L'ATLAS DE LA CREATION Volume 3
 
ARAIGNEE SAUTEUSE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Certaines espèces d'araignées sauteuses sont maîtres dans l'art du camouflage. L'araignée sauteuse myrmécomorphe imite par exemple les fourmis non seulement dans leur apparence mais aussi dans leur comportement. L'araignée pourvue de deux pattes supplémentaires par rapport à la fourmi soulève ses deux pattes avant de sorte à les faire passer pour des antennes et ressembler de plus près aux fourmis.

Comment cette araignée est-elle capable de comparer son apparence à celle des fourmis ? Par quelle intelligence a-t-elle su comment minimiser les différences entre les deux espèces ?

Les araignées qui existaient il y a des millions d'années possédaient déjà ce don, chose inexplicable par les darwinistes en terme de mécanisme évolutionniste. Il ne fait aucun doute que les araignées, comme tous les autres êtres vivants, agissent sous l'inspiration d'Allah, utilisant les caractéristiques et habiletés qu'Il leur a accordés.

Les deux insectes, à gauche et à droite, sont des fourmis, l'insecte du milieu étant une araignée sauteuse avec deux paires de pattes supplémentaires.

GRANDE ARAIGNEE SAUTEUSE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

De par leur apparence, leur structure, leurs capacités et leurs organes, toutes les espèces d'araignées sauteuses s'avèrent être restées identiques depuis le premier jour de leur existence sur terre. Aucun spécimen de fossile ne semble, en effet, indiquer que les araignées sauteuses sont le résultat d'un long processus de transformation. Au contraire, les fossiles traduisent leur nature immuable depuis des millions d'années. Cette araignée sauteuse remontant à 50 millions d'années préservée dans l'ambre en est l'illustration parfaite.

ARANEIDAE ET MOUCHE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ces araignées de la famille des aranéides sont ornées de petits points sur leur dos. Elles ont, en outre, la particularité de tisser des toiles circulaires. L'araignée et la mouche ont été préservées dans l'ambre depuis 50 millions d'années. Leur anatomie et leur structure inchangées depuis des dizaines de millions d'années défient la théorie de l'évolution.

GNAPHOSIDAE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ce fossile d'araignée de la famille des Gnaphosidae date de 50 millions d'années. Aucune différence ne le distingue des spécimens vivant actuellement. Cette stabilité ne concorde pas avec la logique darwiniste. Si la thèse darwiniste était valide, alors les arachnides en question auraient dû passer par plusieurs étapes d'évolution au cours des 50 derniers millions d'années. Cette transformation n'a cependant pas eu lieu. Aucun processus évolutionniste n'a jamais eu lieu.

PSOQUE

Age : 100 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Myanmar

Les psoques appartiennent à l'ordre des psocoptères. Les fossiles connus les plus anciens remontent au permien (il y a 290 à 248 millions d'années).

Les psoques ici représentés vécurent il y a 100 millions d'années, au crétacé (il y a 144 à 65 millions d'années). Que ce soit au niveau de leurs ailes, de leurs yeux ou de leurs autres organes, les psoques sont restés inchangés depuis des centaines de millions d'années, ce qui réfute les scénarii dérivés de l'imagination évolutionniste.

GUEPE

Age : 100 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Myanmar

En dépit de tous leurs efforts, les darwinistes n'ont pas pu mettre la main sur les preuves souhaitées issues des archives fossiles. Chaque spécimen découvert témoigne de l'immuabilité des êtres vivants sur terre et de l'absence de transition évolutionniste chez les espèces.

David M. Raup, ancien président du département de géologie du musée d'histoire naturelle de Chicago, exprime son point de vue :

"[Darwin] était embarrassé par les archives fossiles… Nous voilà maintenant 120 ans après Darwin et la connaissance des archives fossiles s'est considérablement développée. Nous disposons maintenant de près d'un quart de million d'espèces fossiles mais la situation n'a pas véritablement changé. Les traces de l'évolution manquent encore étonnamment de sens…" (David M. Raup, "Conflicts between Darwin and Paleontology", Field Museum of Natural History Bulletin, vol. 50, no. 1, janvier 1979, p. 25)

CECIDOMYIE

Age : 100 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Myanmar

Par la complexité technique de vol et de la structure de l'œil, les mouches renvoient les évolutionnistes à un véritable dilemme. Il leur est, en effet, impossible d'expliquer la perfection des yeux et des ailes de ces créatures en termes de formation graduelle. Aucun fossile de moucheron présentant des ailes partiellement développées n'a été découvert à ce jour. Tous les fossiles disponibles indiquent que les ailes, les systèmes visuels et les autres éléments anatomiques étaient pleinement formés.

Ces données condamnent les évolutionnistes au mutisme, car elles sous-entendent que les êtres vivant n'ont pas évolué, mais qu'ils furent créés.

