Aperçu des Grandes Ames de l’Humanité
 
Les Grandes Ames façonnent la manière de vivre et d'agir individuellement ou ensemble

Tout conduit alors au Lieu sacré où le rendez-vous d'une partie des Grandes Ames a été fixé par Çááå-Dieu, à Beyt Allah, La Sainte Mecque, puis à Médine la Généreuse.
C'est dans le cadre de la Révélation du Coran très élevé et de l'Immaculée tradition de vie à imiter dans celle du Saint Prophète Mohammed (pslf) que se fera dorénavant l'unité du spirituel avec le temporel. L'intime des convictions et des sensibilités des Grandes Ames de l'Histoire s'engagera sur le forum public de Médine au nom de ces mêmes convictions que le Monothéisme est seul à soutenir. Il sera le signal de départ de la société qui peut grandir et aller de l'avant.
La vitalité monothéiste est, depuis des millénaires, d'expansion naturelle à tous les continents, le plus sûr moyen de la stabilité, de la solidité, de la cohérence de l'humanité. Le Monothéisme, en effet, en plus d'être le système pour gérer et organiser la vie, est surtout la Civilisation de l'Homme et la Culture qui lui est naturelle. Il façonne la manière de vivre et d'agir ensemble dans la conception universelle du Bien.

C'est à partir des apports des Grandes Ames fidèles aux principes de vie du Monothéisme que la réflexion sur la vie s'est développée, ainsi que sur l'importance de l'appartenance cultuelle et culturelle à un fond unique religieux et social de la nature humaine pour lequel il est prévu un enseignement islamique pour donner le contenu spirituel, intellectuel, moral et social de vie vraie et bonne. L'appartenance cultuelle et culturelle monothéiste donne la juste orientation aux choix personnels en les rattachant à la Tradition de vie du Monothéisme pur dont les meilleures figures sont les Grandes Ames de l'Histoire de l'Humanité : les Prophètes (psl) et leurs glorieux successeurs (s). Elles ont fourni les matériaux spirituels et temporels pour bâtir l'édifice de la valeur humaine, de sa dignité, de sa liberté. Elles ont recommandé la solidarité et la fraternité pour transcender l'isolement parce qu'elles projettent à l'intérieur du cadre de la communauté humaine.
Les Grandes Ames du Monothéisme démontrent encore aujourd'hui leurs capacités à ancrer solidement les personnes par delà les différences ethno-culturelles ou socio-culturelles.

En effet, le Monothéisme est l'idéal de l'entente parce qu'il rappelle l'histoire commune à tous, parce qu'il rattache à une tradition partagée depuis Adam (s). Le Message révélé aux Grandes Ames de l'Histoire, concrétisé dans l'Immaculée tradition des Prophètes (pse) et de leurs successeurs (s) c'est la base des principes de l'exercice plein et entier de la citoyenneté mondiale où les antagonismes sont atténués et d'où le respect des Droits et des Devoirs est issu.

Le Prophète Mohammed (pslf) non seulement l'affirmera mais il (pslf) le rendra convaincant par son comportement de vie plein des références monothéistes de vie vraie et bonne malgré l'opposition qu'il (pslf) rencontra dans le déroulement de sa Mission de Messager de Çááå-Dieu (pslf) : " Au nom du principe de l'Unicité de Çááå-Dieu, Mohammed entrait directement en guerre contre l'idolâtrie. L'Unicité de Çááå-Dieu qui imposait ipso facto la souveraineté d'Allah était secondée par le principe de la Prophétie de Mohammed. Ce deuxième principe, tout comme le premier, avait contre lui l'ensemble des facteurs religieux et politique de la Péninsule. En outre, la Nubuwwa avait pour adversaires tout particulièrement le judaïsme et le christianisme ".

Que conclure de toutes les références monothéistes de la vie des Grandes Ames de l'Histoire religieuse et sociale ? Une chose est sûre, c'est que de les avoir délaissées pour une grande partie d'entre elles n'a facilité en rien la prospérité spirituelle, intellectuelle, morale et sociale de l'humanité. D'avoir voulu séparer les Grandes Ames de l'Histoire de l'Homme, d'avoir voulu séparer ce qui est prétendument du domaine public de ce qui est classé de façon arbitraire du domaine non public, d'avoir tenté et échoué en créant une pédagogie de la séparation du spirituel et du temporel, a davantage eu pour résultat le déracinement des identités plutôt que l'enracinement culturel rendu impossible dans un système où le spirituel des Grandes Ames et leurs références de vie sont abandonnés. Alors que les références monothéistes de vie vraie et bonne où le spirituel est l'associé constant du temporel restent les incontournables références de la vie tout court, des réalisations concrètes qui ont fait leurs preuves, des relais de l'universel unificateur. C'est un travail en cours de construction depuis des millénaires, lentement, sagement, patiemment parce que les Grandes Ames du Monothéisme sont les réponses du début, les réponses du pendant et les réponses de la fin.

*

**

LES PROPHèTES DANS LE SAINT CORAN Paix et Salutations sur tous les Prophètes

_____________________________________________________________________________________

Adam (s)

" Oui, Çááå-Dieu a choisi, de préférence aux Mondes : Adam, Noé, la famille d'Abraham, la famille de 'Imran, en tant que descendants les uns des autres ".
" Lorsque Nous avons dit aux Anges : Prosternez-vous devant Adam ! - ils se prosternèrent à l'exception d'Iblis qui refusa et qui s'enorgueillit : il était au nombre des incrédules ".

