L'ATLAS DE LA CREATION Volume 3
 
NYMPHE DE LIBELLULE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

L'existence des libellules semble remonter à 300 millions d'années. La structure extraordinaire de leurs ailes et la perfection de leur système de vol infligent au darwinisme un sérieux revers. Il y a 300 millions d'années, alors que seules des formes de vie primitive et un environnement primitif étaient censés exister, les libellules possédaient déjà un système de vol parfait encore désormais copié par les hélicoptères les plus sophistiqués. En outre, ces systèmes n'ont pas subi le moindre changement depuis. Les larves de libellules présentent la même anatomie et utilisent les mêmes mécanismes structurels pour attraper leurs proies depuis des centaines de millions d'années. Ces caractéristiques durables ne peuvent en aucun cas s'expliquer en termes d'évolution.

EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les éphémères sont restés identiques depuis environ 100 millions d'années et en cela, ils remettent en question le concept de l'évolution. Tous les fossiles d'éphémères indiquent que ces insectes ne se sont pas développés par étapes, mais qu'ils sont apparus soudainement avec tous les éléments qui les caractérisent. Par ailleurs, ils ne témoignent d'aucune transformation au cours de leur passage dans les archives fossiles. Cela démontre que, comme tous les êtres vivants, les mouches de mai ne sont pas le fruit de l'évolution mais de la création.

EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Si tous les êtres vivants avaient acquis les caractéristiques dont ils sont pourvus aujourd'hui de façon graduée, comme l'avancent les évolutionnistes, de nombreux fossiles présentant ces phases devraient exister. On aurait dû ainsi découvrir un grand nombre de fossiles prouvant que les éphémères ont vu leurs ailes apparaître par étapes. Or, ce fossile d'éphémère datant de 125 millions (et tous les autres d'ailleurs) ici représenté témoigne du fait que ces insectes existaient alors tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Cette découverte bouleverse les principes de l'évolution, leur faisant perdre tout crédit. De nouvelles données scientifiques révèlent concrètement que l'évolution n'a jamais eu lieu et qu'Allah est le Créateur de tous les êtres.

ARAIGNEE D'EAU (GERRIDAE)

Age : 150 millions d'années

Période : Jurassique

Localisation : Solnhofen Formation, Allemagne

Qu'ils soient fossilisés ou encore vivants, les insectes de la famille des gerridés détiennent les preuves réfutant le darwinisme. Ce fossile d'araignée d'eau remontant au jurassique (il y a 150 millions d'années) témoigne de l'invalidité du concept de l'évolution et érige en vérité irréfutable la création par Allah. Ces créatures ont survécu jusqu'à aujourd'hui sans avoir subi ni changement, ni évolution.

PENTATOMIDAE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les darwinistes prétendent que les atomes de phosphores et de carbone, entre autres, se seraient combinés de façon aléatoire et organisée, suite à des phénomènes naturels tels que les éclairs, les éruptions volcaniques, les rayons ultraviolets et les radiations. Il en aurait résulté la naissance de protéines, de cellules, d'insectes, de poissons, de chats, de lapins, de lions, d'oiseaux, d'êtres humains et toutes les autres formes de vie. Or, ils ne semblent pas prendre en compte le fait que les atomes se limitent à des unités de matière inconsciente et inanimée, dépourvue d'intelligence et de capacités.

Par ailleurs, ils ne disposent pas de la moindre preuve venant soutenir l'occurrence de ce processus imaginaire.

A mesure que les évolutionnistes s'embourbent, de plus en plus de preuves apparaissent démontrant que les êtres vivants n'ont pas évolué mais qu'ils furent créés par Allah Tout-Puissant, comme en témoigne ce fossile datant de 125 millions d'années.

TETTIGONIIDAE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les darwinistes avancent toutes sortes de théories fantaisistes à propos de l'origine de la vie soulevant des centaines de questions, notamment celle-ci :

- Existe-t-il des formes intermédiaires susceptibles de prouver la théorie de l'évolution ?

Non est la réponse évidente à cette question constamment évitée par les darwinistes fuyant les faits ! Aucun fossile de forme intermédiaire n'a été mis au jour au cours des fouilles conduites depuis les 150 dernières années.

