Aperçu des Grandes Ames de l’Humanité
 
PROPHèTE JéSUS-'Isâ - FILS DE MARIE Que la Paix soit avec lui et avec sa Pure et Sainte Mère Marie

Son nom est mentionné 26 fois dans le Saint Coran.

" MENTIONNE Marie, dans le Livre. Elle quitta sa famille et se retira en un lieu vers l'Orient. Elle plaça un voile entre elle et les siens. Nous lui avons envoyé notre Esprit : Il se présenta devant elle sous la forme d'un homme parfait. Elle dit : Je cherche une protection contre toi, auprès du Miséricordieux ; si toutefois tu crains Çááå-Dieu ! - Il dit : Je ne suis que l'Envoyé de ton Seigneur pour te donner un garçon pur. - Elle dit : Comment aurais-je un garçon ? Aucun mortel ne m'a jamais touchée et je ne suis pas une prostituée. - Il dit : C'est ainsi : Ton Seigneur a dit : Cela m'est facile. Nous ferons de lui un Signe pour les hommes ; une miséricorde venue de Nous. Le Décret est irrévocable.

" Elle devint enceinte de l'enfant puis elle se retira avec lui dans un lieu éloigné. Les douleurs la surprirent auprès du tronc du palmier. Elle dit : Malheur à moi ! Que ne suis-je déjà morte, totalement oubliée ! - L'enfant qui se trouvait à ses pieds l'appela : Ne t'attriste pas ! Ton Seigneur a fait jaillir un ruisseau à tes pieds. Secoue vers toi le tronc du palmier ; Il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange, bois et cesse de pleurer. Lorsque tu verras quelque mortel, dis : J'ai voué un jeûne au Miséricordieux ; je ne parlerai à personne aujourd'hui.

" Elle se rendit auprès des siens, en portant l'enfant. Ils dirent : ô Marie ! Tu as fait quelque chose de monstrueux ! ô sœur d'Aaron ! Ton père n'était pas un homme mauvais et ta mère n'était pas une prostituée. - Elle fit signe au nouveau-né et ils dirent alors : Comment parlerions-nous à un petit enfant au berceau ? - Celui-ci dit : Je suis, en vérité, le serviteur de Çááå-Dieu. Il m'a donné le Livre ; Il a fait de moi un Prophète ; Il m'a béni, où que je sois. Il m'a recommandé la prière et l'aumône - tant que je vivrai - et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent, ni malheureux. Que la Paix soit sur moi, le jour où je naquis ; le jour où je mourrai ; le jour où je serai ressuscité.

" Celui-ci est Jésus, fils de Marie. Parole de Vérité dont ils doutent encore. Il ne convient pas que Çááå-Dieu se donne un fils ; mais Gloire à Lui !… Lorsqu'Il a décrété une chose, Il lui dit : Sois !… et elle est. Çááå-Dieu est en vérité, mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le ! Voilà la Voie droite ".(Coran 19/16 à 36)

" Oui, il en est de Jésus comme d'Adam auprès de Çááå-Dieu : Çááå-Dieu l'a créé de terre, puis IL lui a dit : Sois, - et il est ". (Coran 3/59)
" Nous les avons punis parce qu'ils n'ont pas cru, parce qu'ils ont proféré une horrible calomnie contre Marie et parce qu'ils ont dit : Oui, nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le Prophète de Çááå-Dieu. - Mais ils ne l'ont pas tué ; ils ne l'ont pas crucifié, cela leur est seulement apparu ainsi. Ceux qui sont en désaccord à son sujet restent dans le doute ; ils n'en ont pas une connaissance certaine ; ils ne suivent qu'une conjecture ; ils ne l'ont certainement pas tué, mais Çááå-Dieu l'a élevé vers lui : Çááå-Dieu est puissant et juste. Il n'y a personne, parmi les gens du Livre, qui ne croit en lui avant sa mort et il sera un témoin contre eux, le Jour de la Résurrection ". (4/156 à 159)

Lieu de la naissance du Prophète Jésus Que la Paix soit avec lui

Lorsque Mas'ûdî situe le lieu de la naissance de Jésus (s) fils de Marie, il en dit ceci dans son ouvrage Mourouj Al-Dhahab-Les Prairies d'or : " Quand Marie, fille d'Amram, eut 17 ans, Çááå-Dieu lui envoya Gabriel qui souffla en elle l'esprit, et elle devint grosse du Messie, Jésus-'Isà. Jésus naquit dans un village nommé Bethléem, à quelques milles de Jérusalem, le mercredi 24 décembre. Son histoire est celle que Çááå-Dieu raconte clairement dans Son Livre [Coran, Sourate 3] par la bouche de Son Prophète Mohammed (pslf).

" Les Chrétiens prétendent que Ishû' le Nazaréen-An-Nâsirï, c'est-à-dire le Messie, suivit la Religion de ses ancêtres et étudia, pendant 29 ou 30 ans, le Pentateuque et les Livres anciens dans une synagogue-kanîsa de Tibériade, dans la région du Jourdain, appelée Al-Midras. […] On dit que le Messie habitait un village du nom de Nazareth-N?sira, sur le territoire d'Al-Ladjûn dépendant du district du Jourdain, et que c'est ce qui a valu aux Chrétiens le nom de Nazaréens-Nasr?niyya ".