" Lorsque ton Seigneur dit aux Anges : Je vais établir un lieutenant sur la Terre… ".

Idriss (s)

" Mentionne Idriss dans le Livre ; ce fut un juste et un Prophète ; Nous l'avons élevé à une place sublime ".

" Et Ismaël, et Idris, et Dhou al Kifl… Tous, ils étaient constants. Nous les avons fait entrer dans notre miséricorde : ils sont au nombre des justes ".

Noé (s)

" Raconte-leur l'histoire de Noé ; il dit à son peuple : ô mon peuple ! Si ma présence parmi vous et mon rappel des Signes de Çááå-Dieu vous paraissent insupportables, je me confie en Çááå-Dieu. Mettez-vous d'accord avec vos associés et ne vous inquiétez plus de votre affaire. Prenez ensuite une décision à mon sujet ; ne me faites pas attendre. Si vous tournez le dos, sachez que je ne vous demande pas de salaire. Mon salaire n'incombe qu'à Çááå-Dieu et j'ai reçu l'ordre d'être au nombre des soumis ".

Houd (s)

" Aux 'Ad, Nous avons envoyé leur frère Houd. Il dit : ô mon peuple ! Adorez Çááå-Dieu ! Il n'y a pas, pour vous, d'autre Çááå-Dieu que Lui. Ne le craindrez-vous pas ? ".

Salah (s)

" Aux Thamoud, Nous avons envoyé leur frère Salih. Il dit : ô mon peuple ! Adorez Çááå-Dieu ! Il n'y a pas pour vous d'autre Çááå-Dieu que Lui. Une preuve de votre Seigneur vous est parvenue : Voici la chamelle de Çááå-Dieu ; - c'est un Signe pour vous - laissez-la donc manger sur la terre de Çááå-Dieu ; ne lui faites pas de mal, sinon, un châtiment douloureux vous saisira ".

Abraham (s)

" Qui donc professe une meilleure Religion que celui qui se soumet à Çááå-Dieu, celui qui fait le Bien, celui qui suit la Religion d'Abraham, un vrai Croyant ? - Çááå-Dieu a pris Abraham pour ami - ".

Lorsque son Seigneur éprouva Abraham par certains ordres et que celui-ci les eut accomplis, Çááå-Dieu dit : Je vais faire de toi un Imam pour les hommes, - Abraham dit : Et pour ma descendance aussi ? - Le Seigneur dit : Mon Alliance ne concerne pas les injustes ".

Loth (s)

" Souvenez-vous de Loth ! Il dit à son peuple : Vous livrez-vous à cette abomination que nul, parmi les mondes, n'a commise avant vous ? Vous vous approchez des hommes de préférence aux femmes pour assouvir vos passions. Vous êtes un peuple pervers ".

Dhou Al-Qarnaïn

" Ils t'interrogent au sujet de Dhou Al Qarnaïn. Dis : Je vais vous raconter une histoire qui le concerne. - Nous avions affermi sa puissance sur la terre et Nous l'avions comblé de toutes sortes de biens. Il suivait un chemin et quand il eut atteint le couchant du soleil, il vit que le soleil se couchait dans une source bouillante et il trouva un peuple auprès de cette source. Nous lui dîmes : ô Dhou Al-Qarnaïn ! Tu peux, ou bien châtier ces gens ou te montrer bienveillant envers eux ".

Jacob (s)

" Abraham a ordonné à ses enfants : - et Jacob fit de même - ô mon père ! Çááå-Dieu a choisi pour vous le Religion ; ne mourrez que soumis à Lui. - Etiez-vous présents, lorsque la mort se présenta à Jacob et qu'il dit à ses enfants : Qu'allez-vous adorer après moi ? - Ils dirent : Nous adorons ton Çááå-Dieu, le Çááå-Dieu de tes pères : Abraham, Ismaël et Isaac, - Çááå-Dieu Unique ! - et nous nous soumettons à Lui ".

Job (s)

" Et Job… Il implora son Seigneur : Oui, le mal m'a touché, et cependant, Tu es le plus miséricordieux de ceux qui font miséricorde. - Nous l'avons exaucé ; Nous avons écarté de lui le mal ; Nous avons rétabli sa famille et Nous l'avons rendue deux fois plus nombreuse par l'effet de Notre miséricorde et comme un Rappel pour ceux qui Nous servent ".

Joseph (s)

" Quand Joseph dit à son père : ô mon père ! J'ai vu onze étoiles, le soleil et la lune : oui, je les ai vus se prosterner devant moi. - Il dit : ? mon fils ! Ne raconte pas ta vision à tes frères, car ils trameraient alors des ruses contre toi ".

" Le roi dit : Amenez-moi Joseph ; je vais l'attacher à ma personne. - Après que Joseph eut parlé, le roi lui dit : Dès aujourd'hui, te voilà, auprès de nous, placé à un poste d'autorité et de confiance. - Joseph dit : Confie-moi l'intendance des dépôts de ce pays, j'en serai le gardien compétent. - Nous avons ainsi établi Joseph dans cette contrée. Il s'y installait, partout où il le voulait ".

