LES SIGNES DE LA FIN DES TEMPS DANS LA SOURATE AL-KAHF
 
Il en est de même pour la vie que Moïse (psl) a prise, comme rapporté ci-dessous :

Il entra dans la ville à un moment d'inattention de ses habitants ; il y trouva deux hommes qui se battaient, l'un était de ses croyants et l'autre de ses adversaires. L'homme de son parti l'appela au secours contre son ennemi. Moïse lui donna un coup de poing qui l'acheva. [Moïse] dit : "Cela est l'œuvre du diable. C'est vraiment un ennemi, un égareur évident." Il dit : "Seigneur, je me suis fait du tort à moi-même ; pardonne-moi." Et Il lui pardonna. C'est Lui vraiment le Pardonneur, le Miséricordieux ! (Sourate al-Qasas, 15-16)

Moïse (psl) est intervenu dans une dispute pour aider quelqu'un, mais a tué l'autre personne de façon involontaire. Dans ce cas aussi, il n'était que le moyen. Bien que Moïse (psl) ait tué l'homme de ses propres mains, il n'en était en réalité que la cause visible alors que les anges étaient les agents invisibles. Allah atteste dans le Coran que c'est le devoir des anges de prendre des vies, bien qu'en réalité ce soit uniquement Allah Qui le fasse.

Quelque soit la volonté des gens à résister, quelque soit l'abri qu'ils recherchent et ou qu'ils aillent, tout le monde va à sa mort. Allah nous rappelle que personne ne peut y échapper : "Dis : 'Eussiez-vous été dans vos maisons, ceux pour qui la mort était décrétée seraient sortis pour l'endroit où la mort les attendait'. Ceci afin qu'Allah éprouve ce que vous avez dans vos poitrines, et qu'Il purifie ce que vous avez dans vos cœurs. Et Allah connaît ce qu'il y a dans les cœurs." (Sourate Al-Imran, 154)

Personne n'a le choix sur ce sujet et il n'est pas possible d'y échapper. Lorsque le moment décrété de la mort arrive, nul ne peut échapper aux anges de la mort. Comme le Coran l'affirme clairement, chaque personne périra au moment et au lieu qui lui sont prescrits :

Dis : "La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui Qui connaît parfaitement le monde Invisible et le monde visible et Qui vous informera alors de ce que vous faisiez." (Sourate al-Jumua, 8)

Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables… (Sourate an-Nisa, 78)

Al-Khidr (psl) tue un enfant dont il connaît avec certitude son destin futur d'incroyant. Son but est de l'empêcher de rendre sa famille et son environnement malheureux et de se noyer dans une mer de péché. Il agit, de ce fait, de façon préventive.

Nous avons donc voulu que leur Seigneur leur accordât en échange un autre (fils) plus pur et plus affectueux. (Sourate al-Kahf, 81)

La plupart des gens ont du mal à déceler la raison et le bien qui existent dans la mort d'un membre de sa famille, et la mort en général. Cependant, comme pour toute chose, il y a beaucoup de sagesse et de bien en cela. L'une de ces raisons évoquée est : "… que leur Seigneur leur accordât en échange un autre (fils) plus pur et plus affectueux." Dans ce verset, Allah avertit ceux qui renoncent à leur foi qu'Il les remplacera par des croyants plus sincères :

O les croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion... Allah va faire venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les incroyants, qui lutte dans le sentier d'Allah, ne craignant le blâme d'aucun blâmeur. Telle est la grâce d'Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est immense et omniscient. (Sourate al-Maidah, 54)

Ton Seigneur est le Suffisant à Soi-même, le Détenteur de la miséricorde. S'Il voulait, Il vous ferait périr et mettrait à votre place qui Il veut, de même qu'Il vous a créés d'une descendance d'un autre peuple. (Sourate al-Anam, 133)

LES QUALITES MORALES D'AL-KHIDR (PSL)

Méditer le récit d'Al-Khidr (psl) et de Moïse (psl) nous permet de nous rendre compte que chaque verset contient des messages sur la personnalité d'Al-Khidr (psl), qui ont été analysés en détail dans les pages précédentes. Maintenant, nous les énumérons et les résumons dans une seule partie en y apportant les preuves pour mettre en avant les caractéristiques de sa personnalité.