REDUVIIDAE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République Dominicaine

L'ordre des hémiptères comprend des espèces d'insectes tels que les punaises des lits, les gendarmes et Reduviidae (voir photo). Lorsqu'on les compare, ce fossile de 25 millions d'années s'avère identique à ses homologues actuels.

Cette conclusion remet totalement en question le mythe de l'évolution des insectes. Les insectes n'ont jamais évolué, contrairement à ce que défendent les darwinistes. Notre Seigneur Tout-Puissant créa les êtres vivants sous différentes formes, dont celui des insectes. Comme en témoigne ce spécimen, ils sont restés inchangés depuis des millions d'années.

DASCILLIDAE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Ce coléoptère fait partie de la famille des Dascillidae. On estime que cette famille contient 15 genres et quelques 80 espèces. Le spécimen ici représenté possède les mêmes caractéristiques que ses homologues actuels, bien qu'il date de 25 millions d'années. Cet exemple balaie le concept insensé de l'évolution des insectes défendu par les évolutionnistes.

BLATTE ET MOUCHERON

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Ces deux insectes fossilisés ensemble dans l'ambre ont été préservés depuis 25 millions d'années. Leur examen démontre qu'ils sont identiques à leurs congénères actuels. Les archives fossiles indique que les blattes ont émergé soudainement et ne sont pas passées par des stades évolutifs. La complexité de leurs caractéristiques indépendante de l'évolution est la preuve de la création d'Allah.

Bien qu'étant un magazine pro-évolution, Focus cita les blattes pour illustrer l'opposition entre les fossiles et la théorie de l'évolution :

"…En théorie, divers éléments de pression tels que les conditions environnementales changeantes, les espèces hostiles et la concurrence entre les espèces auraient dû conduire à la sélection naturelle, la sélection des espèces avantagées par la mutation et à l'accentuation des changements chez ces espèces sur une aussi longue période. POURTANT LES FAITS SONT AUTRES. Considérons par exemple les blattes. Elles se reproduisent très rapidement et ont une durée de vie courte. Pourtant elles sont restées les mêmes depuis environ 250 millions d'années.

Les Archaeobacteria constituent un exemple encore plus frappant. Elles sont apparues il y a 3,5 milliards d'années, lorsque la terre était très chaude et existe encore dans les eaux bouillantes du parc national de Yellowstone." (Focus Magazine, avril 2000)

LONGICORNE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Ces insectes de la famille des cérambycidés se caractérisent par leurs longues antennes rappelant les bois des cerfs. Les antennes de certaines espèces vivant en Asie peuvent atteindre une longueur de 22 centimètres.

Ces créatures fossilisées dans l'ambre depuis des millions d'années réfutent la théorie de l'évolution. Aujourd'hui, les archives fossiles sont pratiquement complètes, à la grande déception des paléontologues évolutionnistes. En dépit de leur nombre incroyable, aucun fossile ne vient étayer le concept évolutionniste.

En outre, les fossiles éliminent les fausses preuves mises en avant par les darwinistes. Les fouilles ont ainsi permis de dévoiler une vérité bien au-delà des attentes de Darwin et des évolutionnistes qui lui succédèrent : la réalité de la création.

DEUX LARVES DE VER DE FARINE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Cet insecte de la famille des Ténébrionidés est en réalité une sorte de larve. Les larves de ces coléoptères sont des nuisibles agricoles. Nous pouvons ici un fossile de ver de farine.

La larve figée dans l'ambre depuis 25 millions d'années ne présente aucune différence avec les vers de farine actuels. Cette découverte sous-entend que les êtres vivants n'ont jamais évolué et donc que la théorie de l'évolution est sans fondement. Tous les organismes vivants furent créés et préservés sous des formes et des espèces distinctes.

CHENILLE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Darwin entretenait de grands espoirs à propos des recherches de fossiles. Or, après 150 années de fouilles, aucune des formes intermédiaires sur lesquelles il comptait n'a été découverte. Tous les fossiles indiquent non pas un processus chaotique et aléatoire mais un ordre parfait, preuve de la création d'Allah.

Les fossiles assénèrent un coup fatal à la théorie de l'évolution. Cette chenille figée dans l'ambre depuis 25 millions d'années est en tout point identique aux chenilles d'aujourd'hui, ce qui bouleverse les idées darwinistes.

HETEROPTERE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Les évolutionnistes prétendent que toutes les formes de vie descendent les unes des autres et supposent donc que ces êtres vivants changent constamment. Cela impliquerait donc l'existence en nombre considérable de formes intermédiaires. Par conséquent, ce développement évolutif supputé devrait être manifeste dans les archives fossiles.

Or, aucune de ces formes intermédiaires n'a été mise au jour et aucun signe d'évolution ne semble avoir marqué les archives fossiles. L'insecte en photo appartenant à l'ordre des Hétéroptères est identique aux spécimens existant aujourd'hui. Ces punaises ont survécu inchangées depuis 25 millions d'années. Il est par conséquent impossible de les associer à un quelconque processus évolutif.

