Des Gemmes de


La Voie de l'Eloquence
(Nahj-ul-Balghah)

Maximes, aphorismes, et adages de l'Imam Ali (p)

Compil, traduit et dit par :

Abbas Ahmad al-Bostani

Publication de la Cit du Savoir


diteur :

Abbas Ahmad AlBostani

La Cit du Savoir

C. P. 712, Succ. (B)

Montral, Qubec, H3B 3K3

Canada

Site Web : www.bostani.com

Email permanent : abbas@bostani.com

E-mail alternatif 1: bostani5@hotmail.com

E-mailalternatif 2 : bostani5@yahoo.fr

Premire dition: Avril 2005

Copyrights: Tous droits rservs :

Abbas Ahmad Al-Bostani

ISBN : 2-922223-36-1

A mditer



Allah a donn la priorit aux droits de Ses serviteurs sur Ses Propres Droits. Par consquent, quiconque s'acquitte des droits des serviteurs d'Allah, ceci conduira l'acquittement des Droits d'Allah.
*

*[1] La rforme des ennemis par la bonne parole et une conduite agrable est moins difficile que de les affronter et de les vaincre dans les douleurs du combat.

*

* La courtoisie envers les ennemis d'Allah dans leur pays est une protection contre la Torture d'Allah et une prvention contre des conflits prouvants dans le monde d'ici-bas.
*

* Combattre les ennemis dans leur pays et lutter contre eux malgr leur pouvoir, c'est abandonner le commandement d'Allah et s'exposer aux preuves de ce bas-monde.

* ϡ

* Il n'y a pas un pays qui soit meilleur qu'un autre : le meilleur pays est celui qui t'accepte et te supporte.
*

* Consulte tes ennemis, tu dduiras de leur opinion le degr de leur hostilit, et de leur pense les objets de leurs intentions.



Le du'' de la victime d'injustice est exauc par Allah -Gloire Lui -, car il ne fait que rclamer son d, or Allah -le Sublime- est plus juste que d'interdire un ayant droit son d.

: .

Allah -Gloire Lui- a impos aux fortunes des riches les subsistance des pauvres : il s'ensuit qu'il n'est pas un pauvre qui ait faim sans qu'il y n'y ait un riche qui refuse de payer ce qu'il doit.



Si Allah se courrouce contre une communaut (pays, peuple, nation), Il ne fait pas descendre le feu sur elle, mais y rend la vie chre, y courte la longvit des gens, ne laisse pas ses commerants raliser des bnfices, ses fruits ne seront pas purifis, ses rivires ne seront pas bien fournies, Il empche les pluies d'y descendre, et la fait dominer par ses mchants.



Si l'un d'entre vous voit un acte rprhensif, sans pouvoir l'interdire avec sa main ou sa parole, mais l'a toutefois rprouv dans son cur, et qu'Allah sait la sincrit de sa rprobation, il est considr comme l'ayant dsapprouv rellement.

* :

* Deux types d'homme m'exasprent : un savant scandaleux (hont) et un ignorant qui joue l'ascte. Celui-l loigne les gens de la Vrit par son attitude scandaleuse, et celui-ci incite au Faux par son affectation de l'ascse.
*

* Tu ne rencontreras jamais un (vrai) croyant jaloux, rancunier ou avare.

Le choix des amis et des compagnons

* : .

* mon fils ! Gare toi de te lier d'amiti avec l'idiot, car il te nuira en voulant te rendre service, ni avec l'avare, car il loigne de toi ce dont tu as le plus besoin, ni avec le perverti, car il te vendra un prix insignifiant, ni avec le menteur, car il est comme le mirage : il te fera croire proche ce qui est loin, et loin ce qui est proche.



Ne frquente pas celui qui le 'aql manque ni ne sois bienfaisant envers un dracin, car le premier te portera prjudice lorsqu'il voudra te rendre service, et le second, de par sa nature, aura tendance faire du mal celui qui lui fait du bien.



Oublie les dfauts des amis, tu feras perdurer leur affection.


Les amis sont une seule me dans des corps spars.



Le vrai ami est celui qui te conseille concrnant tes dfauts, qui te dfend en ton absence et qui te prfre lui-mme.



Le meilleur des frres est celui qui suffit ses frres et ne les laisse avoir besoin de personne d'autre.



Le meilleur des frres est celui qui sait te consoler, et meilleur que lui est celui qui te suffit et qui, lorsqu'il a besoin de toi, t'excuse, si tu ne peux le satisfaire.