Al-Khidr (psl) obéit immédiatement aux ordres d'Allah

Sa caractéristique la plus perceptible dans la sourate al-Kahf est sa diligence à obéir aux ordres d'Allah, car il le fait immédiatement, dès qu'il reçoit une révélation.

La compassion d'Al-Khidr (psl) et sa miséricorde

L'aide qu'il apporte aux pauvres, aux orphelins et aux personnes vulnérables en est la preuve la plus éclatante.

Le dévouement d'Al-Khidr (psl) pour les croyants et son sens de l'entraide

Il aide une mère et un père croyants en raison de son dévouement pour les croyants.

L'intelligence, la perspicacité et la prévoyance d'Al-Khidr (Psl)

Ses actions préventives et les pièges qu'il a mis en place aux incroyants illustrent son intelligence et sa prévoyance.

La confiance de Khidr (psl) en Allah

Il n'est affecté par aucune épreuve à laquelle il fait face, car il sait que quoi qu'il arrive il s'agit du destin décrété par la science d'Allah. Les traits de caractère d'Al-Khidr (psl) nous sont révélés par les versets du Coran. Allah lui a accordé Sa grâce, ainsi que la sagesse, un savoir éminent et un caractère accompli. Durant le temps passé avec Moïse (psl), Al-Khidr (psl) l'a instruit de la meilleure façon et conseillé en paroles et en actes. Al-Khidr (psl) a été un exemple pour lui, en montrant de la patience, de la détermination, un sens de l'entraide et de la maturité, et lui a enseigné à chercher la sagesse inhérente dans toutes les expériences de la vie.

"Et quant au mur, il appartenait à deux garçons orphelins de la ville, et il y avait dessous un trésor à eux ; et leur père était un homme vertueux. Ton Seigneur a donc voulu que tous deux atteignent leur maturité et qu'ils extraient, [eux-mêmes] leur trésor, par une miséricorde de ton Seigneur. Je ne l'ai d'ailleurs pas fait de mon propre chef. Voilà l'interprétation de ce que tu n'as pas pu endurer avec patience." (Sourate al-Kahf, 82)

La dernière sagesse de son action, comme l'explique Al-Khidr (psl), a un rapport avec le mur des orphelins. Le verset aborde l'attention due aux orphelins de parents croyants. Comme nous le lisons dans un autre verset :

… Et ils t'interrogent au sujet des orphelins. Dis : "Leur faire du bien est la meilleure action." Si vous vous mêlez à eux, ce sont alors vos frères [en religion]. Allah distingue celui qui sème le désordre de celui qui fait le bien. Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah est puissant et sage. (Sourate al-Baqarah, 220)

Comme nous le fait remarquer ce verset, les croyants prennent un soin extrême à protéger les droits des orphelins et à assurer leur éducation morale en raison de leur bon caractère et de leur strict respect des commandements et des recommandations d'Allah. Les musulmans sont généreux avec les orphelins : "… Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents.

Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait." (Sourate al-Baqarah, 215) Même si les musulmans sont dans le besoin, ils donnent la priorité aux autres : "Et offrent la nourriture, malgré son amour, au pauvre, à l'orphelin et au prisonnier." (Sourate al-Insan, 8) Allah avertit ainsi ceux qui font du tort aux orphelins :

Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l'enfer. (Sourate an-Nisa, 10)

Comme la morale de l'Islam le recommande, Al-Khidr (psl) tient compte du bien-être des orphelins et mise sur leur avenir. Si le mur n'avait pas été restauré, il se serait effondré et aurait révélé le trésor appartenant à leur père. Ils auraient ainsi perdu leur trésor au profit des malfaiteurs. Al-Khidr (psl) répare le mur pour qu'il tienne jusqu'à la majorité des enfants, maintenant ainsi le trésor caché pour qu'ils puissent en bénéficier dans l'avenir comme leur père le souhaitait.

Comme nous l'avons déjà mentionné, la compassion et le dévouement d'Al-Khidr (psl) à la cause des orphelins et des pauvres reflètent l'attribut d'Allah de la compassion. En réparant le mur, Al-Khidr (psl) insiste sur l'importance des précautions à prendre pour protéger le bien des enfants. Al-Khidr (psl) a confiance en Allah et construit un mur solide qui durera autant qu'Allah le voudra.