Çááå-Allah donna à Jésus le pouvoir de guérir Que la Paix soit avec lui
Selon un hadith attribué à l'Imam Abi Al-Hassan (s) et rapporté dans l'ouvrage Uçul Al-Kafi, de l'éminent transmetteur de confiance Mohammed Ibn Ya'qub Al-Kulayni Al-Razi il est dit ceci : " Al-Hossein Ibn Mohammed rapporte selon Ibn Mohammed Al Sayari, selon Abi Ya'qub Al-Baghdadi disant : Ibn Al-Soukaït a posé la question suivante à Abi Al-Hassan (s) : " Pourquoi Çááå-Allah a-t-Il envoyé Moussa (s) [Moïse] Ibn Imran avec le bâton et sa main blanche, comme instruments pour combattre la magie ; a envoyé Aïssa (s) [Jésus] avec la connaissance de la médecine ; a envoyé Mohammed et le groupe des Prophètes avec l'éloquence du discours et la maîtrise de la parole ?

" Abou Al-Hassan (s) a répondu : Moussa (s) fut envoyé par Çááå-Allah à une époque où la magie dominait partout. Il possédait les instruments divins capables d'anéantir la magie des hommes, ce fut là un argument contre eux. - Aïssa-Jésus (s) fut envoyé à une époque où les maladies recouvrant le monde, ses habitants avaient une nécessité de médecine, alors Çááå-Allah donna à Jésus le pouvoir de guérir qu'aucun n'a possédé avant lui : il (s) ressuscita les morts, il (s) guérit les aveugles et les lépreux grâce à Çááå-Dieu, ce fut aussi des arguments contre eux.

" Mohammed (pslf) fut envoyé à une époque d'éloquence, de discours, et de palabres - et probablement, l'Imam a cité la poésie - comme maître du discours chargé de conseils et de sagesse, ce qui anéantit la prédominance des discoureurs, et là encore, ce fut un argument contre eux. - Là, Ibn Soukaït continua par ceci : Par Çááå-Allah ! Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer une personne de votre qualité.

" Puis, Al-Soukaït posa une autre question : Quel est l'argument contre les gens d'aujourd'hui ?
" L'Imam (s) répondit : L'Intelligence instruite de la connaissance de Çááå-Allah et qui l'affirme, dévoilant le mensonge sur Çááå-Dieu et le contredit. - Ibn Soukaït ajouta : Par Çááå-Allah ! Oui, c'est bien là la réponse ".

Jésus dit : C'est aux savants de se mettre au service des gens Que la Paix soit avec lui
" Selon Mohammed Ibn Khaled, selon Mohammed Ibn Sinan relatant ce qu'a dit A'ïssa Ibn Mariam-Jésus, fils de Marie : " ô vous, le groupe de mes Apôtres ! J'ai une faveur à vous demander. - Ils répondirent : Nous te l'accorderons, ô Esprit de Çááå-Dieu ! - Alors, Jésus (s) s'est mis debout et entrepris le lavage des pieds de ces gens. - Ceux-ci dirent : Ils nous incombent de le faire nous-mêmes, ô Esprit de Çááå-Dieu ! - Jésus dit : C'est aux savants de se mettre au service des gens. Je suis humble pour que vous appreniez la modestie vis-à-vis des gens après moi de la même manière que je l'ai été à votre égard. - Jésus (s) ajouta : C'est par la modestie que s'accomplit la sagesse et non par la vanité. Raison faisant que le blé pousse mieux en plaines que sur les montagnes arides ".

Jésus exhorte à demeurer parmi les personnes qui font remémorer Çááå-Allah Que la Paix soit avec lui
" D'un groupe de nos compagnons rapportant selon Ahmed Ibn Mohammed Al-Barki, selon Charif Ibn Sabek, selon Al-Fadhl Ibn Abi Kourra, selon Abu Abdullah (s) ayant dit : " Le Messager de Çááå-Dieu (s) a déclaré : Les Apôtres de Jésus (s) lui ont demandé : ô Esprit de Çááå-Dieu ! Parmi quelles personnes pouvons-nous prendre place ? - Jésus leur a répondu : Parmi celles qui vous remémorent Çááå-Allah et vous Le font vivre ; celles qui font grandir vos œuvres par leurs conseils et vous font désirer la vie du monde de l'Au-delà par leurs comportements ".

Jésus conseilla les Bani Israël Que la Paix soit avec lui
" De Ali Ibn Ibrahim, selon Mohammed Ibn A'ïssa Ibn Obayd, selon Younoussa Ibn Abderrahmane, selon une personne l'ayant rapporté, selon Abu Abdullah (s) - sixième Imam - ayant dit : " A'ïssa Ibn Mariam (s)-Jésus fils de Marie, a dit lors d'un sermon délivré aux Bani Israël : ô Bani Israël ! ne vous adressez pas aux ignorants par la voie de l'Ikma-sagesse car vous lui porterez atteinte ; et n'en privez pas les Ahl Al-Hikma-Les Gens de la sagesse car vous commettrez une injustice ".

ÇáÑæÍ?-Al-Ruh-L'Esprit présent chez Jésus est également créé Que la Paix soit avec lui

" De certains de nos compagnons, selon Ahmed Ibn Mohammed Ibn Aïssa, selon Ibn Abi Omayr, selon Ibn Oudhayna, selon Al-Ahwal déclarant avoir questionné Abi Abdullah (s) au sujet de ÇáÑæÍ?-Al-Ruh-L'Esprit : " ÇááåÇááå?-Al-Ruh-L'Esprit présent en Adam et Sa Parole : Après que Je l'aurai harmonieusement formé, et que J'aurai insufflé en lui de Mon Esprit. - L'Imam (s) me répondit : Cet ÇáÑæÍ?-Ruh-Esprit est créé. Et, ÇáÑæÍ?-Al-Ruh-L'Esprit présent chez Jésus est également créé ".