Chu'aïb (s)

" Aux gens de Madian, Nous avons envoyé leur frère Chou'aïb. Il dit : ô mon peuple ! Adorez Çááå-Dieu ! Il n'y a, pour vous, d'autre Çááå-Dieu que Lui. Une preuve de votre Seigneur vous est déjà parvenue. Donnez la mesure et le poids exacts. Ne causez pas de tort aux hommes dans leurs biens. Ne semez pas le scandale sur la terre, après sa réforme. - Si vous êtes Croyants, ce sera un bien pour vous - Ne vous placez pas sur tous les chemins pour menacer et détourner de la voie de Çááå-Dieu celui qui croit en Lui en souhaitant rendre cette voie tortueuse. Souvenez-vous ! Il vous a multipliés, le jour où vous étiez en petit nombre ".

Moïse (s) et Aaron (s)

" Nous avons donné la Loi à Moïse et à Aaron, comme une Lumière et un Rappel pour ceux qui craignent Çááå-Dieu ; pour ceux qui redoutent leur Seigneur en son Mystère et qui sont émus en pensant à l'Heure ".

" Nous avons inspiré les Prophètes dont Nous t'avons déjà raconté l'histoire et les Prophètes dont Nous ne t'avons pas raconté l'histoire - Çááå-Dieu a réellement parlé à Moïse - ".

Ismaël (s)

" Mentionne Ismaël dans le Livre ; il était sincère en sa promesse ; ce fut un Apôtre et un Prophète. Il ordonnait à sa famille la prière et l'aumône. Il était agréé par son Seigneur ".

élie (s)

" élie était au nombre des envoyés. Il dit à son peuple : Ne craindrez-vous pas Çááå-Dieu ? Invoquerez-vous Ba'al ? Délaisserez-vous le meilleur des créateurs : Çááå-Dieu, votre Seigneur, le Seigneur de vos premiers ancêtres ? "

élisée (s)

" Mentionne Ismaël, élisée et Dhou Al Kifl : chacun d'eux se trouvent parmi les meilleurs ".

" Ismaël, élisée, Jonas et Loth. Nous avons préféré chacun d'entre eux aux mondes ainsi que plusieurs de leurs ancêtres, de leurs descendants et de leurs frères. Nous les avons choisis et Nous les avons guidés sur une voie droite ".

Dhou Al-Kifl (s)

" Et Ismaël, et Idris, et Dhou Al-Kifl… Tous, ils étaient constants. Nous les avons fait entrer dans Notre miséricorde : ils sont au nombre des justes ". " Mentionne Ismaël, ?lisée et Dhou Al Kifl : chacun d'eux se trouvent parmi les meilleurs ".

Luqman (s)

" Oui, Nous avons donné la Sagesse à Luqman : Sois reconnaissant envers Çááå-Dieu. Celui qui est reconnaissant est reconnaissant à son avantage ; quant à l'incrédule, qu'il sache que Çááå-Dieu se suffit à Lui-Même ; qu'Il est digne de Louanges ".

David (s)

" Supporte ce qu'ils disent, et mentionne notre serviteur David, doué de force et plein de repentir. Nous lui avons soumis les montagnes pour qu'elles célèbrent avec lui Nos louanges, soir et matin, ainsi que les oiseaux rassemblés autour de lui. Tout revient à Çááå-Dieu ! Nous avons affermi sa royauté, Nous lui avons donné la Sagesse et l'art de prononcer des jugements ".

" ô David ! Nous avons fait de toi un lieutenant sur la Terre : juge les hommes selon la justice ; ne suis pas ta passion, elle t'égarerait loin du Chemin de Çááå-Dieu. Ceux qui s'égarent loin du Chemin de Çááå-Dieu subiront un terrible châtiment pour avoir oublié le Jour du Jugement ".

" Nous avons écrit dans les Psaumes, après le Rappel : En vérité, Mes serviteurs justes hériteront de la Terre ".

Salomon (s)

" Nous avons donné une science à David et à Salomon. Ils dirent : Louange à Çááå-Dieu qui nous a préférés à beaucoup de ses serviteurs croyants. - Salomon a hérité de David et il dit : ? vous les hommes ! On nous a appris le langage des oiseaux. Nous avons été comblés de tous les biens : voilà, vraiment, une grâce manifeste ".

Zacharie (s)

" Et Zacharie… Il implora son Seigneur : Mon Seigneur ! Ne me laisse pas seul ! Tu es le meilleur des héritiers. - Nous l'avons exaucé ; Nous lui avons donné Jean : Nous avons rendu son épouse capable d'enfanter. Ils s'empressaient de faire le bien, ils Nous invoquaient avec amour et avec crainte. Ils étaient humbles devant Nous ".

Jean (s)

" O Jean ! Tiens le Livre avec force ! - Nous lui avons donné la Sagesse - alors qu'il n'était qu'un petit enfant - et la tendresse et la pureté. Il craignait Çááå-Dieu ; il était bon envers ses parents ; il n'était ni violent, ni désobéissant ; Que la Paix soit sur lui : le jour où il naquit ; le jour où il mourra ; le jour où sera ressuscité ! ".

Jésus (s)

" Celui-ci dit : Je suis, en vérité, le Serviteur de Çááå-Dieu. IL m'a donné Le Livre ; IL a fait de moi un Prophète ; IL m'a béni, où que je sois. IL m'a recommandé la Prière et l'Aumône - tant que je vivrai - et la bonté envers ma mère. IL ne m'a fait ni violent, ni malheureux. Que la Paix soit sur moi, le jour où je naquis ; le jour où je mourrai ; le jour où je serai ressuscité ! - Celui-ci est Jésus, fils de Marie. Parole de Vérité dont ils doutent encore. Il ne convient pas que Çááå-Dieu se donne un fils ; mais Gloire à Lui !… Lorsqu'IL a décrété une chose, IL lui dit : Sois !, et elle est ".