Les archives fossiles regorgent d'exemples d'animaux ou de végétaux qui ont traversé les âges tout en conservant leurs structures, sans subir la moindre altération depuis des centaines de millions d'années. Le Tettigoniidae datant de 125 millions d'années ici présenté est l'un de ces spécimens. En présence de tels spécimens, les darwinistes sont condamnés au silence.

GRILLON

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les darwinistes rattachent l'origine des insectes à une série d'hypothèses dépourvues de sens logique. Quand on leur demande d'apporter des preuves concrètes et scientifiques, ils sombrent dans le silence parce que toutes les études en date et les découvertes de fossiles réfutent catégoriquement ces idées.

Ce fossile de grillon date de 125 millions d'années. Cet insecte fossilisé identique sous tous les angles aux grillons vivant aujourd'hui remet en question l'idée selon laquelle les êtres vivants changent constamment. Les fossiles démontrent que les êtres vivants n'ont ni changé, ni évolue. Ils furent créés.

GUEPE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les darwinistes sont persuadés que des mécanismes imaginaires transforment constamment les êtres vivants en de nouvelles espèces. Le rêve évolutionniste du perpétuel changement des choses vivantes est démoli par les archives fossiles. Ce spécimen de guêpe fossilisée remontant à 125 millions d'années laisse entendre que les êtres vivants n'ont pas changé, ni évolué.

Le paléontologue David Raup souligne que les éléments géologiques contredisent le darwinisme :

"Il [Darwin] était embarrassé par les archives fossiles car elles ne ressemblaient pas à ce qu'il avait prédit. Aussi consacra-t-il un long chapitre des Origines des espèces à une tentative d'explication et de rationalisation des différences. Il y avait plusieurs problèmes, le principal étant que les données géologiques ne présentaient pas alors et ne présentent toujours de chaîne finement graduée d'une évolution lente et progressive." (David M. Raupe, "Conflicts between Darwin and paleontology", Field Museum of Natural History Bulletin, Chicago, vol. 50, janvier 1979, pp. 22-23)

FULGORE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Il existe environ un million d'espèces d'insectes connus vivant encore sur terre et quelques 15.000 espèces fossiles. Chaque année, plusieurs milliers de nouvelles espèces d'insectes sont découverts. Chacune d'entre elles se caractérise par des systèmes, des métabolismes et des habitats totalement différents.

Les évolutionnistes considèrent que toutes ces espèces sont issues graduellement les unes des autres, suite à une série d'infimes changements. En revanche, ils sont incapables de désigner quel est le premier ancêtre présumé des insectes, ni présenter une preuve de ces liens entre les espèces.

Ils recherchent désespérément les fossiles qui viendraient appuyer leurs propos. Or, chaque nouveau fossile déterré révèle que les espèces d'insectes sont nées du néant, pourvues de toutes leurs particularités. En d'autres termes, les fossiles sont la manifestation de la création dans la mesure où ils sont identiques depuis des dizaines, voire des centaines de millions d'années et où ils n'ont donc pas connu de processus évolutif.

Ce fulgore fossilisé depuis 125 millions d'années illustre à quel point les fulgores d'aujourd'hui et d'hier sont identiques et réfute ainsi le concept de l'évolution.

EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Si tous les êtres vivants étaient issus de l'évolution, alors des signes en seraient visibles dans les archives fossiles. On devrait, en effet, pouvoir trouver dans les strates géologiques des traces d'entités en progression constante, pourvues de systèmes et d'organes incomplets, faisant lentement le lien d'une espèce à une autre.

Alors où sont les fossiles de créatures mi-grillons , mi-mouches, ou mi-mouches, mi-papillons, ou de créatures avec un bout d'aile seulement, ou avec un seul œil sur les abdomens, les pattes situées au niveau de la tête et les antennes encore absentes ?