Le meilleur de tes amis est celui qui accourt aux actes de bienfaisance et t'y attire, et qui te commande le bien et t'y aide.


Le compagnon des mchants est comme celui qui prend la mer : s'il chappe la noyade, il n'chappera pas la peur et au mal de mer.


Le meilleur des frres est celui aprs la perte duquel tu n'aimerais pas vivre.


Ton meilleur compagnon est celui qui te dispense de recourir un arbitre entre toi et lui.



Offre ton ami toute l'affection, mais ne sois pas totalement rassur de lui, et raconte lui tous tes soucis et proccupations, mais ne lui divulgue pas tous tes secrets.



Garde-toi de te lier d'amiti avec le sot, car il te porte prjudice alors qu'il pense te faire du bien et te du mal en voulant te faire plaisir.



Garde-toi d'oublier le droit de ton frre sur toi (ton devoir envers lui) lorsqu'il en a besoin, en mettant en avant ton droit sur lui, car sache que ton frre a sur toi le mme droit que tu as sur lui.



Garde-toi de ngliger le droit de ton frre en t'abritant derrire la fraternit, car il n'est pas ton frre celui dont tu as escamot (ls) le droit.



Garde-toi de te lier d'amiti avec les gens de dbauche, car quiconque accepte les agissements d'un groupe de gens est comme s'il y tait associ.



Garde-toi d'aimer les ennemis d'Allah ou de sympathiser avec d'autres que les amis d'Allah, car quiconque aime un peuple sera rassembl avec lui le Jour de la Rsurrection.

*

* Sois plus confiant en ton sage ennemi qu'en ton ignorant ami.



Offre ton ami tes conseils, tes connaissances ton aide, et tout le monde un visage souriant.


Choisis de toute chose ce qu'elle a de nouveau, mais choisis parmi les frres le plus ancien d'entre eux.

Ne romps pas avec un ami, lors mme qu'il se montre ingrat.


Ne fais pas confiance l'ami avant de l'avoir prouv, ni ne t'attaque l'ennemi avant d'en avoir le pouvoir.
*

* Ne compte pas sur l'affection de celui qui ne respecte pas sa promesse.


N'accorde jamais ton affection quelqu'un d'infidle.


Ne frquente jamais celui qui n'a pas de 'aql



Evite la compagnie du menteur, et au cas o tu serais contraint de le frquenter, ne le crois pas, sans toutefois te donner la peine de le dmentir, autrement il va changer son affection pour toi sans pour autant se dfaire de son dfaut de mentir.


Ton meilleur compagnon est celui qui te fait t'prendre de la Vie future, te conduit dlaisser le monde d'ici-bas, et t'aide obir au Mawl (Allah, le Matre absolu).

.

Le meilleur de tes frres (amis) est celui qui t'appelle parler vrai grce la vracit de ses paroles, et qui te guide vers les actes de bienfaisance grce ses bonnes actions.

.

Ton vrai frre est celui qui te pardonne ton trbuchement (erreur), subvient ton besoin, accepte tes excuses, couvre tes dfauts, dissipe ta frayeur et ralise ton espoir.

.

Les vrais frres sont ornement (luxe) dans l'aisance, et soutien dans les difficults.

Mensonge et vracit

.

Ne crois pas celui qui a l'habitude de dmentir ta vracit.
.

Sois le frre de la vracit et de la fidlit : ne mens pas celui qui t'a menti, ni ne trahis celui qui t'a trahi.
.

La vracit te sauve lors mme que tu la crains, et le mensonge t'anantit lors mme qu'elle te rassure.
.

Le menteur et le mort sont pareils, car le mrite du vivant par rapport au mort est le fait qu'on puisse lui faire confiance, or si on n'a pas confiance en ses paroles, sa vie est abolie.
.

Qui ment beaucoup, n'est plus crdible.



Qui ment beaucoup, dgrade sa personnalit.



Quiconque est connu comme menteur, la vracit de ses paroles est rejete


Quiconque est connu comme vridique, ses mensonges sont accepts

Le bas-monde et l'au-del (O est le mirage et o est la Vrit ? Que faire pendant qu'il est temps?)

.