PUCE DE SABLE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Les amphipodes morphologiquement proches des cloportes sont représentés par deux sous-ordres. Ils vivent aussi bien dans les mers que dans les eaux douces profondes, tandis que d'autres espèces vivent sur les terrains des régions chaudes et humides.

Les insectes optant pour un habitat en bordure de mer se distinguent par leur incroyable sens de la direction.

Ils sont la création d'Allah. A Allah revient le contrôle de l'univers entier, des galaxies et de leurs délicats équilibres, de la vie sur terre, de toutes les variétés connues ou non des êtres vivants, de leurs modes de vie, des êtres humains, de la moindre enzyme dans l'ADN chez chaque être vivant, de la moindre feuille qui tombe de l'un des milliards d'arbres sur terre, du moindre micro-organisme à la surface de la feuille, des organelles de ce micro-organisme responsable de la photosynthèse.

Il est certes aisé pour Allah Tout-Puissant de créer cette infinité d'êtres vivants, tous aussi différents les uns des autres, au moment de Son choix et en un seul instant. En témoigne par exemple cette puce de sable remontant à 25 millions d'années.

MANTE RELIGIEUSE, PEDILIDAE ET MOUCHE DE FRUITS

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Ce morceau d'ambre contient trois insectes différents fossilisés en même temps, il y a quelques 25 millions d'années. Comme tous les êtres vivants, ces insectes ont conservé les mêmes caractéristiques et s'avèrent donc identiques à leurs congénères actuels, ce qui prouve que l'évolution n'a jamais eu lieu.

La structure des êtres vivants est indéniablement une merveille de la création et l'œuvre d'un sens artistique incomparable. Ces chefs d'œuvre appartiennent à Allah Tout-Puissant, le Créateur de tous les êtres et le Seigneur de l'univers. Il Lui suffit de dire : "Sois !" pour que Sa volonté se réalise.

PSOCOPTERE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

Ces insectes font partie de la famille des Psocoptera. Le fossile de 25 millions d'années illustré prouve que les psoques ont toujours existé tels que nous les connaissons : ils n'ont pas évolué et ne descendent pas d'un ancêtre primitif. Tant que les évolutionnistes ignoreront ce point, ils continueront à chercher des formes intermédiaires inexistantes, à tromper le public avec des contrefaçons et à consacrer leur vie à poursuivre une illusion.

Leurs efforts n'altéreront rien au fait que les êtres vivants sont l'œuvre de Allah Tout-Puissant et que jour après jour de moins en moins d'individus se montrent crédules vis à vis des mythes darwinistes.

NITIDULE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

De tous les insectes de la famille des nitidulidés, seuls ceux qui vivent sur les fleurs sont considérés comme des nuisibles. La grande majorité de l'espèce se nourrit de pollen et de sève.

Les coléoptères présentent les mêmes caractéristiques que ceux qui vécurent il y a des millions d'années. Cette réalité confirmée par les découvertes fossiles signifie que les insectes en question ne se sont pas formés par étapes, ou autrement dit qu'ils n'ont pas évolué.

SAUTERELLE

Age : 25 millions d'années

Période : Oligocène

Localisation : République dominicaine

De son vivant, Darwin était conscient du fait que les fossiles ne confirmaient pas sa théorie. Il estimait néanmoins que le nombre de fossiles allait augmenter et que tôt ou tard de nouveaux éléments viendraient étayer sa théorie. Les darwinistes partageaient inconditionnellement ce point de vue. Or, chaque nouveau fossile mis au jour non seulement réfutait les prédictions de Darwin mais anéantissait tous les espoirs de Darwin.

Aucun fossile témoignant de l'évolution n'a été découvert à ce jour. Au contraire, l'ensemble des fossiles disponibles érigent la création au rang de vérité indiscutable. Le fossile de sauterelle ici représenté datant de 25 millions d'années en est un exemple.

PHORIDAE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

La Phoridae en photo ayant vécu il y a 45 millions d'années est pourvue des mêmes caractéristiques que les autres membres de son espèce vivant aujourd'hui dans diverses régions du globe. La nature inchangée de cet insecte prouve qu'aucun processus d'évolution n'a eu lieu.

Créer ou détruire tous les êtres vivants sur terre, l'univers et les galaxies, au moment de Son choix est assurément aisé pour Allah. Cette vérité essentielle échappe aux évolutionnistes.

MOUCHE DANSANTE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Les mouches dansantes sont un autre membre de l'ordre des diptères, de la famille Empididae. Cet insecte fossilisé dans l'ambre a été préservé avec toutes ses caractéristiques, et n'expose aucune différence avec ses homologues actuels vivant de nos jours. Les découvertes comme celle-ci ont révélé que l'évolution est le produit d'imagination et invalidé cette théorie.