En outre, l'effondrement du mur aurait pu être à l'origine de graves blessures ou de dégâts aux passants, à la végétation environnante et à la vie animale, ou être la cause apparente de la mort de quelqu'un. Par ailleurs, ce verset pourrait signifier l'importance de la qualité du travail professionnel lors de la réparation des murs endommagés.

Dans le verset, Al-Khidr (psl) dit : "Je ne l'ai d'ailleurs pas fait de mon propre chef." Autrement dit, il est conscient qu'Allah fait tout dans le destin prédéterminé et le fait ainsi comprendre, de la meilleure façon possible, qu'aucun de ses actes n'est le résultat de sa propre décision.

Et ils t'interrogent sur Dhoûl-Qarnayn. Dis : "Je vais vous en citer quelque fait mémorable." (Sourate al-Kahf, 83)

A travers l'histoire, plusieurs savants ont interprété le récit de Dhoûl-Qarnayn (psl) de différentes façons. Le verset dit qu'il a été révélé comme un rappel aux croyants ajoutant qu'il est lié à la révélation de sens et de causes cachés.

Le Coran utilise le récit de Dhoûl-Qarnayn pour proposer plus d'exemples de valeurs islamiques au bénéfice des croyants et leur relate des événements dont ils peuvent tirer des enseignements. Leurs significations sont tellement apparentes et faciles à saisir qu'elles peuvent être prises en compte de façon littérale et méditées pour comprendre et apprendre. Et, comme Allah nous le dit :

Alif, Lâm, Râ. C'est un Livre dont les versets sont parfaits en style et en sens, émanant d'un Sage, parfaitement connaisseur. (Sourate Hud, 1)

Les croyants doivent lire le Coran avec un cœur pur et l'intention d'apprendre, car Allah affirme au verset 16 de la sourate al-Hajj que ce sont des "versets clairs". D'autres versets sur ce sujet disent :

(Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. (Sourate al-Baqarah, 185)

… Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus d'Allah ! Par ceci (le Coran), Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit. (Sourate al-Maidah, 15-16)

Vraiment, Nous avons affermi sa puissance sur terre, et Nous lui avons donné libre voie à toute chose. Il suivit donc une voie. (Sourate al-Kahf, 84-85)

Ce verset fait référence au pouvoir et à l'autorité. Le gouvernement d'une nation doit être fort en politique, en économie et en défense. Si le gouvernement est faible, le pays pourrait être confronté à des situations critiques, notamment à travers des puissances étrangères qui essaieraient de l'affaiblir encore plus, tout comme ses opposants à l'intérieur qui redoubleraient d'efforts dans un même but. Les problèmes économiques, la rébellion et les révoltes qui se produiraient auront pour conséquence d'entraîner le pays dans le chaos. Mais la nation de Dhoûl-Qarnayn (psl) est loin de cela, car le pouvoir de son gouvernement est solide, sensé et fort.

"Nous lui avons donné libre voie à toute chose" suggère que la capacité de résoudre tous les problèmes a été donné à Dhoûl-Qarnayn (psl), ce qui signifie que c'est un croyant très intelligent, avisé et perspicace. Avec ces qualités accordées par Allah, il résout rapidement toutes les questions complexes et élimine les obstacles. Allah libère son chemin et le soutient par un savoir supérieur. Comme nous le verrons plus tard, grâce à ses qualités reconnues il est sollicité pour ses avis, ses conseils et son aide.

Et quand il eut atteint le couchant, il trouva que le soleil se couchait dans une source boueuse, et, auprès d'elle il trouva une peuplade [impie]. Nous dîmes : "O Dhoûl-Qarnayn ! Ou tu les châties, ou tu uses de bienveillance à leur égard." (Sourate al-Kahf, 86)

D'après ce verset Dhoûl-Qarnayn (psl) se dirige d'abord vers l'ouest, vers ce qui pourrait être le lieu le plus à l'ouest sur la terre. Si la signification voulue est l'Europe, cela pourrait alors être le Portugal, l'Espagne ou le Détroit de Gibraltar. Si le verset se réfère à l'Afrique, les pays les plus à l'ouest sont le Sénégal et la Mauritanie (Allah est plus savant).