" Oui, il en est de Jésus comme d'Adam auprès de Çááå-Dieu : Çááå-Dieu l'a créé de terre, puis IL lui a dit : Sois, - et il est ".

" Nous les avons punis parce qu'ils n'ont pas cru, parce qu'ils ont proféré une horrible calomnie contre Marie et parce qu'ils ont dit : Oui, nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le Prophète de Çááå-Dieu. - Mais ils ne l'ont pas tué ; ils ne l'ont pas crucifié, cela leur est seulement apparu ainsi. Ceux qui sont en désaccord à son sujet restent dans le doute ; ils n'en ont pas une connaissance certaine ; ils ne suivent qu'une conjecture ; ils ne l'ont certainement pas tué, mais Çááå-Dieu l'a élevé vers lui : Çááå-Dieu est puissant et juste. Il n'y a personne, parmi les gens du Livre, qui ne croie en lui avant sa mort et il sera un témoin contre eux, le Jour de la Résurrection ".

Ouzaïr (s)

" Et celui qui passa près d'une cité ? Celle-ci était vide et effondrée. Il dit : Comment Çááå-Dieu la fera-t-il revivre après sa mort ? - Çááå-Dieu le fit mourir cent ans ; IL le ressuscita ensuite, puis IL lui dit : Combien de temps es-tu resté là ? - Il répondit : J'y suis resté un jour ou une partie d'un jour. - Çááå-Dieu dit : Non, tu y es resté cent ans. Regarde ta nourriture et ta boisson : elles ne sont pas gâtées. Regarde ton âne ; - Nous faisons de toi un Signe pour les hommes - regarde les ossements : voilà comment Nous les réunirons, puis Nous les revêtirons de chair ".

Jonas (s)

" Jonas était au nombre des envoyés. Il s'enfuit sur le bateau bondé puis on tira au sort et il se trouva au nombre des perdants. Le poisson l'avala, alors qu'il se blâmait lui-même. S'il n'avait pas été au nombre de ceux qui célèbrent les louanges de Çááå-Dieu, il serait resté dans le ventre du poisson jusqu'au Jour de la Résurrection ".

Notre Prophète Mohammed (pslf)

" Mohammed est le Prophète de Çááå-Dieu. Ceux qui sont avec lui, sont violents envers les impies, bons et compatissants entre eux. Tu les vois, inclinés, prosternés, recherchant la grâce de Çááå-Dieu et Sa satisfaction. On les reconnaît car on voit sur leurs fronts les traces de leurs prosternations. Voici la parabole qui les concerne dans la Tora et la parabole qui les concerne dans l'?vangile : ils sont semblables au grain qui fait sortir sa pousse, puis il devient robuste, il grossit, il se dresse sur sa tige. Le semeur est saisi d'admiration et les impies en sont courroucés. Çááå-Dieu a promis à ceux d'entre eux qui croient et qui accomplissent des œuvres bonnes un pardon et une récompense sans limites ".

" Un Prophète, pris parmi vous, est venu à vous. Le mal que vous faites lui pèse ; il est avide de votre bien. Il est bon et miséricordieux envers les Croyants ". " Dis : Je ne suis qu'un mortel semblable à vous. Il m'est révélé que votre Çááå-Dieu est un Çááå-Dieu Unique et que celui qui espère la rencontre de son Seigneur doit accomplir de bonnes actions et n'associer personne dans l'adoration de son Seigneur ".

" ô toi, le Prophète ! Nous t'avons envoyé comme témoin, comme annonciateur de bonnes nouvelles, comme avertisseur, comme celui qui invoque Çááå-Dieu - avec Sa permission - et comme un brillant luminaire ".

" Mohammed n'est le père d'aucun homme parmi vous, mais il est le Prophète de Çááå-Dieu ; le Sceau des Prophètes ".

" Tu ne récitais aucun Livre avant celui-ci ; tu n'en traçais aucun de ta main droite ; les imposteurs se livrent donc à des hypothèses ".

" Nous t'avons ainsi révélé un Esprit qui provient de Notre Commandement. Tu ne connaissais ni le Livre, ni la foi ".

*

* *

LE PROPHèTE-IMAM ABRAHAM Paix et Bénédictions sur Abraham et sur sa famille

_____________________________________________________________________________________ M ALGRE son grand âge, Çááå-Dieu donnera au Prophète-Imam (psl) une postérité comme IL le lui avait promis : en premier Ismaël, fils de son épouse Agar ; en second Isaac, fils de son épouse Sarah. Le premier aura douze fils qui seront l'origine de douze tribus et donc d'une importante postérité ; le second n'aura que deux fils dont Jacob qui sera surnommé " Israël ", surnom qui s'appliquera ensuite à l'ensemble des douze tribus issues de ses douze fils : " Elles étaient unies par un pacte traditionnellement lié au sanctuaire de Sichem, dans le centre du pays. Les 12e et 11e siècles avant J.-C. sont marqués par de sanglantes luttes entre elles, et par une anarchie qui facilita les entreprises de leurs voisins... Certaines des tribus s'éteignirent vite ; d'autres s'imposèrent... ".