Si tu tombes sur un indigent qui accepte de porter pour toi ta provision jusqu'au Jour de la Rsurrection et qu'il te la rendra au moment o tu en auras grand besoin, saisis cette occasion et fais-la-lui porter, et donnes-en encore davantage, si tu en a les moyens, car tu pourrais rechercher une telle occasion sans la trouver jamais. Et profite de la prsence de quelqu'un qui voudrait t'emprunter quelque chose quand tu es riche, et te le rendra le jour o tu seras dans la gne.



C'est seulement ce que tu auras dpens de tes biens (en uvre de bienfaisance) pour ta Vie future, qui t'appartiendra (te sera utile), alors que ce que tu en auras gard, ira ton hritier.

*

* L'amour fou de ce monde est la plus grande des calamits et des misres.



Le bas-monde rapproche la mort, loigne l'espoir, anantit les hommes, et change les tats. Quiconque tente de le vaincre, il le vaincra, et quiconque essaie de l'abattre, il l'abattra. Mais celui qui lui dsobit, il lui obira, et celui qui l'abandonne, il viendra vers lui.


Sortez (l'amour de) ce bas-monde de vos curs avant que n'en sortent vos corps, car vous n'y tes que pour passer une prouve, et c'est pour un autre monde que vous avez t crs.

ǡ : ; .

Ne laisse rien de ce monde derrire toi, car ce que tu lguerais ira l'un de deux types d'hommes : ce sera soit un homme qui l'utilisera dans la voie de l'obissance Allah-Gloire Lui- auquel cas il se sera rjoui du produit de tes efforts et de tes souffrances, soit un homme qui le dpensera dans la voie de la dsobissance Allah - Gloire Lui - et auquel cas tu auras t son complice dans le pch. Or, aucun de ces deux genres d'hommes ne mrite que tu le prfres toi-mme.


Tout ce que tu rates dans ce bas-monde est comme un butin pour toi (dans l'au-del).



La fortune rehausse son propritaire dans ce bas-monde et le rabaisse dans l'autre-monde.



Tu es cr pour la vie future, travaille donc pour elle.


Tu n'es pas cr pour la vie d'ici-bas, prtiques-y donc l'abstinence et dtourne-toi d'elle.


Vous avez t crs pour la vie future et non pour le monde d'ici-bas et pour l'ternit et non pour l'anantissement.


Si vous dsirez le monde d'ici-bas, vous aurez perdu votre temps pour ce quoi vous ne resterez pas et ce qui ne restera pas pour vous.


Si tu te tournes vers le monde d'ici-bas, il se dtourne de toi, et si tu t'en dtournes, il se tourne vers toi.



Le bas-monde est comme le filet : il entoure celui qui le dsire et vite celui qui s'en dtourne. Ne penche donc pas vers lui ton cur ni ne tourne vers lui ton visage, sous peine de tomber dans son filet et de subir son uvre d'anantissement.



Ce bas-monde pourrait parfois sourire fortuitement un homme non avis et se dtourner raison[2] d'un homme rflchi (averti). Ainsi, si la chance venait te sourire un jour alors que tu n'as rien fait pour la mriter, ou que tu rates un objectif escompt pour la ralisation duquel tu avais travaill judicieusement, garde-toi d'tre conduit par cet apparent paradoxe dsirer l'ignorance et abandonner la raison, sous peine d'tre entran par une telle attitude vers la misre et la ruine.



Ce bas-monde change promptement, se dplace frquemment, trahit durement et ruse continuellement. Ses tats s'branlent, son bienfait change, sa prosprit diminue, ses plaisirs se gtent : celui qui le sollicite est vou l'humiliation et celui qui s'y embarque trbuche.

; . . . !

Ce bas-monde est une demeure de prissement et de fatigue, de vicissitudes et d'preuves. Demeure de prissement, car le Temps a l'arc tendu, ses flches ne manque pas leurs cibles et ses blessures ne se cicatrisent jamais. Il lance la mort sur le vivant, la maladie sur le bien portant et la destruction sur le survivant. C'est un mangeur insatiable et un buveur inapaisable. Demeure de fatigue, car l'tre humain accumule des aliments qu'ils ne mange pas et construit des btiments qu'il n'habite pas, puis il retourne vers Allah sans porter ses biens ni transporter ses btiments.


Quiconque rgularise l'affaire de sa Vie future, Allah lui arrangera l'affaire de sa vie ici-bas.

ǡ ǡ ǡ ǡ .