Le verset dit également que cet endroit à l'ouest est une "source d'eau boueuse." En arabe, cette expression est aynin hami'ah. Ayn signifie "oeil, origine, fontaine et source" ; hami'ah signifie "vase noire, sali et boueux".

Dhoûl-Qarnayn (psl) a pu se diriger vers l'Afrique, comme le signale Bediuzzaman Said Nursi. Selon lui :

Premièrement, en expliquant que le voyage de Dhoûl-Qarnayn à l'ouest a coïncidé avec la chaleur intense de l'été, la région d'un marais, au moment du coucher du soleil et d'une éruption volcanique, il fait allusion à plusieurs sujets instructifs tel que la conquête de l'Afrique dans sa totalité… La fontaine est également une métaphore. De loin une grande mer apparaît comme un petit bassin. Comparer une mer qui apparaît, au-delà des marais, des brumes et des vapeurs s'échappant en raison de la chaleur, à une source d'eau boueuse, avec le mot 'ayn', qui en arabe signifie à la fois fontaine, soleil et œil, est tout à fait significatif et adéquat selon les mystères de l'éloquence…

Appeler l'Océan Atlantique une source d'eau boueuse indique que Dhoûl-Qarnayn a aperçu l'immense océan comme une fontaine en raison de la distance.

Mais parce que le Coran voit toute chose de près, il n'a pas vu ce que Dhoûl-Qarnayn a vu, qui était une forme d'illusion. En effet, comme le Coran vient du ciel et les observe, il voit la terre parfois comme une arène, parfois comme un palais, parfois comme un berceau et parfois comme une page.

Ainsi, considérer l'immense Océan Atlantique brumeux et vaporeux comme une fontaine montre sa très grande altitude. (1)

Quelqu'un qui observerait d'une grande distance le coucher du soleil à l'horizon verrait cela comme le soleil plongeant dans la mer ou comme s'il descendait vers la montagne en fonction du lieu derrière lequel il se couche. Cela dépend évidemment de la position de la personne et de l'angle à partir duquel cet événement est observé.

Lorsque Dhoûl-Qarnayn (psl) atteint ce territoire, il rencontre ses habitants. Allah lui enseigne comment réagir face à eux : s'ils lui jurent allégeance et mènent une vie musulmane, il devra bien les traiter, mais s'ils se révoltent contre la loi d'Allah, n'acceptent pas l'Islam et font le mal, il devra agir en conséquence.

La réponse de Dhoûl-Qarnayn (psl) sera conforme à la loi. Ceux qui font le bien et se comportent convenablement seront tout aussi bien traités ; ceux qui choisissent le mal, la méchanceté et la révolte seront traités de façon appropriée. Comme seul le juge a autorité à déterminer la réponse adéquate, nous pouvons en déduire que Dhoûl-Qarnayn (psl), en dehors d'être le chef de sa nation, a également été habilité à juger. Or, selon la loi de l'époque, il pouvait choisir entre l'emprisonnement, l'arrestation et différentes formes de sanctions.

Les expressions employées dans ce verset pourraient signifier que la nation de Dhoûl-Qarnayn (psl) a un dirigeant qui est à la fois chef d'Etat, autorité unique et juge du système légal. A ce moment là, il est cette personne.

Si les injustes ou le peuple se révoltent, résistent et attaquent, la nation se défend avec toute la puissance de ses moyens. L'expression "tu les châties" pourrait suggérer que la nation peut se défendre. Puisque que nous traitons des moyens utilisés pour punir, les forces militaires et de sécurité de Dhoûl-Qarnayn (psl) doivent aussi être mentionnées.

Les savants interprètent la "fontaine" de différentes façons. Selon l'un d'eux, Dhoûl-Qarnayn (psl), au moyen d'une "cause", a fait un voyage à travers l'espace et a vu le soleil tomber dans un trou noir.(2) Les étoiles massives qui meurent s'effondrent sur elles-mêmes et forment des trous noirs. Ce type d'étoiles se contracte et la densité de leur matière augmente de façon radicale. Les étoiles qui font trois fois la taille de notre Soleil se rétrécissent en un diamètre de quelques kilomètres et leur force gravitationnelle s'intensifie tellement qu'elle engloutit la lumière, le son et même le temps. Leur champ gravitationnel tire d'autres étoiles et chaque étoile qu'elles absorbent augmente proportionnellement la force de gravitation.(3)

Comme elles engloutissent tout ce qui est à l'intérieur de leur force d'attraction, elles sont considérées comme des "marais noirs". Et, parce qu'elles ne réfléchissent pas la lumière, on les appelle les "trous noirs".