" De ce jour, Ismaël, assisté du Seigneur, grandit dans le désert et devint habile à tirer à l'arc. Plus tard, il eut douze fils, desquels sortirent douze tribus arabes qui subsistent encore ".

Les souvenirs de l'arrivée de la famille de Jacob en Egypte sont gardés dans les Saints Versets du Coran Véridique, notamment dans la sourate " Joseph " qui relate l'histoire de ce Prophète (s), l'un des douze fils de Jacob (s), jeté volontairement dans un puits par ses frères qui voulaient s'en débarrasser, puis repêché par des nomades qui le remirent au roi de l'égypte.

Ce dernier finira, après de multiples péripéties survenues à Joseph (s) contre sa volonté et au vu de son intégrité, par lui confier le poste de Premier ministre de son gouvernement. Les douze fils de Jacob (s) seront issus de quatre épouses différentes avec lesquelles il vivait en toute légalité conformément à la tradition abrahamite de la polygamie.

Quant au Prophète Mohammed (pslf), né aux Lieux Saints de Beyt Allah, à La Sainte Mecque, il est descendant de la lignée abrahamite par le premier fils, le Prophète Ismaël (s). Il peut être constaté qu'il (pslf) est un descendant connaisseur de l'histoire de sa famille abrahamite qui s'est transmise comme toutes les histoires de famille, de père en fils. Dans son cas, l'histoire de sa famille partira du Prophète Abraham (psl) à son fils Ismaël (s), de la descendance de celui-ci jusqu'au Prophète Mohammed (pslf), de lui à son cousin l'Imam Ali, et de ce dernier aux onze autres Imams par le relais successif de père en fils de la Guidance, ce qui forme le Corpus des " Douze Solidaires Supérieurs Infaillibles " de la descendance mohammadienne-abrahamite, la boucle est ainsi bouclée. Paix et salutations sur tous les Prophètes, et sur la Famille de Mohammed.

Sa présence dans les Versets du Coran Véridique La Sainteté du Prophète-Imam Abraham (psl) est très présente dans le Coran Inimitable et Protégé, car elle marque l'appartenance et l'origine des grands Prophètes Moïse, Jésus et Mohammed, Paix et salutations sur tous les Prophètes, sur la Mère de Jésus, la Sainte et Pure Marie, et sur la Famille purifiée de Mohammed. A travers l'ensemble de la Révélation coranique revient sans cesse l'éloge du Prophète-Imam Abraham (psl), ancêtre de tous les Croyants et de toutes les Croyantes qui se réfèrent au Monothéisme pur de culte des images, des statues en bois ou en pierre ; de la division de l'Unicité de Çááå-Dieu ; des gestes de la superstition qui consistent à attribuer à certains comportements, gestes, rites, formules ou symboles, des pouvoirs susceptibles de traduire un culte.

De caractère irrationnel, ces comportements sont le plus souvent fondés sur la crainte de désobéir à un enseignement doctrinal établi par l'homme et incompatible avec les principes du Monothéisme pur établis par Çááå-Dieu et transmis de Prophète en Prophète depuis Adam (s) en passant par Abraham (psl) jusqu'au Sceau des Prophètes : le Bien Aimé Mohammed (pslf). Ils ont ainsi épargné les nuisances des principes dégradants et déshumanisants du polythéisme, de l'idolâtrie et de la superstition, qui ne relèvent pas de l'authentique Croyance en Un Çááå-Dieu Unique et de la Foi qui s'y rattache. Quoi qu'il en soit, ces comportements incompatibles avec ceux du modèle abrahamite des Croyants et des Croyantes, et qui furent incorporés par l'homme à certains cultes, représentent en eux-mêmes les preuves de la contrefaçon et de la dégénérescence voulue par l'homme de l'authenticité du Message Monothéiste glorificateur de l'Unicité de Çááå-Dieu, exalté soit-IL.

" Qui donc professe une meilleure Religion que celui qui se soumet à Çááå-Dieu, que celui qui fait le bien, celui qui suit la Religion d'Abraham, un vrai Croyant ? Çááå-Dieu a pris Abraham pour Ami ". Coran 4/125.

" Nous t'avons ensuite révélé : " Suis la Religion d'Abraham, un vrai Croyant ". Il n'était pas au nombre des polythéistes ".
" Lorsque son Seigneur éprouva Abraham par certains ordres et que celui-ci les eut accomplis, Çááå-Dieu dit : " Je vais faire de toi un Imam pour les hommes ", Abraham dit : " Et pour ma descendance aussi ? " Le Seigneur dit : " Mon alliance ne concerne pas les injustes ".

Le sixième Imam As-Sâdeq (s), membre du Collège des " Douze Imams Successeurs Infaillibles " rapporte ceci : "Çááå-Dieu, exalté soit-IL, avait pris Abraham comme serviteur avant de l'élever au rang de Prophète ; et Çááå-Dieu, exalté soit-IL l'avait élevé au rang de Prophète avant de l'élever au rôle de Messager ; et Çááå-Dieu, exalté soit-IL, l'avait élevé au rôle de Messager avant de le désigner comme Ami Rapproché et Intime ; et Çááå-Dieu, exalté soit-IL, l'avait pris comme Ami Rapproché et Intime avant de lui confier la mission de Guide. Après lui avoir accordé toutes ses différentes stations, Çááå-Dieu, exalté soit-IL, lui dit : " Je vais faire de toi un Guide-Imam ".