FOURMI OUVRIERE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

La fourmi ouvrière sur la photo appartient à l'ordre des hyménoptères, de la famille des formicidés. Comme on peut le voir, elle n'est pas différente des fourmis ouvrières de nos jours.

Il est évident pour toute personne objective et logique qu'il n'y a pas de place pour l'évolution dans le point ultime atteint par la science. Les darwinistes poursuivent un rêve vain et refusent de l'abandonner, malgré les preuves scientifiques de toutes sortes.

MOUCHE DANSANTE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Cette photographie montre une mouche dansante fossilisée dans l'ambre depuis 45 millions d'années et découvert en Russie. Comme toutes les autres espèces vivantes, cet insecte a survécu jusqu'à nos jours en préservant toutes ses caractéristiques. Il incarne par conséquent la défaite subie par les évolutionnistes face à la création impeccable d'Allah.

ELATERIDAE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Russie

L'évolution n'a eu lieu à aucun moment de l'histoire. C'est ce que traduisent clairement les fossiles. Des spécimens d'êtres vivants ont pu être préservés depuis des millions d'années et démontrer ainsi qu'ils sont des merveilles de la création apparues en un seul instant, sous la forme parfaite voulue par Allah.

Les évolutionnistes comptaient sur la paléontologie pour étayer leur théorie. Or, cette science défend plutôt la réalité de la création et remet en question la théorie de l'évolution. Ce fossile de taupin remontant à 45 millions d'années est, en l'occurrence, l'un de ses arguments.

PSYCHODIDAE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Malgré tous leurs efforts et leur dur labeur, les évolutionnistes n'ont pas réussi à mettre la main sur le moindre fossile qui pourrait prouver que les espèces sont apparues suite à l'évolution. Ce Psychodidae figé dans l'ambre depuis 45 millions d'années renvoie les évolutionnistes vers une impasse, car il prouve l'inutilité de leurs efforts. Comme tous les autres êtres vivants, les Psychodidae ont toujours existé tels que nous les connaissons aujourd'hui. Ils ne descendent pas d'une autre espèce et n'ont connu aucun processus évolutif depuis le début de leur existence sur terre.

GUEPE BRACONIDE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Les exemples de formes intermédiaires attendues et espérées par Darwin n'ont toujours pas été découverts, malgré 150 années de fouilles. La science a depuis prouvé que les formes de vie sont apparues sans l'intervention d'un processus évolutionniste.

Continuer à défendre une théorie en dépit de la clarté des preuves contraires est le signe de préjugés profonds. Cette guêpe de la famille des Braconidae ayant existé il y a 50 millions d'années fait partie de ces preuves soumises aux évolutionnistes. Sa structure inchangée depuis des dizaines de millions d'années témoigne de l'erreur de la théorie darwiniste.

DOLICHOPODIDAE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Comme cette mouche de la famille des Dolichopodidae, les centaines de fossiles de ce livre (et les milliards disponibles sur terre) sont des preuves claires du fait que l'évolution n'a jamais eu lieu et que les êtres vivants ont fait leur apparition sur terre parfaitement formés et en à un moment donné. Autrement dit, ils ont été créés. Allah Tout-Puisssant, Seigneur de la terre et des cieux et tout ce qu'ils contiennent créa l'univers entier ainsi que l'infinité d'entités vivantes et non-vivantes le peuplant.

Egarés par leurs idées préconçues, les évolutionnistes défendent leur théorie avec une profonde ignorance. La meilleure réponse à une telle attitude nous provint des fossiles, car ils réfutent de façon indiscutable le mythe de l'évolution.

ARAIGNEE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Les archives fossiles permettent de déterminer de la façon la plus claire et la plus crue si l'évolution est un concept valide ou non. A ce jour, une grande partie des strates sédimentaires sur terre a été examiné et a contribué par millions à la découverte de fossiles. Or, aucun spécimen ne démontre que l'évolution a véritablement eu lieu.

Les archives fossiles pointent, sous tous les angles, vers l'existence d'Allah Tout-Puissant et de sa sublime capacité créatrice. Cette araignée de 45 millions d'années préservée dans l'ambre est, en effet, un exemple de la création.

MITE

Age : 45 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Aucune branche de la science ne soutient la théorie de l'évolution. Elles fournissent, au contraire, des preuves la remettant en question.

Les êtres vivants n'ont pas évolué. Cette mite fossilisée dans l'ambre depuis les 45 derniers millions d'années en est la preuve. Lorsqu'on l'examine de plus près, on remarque qu'elle ne présente aucune différence avec les mites d'aujourd'hui, c'est-à-dire qu'elle n'a subi aucun processus d'évolution. Allah créa dans la perfection aussi bien les mites ayant vécu il y a 45 millions d'années que celles qui vivent aujourd'hui, sous la même forme.