Or, les archives fossiles ne proposent aucun exemple de ce genre de créatures étranges et primitives. Au contraire, les fossiles indiquent plutôt que les êtres vivants sont apparus dotés de tous les membres et de systèmes complets. Il semblerait également qu'aucune espèce n'ait connu de changement durant son existence géologique. D.S. Woodroof de l'Université de Californie dit à ce propos :

"Mais les espèces fossiles restent inchangées au cours de la plus grande partie de leur histoire et les archives ne montrent pas le moindre exemple d'une transition significative." (D.S. Woodroof, Science, vol. 208, 1980, p. 176)

GRILLON

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les "lignées de descendance" des êtres vivants qui apparaissent régulièrement dans les publications évolutionnistes relèvent du domaine imaginaire. Aucun lien évolutionniste concret entre les espèces vivantes n'a été découvert à ce jour.

Les scientifiques considèrent d'ailleurs que les archives fossiles et d'autres éléments n'indiquent en rien cette relation :

"Il est cependant très difficile d'établir des lignées de descendance précises ou phylogénies, pour la plupart des organismes." (F.J. Ayala et J.W. Valentine, Evolving: the theory and process of organic evolution, 1978, p. 230)

Ce grillon datant de 125 millions d'années n'est pas le fruit de l'évolution d'un présumé ancêtre. Il s'avère totalement inchangé depuis sa première apparition jusqu'à nos jours.

EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les éphémères passent la plus grande partie de leur vie sous forme de larves ou nymphes. En effet, ils ne restent adultes que quelques heures ou quelques jours. C'est pourquoi on les appelle "éphémères". Le fossile d'éphémère ici représenté date de 125 millions d'années, mais est identique aux éphémères vivant de nos jours.

Le darwinisme est remis en question par les éphémères, tels que celui-ci, parce que son immuabilité depuis 125 millions d'années ne témoigne pas en faveur du concept évolutif.

ARAIGNEE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

La théorie de l'évolution totalement basée sur des conjectures manque cruellement de fondements scientifiques et de preuves valables. En outre, elle s'élabore sur une thèse illogique et irréaliste qui voudrait que tous les êtes vivants soient le résultat d'une série d'innombrables petites coïncidences, événement totalement impossible ;

La recherche scientifique confirme qu'aucun processus du genre n'a eu lieu. Dans les archives fossiles, on peut voir notamment que les êtres vivants n'ont pas évolué à travers une succession de changements, mais qu'ils firent une apparition soudaine sous la forme que nous leur connaissons encore aujourd'hui. La conclusion déduite est claire : les êtres vivants n'ont pas évolué, ils furent créés.

EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les fossiles sont la preuve la plus parlante de l'inexistence de l'évolution. L'examen des archives fossiles démontre que toutes les espèces vivantes sont restées identiques depuis des millions d'années, sans avoir subi le moindre changement, en dehors de leur extinction. Joel Cracraft du Museum américain d'histoire naturelle explique qu'il n'y a aucune transition entre les espèces, d'après les fossiles :

"Il ne devrait y avoir rien de surprenant dans le fait qu'il soit extrêmement difficile de trouver des espèces fossiles spécifiques qui soient à la fois intermédiaires sur le plan morphologique entre deux autres taxons et positionnés dans la strate appropriée." (Joel Cracraft, "Systematics, comparative biology, and the case against creationism", dans Scientists confront creationism, ed. L.R. Godfrey, New York: W.W. Norton&Co., 1983, p. 180)

Cracraft se limite à reconnaître que la découverte de fossiles de formes intermédiaires est extraordinairement difficile pour ne pas admettre simplement que de tels fossiles n'existent pas. En dépit de sa réticence, les fossiles en question n'ont toujours pas été mis au jour et il semble en outre impossible qu'ils le soient à l'avenir.

TETTIGONIIDAE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Ce fossile de Tettigoniidae de 125 millions d'années fait flancher le darwinisme. La perspective évolutionniste des origines de la vie est remise en question depuis qu'il a été révélé que la théorie de l'évolution fut érigée sur des fossés qui ne peuvent pas être comblés par des éléments scientifiques réalistes.