Abraham (psl) pratiqua la méthode des Prophètes (pse)

L'Histoire des Prophètes fait état qu'ils ont débuté leur Mission réformatrice en invitant, en premier, leurs proches à la Voie juste, puis, plus tard, en étendant l'invitation aux autres. Le Prophète de l'Islam ne dérogea pas à cette habitude qu'il mit en pratique immédiatement après avoir été mandaté de sa Mission prophétique. Avant tout, il invita ses proches à l'Islam, les informa du propos de son " appel " à se réformer, en conformité avec le Commandement divin : " Avertis tes partisans les plus proches ".

Abraham avait pratiqué de même. Il avait demandé, en premier, à ses parents, qu'ils se réforment. Azar possédait un haut rang parmi ses parents. Il était un homme très instruit et un artiste, mais aussi un expert en astrologie. A la cour de Namrod, sa parole faisait autorité et ses conclusions astrologiques étaient considérées comme correctes par tous les courtisans.

Abraham savait que s'il pouvait convaincre Azar de se joindre à lui, alors, il s'emparerait du même coup de la puissante citadelle de l'idolâtrie. Pour se faire, Abraham, avec beaucoup de délicatesse, lui conseilla de cesser d'adorer des objets sans existence réelle. Pour des raisons personnelles, malgré tout, Azar n'accepta pas le conseil et mit en garde son neveu Abraham.

Pour ce qui nous concerne, l'événement le plus important dans cette épisode concerne la méthode de l'invitation et la manière de converser d'Abraham avec Azar. Une profonde et prudente étude des versets du Coran relatant la conversation fait apparaître clairement la méthode d'argumenter et d'inviter du Prophète.

Maintenant, nous allons montrer la façon employée par Abraham pour inviter Azar à la Voie Juste : "ô mon père ! N'adore pas le Démon ; Le Démon est rebelle envers le Miséricordieux - ô mon père ! Je crains qu'un châtiment du Miséricordieux ne t'afflige et que tu ne deviennes un suppôt du Démon ". En réponse à l'invitation d'Abraham, Azar dit : " ô Abraham ! Eprouverais-tu de l'aversion pour mes divinités ? Si tu ne cesses pas je vais te lapider. Eloigne-toi de moi pour quelque temps ". En homme avisé, Abraham écouta avec calme les propos irrévérencieux de Azar et lui dit : " Salut sur toi ! Je demanderai pour toi le pardon de mon Seigneur ".

Pouvait-il y avoir meilleure réponse que celle-ci et une invitation plus tempérée et agréable que celle d'Abraham ?
Les versets cités ci-dessus ainsi que le quinzième de la Sourate Tawbah (9) et le quatorzième de la Sourate Al-Mumtahinah (60) laissent apparaître que la relation de Azar envers Abraham est celle du père, et qu'il en est de même de la part d'Abraham vis-à-vis de Azar. Cependant, le fait que Azar apparaisse en tant qu'adorateur d'idoles et père d'Abraham n'est pas en harmonie avec le consensus des savants chiites, qui croient que les ancêtres du Saint Prophète de l'Islam ainsi que ceux de tous les autres Prophètes étaient des gens pieux pratiquant le Monothéisme.

L'éminent savant Chiite, Scheikh Mufid a, dans son ouvrage de grande renommée [Awa'il Al-Maqalat, page 12], souligné cette proposition comme faisant l'unanimité de tous les savants Chiites et d'une grande partie des savants Sunnites qui se sont aussi rattachés à cette proposition. La question, cependant, demeure la suivante. Quel est le réel sens du contenu apparent des versets ci-dessus et comment le problème peut-il être résolu ?

Bon nombre de commentateurs du Saint-Coran affirment que, bien que le mot "Ab" soit couramment utilisé en langue arabe pour désigner le "père", il n'empêche que cette terminologie ne lui est pas exclusive. En effet, parfois le mot "Ab" est aussi utilisé dans le vocabulaire arabe ainsi que dans la terminologie coranique au sens d'"oncle". En exemple, dans le verset suivant, le mot "Ab" désigne "oncle" : " Etiez-vous présents, lorsque la mort se présenta à Jacob et qu'il dit à ses enfants :
Qu'allez-vous adorer après moi ? - Ils dirent : Nous adorons ton Çááå-Dieu, le Çááå-Dieu de tes pères ; Abraham, Ismaël et Isaac, - Çááå-Dieu unique ! - et nous nous soumettons à Lui".

Il n'y a aucun doute dans le fait que Ismaël est l'oncle de Jacob et non son père, parce que Jacob est le fils de Isaac qui, lui-même, est le frère d'Ismaël. Malgré tout, et à la lumière de ceci, les enfants de Jacob lui ont attribué le nom de "père" de Jacob, autrement dit, ils l'ont appelé "Ab" à l'égard de Jacob. Ainsi, ce mot est chargé de deux sens, ce qui rend possible, dans les versets citant Azar, invité à la Voie juste par Abraham, qu'il signifie "oncle", rejoignant ainsi le consensus de l'opinion des savants cités par le Cheikh Mufid. Il est probable qu'Abraham l'ait appelé "père" dans le sens où il a été, à son égard, et durant une longue période, un gardien, faisant qu'Abraham le regardait comme étant son père.