Il dit : "Quant à celui qui est injuste, nous le châtierons; ensuite il sera ramené vers son Seigneur Qui le punira d'un châtiment terrible." (Sourate al-Kahf, 87)

A partir des expressions employées dans le verset, nous comprenons que Dhoûl-Qarnayn (psl) était un leader musulman qui a gouverné une nation musulmane. Lorsqu'il parlait, il rappelait à son peuple Allah et l'au-delà. Il s'exprimait d'une façon musulmane.

Dhoûl-Qarnayn (psl) précise que les injustes seront punis selon la loi de l'époque. Allah l'a enjoint à punir les incroyants dans cette vie, cependant ce n'est qu'une partie de leur châtiment, car comme notre Seigneur nous l'apprend : "…Et le châtiment de l'au-delà est plus grand encore, si seulement ils savaient !" (Sourate al-Qalam, 33)

Celui qui nie l'existence d'Allah et de l'au-delà, et qui rejette les préceptes du Coran, aura exactement ce qu'il mérite dans cette vie ainsi que dans l'au-delà. Dans l'histoire, plusieurs nations ont été sévèrement punies dans cette vie, car elles rejetèrent l'appel à la foi des messagers. Les versets qui relatent la destruction de ces nations, révèlent aussi que le châtiment de l'au-delà est encore plus terrible et devrait être encore plus craint par les gens. Comme Allah le dit :

Nous déchaînâmes contre eux un vent violent et glacial en des jours néfastes, afin de leur faire goûter le châtiment de l'ignominie dans la vie présente. Le châtiment de l'au-delà cependant est plus ignominieux encore, et ils ne seront pas secourus. (Sourate Fussilat, 16)

Ainsi sanctionnons-nous l'outrancier qui ne croit pas aux révélations de son Seigneur. Et certes, le châtiment de l'au-delà est plus sévère et plus durable. (Sourate Ta Ha, 127)

Le châtiment qui attend les incroyants en enfer est dépeint comme étant "épouvantable". Différentes descriptions dans le Coran nous informent qu'une telle souffrance est beaucoup plus douloureuse que ce que nous éprouvons dans cette vie. C'est pourquoi les gens devraient méditer et craindre le châtiment de l'au-delà avant de s'inquiéter de leur souffrance en ce monde, car cette crainte pourrait les pousser à se repentir, à tourner le dos à l'incroyance et à se soumettre à Allah.

Et quant à celui qui croit et fait bonne œuvre, il aura, en retour, la plus belle récompense. Et nous lui donnerons des ordres faciles à exécuter. (Sourate al-Kahf, 88)

Nous comprenons de ce verset que Dhoûl-Qarnayn (psl) n'est pas seulement le chef de sa nation et son juge, mais aussi un musulman qui prêche et invite à la foi. Il est évident qu'il éduque et gouverne son peuple comme il plaît à Allah.

Dhoûl-Qarnayn (psl) invite immédiatement les gens qu'il rencontre à la foi en Allah, à la piété, aux bonnes actions prescrites par le Coran et à faire les prières et les actes d'adoration. Il attire leur attention, pour les encourager, à la récompense promise dans ce monde et dans l'autre. Tous les messagers font ce rappel à leur peuple. Les prophètes n'ont pas cessé d'appeler les gens à la droiture et ont utilisé différentes méthodes pour éveiller leur conscience.

En outre, le verset indique que quelles que soient les réactions des gens, les croyants doivent agir avec détermination et obéir à l'ordre d'Allah "d'ordonner le convenable et d'interdire le blâmable." C'est une importante responsabilité pour les croyants sincères, tout comme elle l'était pour les prophètes, comme le verset suivant le souligne :

Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. (Sourate Al-Imran, 104)