C. McGowan, expert en paléontologie des vertébrés, fait référence à ces fossés considérables en ces termes :

"… Nous avons tellement de lacunes dans l'histoire évolutionniste de la vie, des lacunes dans des domaines aussi capitaux que l'origine des organismes multicellulaires, l'origine des vertébrés, sans parler des origines de la plupart des groupes invertébrés." (Christopher McGowan, In the beginning : A scientist shows why the creationists are wrong, New York: Prometheus Books, 1984, p. 95)

GRILLON

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Si, comme le prétendent les évolutionnistes, les grillons descendaient d'autres insectes, alors on aurait dû trouver un grand nombre de fossiles de "semi-grillons" en phase finale de développement. Or, à ce jour, tous les fossiles de grillons découverts présentent les mêmes structures complètes et parfaites que celles des grillons que nous connaissons aujourd'hui. La thèse de l'ancêtre commun à tous les êtres vivants relève du domaine imaginaire.

Steven Stanley, professeur de paléontologie, comment cette situation :

"Les espèces qui étaient supposées avoir évolué d'autres espèces se sont retrouvées coexister avec leurs prétendus ascendants. En réalité, les archives fossiles ne documentent pas de façon convaincante la moindre transition d'une espèce à une autre."(S.M. Stanley, The New evolutionary timetable : fossils, genes and the origin of species, New York : Basic Books, 1981, p. 95)

NYMPE D'EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les larves comme celles de l'éphémère sont restées identiques tout au long de leur apparition dans les couches géologiques. Cette nymphe d'éphémère datant de 125 millions d'années en est la preuve. Aussi bien les éphémères que leurs larves n'ont jamais évolué malgré le passage de dizaines de millions d'années. Cette vérité ne suscite que le silence chez les évolutionnistes.

TETTIGONIIDAE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Bien que de nombreuses questions restent sans réponses chez les darwinistes, ils continuent à défendre leur théorie bec et ongles. Quel est l'ancêtre présumé du Tettigoniidae ? Quelles sont les étapes de développement des Tettigoniidae depuis leur ancêtre ? Si ces créatures sont nées d'un processus gradué, comment expliquer le fait que les Tettigoniidae d'il y a 125 millions d'années sont identiques à leurs congénères d'aujourd'hui ?

Ce ne sont là que trois de la longue liste d'interrogations face auxquelles les évolutionnistes restent muets. Leur silence donne une idée de l'échelle de l'embarras dans lequel se trouve le darwinisme aujourd'hui.

ARAIGNEE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Il est étonnant de voir l'entêtement de ceux qui parlent au nom de la science à vouloir défendre une théorie aussi démodée que l'évolution, en dépit de toutes les preuves contraires accumulées provenant de la sphère scientifique. D'innombrables fossiles ont, en effet, réfuté le principe de l'évolution. Quel sens y a-t-il à tenter de cacher les faits en les déformant ? Cette araignée fossilisée depuis 125 millions d'années, à l'image des fossiles d'autres spécimens vivants, témoignent ostensiblement en défaveur de l'évolution.

Les scientifiques doivent enfin ouvrir les yeux sur ce que démontrent les preuves scientifiques, c'est-à-dire sur la réalité de la création.

LIBELLULE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

La nature supérieure du système d'ailes chez la libellule et de son mécanisme de vol sophistiqué n'est pas encore parfaitement dupliquée par les technologies modernes. Or les libellules disposent de ces mêmes systèmes depuis plus de 125 millions d'années. Depuis leur première apparition sur terre, elles jouissent de cette parfaite manœuvrabilité.

Le fossile ici représenté remet en question le darwinisme tout en révélant que les êtres vivants sont l'œuvre d'Allah.

GUEPE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

A. Brouwer, auteur du livre General paleontology résume la défaite essuyée par le darwinisme :

"L'un des résultats négatifs les plus surprenants de la recherche paléontologique au cours du siècle dernier est la rareté inhabituelle des formes transitionnelles. A l'époque de Darwin, cela a pu être imputé à la nature incomplète des archives paléontologiques et au manque de connaissance, mais avec le nombre immense d'espèces fossiles qui ont été découverts depuis, d'autres causes doivent être trouvées à cette quasi-absence de formes transitionnelles." (A. Brouwer, General paleontology, Edinburgh&London: Oliver&Boyd, 1967, pp. 162-163)

Les évolutionnistes n'ont nul besoin de rechercher de nouvelles excuses, comme l'annonce Brouwer. Il leur suffit d'ouvrir les yeux sur les faits. Un nombre infini de fossiles, tels que ce fossile de guêpe remontant à 125 millions d'années, démontre que l'évolution n'a jamais eu lieu et que tous les êtres vivants furent bel et bien créés.

