs actes et qu'IL rétribue ceux qui font le bien en leur accordant une très belle récompense" - 7. en toute justice venant de Lui - Saints sont ses Noms et précieuses Ses faveurs - "Nul ne l'interroge sur ce qu'IL fait, mais les hommes seront interrogés" . 8. La louange appartient à Çááå-Dieu parce qu'IL a enseigné à Ses serviteurs la connaissance pour Le louer ; pour l'incommensurable bonté avec laquelle IL les a jugés ainsi que pour les éclatantes préférences qu'IL a étendues au-dessus d'eux. Si malgré tout cela ils ont grandi dans son incommensurable bonté sans Le louer et pris pour eux-mêmes de Son Bien sans Lui être reconnaissants, 9. alors, si tel est le cas ils ont délaissé les Liens de l'humanité pour s'attacher à ceux de l'animalité pour devenir tels IL les a mentionnés dans le texte véridique de Son Livre : "Ils ne sont comparables qu'à des bestiaux, et plus égarés encore, loin du chemin droit" - 10. La louange revient à Dieu pour la véridique connaissance qu'IL nous a fournie de Lui-Même ; pour les grâces en Son Nom qu'IL nous a inspirées ; pour nous avoir ouvert les Portes qui mènent à la connaissance de Sa Seigneurie ; pour nous avoir dotés de la sincérité à Son égard dans le fait de professer Son Unicité à laquelle IL nous a guidés ; et pour nous avoir détournés de la déviation et du doute de l'obéissance à Son Commandement ; 11. Une louange par laquelle nous pouvons être dotés d'une longue vie parmi celles de Ses créatures qui Le louent et rejoignent ceux qui sont partis à la rencontre de Sa satisfaction et de Son pardon ; 12. une louange par laquelle IL illuminera pour nous l'obscurité du Monde intermédiaire ; qui facilitera l'attente de la Résurrection ; et nous mènera aux stations élevées du séjour des Témoins du Jour : "afin que chaque homme soit rétribué pour ce qu'il aura fait. Personne ne sera lésé" , le Jour où le supérieur n'a plus l'avantage sur l'inférieur et où rien ne viendra les aider ; 13. une louange qui nous élèvera au sommet de l'Illiyun : "C'est un Livre écrit. Ceux qui sont proches de Çááå-Dieu en sont témoins" 14. Une louange grâce à qui nos yeux seront protégés lorsque la vue est aveuglée ; 15. nos visages resteront illuminés alors que les peaux s'assombriront ; une louange par laquelle nous pouvons être éloignés de la douleur du Feu de Çááå-Dieu et entrés dans la proximité généreuse de Çááå-Dieu ; 16. Une louange par laquelle nous sommes capables d'évincer les Anges et rejoindre les Prophètes, les Envoyés, dans la Demeure inamovible de la Stabilité, le Lieu immuable de Son infinie Générosité. 17. La Louange appartient à Çááå-Dieu pour nous avoir doté des qualités les meilleures de la Création ; pour nous avoir octroyé les plus agréables bienfaits ; 18. ainsi que pour nous avoir accordé la précellence à travers notre domination sur l'ensemble de la création ; chacune de Ses créatures nous sont soumises par Son Pouvoir et ont été appelées à nous obéir par Sa Puissance . 19. La louange appartient à Çááå-Dieu, Celui qui a fermé la porte de la nécessité, exception faite à Son égard. Aussi, comment pouvons-nous Le Louer ? Quand devons-nous Lui être reconnaissants ? Oui ! Quand ? 20. La Louange appartient à Çááå-Dieu, Celui qui a placé en nous les moyens de notre expansion ; les instruments de l'acquisition ; qui nous a donné de quoi satisfaire la vie de nos intellects ; attaché à nous des membres pour œuvrer ; qui nous nourrit d'une agréable nourriture ; nous a libéré du besoin par Son inépuisable Générosité, et nous a donné de posséder grâce à Sa bienveillance. 21. Puis, Il nous a prévenu qu'IL nous mettra à l'épreuve pour qu'IL teste notre obéissance, et IL nous a assigné des interdits pour qu'IL mette à l'épreuve notre gratitude.