CHRYSALIDE DE PAPILLON

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

"Le processus d'évolution" que les darwinistes nous présentent depuis les 150 dernières années n'est que pure fantaisie. L'évolution n'a jamais eu lieu. Les êtres vivants ne sont pas l'aboutissement d'une évolution et n'ont pas non plus donné naissance à de nouvelles espèces en divergeant des leurs.

Aucune hypothèse de la théorie de l'évolution n'a été confirmée scientifiquement. Pas la moindre preuve n'a été découverte dans les archives fossiles, qui devraient représenter le soutien le plus important du darwinisme. Au contraire, à l'image de cette chrysalide de papillon datant de 50 millions d'années, tous les fossiles réfutent le principe de l'évolution.

LARVE DE RAPHIDIOPTERA

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Les Raphidioptera dont on recense environ 100 espèces vivent dans les parties ombragées des zones forestières. Les larves de Raphidioptera sont carnivores : elles se nourrissent de petits invertébrés et en particulier des acariens nuisibles. Le développement des larves dure environ deux ans, durant lesquels elles passeront par une série d'étapes.

Il est flagrant à quel point cette larve de Raphidioptera datant de 50 millions est identique aux larves de Raphidioptera actuelles. Cette ressemblance traduit un fait que les darwinistes ne peuvent plus dissimuler par des fabrications et des mensonges : les êtres vivants n'ont jamais évolué.

MIMETIDE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ces araignées font partie de la famille des mimétidés. L'une de leurs caractéristiques majeures est leur mode de neutralisation des prédateurs et de capture de leurs proies en les aspergeant de sécrétions. On recense quelques 200 espèces connues. Qu'il s'agisse de leurs traits anatomiques, de leur méthode de tissage des toiles ou des techniques de chasse, chacune des espèces ayant existé il y a des millions d'années présentent exactement les mêmes caractéristiques que les araignées actuelles. N'est-ce pas là la preuve la plus parlante de l'inexistence de l'évolution des êtres vivants ?

ARCHEOGNATHA

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Différentes familles de ces insectes du sous-ordre des Archaeognathes vivent dans les hémisphères nord et sud. Si une patte, une antenne ou un organe similaire est sectionné, cet organe repousse. Ce fossile démontre que les Archaeognathes ayant vécu il y a 50 millions d'années sont identiques aux spécimens de la même espèce vivant actuellement, sur le plan de la structure et de l'anatomie. Ce fossile prouve par conséquent que l'évolution n'a jamais eu lieu. Comme tous les autres êtres vivants, les Archaeognathes furent créés par Allah Tout-Puissant.

GUEPE ICHNEUMON

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ces insectes de la famille des ichneumonidés sont des parasites. Plusieurs espèces existent à travers le monde, bien qu'elles vivent généralement dans l'hémisphère nord.

Leur structure et leur anatomie n'ayant guère changé depuis des dizaines de millions d'années, ces guêpes témoignent de l'invalidité de la théorie de l'évolution. Par ailleurs, les évolutionnistes n'ont trouvé aucune forme de vie pouvant être qualifiée d'ancêtre commun de ces guêpes. Ils sont également incapables d'expliquer par quelles phases ces insectes ont acquis leurs caractéristiques présentes. Les archives fossiles ne contiennent, en effet, aucune trace d'un tel ancêtre, ni d'étapes évolutives. La stase est l'élément commun qui ressort des fossiles de guêpes ichneumon et de tous les autres êtres vivants.

PHASME

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ces créatures de la famille des Phasmatidae sont capables de changer de couleurs selon la lumière, la température, l'humidité et même l'abondance alimentaire. Ce changement s'effectue par l'altération de la densité et la localisation des pigments ou par la formation de nouveaux pigments.* Ce phasme fossilisé depuis 50 millions d'années était déjà capable de ces prouesses, tout comme ses congénères actuels.

Quelles que soient les caractéristiques des Phasmatidae aujourd'hui, ceux qui existèrent il y a 50 millions d'années les possédaient déjà. En d'autres termes, cela revient à reconnaître l'invalidité de la théorie évolutionniste.

*Ali Demirsoy, Yasamin Temel Kuramlari (Les théories fondamentales de la vie), vol. II, partie II, p. 406

LARVE DE PAPILLON

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

La phase larvaire est l'une des quatre étapes de développement du papillon. La larve se métamorphose donc, devient ensuite une chrysalide et enfin un beau papillon. Cette métamorphose suit le même schéma depuis des millions d'années, sans que le processus n'en soit altéré. Cette larve de papillon vieille de 50 millions d'années ici en photo n'a jamais évolué et est en tous points identiques aux larves de papillons que nous pouvons voir aujourd'hui.