NYMPHE D'EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les quelques 2.500 espèces connues d'éphémères appartiennent à la classe des Ephemeroptera. Que ce soit sur le plan de l'apparence, des structures et des systèmes, tous les fossiles d'éphémères sont exactement identiques. En outre, l'absence de différences structurelles entre les éphémères ayant existé au cours de plusieurs ères géologiques (étalées sur des millions d'années) réduit à néant les hypothèses mises en avant par les évolutionnistes. Il est clair désormais que les êtres vivants ne sont pas le résultat de coïncidences successives et qu'ils ne sont pas non plus dans un état de changement perpétuel. C'est à Allah Tout-Puissant que nous devons la création de tous les êtres.

NYMPHE D'EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les plus anciens fossiles d'éphémères remontent à 200 millions d'années. Qu'ils aient vécu il y a 200 millions, 125 millions d'années ou aujourd'hui, tous les éphémères sont identiques. Cela suffit à prouver que les éphémères en particulier, et les êtres vivants en général, n'ont jamais évolué.

EPHEMERE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Les évolutionnistes ne peuvent pas expliquer pourquoi les éphémères sont restés inchangées depuis une centaine de millions d'années. Pour conforter leur théorie de l'évolution des êtres vivants, ils doivent présenter des espèces en changement perpétuel ou alors étayer leur hypothèse par des preuves fossiles. Or, à ce jour ils ne disposent ni de l'un ni de l'autre. Il leur est donc impossible d'expliquer quoi que ce soit en terme évolutionniste. Les structures et les caractéristiques des êtres vivants ainsi que les archives fossiles témoignent de l'inexistence de l'évolution.

NOTES

1. C. Darwin, The Origin Of Species, Chapter X, On the Imperfection of the Geological Record

2. Charles Darwin, L'origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 334

3. Charles Darwin, L'origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 231

4. Charles Darwin, L'origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, pp. 223, 225, 334

5. N. Eldredge et I. Tattersall, The Myths of Human Evolution, Columbia University Press, 1982, pp. 45-46

6. R. A. Raff and T. C. Kaufman, Embryos, Genes and Evolution: The Developmental Genetic Basis of Evolutionary Change, Indiana University Press, 1991, p. 34

7. T. N. George, "Fossils in Evolutionary Perspective", Science Progress, vol. 48, Janvier 1960, p. 1

8. N. Eldredge et I. Tattersall, The Myths of Human Evolution, p. 59

9. Science, 17 juillet 1981, p. 289

10. S. M. Stanley, The New Evolutionary Timetable: Fossils, Genes, and the Origin of Species, Basic Books Inc. Publishers, N.Y., 1981, p. 71

11. R. Dawkins, The Blind Watchmaker, 1986, p. 229

12. Charles Darwin, L'origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 356

13. M. Czarnecki, McLean's, 19 janvier 1981, p. 56

14. H. Gee, In Search of Deep Time, Beyond the Fossil Record to a New History of Life, The Free Press, A Division of Simon & Schuster, Inc., 1999, p. 5

15. A. S. Romer, Chapter in Genetics, Paleontology and Evolution,1963, p. 114

16. N. Eldredge and I. Tattersall, The Myths of Human Evolution, p. 127

17. M. Midgley, Evolution as a Religion, London: Routledge Classics, 2002, p. 1

18. E. O. Wilson, et al., Life on Earth, 1973, Sinauer Associates: Sunderland MA, 1975, réimpression, p. 624

19. F. Hitching, The Neck of the Giraffe: Where Darwin Went Wrong, New York: Ticknor and Fields, 1982, pp. 30-31

20. F. Hitching, The Neck of the Giraffe, pp. 30-31