Face aux censeurs du Culte Pur

Les ennemis du Monothéisme pur qui exhorte à la Croyance en un seul Çááå-Dieu par opposition au polythéisme qui exalte le pluralisme des dieux, lui (psl) prépareront un immense bûcher pour le faire dévorer par le feu. Ils voulaient conserver leur système qui admettait une multitude de divinités comme c'était le cas dans l'antiquité grecque, romaine, égyptienne, phénicienne, arabe, pour ne citer que ces origines. Le polythéisme est toujours présent et avec lui ses principes qui ont été incorporés par l'homme, selon des exigences politiques du moment, à certains cultes qui se disent monothéistes dans le fond mais en réalité polythéistes dans la forme de l'expression populaire de l'agir cultuel.

Le Prophète-Imam Abraham (psl) s'opposera avec ferveur aux principes du polythéisme et à ses disciples car il n'admettait qu'un Çááå-Dieu Unique, Celui-là même que les Saints Versets scellés entre les deux couvertures du Coran Véridique viendront rappeler aux Croyants et aux Croyantes considérés comme ses descendants spirituels, ceux qui appartiennent à la Religion Immuable : Islam.

Il est rapporté dans les livres d'histoire sainte véridique que : " [...] Lorsque le Prophète-Imam Abraham sera projeté en direction de l'immense foyer de flammes par une puissante catapulte utilisée à cet effet par ses censeurs, Çááå-Dieu, exalté soit-IL, enverra l'Ange Gabriel pour le secourir.

" Ce dernier dira au Prophète-Imam Abraham : " Çááå-Dieu, exalté soit-IL, m'a chargé de te sauver ! ".
" Alors le Prophète lui répondit ceci : " Oui ! En effet ! Çááå-Dieu m'est suffisant ! IL est mon meilleur secours ! Aussi, je ne demande assistance à quiconque d'autre que Lui ! Car je n'ai d'autre absolu besoin que Lui ! ". En réponse à cette preuve de son indéfectible soumission à Son Créateur, IL le désignera pour l'humanité en tant qu'un Ami Rapproché et Intime.

" Il a été transmis ce propos du Prophète Mohammed (pslf) : " Çááå-Dieu, exalté soit-IL, dans tous les bienfaits qu'IL a mis dans Sa Création en a dégagé quatre. IL a choisi dans ses Prophètes : Abraham - David - Moïse et moi-même pour la vaillance et le courage face aux détracteurs et aux censeurs dans le combat armé... Çááå-Dieu, exalté soit-IL, en élevant le Prophète Abraham au rang d'Ami Rapproché et Intime confirmait aussi l'homme de bien qui accueillait et nourrissait les gens ; l'homme qui priait la nuit pendant le sommeil des gens ".

Dès son enfance, le jeune Abraham se mettra à l'écart des sociétés obscures du polythéisme, des traditions du culte de l'idolâtrie, des craintes entretenues par la superstition, auxquels s'adonnaient sa famille et le peuple. Son islamité originelle faite de croyance, pure de toute attirance vers l'associationnisme, entièrement dévouée à la Cause de l'Unicité de Çááå-Dieu, aux principes du Monothéisme pur qui éclaire les esprits, soutenue par le dessein de Çááå-Dieu, exalté soit-IL, lui faisait voir clairement la différence entre l'absurdité des pratiques cultuelles du polythéisme et les hautes valeurs humanisantes du " Culte Pur ", seul capable d'élevé la vie du monde d'ici-bas.

Monde à partir duquel l'âme se prépare au Sublime Retour vers le Créateur de toute chose. C'est pourquoi, le Prophète-Imam Abraham (psl), par sa vision éclairée du Monde Visible et du Monde Invisible ; par son comportement monothéiste exemplaire face aux censeurs polythéistes et païens ; par son œuvre de libération des esprits soumis aux nuisances de l'idolâtrie et de la pratique de la superstition ; par son total engagement et dévouement à la Cause de l'Unicité et de son postulat : " Il n'y a de Çááå-Dieu que Çááå-Dieu " reste avant tout le premier modèle du soumis-muslim.

Mais, à son époque et dans le monde entier, le polythéisme prédominait, et bien sûr dans son propre entourage aussi. Il (psl) avait à maintes reprises exhorté son " père " à abandonner les nuisances de l'idolâtrie pour se rapprocher des bienfaits et de la clairvoyance contenus dans le Principe naturel à l'homme de l'Unicité de Çááå-Dieu. Malgré sa louable insistance auprès de son " père ", ce dernier se fâchera, le chassera de la demeure " paternelle ", le menacera de lapidation s'il ne mettait pas un terme à ses critiques envers le culte des idoles, à ses remarques concernant la crainte animatrice de la pratique de la superstition.

Il (psl) défendait la loi de l'Unicité de Çááå-Dieu qui interdit absolument l'adoration des statues et des images, ainsi que toute espèce de culte qui leur serait rendu, alors que ses adversaires lui demandait de quelle autorité il prétendait être investi pour leur interdire et vouloir leur faire modifier les principes cultuels et culturels dégradants et déshumanisants du polythéisme.

Faisant preuve d'une incommensurable et respectueuse compassion filiale, il salua son " père " et lui fit la promesse de demander à Çááå-Dieu, exalté soit-IL, de lui accorder Son Pardon, de l'aider à sortir des eaux troubles du paganisme, du culte des idoles qui consiste à leurs rendre des honneurs, en les bornant à elles-mêmes, sans prendre conscience de leur inutilité. C'est ainsi que les gens de son entourage et au-delà de celui-ci, honoraient leurs statues. Ils étaient convaincus qu'en vertu de la consécration qu'ils accordaient à leurs statues, les dieux qu'elles représentaient y étaient enfermés, et qu'ils les animaient. Il n'y avait pas que le problème du culte des statues. Il y avait également celui du culte des astres et des planètes.