La dimension évolutionniste de l'origine de la vie renvoie est teintée d'une perspective athée et matérialiste. Dans la mesure où il ne repose sur aucun élément scientifique, le darwinisme se limite à des conjectures, à l'élaboration de scénarii fantaisistes, à la fabrication de preuves et à la diffusion de mythes trompeurs. La création, et non l'évolution, est à l'origine de la vie.

THERIDIIDAE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ces araignées de la famille des Theridiidae sont des arachnides à longues pattes tissant des toiles dans des espaces vastes de façon irrégulière. La toile d'araignée est une œuvre d'art inexplicable pour les évolutionnistes. Toutes les araignées qui ont existé depuis des millions d'années sont nées avec ce don extraordinaire accordé par Allah. Cette immuabilité à travers le temps démontre que les araignées n'ont jamais subi de processus d'évolution. En témoigne notamment ce fossile d'araignée datant de 50 millions d'années.

ELATERIDAE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Ces insectes de la famille des elatéridés sont capables de se projeter à 20 voire 30 centimètres de hauteur tout en émettant un son sec. On les trouve généralement dans les prés et les prairies. En cas de dangers, ils font le mort en rétractant leurs pattes et antennes et attendent que la menace se dissipe. Les archives fossiles ont révélé que ces formes de vie sont inchangées depuis des dizaines de millions d'années.

Les évolutionnistes tentent en vain de tromper le public depuis des années en avançant des preuves fausses. La recherche scientifique a, en effet, prouvé que les êtres vivants n'ont jamais subi de processus évolutif.

NYMPHE DE CIGALE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Chaque nouvelle découverte montre que les êtres vivants ne descendent pas les uns des autres, qu'ils n'ont pas évolué de façon graduée et qu'ils furent créés dans la perfection par Allah.

Cette larve de cigale de 50 millions d'années est identique à celles qui existent aujourd'hui. Elle ne présente aucune altération sur le plan anatomique bien que son existence remonte à des dizaines de millions d'années. Ce genre de fossiles nous rappelle l'invalidité des mythes darwinistes au sujet de l'évolution des insectes et l'évidence de la création.

CIGALE

Age : 50 millions d'années

Période : Eocène

Localisation : Pologne

Les cigales sont pourvues une paire de membranes localisées au dessus des poches à air situées dans leur abdomen, qui leur permettent de produire leur chant si familier. En contractant et en relâchant le muscle auquel elles sont reliées, les membranes émettent un son de caquet. Ce processus de contraction et d'expansion se répètent en moyenne 500 fois par seconde. Le son augmente ou baisse selon l'ouverture ou la fermeture de l'extension sur le côté abdominal du thorax.

Dans la mesure où l'oreille humaine n'est pas capable de détecter les sons individuels émis à une vitesse supérieure à dix fois par seconde, elle n'est pas non plus capable de déterminer les segments individuels de l'appel de la cigale. C'est pourquoi nous le percevons comme un grésillement constant.

D'après les archives fossiles, il apparaît que toutes les cigales ayant jamais existé présentaient cette même spécificité.

En étudiant de près cette cigale sur la phot, on remarque à quel point elle est identique à ses congénères actuelles. Malgré le passage de 50 millions d'années, ni sa tête, ni son squelette, ni ses ailes, ni les plaques qui lui permettent d'émettre des sons, ne portent les traces d'une quelconque évolution.

LIBELLULE ET LARVE D'EPHEMERE

Age : 128 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Yixian, Shang Yuan, Liaoning, Chine

Les libellules se distinguent par leur incroyable capacité à manœuvre. Quelle que soit leur vitesse ou leur direction, elles peuvent s'arrêter brusquement et repartir dans la direction opposée. Il leur est également possible de faire de surplace, dans l'attente d'une position favorable pour attaquer leur proie. Elles peuvent faire un revirement total et se jeter sur leur proie.

En très peu de temps, la libellule est capable d'atteindre une vitesse de 40km/heure, une vitesse étonnante pour un insecte. (Les sprinters olympiques du 100 mètres atteignent 39km/h.) Quel modèle d'évolution graduée parvient à expliquer l'incroyable agilité de la libellule ? Ses ailes restent un mystère total pour les évolutionnistes.

Les fossiles les plus anciens de libellules ne présentent aucune différence avec les spécimens existant aujourd'hui. Nulle part la trace d'une semi-libellule ou d'une libellule dont les ailes sont en voie de développement n'existe. Comme tous les autres êtres vivants, ces insectes sont apparus de façon soudaine et ont survécu tels quels jusqu'à nos jours, sans avoir connu d'évolution. Ils furent, de toute évidence, créées par Allah.

GRILLON

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Bassin Araripe, Brésil

Ce fossile montre qu'il n'y a aucune différence entre les grillons actuels et ceux qui vécurent il y a 125 millions d'années, c'est là la preuve qu'aucun processus évolutionniste n'a jamais eu lieu. Les innombrables fossiles découverts à ce jour prouvent tous l'inexistence de l'évolution.