Un autre enseignement important indique qu'il faut rendre les choses plus faciles aux musulmans et non pas le contraire. Les choses devraient être abordables, aisées et agréables pour les gens bien dans leurs actes, leurs décisions et leurs affaires quotidiennes. Notre Seigneur le rappelle aux croyants dans ce verset : "… Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous…" (Sourate al-Baqarah, 185), mais également : "Nous avons rendu le Coran facile pour la méditation. Y a-t-il quelqu'un pour réfléchir ?" (Sourate al-Qamar, 17) Ainsi, les croyants doivent savoir que choisir le chemin le plus facile est une exigence du Coran. En outre, ils ne doivent pas laisser la promesse d'Allah, "Nous te mettrons sur la voie la plus facile" (Sourate al-A'la, 8), échapper de leur esprit. Comme Allah dit également :

Et luttez pour Allah avec tout l'effort qu'Il mérite. C'est Lui Qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, celle de votre père Abraham, lequel vous a déjà nommés "musulmans" avant (ce Livre) et dans ce (Livre), afin que le Messager soit témoin contre vous, et que vous soyez vous-mêmes témoins contre les gens. Accomplissez donc la salât, acquittez la zakât et attachez-vous fortement à Allah. C'est Lui votre Maître. Quel excellent Maître ! Et quel excellent Soutien ! (Sourate al-Hajj, 78)

Puis, il suivit (une autre) voie. Et quand il eut atteint le levant, il trouva que le soleil se levait sur une peuplade à laquelle Nous n'avions pas donné de voile pour s'en protéger. Il en fut ainsi et Nous embrassons de Notre Science ce qu'il détenait. (Sourate al-Kahf, 89-91)

La deuxième fois que Dhoûl-Qarnayn (psl) se met en route, il se dirige vers l'est. Appliquer le verset à une carte montre qu'il aurait pu aller en Corée, en Chine, ou en Mandchourie (le nord de la Chine).

Le verset dit qu'il "trouva que le soleil se levait sur une peuplade à laquelle Nous n'avions pas donné de voile pour s'en protéger." Le mot arabe qui désigne l'abri est sitr (se couvrir, se cacher). Il provient de la racine satara. Ainsi, dans le contexte de ce verset, cela signifie "une protection sous forme de tissus ou de bâti".

Nous pouvons donc considérer que ces gens ne vivaient pas dans des maisons, mais plutôt à l'air libre, en plein air. Ils n'avaient aucune forme d'abri ou d'objets tels que les parapluies. Ils pourraient avoir été des nomades ou un peuple qui travaillait de nuit et passait ses journées dans des abris souterrains. Ou alors, ils pourraient avoir été un peuple qui n'avait pas de vêtements ou de civilisation. Omer Nasuhi Bilmen interprète le verset de cette façon :

Durant ce voyage, Dhoûl-Qarnayn est parvenu au territoire du soleil levant (où le soleil est apparu). Pour ce peuple, il n'existait aucune protection contre les rayons de soleil telle qu'un morceau de tissu, une construction ou une montagne. Soit ces gens allaient en mer ou alors dans une cavité souterraine au lever du soleil, puis en ressortaient pour vaquer à leurs activités au coucher du soleil."(4)

Le verset 91 de la sourate al-Kahf parle de la connaissance de Dhoûl-Qarnayn (psl) de l'essence des choses. Le terme arabe qui définit "le savoir comprenant l'essence" est khoubr, ce qui signifie "connaître tout à fait, être totalement au fait de la vérité".

Cette science est un savoir particulier qu'Allah ne donne qu'à un petit nombre de Ses élus. Et comme le verset 68 de la sourate al-Kahf le précise, Al-Khidr (psl) était également béni par ce savoir particulier.

Puis, il suivit (une autre) voie. Et quand il eut atteint un endroit situé entre les deux barrières (montagnes), il trouva derrière elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage. (Sourate al-Kahf, 92-93)

La troisième fois que Dhoûl-Qarnayn se met en route lors de son voyage, il est dans une région qui se trouve entre l'est et l'ouest. Cela pourrait être dans l'Himalaya. Bediuzzaman Said Nursi parle aussi de cette région et nous rappelle que :

… La Grande Muraille de Chine couvre une distance de plusieurs journées de voyage et a été construite pour arrêter les incursions des tribus sauvages que subissaient les peuples opprimés d'Inde et de Chine… Ces tribus ont à plusieurs reprises provoqué le chaos dans le monde et, se déversant de l'Himalaya, ont provoqué la destruction d'est en ouest. Un grand mur a été construit entre deux montagnes près des montagnes de l'Himalaya qui pendant longtemps ont empêché les assauts fréquents de ces peuples sauvages…(5)

Comme le précise Bediuzzaman, les deux montagnes pourraient être des chaînes de montagne.