Ce qui amenait le Prophète-Imam Abraham (psl) à s'entretenir avec les polythéistes pour leur démontrer avec preuves à l'appui, la futilité infantilisée et l'absurdité de tous ces cultes alors qu'il n'y en a qu'Un seul qui soit réellement agréé de Çááå-Dieu, exalté soit-IL, et qui L'honore : celui de la Soumission au Culte Pur. Malgré tout, ses censeurs n'acceptaient pas de reconnaître que toutes leurs pratiques étaient profondément mauvaises en elles-mêmes et dangereuses pour les peuples incapables de distinguer le culte relatif nuisible d'avec le " Culte Pur ".

C'était une pratique sociale entretenue par ses censeurs au sein des populations. Ils avaient tout intérêt à dégrader leurs citoyens, à les déshumaniser sans cesse pour les maintenir dans l'irréflexion que procure l'ignorance ; à contrôler et orienter leur fond de croyance vers un culte civil qu'ils pouvaient eux-mêmes utiliser à des fins personnelles de domination et de pouvoir temporel. Ouverture à la voie qui mène au culte de l'empereur, du roi, des dictateurs, despotes et des idéologies pensées par l'homme.

Destruction des idoles-divinités

Un jour que les gens avaient quitté la ville pour se rendre à la célébration de cérémonies païennes, le Prophète-Imam Abraham (psl) n'assistant jamais à des commémorations dégradantes, se rendra sur le lieu où étaient élevées des statues, des colonnes, des pierres dressées. Il (psl) les mettra en pièces sauf la plus grande et la plus haute d'entre elles toutes.

A leur retour, les païens se rendront évidemment sur le lieu de leur dégénérescence spirituelle et sociale, et là, ils seront confrontés à la destruction de leurs idoles. Ils suspecteront immédiatement le Prophète-Imam Abraham (psl) vers lequel ils se dirigeront pour le soumettre à un interrogatoire. Il (psl) avait laissé la plus grande d'elles toutes intacte, il lui avait suspendu autour du cou une massue. Son stratège avait pour but à faire réfléchir les païens, à leur faire prendre conscience de la matérialité stérile, sans esprit, de leurs statues et idoles, de leur absence de tout pouvoir sur les événements de la vie des Mondes visibles et invisibles.

Toute la démarche du Prophète-Imam Abraham (psl) aura pour but d'animer, le temps d'un instant, la réflexion de ses censeurs polythéistes. Ils ne parviendront pas cependant à accepter le principe de l'Unicité de Çááå-Dieu qui ne peut ni ressembler à un homme ni être représenté par des symboles, des statues, des images, devant lesquels et pour lesquels s'exécutent des cultes ; ni accepter des gestes et des comportements dictés par la crainte du culte de la superstition qui mène les gens à la soumission d'actes cultuels qu'aucun Prophète n'a réclamé de pratiquer.

" Ils dirent : " Amenez-le sous les yeux des gens pour qu'ils apportent leur témoignage ". Ils dirent : " Est-ce toi, Abraham, qui as fait cela à nos dieux ? ". Il dit : " Non !... C'est le plus grand d'entre eux... Interrogez-les donc s'ils peuvent parler ! ". Ils revinrent à eux et ils dirent : " Vous êtes injustes ! ". Ils firent ensuite volte face : " Tu sais bien que ceux-ci ne parlent pas ". Il dit : " Vous adorez donc en dehors de Çááå-Dieu, ce qui ne peut ni vous être utile en quoi que ce soit, ni vous nuire ? Honte à vous et à ce que vous adorez en dehors de Çááå-Dieu ! Ne comprenez-vous pas ? ". Ils dirent : " Brûlez-le et secourez vos dieux, si vous en êtes capables ! ". Nous dîmes : " ô Feu ! Sois, pour Abraham, fraîcheur et Paix ! ".

Dans cet environnement hostile à l'Unicité de Çááå-Dieu, le Prophète-Imam Abraham (psl) sera conduit devant le roi qui était considéré lui-même par le peuple comme une divinité. La discussion qui allait s'établir entre le roi et le Prophète-Imam sera à propos de l'Unicité de Çááå-Dieu et de son Existence.

Le Prophète-Imam Abraham (psl) : " Çááå-Dieu, exalté soit-IL, donne la vie et la mort ! ". Le roi : " Moi aussi, je donne la vie et la mort, car face à mon prisonnier c'est moi qui décide de le laisser soit vivant soit de lui donner la mort ". Le Prophète-Imam Abraham (psl) : " Çááå-Dieu fait apparaître le soleil à l'Est, fais le donc apparaître à l'Ouest ! ". Puis il prit congé du roi païen confondu et pensif ".

Donc le Prophète-Imam Abraham (psl) maintiendra sa ligne géothéologique de croyance en un Çááå-Dieu Unique, Un et Indivisible, continuant d'appeler à la Religion Immuable les peuples, mais seul un petit groupe le rejoindra ainsi que son épouse et son neveu le Prophète Loth (s). Ensemble ils émigreront en direction de la Terre Sainte. La rupture avec les païens idolâtres sera ainsi achevée.