Les darwinistes sont bel et bien conscients du fait que les archives fossiles ne soutiennent pas leur théorie de l'évolution. C'est pourquoi des centaines de milliers de fossiles sont soigneusement dissimulés aux yeux du public. Or, il est inutile pour eux de continuer cette mascarade. Il n'est plus possible, en effet, de cacher la défaite infligée à la théorie de l'évolution par les archives fossiles et les recherches scientifiques.

SAUTERELLE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Bassin Araripe, Brésil

Certains fossiles de sauterelle remontent au carbonifère (il y a 354 à 290 millions d'années). Or, malgré les centaines de millions d'années écoulées, les sauterelles sont restées des sauterelles et ne se sont pas transformées en une autre forme de vie. Si les théories darwinistes étaient justes, alors les sauterelles auraient du se développer et devenir plus fortes en raison de tous les sauts qu'elles effectuent, voire même devenir une forme d'oiseau. Mais bien sûr, cela n'a jamais eu lieu. Or, l'état de délabrement logique des darwinistes est tel qu'ils sont prêts à croire à de telles sornettes.

La raison, le bon sens et la science ont fini par comprendre que les êtres vivants n'ont pas évolué mais qu'ils furent créés. Chaque nouveau fossile contribue à la révélation de cette vérité.

BLATTE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Bassin Araripe, Brésil

Les blattes font partie de ces être vivants qui remettent en question les principes évolutionnistes. La blatte en photo est fossilisée depuis 125 millions d'années et montre que les insectes de cette espèce n'ont pas subi le moindre changement durant ce laps de temps.

Toutes fouilles entreprises à ce jour n'ont pas permis de mettre la main sur les ancêtres supposés de la blatte. En outre, rien dans les archives fossiles ne permet de déduire les étapes de développement de la blatte avant qu'elle n'aboutisse à la forme que nous lui connaissons aujourd'hui.

Quel que soit son âge, chaque fossile déterré est identique à la fois tous les spécimens de son espèce. C'est là la preuve claire que l'évolution n'a jamais eu lieu.

SAUTERELLE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Bassin Araripe, Brésil

Dans la classification des êtres vivants, les arthropodes représentent un sous-phylum au sein du phylum des insectes. Les fossiles d'insectes les plus lointains connus remontent au dévonien (il y a 417 à 354 millions d'années). L'exactitude de la ressemblance entre les espèces ayant existé il y a 400 millions d'années et leurs homologues actuels met les évolutionnistes dans un profond embarras.

Les sauterelles sont, elles aussi, restées inchangées par rapport à leur première apparition dans les archives fossiles. La sauterelle ici représentée confirme la nature immuable de la sauterelle depuis 100 millions d'années et réfute donc l'évolution.

FULGORE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Bassin Araripe, Brésil

Les ailes, les yeux, les pattes, les organes internes, tout ce qui définit le fulgore est inchangé depuis des dizaines de millions d'années. Le fossile datant de 125 millions d'années confirme qu'il n'a jamais existé de fulgore avec des ailes ou des pattes semi-développées, ni avec un seul ou d'autres organes distinctifs non encore formés. En somme, il n'y a aucune trace dans les archives fossiles des étapes intermédiaires revendiquées par les évolutionnistes.

BLATTE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Bassin Araripe, Brésil

"…Les blattes, l'un des plus vénérables groupes d'insectes vivants, sont restées plus ou moins inchangées depuis le permien, pourtant elles ont subi tout autant de mutations que le Drosophile, un insecte du tertiaire." (Pierre-Paul Grassé, Evolution of living organisms, New York: Academic Press, 1977, p. 87)

Le permien va de -290 à -248 millions d'années. Dans le passage ci-dessus, Paul Grassé affirme d'une part que les mutations, l'un des mécanismes imaginaires d'évolution, n'ont pas les effets voulus par les évolutionnistes. D'autre part, il remarque que les blattes n'ont pas subi la moindre altération au cours de centaines de millions d'années. Elles existaient il y a 290 millions d'années, il y a 100 millions d'années (comme sur la photo) et aujourd'hui encore sous la même forme identique. Face à cette réalité, les évolutionnistes n'ont d'autre choix que de battre en retraite.

MOUCHE DE LA SAINT-MARC (BIBIONIDAE)

Age : 45 millions d'années

Période : Milieu de l'éocène

Localisation : Formation Cache Creek, Canada

Personne n'a encore mis la main sur un fossile de mouche de la Saint-Marc avec des ailes partiellement développées ou des organes manquants, avec un œil ou un appendice nasal sous-développé. Toutes les mouches fossilisées se sont avérées parfaitement formées et identiques à celles que nous connaissons aujourd'hui. Si un insecte actuel présente les mêmes caractéristiques que ses homologues d'il y a 45 millions d'années, et s'il est resté inaltéré pendant tout ce temps, alors il est impossible d'envisager un quelconque processus évolutif. Tout en révélant l'invalidité du darwinisme, la stase confirme en outre l'évidence de la création.