Allah -Il est sublime- a cr ce bas-monde en vue d'un autre monde. Il y prouve les gens pour voir lesquels d'entre eux sont les meilleurs dans la bonne action. Nous n'avons donc pas t crs pour ce bas-monde, ni n'avons reu l'ordre d'uvrer pour lui. Nous avons y avons t placs plutt pour y tre prouvs et pour y uvrer en vue du monde suivant.


Soyez les enfants de l'autre monde et non ceux de ce bas-monde, car chaque enfant rejoindra sa mre le Jour de la Rsurrection.



Soyez de ceux qui ayant pris conscience de la nature prissable de ce bas-monde, y observent l'abstinence, et de la nature ternelle de l'autre monde, uvre pour lui.


Vous avez plus besoin de construire la demeure ternelle que la demeure phmre.


De mme que le soleil et la nuit ne s'assemblent pas, de mme l'amour d'Allah et l'amour de ce monde ne s'assemblent pas.



Ce bas-monde est tournant, modres-y donc tes dsirs et patiente jusqu' ce que ton tour arrive.

ǡ

Ce bas-monde a t cre comme tape vers un autre monde et non pour lui-mme.

ǡ ǡ !

Le monde d'ici-bas est pareil au serpent dont le toucher est doux, alors que dans son creux s'agite un poison mortel : l'ignorant bern y succombe, alors que le sage averti l'vite.



La fortune et les enfants sont l'ornement de la vie ici-bas, alors que la bonne uvre est la moisson de la vie future.



Ce bas-monde est comme le serpent : il a le toucher doux mais son poison est mortel. Dtourne-toi de ce qui t'y plat, car trop peu de ce monde pourra t'accompagner. Et sois le plus prudent avec ce qui te rjouit le plus en lui.

ɡ . ǡ . .

Je vous mets en garde contre ce bas-monde, car il est une maison d'instabilit et non une demeure d'tablissement. Il s'est orn de sa vanit et il sduit par son ornement. Son bien est peu et son mal est prt. Ses biens sont faits pour tre repris et ses constructions sont destines la destruction.

: . .

Ce que tu as de ce monde entre les mains, avait un propritaire avant toi et il en aura un autre aprs toi. Tu n'es en tout cela qu'un thsauriseur pour un des deux hommes suivants : soit un homme qui utilisera ce que tu auras thsauris dans la voie de l'obissance Allah, auquel cas, il se rjouira du produit de ton labeur, soit un homme qui l'utilisera dans la voie de la dsobissance Allah, auquel cas, tu auras t misrable avec ce que tu auras thsauris pour lui. Or aucun de ces deux types d'homme ne mrite que tu le prfres toi, ni que tu portes une telle charge pour lui. Contente-toi donc de souhaiter pour celui qui t'a prcd, la Misricorde d'Allah, et pour celui qui te succdera, la subsistance d'Allah.

! .

Ce bas-monde est une demeure dont le dbut est fatigue et difficults et la fin anantissement. Ce qu'il a de licite demande des comptes, et ce qu'il comporte d'illicite est passible de chtiment. Celui qui s'y enrichit succombe la sduction et celui qui y reste pauvre, est en proie aux soucis.



Ce bas-monde n'a pas t cr pour vous comme une maison de sjour, ni un lieu d'tablissement, mais comme un passage (tape, relais) pour que vous vous y approvisionniez en bonnes oeuvres pour la demeure d'tablissement ternel. Soyez-y donc prts un prompt dpart, et ne vous laissez surtout pas berner par ce monde phmre et ne soyez pas envots par sa sduction.



Garde-toi de l'amour de ce bas-monde, car il est l'origine de toute faute et le mtal de tout malheur.



Le plus gagnant des gens est celui qui troque le monde d'ici-bas contre le monde futur.



Le plus perdant des gens est celui qui accepte de substituer ce bas-monde au monde futur.

; ǡ ;

Ce bas-monde et le Monde futur (al-khirah) sont deux ennemis opposs et forment deux voies diffrentes. Ainsi, quiconque aime ce bas-monde et lui livre son cur, dtestera le Monde futur et lui deviendra hostile. Et ils sont pareils l'orient et l'occident avec un passant entre les deux : plus celui-ci s'approche de l'un, plus il s'loigne forcment de l'autre. En fin de compte, les deux mondes ressemblent deux femmes rivales.

. . .