Jésus témoigne de son statut d'Envoyé et de Prophète Que la Paix soit avec lui
Selon l'évangile de Mathieu, 10/40, 41, 42, Jésus dit : " Quiconque vous accueille m'accueille ; quiconque m'accueille accueille Celui Qui m'a envoyé. Celui qui reçoit un Prophète de Çááå-Dieu parce qu'il est Prophète, recevra la récompense accordée à un Prophète ; et celui qui reçoit un homme fidèle à Çááå-Dieu parce qu'il est fidèle, recevra la récompense accordée à un fidèle. Je vous le déclare, c'est la vérité : celui qui donne même un simple verre d'eau fraîche à l'un de ces petits parmi mes disciples parce qu'il est mon disciple, recevra sa récompense ".

Jésus rappelle Çááå-Dieu, Le Seul Seigneur Que la Paix soit avec lui

Selon l'évangile de Marc, 12/26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34 : " Pour ce qui est des morts qui reviennent à la vie, n'avez-vous jamais lu dans le Livre de Moïse le passage qui parle du buisson en flammes ? On y lit que Çááå-Dieu dit à Moïse : Je suis le Çááå-Dieu d'Abraham, le Çááå-Dieu d'Isaac et le Çááå-Dieu de Jacob. - Çááå-Dieu, ajouta Jésus, est le Çááå-Dieu des vivants et non des morts. Ainsi vous êtes complètement dans l'erreur. Un maître de la loi les avait entendus discuter. Il vit que Jésus avait bien répondu aux Saducéens ; il s'approcha donc de lui et lui demanda : Quel est le plus important de tous les commandements ? - Jésus lui répondit : Voici le commandement le plus important : ?coute Israël ! Le Seigneur notre Çááå-Dieu est le Seul Seigneur. Tu dois aimer le Seigneur ton Çááå-Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force. Et voici le second commandement : Tu dois aimer ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus important que ces deux-là. - Le maître de la loi dit alors à Jésus : Très bien, Maître ! Ce que tu as dit est vrai : Le Seigneur est Le Seul Çááå-Dieu, et il n'y a d'autre Çááå-Dieu que Lui. Chacun doit donc aimer Çááå-Dieu de tout son cœur, de toute son intelligence et de toute sa force, et il doit aimer son prochain comme lui-même ".

Jésus témoigne qu'il ne peut rien faire sans l'Ordre de Çááå-Dieu, Que la Paix soit avec lui
Selon l'évangile de Jean, 5/30, Jésus déclare ceci : " Je ne peux rien faire par moi-même. Je juge d'après ce que Çááå-Dieu me dit, et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas à faire ce que je veux, mais ce que veut Celui Qui m'a envoyé ".

Jésus témoigne encore que la vie éternelle consiste à connaître Çááå-Dieu Que la Paix soit avec lui Selon l'évangile de Jean, 17/3, 4 : " La vie éternelle consiste à Te connaître, Toi le Seul véritable Çááå-Dieu, et à connaître Jésus-Christ, que Tu as envoyé. J'ai manifesté Ta Gloire sur la terre ; j'ai achevé l'œuvre que Tu m'as donné à faire ".

Jésus et ses Recommandations, Que la Paix soit avec lui

1. Les Apôtres avaient demandé à Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère : " ? Enseignant du Bien ! Enseigne-nous ce qui est le plus pénible ".

Jésus (s) répondit : " La colère de Çááå-Dieu est ce qui est de plus pénible ! "
" Comment se préserver de la colère de Çááå-Dieu ? " demandèrent les Apôtres.
" En vous préservant de votre propre colère ", répondit Jésus (s).
" Quelle est l'origine de la colère ? ", demandèrent les Apôtres.
" L'arrogance, l'infatuation et le mépris envers les hommes. ", répondit Jésus (psl).
2. Il a été demandé à Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère : " Enseigne-nous une seule action par laquelle Çááå-Dieu nous aimera. "

Jésus (psl) répondit : " Haïssez la vie d'ici-bas, Çááå-Dieu vous aimera. "
3. Le Messager de Çááå-Dieu, Mohammed Ibn Abdallah (pslf) déclara : " Les Apôtres ont demandé à Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère (s) : " ô Esprit de Çááå-Dieu ! Quelle compagnie nous recommandez-vous ? "

Jésus (psl) répondit : " La compagnie de celui dont la présence vous rappelle Çááå-Dieu, dont le raisonnement augmente vos connaissances et dont les actions vous font désirer la Vie de l'Au-delà. "

4. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " ô disciple du savoir ! Honore les savants pour leur science et abandonne la compétition avec eux ; rabaisse les ignorants pour leur ignorance mais ne les congédie pas, sois auprès d'eux et enseigne leur. ".

5. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : L'homme ne peut servir deux Seigneurs à la fois, et quoi qu'il fasse, il servira l'un des deux, bien mieux que l'autre, de même vous ne pouvez réunir l'amour de Çááå-Dieu et l'amour de la vie d'ici-bas. "

6. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Le penchant de vos cœurs va à vos trésors ; les hommes aiment, aussi, leurs richesses et leurs âmes tendent vers elles ; placez, alors, vos trésors dans le ciel, là où les mites ne les détruiront pas et les voleurs ne les déroberont pas. "

7. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Dès qu'un incendie se déclare dans une demeure, il se propage aux demeures voisines pour en détruire un grand nombre, à moins de détruire la première demeure jusqu'aux fondations pour empêcher le feu d'y trouver foyer ; de même le premier oppresseur, s'il est arrêté, il n'y aura plus, après lui, de guide injuste à suivre, de même le feu, s'il n'avait trouvé ni bois, ni planches, rien n'aurait brûlé. "

8. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Vous ne gagnerez l'honneur de la vie de l'Au-delà que par le renoncement de ce que vous aimez ici-bas ; n'attendez pas demain pour vous repentir, car ne séparent du lendemain qu'un jour et une nuit durant lesquels le Décret de Çááå-Dieu vient et s'en va. "

9. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Les petites fautes que vous déconsidérez font partie des conspirations du Satan qui les dévalue et les minimise à vos yeux, alors, elles s'accumulent, s'amplifient et vous porte à la chute. " 10. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Le faux compliment et le fait d'innocenter par la Religion forment le sommet des maux manifestes. L'amour de la vie d'ici-bas est l'origine de toute faute. "

11. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Deux Hommes se trouvent dans la sagesse : un homme qui la perfectionne par ses propos mais la perd par ses actions, et un homme qui la perfectionne par ses paroles et la réalise par ses actions, ils sont totalement différents ; le bonheur est avec les savants qui agissent et le malheur est avec les savants qui se contentent de la parole. "

12. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Il n'y a pas plus excellent honneur dans le Monde de l'au-delà et meilleur soutient face aux événements de la vie d'ici-bas que la Prière régulière ; il n'y a pas plus proche du Tout-Miséricordieux que la Prière, accomplissez-la régulièrement et fréquemment ; toute bonne action rapproche de Çááå-Dieu, et la Prière est la plus proche, elle est préférée auprès de Lui. "

13. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Celui qui ne retire pas, de son éducation, la mauvaise herbe, cette dernière se développera jusqu'à envahir et altérer sa culture ; de même celui qui ne retire pas de son cœur l'amour de la vie d'ici-bas, ce dernier l'envahira jusqu'à ce qu'il ne trouve plus d'intérêt à l'amour du Monde de l'Au-delà. Malheur à vous ! ô esclaves de la vie d'ici-bas ! Prenez les Mosquées de votre Seigneur comme lieux de sûreté pour vos corps ; faites de vos cœurs des demeures pour accueillir la Piété et ne transformez pas vos cœurs en abri pour les passions. "

14. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Parmi les hommes il y a le protégé et l'affligé ; louez Çááå-Dieu pour le protégé et ayez de la compassion pour l'affligé. "

15. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Ne soyez pas comme le tamis qui laisse passer la fine semoule et retient le son, c'est ainsi que vous êtes, vous faites sortir la sagesse de vos bouches mais la haine subsiste dans vos cœurs. "
16. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Commencez par le mal, abandonnez-le ! Ensuite recherchez le bien, il vous sera profitable, mais, si vous unissez le bien au mal, le bien ne vous sera d'aucun profit. "

17. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité je vous le dis, est : Celui qui s'aventure dans le fleuve, aura les vêtements mouillés par l'eau, même s'il veillait à ne pas être touché par l'eau, il en est de même pour celui qui aime la vie d'ici-bas, il ne pourra pas échapper aux erreurs. "

18. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Bienheureux ceux qui prient pendant la nuit, ceux-là hériteront de la lumière éternelle parce qu'ils se lèvent dans l'obscurité de la nuit pour se tenir debout dans leur lieu de prière, suppliant leur Seigneur, L'implorant de les sauver de la tourmente du Jour qui vient. "

19. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : La vie d'ici-bas est créée telle une ferme agricole dans laquelle les créatures cultivent le bon et le mauvais, le mal et le bien ; le bien aura un résultat fructueux au Jour des Comptes, mais le mal connaîtra peine et souffrance au Jour de la Moisson. "

20. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité je vous le dis, est : Le sage prend leçon de l'ignorant, l'ignorant prend leçon de sa passion ; je vous recommande de sceller vos bouches par le silence afin que ne sorte pas d'elles ce qui ne vous est pas permis. "

21. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Vous ne parviendrez à ce que vous espérez qu'en endurant ce que vous détestez et vous ne parviendrez à ce que vous voulez qu'en vous désintéressant de ce que vous désirez. "

22. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : ô esclaves de la vie d'ici-bas ! Comment parviendra-t-il au Monde de l'au-delà, celui dont l'attirance pour les plaisirs de la vie d'ici-bas ne diminue pas et le désir pour elle ne s'estompe pas. "

23. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : La Récompense est, certes, bien gardée, et ne l'obtient que celui qui a œuvré pour la mériter. "

24. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : L'arbre n'est parfait que par le bon fruit, de même la Religion n'est parfaite que par la détermination face aux interdits. "

25. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : La culture n'est abondante qu'avec l'eau et la terre, de même la Foi n'est parfaite qu'avec la Science et l'Action. "

26. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : L'eau éteint le feu, de même la mansuétude étouffe la colère. "

27. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : L'eau et le feu ne trouvent pas place dans un même récipient, de même la Science et l'aveuglement ne trouvent pas place dans un même cœur. "

28. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Il n'y a pas de pluie sans nuage, de même il n'y a d'œuvre pour la satisfaction du Seigneur que par un cœur pur. "

29. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Le Soleil est la lumière de toute chose, la Sagesse est la lumière de tout cœur, la Piété est l'origine de toute sagesse, la Vérité est la porte de tout bien, la Miséricorde de Çááå-Dieu est la porte de toute Vérité et la clé de tout ceci est l'Invocation, l'Imploration et l'Action ; comment une porte peut-elle s'ouvrir sans clé ? "

30. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : ô vous les Apôtres ! Aujourd'hui vous êtes parmi les hommes comme les vivants parmi les morts, ne mourrez donc pas de la mort des vivants. "

31. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Tous les hommes voient les étoiles mais n'est guidé par elles que celui qui connaît leur orientation et leur emplacement, de même vous étudiez la sagesse mais ne peut la suivre que celui qui la met en pratique. ô esclaves de la vie d'ici-bas ! Triez le blé et purifiez-le, faites du grain une fine farine, vous apprécierez son goût et elle vous sera nourrissante, de même soyez sincères dans la Foi et perfectionnez-la, vous apprécierez alors sa douceur et ses effets vous seront profitables. "

32. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Moïse vous recommandait de ne pas prêter serment par Çááå-Dieu qu'il s'agisse de vérité ou de mensonge mais de dire plutôt : " non " ou " oui ". "

33. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Quel importance a le corps si son apparent est respectable et son intérieur corrompu ? Quelle valeur a votre corps si vous le chérissez alors que votre cœur est corrompu ? Quel intérêt pour vous de purifier vos corps lorsque vos cœurs restent souillés ? "

34. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : ô esclaves de la vie d'ici-bas ! Ni la vie d'ici-bas, vous aimez, ni la vie de l'Au-delà, vous désirez ; si vous aimiez la vie d'ici-bas vous loueriez l'œuvre par laquelle vous l'avez gagnée et si vous aimiez la vie de l'Au-delà vous agiriez par les actions de ceux qui la désirent. "

35. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère déclara : " La vérité, je vous le dis, est : ô esclaves de la vie éphémère ! Parmi vous, il y a celui qui déteste son compagnon pour un soupçon, mais ne se déteste pas lui-même pour une certitude. La vérité, je vous le dis, est : Il y a parmi vous celui qui se fâche lorsque l'un de ses défauts lui est dévoilé et qui est une réalité, mais, il est heureux d'être flatté d'une qualité qu'il ne possède sûrement pas. "

36. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : L'homme sage ne plante que l'arbre qu'il apprécie et ne fait monter son cheval que par le cavalier qu'il apprécie, de même le fidèle savant n'accomplit que les actes qui plaisent à son Seigneur. "

37. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " La vérité, je vous le dis, est : Le polissage lisse et donne de l'éclat au sabre, de même il en est de la sagesse pour le cœur, elle le lisse et lui donne de l'éclat ; elle est dans le cœur du sage semblable à l'eau pour la terre aride, la sagesse redonne vie à son cœur comme l'eau redonne vie à la terre, elle est dans le cœur du sage comme la lumière dans l'obscurité, il avance par elle au milieu des hommes. "

38. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " Vous avez entendu ce qui a été dit à ceux qui vous ont précédé : Ne commettez pas l'adultère ! Et moi je vous dis : Celui qui regarde une femme et la désire, a commis l'adultère dans son cœur ; si ton œil droit te trahit arrache-le et jette-le, car il est préférable pour toi de faire l'amputation de l'un de tes membres que de prendre le risque de jeter tout ton corps dans le Feu de la géhenne. Si ta main droite te désobéit, tranche-la et jette-la, car il est préférable pour toi de faire périr l'un de tes membres que de prendre le risque de jeter tout ton corps dans le Feu de la géhenne. "

39. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara : " Ne vous préoccupez pas de votre nourriture, ni de votre boisson, ni des vêtements pour votre corps ; l'?me n'est-elle pas meilleure que la nourriture ? que le corps ? que le vêtement ? Observez les oiseaux dans le ciel qui ni ne sèment, ni ne récoltent et ni s'attristent, car votre Seigneur Céleste les nourrit. "

40. Jésus fils de Marie, que les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Sainte mère, déclara aux Apôtres : " La vie d'ici-bas est pareille à un pont, traversez-la sans lui prêter attention ".

Chronologie des ?vénements historiques qui aboutiront à l'élaboration du symbole de la " trinité " et à la volonté de diviniser le Prophète Jésus fils de Marie Que la Paix soit avec lui et avec sa Mère Sainte Marie

Des longs et tumultueux débats

Les années 538 à 332 avant l'Hégire du Prophète Mohammed (pslf)-100 à 300 après le Prophète Jésus fils de Marie (pse), sont des années où les disciples de Jésus (s) demeuraient assujettis à de grandes controverses, des interrogations majeures, des divisions durables, tels le soulignent les propos suivants relevés dans l'ouvrage Nouvelle encyclopédie catholique théo : " A travers les débats théologiques des 2e et 3e siècles [après le Prophète Jésus (s)], la pensée chrétienne s'était approfondie, mûrie, et comme charpentée. La phase des grandes controverses n'était pas achevée pour autant.

" Au contraire, des interrogations majeures allaient se faire jour dans le cours des 4e et 5e siècles, entraînant de graves remous et des schismes durables au sein de l'église, tout en favorisant l'éclosion d'une génération de théologiens de grande envergure : ce sera " l'âge d'or des Pères de l'église ". On devra à ces derniers des progrès essentiels dans la formation du contenu de la foi chrétienne, œuvre des grands conciles œcuméniques des 4e et 5e siècles. Les débats qui passionneront l'opinion chrétienne au cours des 4e et 5e siècles peuvent aujourd'hui paraître bien subtils.