MLIBELLULE

Age : 100 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Chine

Au cours de fouilles, aucun fossile de libellule partiellement développée, avec une moitié d'aile ou des yeux rudimentaires n'a été découverte, afin de confirmer la réalité d'un processus évolutionnaire. Tous les fossiles de libellules, sans exception, mis au jour témoignent de la perfection de l'insecte et de son immuabilité depuis sa première apparition.

Le fossile de libellule datant de 100 millions d'années ici représenté le confirme. Les libellules ayant existé il y a des dizaines de millions d'années présentaient les mêmes caractéristiques que leurs congénères actuelles.

Des preuves scientifiques, et en particulier les fossiles, ont permis de réfuter la théorie de l'évolution. Cela signifie, par ailleurs, que les êtres vivants furent créés par une Intelligence infiniment puissante : Allah, le Créateur de toutes choses.

LIBELLULE (positif et négatif)

Age : 150 millions d'années

Période : Jurassique

Localisation : Formation Solnhofen, Allemagne

Les libellules ont inspiré les nouveaux modèles d'hélicoptères Sikorski. La recherche a montré que cet insecte est pourvu d'un système de vol idéal.

Cette libellule, dont l'existence remonte à 150 millions d'années, est identique aux libellules parfaites qui vivent aujourd'hui. Aucun fossile disponible à ce jour ne présente de libellule à moitié formée, ni de libellule avec des ailes naissantes. Comme toutes autres espèces du règne animal et végétal, ces insectes sont apparus de façon subite et sont restés tels quels jusqu'à aujourd'hui.

Ce fossile a laissé des marques en positif et en négatif sur les deux côtés de la roche.

GRILLON

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Depuis l'époque de Darwin et jusqu'à aujourd'hui, les géologues et paléontologues évolutionnistes sont à la recherche de fossiles soutenant la théorie de l'évolution. Ils sont à l'affût de la moindre découverte qui montrerait que les êtres vivants changent constamment et qu'ils se transforment en d'autres espèces. Leurs efforts sont vains, car de tous les fossiles déterrés à ce jour, aucun ne laisse entendre que les êtres vivants changent. Au contraire, les archives fossiles indiquent que les espèces sont inchangées depuis des centaines de millions d'années, c'est-à-dire que l'évolution n'a jamais existé.

Le paléontologue David Raup fait référence à l'opposition entre les archives fossiles et les thèses darwinistes :

"Au lieur de trouver le développement graduel de la vie, les géologues de l'époque de Darwin et ceux d'aujourd'hui trouvent, en réalité, des archives très inégales ou saccadées ; c'est-à-dire que les espèces apparaissent dans la série de façon très brusque, présentent peu voire pas de changement au cours de leur existence, puis disparaissent soudainement des archives…" (David M.Raup, "Conflicts between Darwin and paleontology", Field Museum of Natural History Bulletin, Chicago, vol. 50, janvier 1979, p. 23)

BLATTE

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

L'absence de preuves entre ce fossile de blatte datant de 125 millions d'années et les spécimens vivant aujourd'hui souligne très distinctement l'inexactitude de l'hypothèse selon laquelle les espèces descendent progressivement les unes des autres.

Les archives fossiles réfutent le principe d'"évolution graduée". Un grand nombre de scientifiques, notamment l'historien scientifique Peter Bowler, reconnaissent cette situation :

"Les archives n'ont certainement pas révélé de transformations graduelles de la structure avec le temps. Au contraire, elles montrent que les espèces sont restées généralement constantes à travers leur histoire et ont été remplacées de façon assez brusque par des formes considérablement différentes. De nouveaux types ou de nouvelles classes semblaient apparaître pleinement formées, sans le signe d'aucune tendance évolutionniste à travers laquelle ils auraient pu émerger d'un type antérieur." (Peter J. Bowler, Evolution: The history of an idea, 1984, p. 187)

GRILLON

Age : 125 millions d'années

Période : Crétacé

Localisation : Formation Santana, Brésil

Ces grillons de la classe des Saltatoria n'ont pas changé depuis des dizaines de millions d'années. Les grillons ayant existé il y a 125 millions d'années sont identiques à leurs congénères actuels.

Cette nature identique révélée par les archives fossiles a provoqué une profonde déception chez les évolutionnistes. Stephen Jay Gould, l'un des plus éminents évolutionnistes du 20ème siècle, exprimait son sentiment en ces termes :

"En effet, notre principale frustration à propos des archives fossiles provient du fait que nous ne disposons pas de preuves empiriques des tendances soutenues dans l'évolution des adaptations morphologiques des plus complexes." (Stephen Jay Gould et Niles Eldredge, "Species selection : its range and power", correspondance scientifique dans Nature, vol. 334, 7 juillet 1988, p. 19)