La vie d'ici-bas est la fin de la porte de la vue de l'aveugle (de cur), lequel ne voit rien au-del, alors que la vue du clairvoyant perce la fin visible de ce bas-monde et sait que la Demeure ternelle se trouve derrire (au-del). Ainsi, le clairvoyant se dtourne de ce bas-monde, alors que l'aveugle de cur se tourne vers lui, et tandis que le premier s'y approvisionne pour l'au-del, le second s'y approvisionne pour en jouir.

ǡ ǡ ǡ ǡ

Allah-qu'Il soit glorifi- a cr le monde comme un relais vers un autre monde, et pour y prouver les gens en vue de savoir lesquels d'entre eux sont les meilleurs par leurs actes. Nous ne sommes pas crs pour ce monde, ni n'avons reu l'ordre d'uvrer pour lui. Nous y avons t mis plutt pour y subir ses preuves et pour travailler en vue du Monde futur.


**Si tu subordonnes ta Religion ta vie d'ici-bas, tu anantiras ta Relgion et ta vie d'ici-bas, et tu seras dans la vie future parmi les perdants.


Si tu subordonnes ta vie d'ici-bas ta Relgion, tu gagneras et ta Religion et ta vie d'ici-bas, et tu seras dans la vie future au nombre de gagnants.

.

Le plus grand des soupirs le Jour de la Rsurrection sera celui d'un homme qui avait gagn son argent dans la dsobissance d'Allah et l'avait laiss un hritier qui l'ayant dpens dans l'obissance d'Allah, est entr au Paradis alors que lui est all en Enfer.


La crainte d'Allah dans ce monde est une assurance contre sa crainte dans l'au-del.

ǡ ǡ ! ǡ ǡ .

Les Amis d'Allah sont ceux qui regardent l'intrieur de ce bas-monde, lorsque les gens en regardent la surface ; qui se proccupent de son aspect futur, lorsque les gens s'occupent de son aspect immdiat. Ainsi ils ont tu de ce bas-monde ce qu'ils craignent qu'il les tue et ils en ont abandonn ce dont ils savaient qu'il les abanonnera. Ils considrent comme insignifiant ce que les gens voient dans ce monde comme considrable, et ils croient qu'atteindre un tel objectif mondain est un anantissement. Ils sont les ennemis de ce avec quoi les gens sympathisent, et les amis de ce que les gens peroient comme ennemi ! C'est travers eux que le Livre fut connu et c'est en lui qu'ils ont puis leur savoir. C'est par eux que le Livre s'est dress et c'est par lui qu'ils se sont dresss. Ils ne voient pas un objet d'espoir au-dessus de ce qu'ils esprent, ni un objet de crainte au-dessus de ce qu'ils craignent.



Les gens se rpartissent en deux types de solliciteurs et chacun d'eus est son tour sollicit : celui qui sollicite la vie d'ici-bas, la mort le demande jusqu' ce qu'elle l'en sorte, et celui qui sollicite la vie de l'au-del, la vie d'ici-bas le demande jusqu' ce qu'il obtienne ce qui lui y est imparti.

:

Les gens font deux sortes de travail dans la vie d'ici-bas : les uns travaillent dans ce monde pour ce monde, lequel les distrait de l'autre monde, craignant de lguer la pauvret leurs hritiers en se convainquant que ceux-ci seraient pauvres, et de cette faon, ils perdent leur vie au bnfice d'autrui ; les autres travaillent dans ce monde pour le monde futur, et reoivent sans difficult ce qui leur est imparti, gagnant les deux demeures la fois, celle d'ici-bas et celle de l'au-del.

. . .

ǡ ǡ .

Le jour que vous tes en train de vivre est peut-tre le seul qui vous reste pour esprer, dsirer et travailler et, pass ce jour peut survenir le trs grand vide de la mort. Quiconque travaille durant ce temps d'espoir et d'esprance, devra rcolter la moisson de son labeur et la mort ne lui psera pas. Mais celui qui ne se soucie gure d'utiliser cette priode perd son temps, gaspille son travail et la mort sera pour lui une calamit."

Paradoxalement, je ne connais pas quelque chose d'aussi dsirable que le Paradis, cependant que ceux qui y aspirent ne font rien pour y accder, ni quelque chose d'aussi effroyable que l'Enfer, cependant que ceux qui le caignent ne font rien pour l'viter. Celui pour qui le vrai n'a pas d'utilit, le faux lui nuira, et celui que la guidance ne peut remettre sur le droit chemin, c'est vers la mort que l'garement le conduira.