" L'enjeu était pourtant capital pour l'avenir de la foi. Si les communautés chrétiennes d'aujourd'hui, malgré leurs diversités et leurs divisions, peuvent se retrouver pour professer ensemble sans ambiguïté ce qui fait le fond commun de leur foi en Dieu-Trinité et dans le Christ Dieu et homme, c'est en recourant aux mêmes mots du Credo, fruit de ces longs et tumultueux débats des premiers siècles. "

Ce qui revient à dire que la doctrine de la trinité est le "fruit de ces longs et tumultueux débats des premiers siècles" et non une vérité apportée par le Prophète Jésus fils de Marie (pse) dans la Tradition de Vérité, de Justice et de Salam Çááå-Dieu .

Liberté presque complète pour les disciples du Prophète Jésus fils de Marie Que la Paix soit avec lui et avec sa Mère Pure et Sainte Marie
Le début des années 333 avant l'Hégire du Prophète Mohammed (pslf)-300 après le Prophète Jésus fils de Marie (pse) a vu s'opérer, dans l'Histoire du postulat de la Règle de la Reconnaissance de l'Unicité rappelé par le Prophète Jésus (psl), une importante évolution : les Chrétiens, ignorés ou persécutés pendant la période antérieure, recouvrent d'un coup une liberté presque complète, et bientôt ils vont bénéficier des complaisances de l'Empire romain qui leur accordera des privilèges les plus étendus : l'Empire romain, sans abandonner de suite le paganisme et les dieux romains, adopte officiellement la Religion chrétienne.

Mais, ce début des années 333 avant l'Hégire verra aussi s'opérer une révolution : L'Unicité de Allah Subhanahu wa Ta'ala-Dieu-Transcendant et Exalté, rappelée par tous les Prophètes (pse) envoyés par Allah Al-Musta'ân-Dieu, Celui dont on implore le secours, allait être modifiée par la pensée de certains qui " imaginèrent " une doctrine-croyance érigée en idéologie-système qu'ils allaient imposer au monde de la Croyance en un Çááå-Dieu Unique Indivisible, Al-Ghaniyou-Qui se suffit à Lui-Même.

Il s'agit du dogme central qui énonce précisément la doctrine de certains Chrétiens de l'Occident sur Çááå-Dieu : le dogme de la " trinité ". Ce qui fait dire à l'ouvrage Dictionnaire des Religions, sous la direction du Cardinal Paul Poupard : " … il n'est pas exact de dire que les Chrétiens croient en Çááå-Dieu !… La seule chose qu'à la vérité on puisse dire si l'on veut parler avec précision, c'est que les Chrétiens croient au Père, au Fils et au Saint-Esprit - ou plus précisément encore, à la Trinité d'un Père, d'un Fils et d'un Esprit-Saint qui sont ensemble l'unique Çááå-Dieu, vivant et vrai… Ils ne sont pas les seuls à confesser une paternité de Dieu et donc à reconnaître qu'il y a, si l'on peut dire, " de la filiation " par rapport à lui… Avec la Trinité chrétienne en effet, il ne s'agit ni de polythéisme ni, directement, d'organisation des sociétés humaines mais de Çááå-Dieu et d'un Çááå-Dieu un… le mot Trinité lui-même n'apparaît que vers 180 [après le Prophète Jésus (s) fils de Marie-442 après le Prophète Mohammed (pslf)".

Des débats pour établir l'essentiel du dogme trinitaire

Il y eut de nombreux débats entre l'Orient et l'Occident au sujet du dogme de la " trinité ", les courants orientaux furent considérés déviationnistes, la mise au point fut le fait des deux premiers conciles œcuméniques de l'histoire de l'église, Nicée, 307 avant l'Hégire du Prophète Mohammed (pslf)-325 après le Prophète Jésus fils de Marie (s) et Constantinople 1, 249 avant l'Hégire du Prophète Mohammed (pslf)-381 après le Prophète Jésus fils de Marie (s). Ces deux conciles établirent l'essentiel du dogme trinitaire mais : " … la théologie trinitaire ne prétend aucunement rendre " compte " ni rendre " raison " du mystère de Çááå-Dieu ".

Plus tard, vers les années 234 avant l'Hégire-396 après le Prophète Jésus (s), l'évêque Augustin deviendra un important artisan de la théologie trinitaire latine, dont l'œuvre De Trinitate va accompagner en profondeur la christianisation de l'Occident selon le dogme trinitaire : " Augustin mit en forme ce qu'on appelle la " théorie psychologique de la Trinité ".

Suivons, ici, l'auteur de Gloire à Çááå-Dieu ou les mille vérités scientifiques du Coran, Mohammed Yacine Kassab écrivant ceci : " Toutefois, ce qui semble avoir été perdu de vue, c'est qu'on ne détient absolument aucune preuve que la qualité conférée au fils, l'ait été du temps de Jésus. Bien au contraire, ce n'est que plusieurs décennies plus tard, que les premiers récits, constitués sur la base d'une tradition orale firent leur apparition avec la mention " fils de Çááå-Dieu ". Nous avons aussi constaté qu'en dehors de Jean, aucun autre évangéliste n'a voulu mettre dans la bouche du Prophète Jean-Baptiste les paroles selon lesquelles Jésus était fils de Çááå-Dieu. Encore que ce qui a été dit sur ce dernier reste sujet à caution. En outre, et toujours selon le Nouveau Testament, la venue de Jésus aurait été annoncée par un nombre considérable de Prophètes bibliques. Dans les Evangiles et les Actes, on trouve des noms de quelques-uns de ces Prophètes qui son nommément cités. Il s'agit d'Isaie, Elie, Moïse, Samuel, David, Jacob, Isaac, Joseph, Aaron, etc. Or jamais aucun des Prophètes n'a déclaré que Jésus était le fils de Çááå-Dieu, ce qui aurait été en contradiction formelle avec l'Ancien Testament. Ici, on arrive à la croisée des chemins : Ou bien, il y a lieu d'accepter la divinité de Jésus, et dans ce cas, on doit réfuter les assertions de l'Ancien Testament et de tous les Prophètes bibliques qui ont soutenu le contraire, ou alors, il faudrait rejeter cette qualité attribuée à Jésus - et par ricochet à la trinité - et c'est la crédibilité des Evangiles qui doit être mise en doute ".