Aussi, nous nous sommes détournés de la voie de Ses commandements et avons enfourché Ses interdits. Sans cesse, IL a éloigné de nous Son châtiment, retardé sur nous Sa riposte. Oui ! IL agit en douceur avec nous à travers Sa Miséricorde et selon Son inépuisable Générosité, et IL attend notre Retour en toute clémence, mansuétude et affabilité. 22. La louange appartient à Çááå-Dieu, Celui qui nous a montré le chemin du repentir, notre victoire n'aurait pu avoir lieu en dehors de Sa Bienveillance. Nous n'aurions bénéficié de rien d'autre de plus généreux que Sa Bonté ; Son jugement à notre égard n'eût pas été aussi grandiose ; Sa Bienfaisance envers nous n'eut pas été autant magnifique ; Sa Générosité à notre égard n'eût pas été autant sublime. 23. Tout cela fait que Sa tradition du repentir ne sera plus la même que celle connue de ceux qui sont partis avant nous . IL nous a déchargé : "… de ce que nous ne pouvons porter" , désireux de nous lester selon notre capacité , de nous imposer rien d'autre que ce qui nous est accessible, et de ne laisser aucun d'entre nous avec un argument ou un prétexte. 24. Donc, celui qui parmi nous court à sa perte est celui qui fait preuve de malveillance à Son égard, et celui qui parmi nous vit dans la Félicité est celui qui L'implore. 25. Et la louange appartient à Çááå-Dieu augmentée de toutes les louanges de Ses Anges Rapprochés, de Ses Créatures les plus élevées à Ses côtés, et Ses louangeurs seront les plus satisfaits de Sa satisfaction ; 26. une louange qui l'emporte sur les autres louanges comme notre Seigneur devance toutes Ses créatures. 27. Donc, à Lui appartient la louange en signe de gratitude pour tous Ses bienfaits qu'IL a étendu au-dessus de nous, et au-dessus de tous Ses serviteurs, ceux du Passé et ceux encore présents ; au nom du nombre illimité de tous les sujets que Son savoir englobe, ainsi que de la reconnaissance pour chacun de Ses bienfaits, leur nombre sans cesse se double et se dédouble à tout jamais jusqu'au Jour de la Résurrection ; 28. une louange dont le lien n'a pas de fin ; dont les limites ne peuvent être atteintes ; dont la durée ne peut pas être entrecoupée ; 29. une louange qui sera le Lien à Son obéissance et à Son pardon ; une trajectoire pour Sa sublime satisfaction ; un intermédiaire pour Son absolution ; un chemin qui mène à Son Jardin ; une protection contre Son châtiment ; une assurance face à Son indignation ; une aumône dans Son obéissance ; une barrière contre Sa désobéissance ; un secours dans l'accomplissement de Ses commandements et de Ses obligations ; 30. une louange qui nous rendra heureux parmi Ses Amis bienheureux, qui nous élèvera à la station de ceux qui furent martyrs par le sabre de Ses ennemis. IL est l'Ami digne de Louange ! ".

Les invocations de l'Imam (s) n'ont pas été oubliées par les théologiens de l'Histoire Sainte islamique, ils les ont établies dans les écoles supérieures de sciences religieuses, humaines et sociales sur le modèle de la fameuse école des Ahlul Beyt-ãÐåÈ Ãåá ÇáÈíÊ - l'école du Maître des Prophètes- ãÐåÈ ÓíÏÇáãÑÓáíä -, afin d'assurer l'enseignement public de la Foi. Il est en effet indispensable d'assurer dans ce Monde, la formation religieuse des élèves inscrits aux études des sciences islamiques, théologiques, politiques, juridiques, économiques, sociologiques, et aussi les humbles Croyants et Croyantes que nous sommes si nous ne voulons pas tomber dans les doctrines pseudo-monothéistes imprégnées de polythéisme récurrent. Tout le monde sait qu'il est, sans comparaison, plus difficile d'élever l'âme et les sentiments du cœur que de s'abandonner aux pressions de l'ego.

Il peut être énumérée une multitude de raisons qui contribueront à l'œuvre inédite dans l'histoire de l'humanité de l'Imam Ali Zayn Al-Abidin (s) consistant en recueils d'invocations, cette œuvre était d'autant plus nécessaire que la spiritualité islamique se dégradait ou qu'elle avait disparu dans de nombreux clans et tribus.

A la fin de sa vie, l'Imam (s) laissera de quoi influencer favorablement la spiritualité assaillie de toute part par l'opiniâtreté polythéiste. A noter également, au premier siècle de l'Histoire Sainte islamique, que la seule école islamique capable d'assurer l'éducation et l'instruction monothéiste pure était celle des Gens de la Demeure Prophétique / Ãåá ÈíÊ ÇáäÈæÉ Çááå, puisque le Cycle de la Guidance : Imamat détient depuis toujours et notamment depuis le Sermon de Ghadir Khumm l'ensemble du Savoir théologique, politique, économique, juridique et sociologique du Monothéisme : " Avec l'Imam as-Sajjad (s) les invocations connurent leur siècle d'or. Outre la signification spirituelle et culturelle, les invocations de l'Imam as-Sajjad ont une portée sociale indéniable ; on y trouve une volonté de réforme évidente. Ces invocations furent plus tard compilées en un ouvrage qui s'intitule As-Sâhîfa as-Sajjàdiyya. De plus, l'Imam joua un rôle éducatif de taille, puisqu'il rapporta les hadiths du Messager de Çááå-Dieu (pslf) ".