Innovation de taille : Recours au langage de la philosophie…

Pour les années 249 avant l'ère mohammadienne et selon les textes des spécialistes en trinité nous pouvons apprendre que pour contrer la pensée monothéiste d'Arius, le concile de Nicée ayant défini la doctrine de la foi en la divinité de Jésus-Christ, le concile de Constantinople va l'entériner définitivement pour l'imposer aux disciples du Prophètes Jésus fils de Marie (pse) : " Lorsqu'en 381 [249 avant l'Hégire] le concile de Constantinople proclamera la divinité de l'Esprit saint, la définition du dogme de Çááå-Dieu en trois personnes, ou Trinité, sera parachevée. Les 300 évêques environ qui participèrent au concile de Nicée venaient surtout des provinces orientales de l'empire, plus proches et où l'on était plus sensible aux débats théologiques. Les évêques des régions extérieures à l'Empire n'avaient pas été convoqués, mais ils étaient encore peu nombreux. Le pape Sylvestre, trop âgé pour faire le voyage était représenté par deux légats, qui tinrent un rôle mineur ; mais leur présence donnait à la rencontre son caractère d'assemblée de l'Eglise universelle. Pour formuler sa pensée, le concile constata l'insuffisance du vocabulaire biblique : innovation de taille, il décida donc de recourir au langage de la philosophie, qui permettait de serrer de plus près les notions relatives à la vie divine ; la langue grecque offrait à cet égard de nombreuses ressources. Selon le Symbole de Nicée ainsi élaboré, Jésus, fils de Dieu, est au sens le plus strict Fils unique du Père, engendré par Lui, et donc ayant même substance - ousia - ou nature que Lui : il Lui est consubstantiel. L'idée sous-jacente est que Dieu a engendré ce fils hors du temps car c'est là que Dieu se situe ; ce fils existe donc de toute éternité, comme le Père ; et cette filiation - cette génération - n'a rien fait perdre au Père. Toutes ces affirmations sont autant de réponses aux positions d'Arius. Le Symbole de Nicée multiplie les formules pour enlever toute ambiguïté à la doctrine qu'il énonce : Jésus-Christ est vrai Dieu né du vrai Dieu, engendré et non pas créé ; il est consubstantiel - homo-ousios, de nature semblable - au Père. Le concile de Constantinople en 381 y ajoutera une formulation de la divinité du Saint-Esprit. Le concile de Nicée a aussi été l'occasion de préciser divers points de l'organisation et de la discipline de l'Eglise - nécessité de l'accord des évêques d'une même province ecclésiastique à la nomination d'un nouvel évêque d'un siège à un autre, ou des prêtres d'un diocèse à l'autre, etc. - Ainsi se prenait l'habitude de chercher des solutions communes aux problèmes posés par le fonctionnement de l'Eglise ".

Le fait d'attribuer un ou des fils à un " créateur " était une pratique que l'on retrouve dans le Mazdéisme iranien qui, à l'époque concernée par l'échafaudage de la doctrine trinitaire, marchait irrémédiablement vers un ordre hiérarchique unitaire des présences-divinités multiples. En effet, l'Histoire des pratiques cultuelles non monothéistes, fait état de la tendance du Mazdéisme à niveler sous une autorité unique les indépendances attribuées par l'homme à ces conclusions de présences-divinités, à rattacher à un axe unique de vie ces dédoublements et multiplications de dieux, ces derniers deviennent fils d'Ahura Mazda alors considéré comme " créateur unique et dieu du ciel " : " Par exemple, Atar, le Feu, est fils d'Ahura dès la période indo-européenne, et il est son fils […] non par voie d'induction, mais par nature ; il est fils, non d'Ahura créateur, mais d'Ahura dieu du ciel, de ce ciel d'où sort l'éclair. Mais le feu à d'autres lieux de naissance que le ciel, il naît dans les eaux de l'orage, il est Fils des Eaux, Apam-Napât, et jouit sous ce titre d'une indépendance absolue à l'égard d'Ahura… ".

De là à passer à la doctrine de Jésus (s) fils de Dieu il n'y avait qu'un tout petit pas que le catholique Augustin et après lui les inclus au Concile de Nicée franchiront pour se retrouver à égalité avec la tendance du Mazdéisme iranien à considérer fils d'un " dieu du ciel " les dieux de l'errance spirituelle. Ce qui porte à constater que ni le " créateur " du Mazdéisme, ni le " dieu " de la doctrine trinitaire d'Augustin et du Concile de Nicée correspondaient au Çááå-Dieu du Monothéisme pur rappelé par tous les Prophètes de Çááå-Dieu et particulièrement par le Maître et Dernier des Prophètes, Sa Sainteté le Messager Mohammed Ibn Abdullah (pslf). En effet, il y avait auprès du " créateur " du Mazdéisme une multitude de présences-divinités ayant chacune son action et son origine indépendante, quant au " dieu " de la doctrine trinitaire, il était divisé en trois et personnalisé dans un Prophète vivant au nom glorieux de Jésus fils de Marie (pse). Le Prophète Mohammed (pslf), son frère, sera donc envoyé par Çááå-Dieu pour protester contre ces affirmations audacieuses et rappeler l'antique lien indestructible des Créatures vis-à-vis de leur Créateur Unique, sans fils ni associé dans Sa Création : tel est Çááå-Dieu de tout temps, Seul et Unique.

Ajoutons aussi le texte suivant de Mohammed Yacine Kassab : " Il est inconcevable de penser que si le Messie avait été le fils de Çááå-Dieu, cette réalité ne serait pas apparue à travers les Messages véhiculés par tous les Prophètes bibliques et autres depuis l'apparition de l'homme. Or, quitte à nous répéter, jamais aucun d'entre eux ne s'est arrogé le droit de révéler quelque chose en ce sens. Car les notions de fils de Çááå-Dieu et de trinité ont été inventées de toutes pièces, afin de donner plus d'arguments à un enseignement que les docteurs de la loi voulaient récupérer à leur profit ".

Il est évident que la tendance à l'adoration de la matière s'est traduite dans l'idéologie-système idolâtrie, polythéisme, divinisation de Prophètes (pse), d'empereurs, d'animaux, de végétaux, d'astres, d'objets, pierres dressées, pièces de bois, etc. L'affirmation selon laquelle l'homme a adoré la matière est très ancienne et qu'elle n'est pas une simple tendance de quelques-uns. Cependant, il ne peut être dit que cette tendance à rendre un culte à la matière érigée en statues, totems, idoles de toutes sortes, symboles, divinisation de Prophètes (pse), d'empereurs, rois, éléments naturels, excluait totalement le fond de croyance en quelque chose de supérieur : qui dit tendance à adorer des objets ne dit pas pour autant la négation globale du divin ni celle du monde métaphysique, mais dit une tendance d'errance spirituelle et de perte du repère de la Règle Universelle de l'Unicité de Çááå-Dieu voire d'un simple refus rattaché à l'esprit rebelle des ignorants orgueilleux dont l'influence sur eux des suggestions du Shaytan-ÇááåÇááå? est très prononcée.

Mentionnons ici l'analyse du savant Mortaza Motahari écrivant dans son ouvrage Les causes de l'attrait du matérialisme ceci : " Le matérialisme n'est pas une pensée récente. Il est absurde de penser qu'il serait l'un des résultats des derniers développements scientifiques et qu'à l'exemple des autres théories scientifiques inconnues auparavant, il aurait pris naissance au cours des deux derniers siècles. Non, le matérialisme, n'appartient guère aux siècles derniers ; il appartient aux pensées très anciennes puisque nous remarquons que, dans le domaine de la philosophie, de nombreux philosophes de la Grèce ancienne, antérieurs à l'époque de Socrate et à sa renaissance philosophique, furent des matérialistes niant toute existence qui ne soit pas matérielle. De même, nous remarquons que certains individus de la Jahiliyya, contemporains de la mission prophétique de Mohammed, Prophète de l'Islam, avaient cette même croyance. C'est pourquoi le Coran a longuement évoqué leur pensée et a mené à leur encontre une lutte acharnée : " Ils disent : " Il n'y a pour nous que notre vie présente : nous vivons et nous mourons. Seul le temps qui passe nous fait périr ". Ils ne détiennent aucune science de tout cela ; ils ne se livrent qu'à des conjectures ". Leur parole, rapportée ici, trahit leur reniement de Çááå-Dieu ainsi que du Jour du Jugement ".

L'Unicité de Çááå-Dieu voulue " trois " par certains

Toutefois, le nom de l'empereur romain Constantin demeure indiscutablement lié à cette dégradation de l'Unicité de Çááå-Dieu. Les modalités de cette dégradation, les sentiments et intérêts personnels de l'empereur qui en a été l'auteur posent aux historiens avides de vérité un grand nombre de questions et de problèmes litigieux.
Sans prétendre ici les discuter ni les trancher tous, il convient pour nos frères et sœurs de l'Islam de tracer, sur ce terrain de la division de L'Indivisible, embroussaillé par des contradictions les plus hardies, les plus incohérentes et les plus fragiles, le chemin modeste du fait historique ayant pavé d'erreurs l'Unicité de la Voie des Prophètes (pse). L'ère de l'empereur Constantin va être une mutation décisive, voulue par l'homme, de l'Unicité de Çááå-Dieu en " trois " lors du Concile de Nicée convoqué sur l'ordre de l'empereur.

L'Orient et l'Occident sous une même tutelle impérialiste romaine

Selon l'Histoire de l'église, l'empereur Constantin va devenir l'unique maître de l'Empire romain d'Orient et d'Occident : " L'abdication de Dioclétien et Maximien en 305 [328 avant l'Hégire] ouvrit une période de rivalités politiques et de lutte intestine de vingt-deux ans, marquée par l'ascension continue de Constantin ; il écrasa successivement tous ses rivaux pour devenir l'unique maître de l'Empire en 327 [305 avant l'Hégire]. Durant cette période troublée, la paix religieuse régna de manière inégale d'une région à l'autre, plus immédiate en Occident, plus tardive en Orient. Mais un processus irréversible s'est engagé en 312 [320 avant l'Hégire] avec la victoire remportée par Constantin au Pont Milvius, près de Rome, sur un concurrent Maxence ; en 313 [319 avant l'Hégire] Constantin avait alors convenu, avec son allié du moment, Licinius, de donner aux chrétiens la liberté de culte dans tout l'Empire et de leur restituer les biens confisqués. C'est ce qui est resté dans l'histoire sous le nom d'?dit de Milan ".