Le verset signale également que les gens qu'il rencontrait étaient à peine capables de comprendre ce qui leur était dit. L'expression "ne comprenait presque aucun langage" indique peut-être qu'ils parlaient une langue très différente ou peu commune.

Dhoûl-Qarnayn (psl) est cependant en mesure de communiquer avec eux, soit qu'il parle leur langue du fait de son savoir particulier ou alors parce qu'un membre de son détachement connaît cette langue particulière. Ce verset pourrait signifier qu'il était en compagnie d'un groupe spécial de personnes formé dans ces domaines.

Nous pouvons aussi comprendre à partir des versets que partout où Dhoûl-Qarnayn (psl) va, il rencontre des gens démunis et malheureux, indigents et faibles. Ceux qui vivent à l'est ne peuvent pas même se protéger du soleil. Les gens qui vivent entre les montagnes sont ignorants et primitifs en termes de culture et de technologie et ne peuvent pas eux aussi se défendre des ennemis extérieurs. Ainsi, ils sont menacés par l'anarchie. Ce qui a dû les pousser à solliciter l'aide de Dhoûl-Qarnayn (psl) pourrait être leur pauvreté, leur ignorance et l'état de chaos dans lequel ils se trouvaient. Ce sont des facteurs importants pour pouvoir comprendre la situation de cette époque.

Ils dirent : "O Dhoûl-Qarnayn, les Yâjûj et les Mâjûj (Gog et Magog) commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t'accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous ?" (Sourate al-Kahf, 94)

A travers les termes Yâjûj et les Mâjûj qui doivent avoir été traduits vers l'arabe à partir d'une autre langue, nous découvrons un peuple qui provoque la corruption sur terre. Les interprétations des savants indiquent que ces gens représentent une ou plusieurs nations qui opprimaient, offensaient et maltraitaient le peuple de cette région.

En raison de cette corruption, ceux qui en souffrent sollicitent l'aide de Dhoûl-Qarnayn (psl) et offrent de lui payer un impôt en retour. En fonction de ces éléments, il apparaît qu'il ne représente pas une seule personne, mais dirige une nation et commande une armée, tout comme le Prophète Salomon (psl).

A partir des versets précédents, nous comprenons qu'il avait une équipe de linguistes avec lui. Cependant, ce verset indique aussi qu'il devait avoir des équipes d'experts en construction et des ingénieurs en travaux publics aussi. Et en fonction des sollicitations des gens, nous pouvons en déduire que Dhoûl-Qarnayn (psl) s'intéresse à la construction et au génie civil, mais en est également connaisseur. Il pourrait même avoir été célèbre pour son expertise dans ces domaines et aider les autres nations à leurs demandes. Tous ces facteurs prouvent l'importance et la force de sa nation.

Dhoûl-Qarnayn (psl) est également connu pour sa capacité à empêcher la corruption et le mal. C'est pourquoi les nations qui rencontrent des problèmes, traversent des difficultés ou risquent le chaos, ou enfin font face à une pression externe demandent son aide. Il se pourrait qu'il ramène l'ordre public à la région, que des nations voisines demandent son aide parce qu'elles font confiance en sa puissance militaire et en ses capacités de mettre fin à la corruption et parce qu'il est à la tête d'une nation très puissante. Le fait qu'une nation demande de l'aide à une autre et offre même de la payer en retour montre qu'elle n'est pas en mesure de résoudre seule sa situation préoccupante et que l'autre nation le peut, ce qui signifie qu'elle est puissante et solidement établie.

Que Dhoûl-Qarnayn (psl) soit aussi respecté et efficace en Orient et en Occident pourrait signifier qu'il dirige une nation dotée d'une grande puissance. C'est donc un leader conscient de sa responsabilité à promouvoir la paix, la justice et la sécurité non seulement à sa propre nation, mais également à toute la région. A travers ce verset, Allah indique qu'il est de la responsabilité de chaque musulman d'agir en faveur de la justice, de la paix et de la sécurité. Tous les pays devraient s'impliquer, en fonction de leurs moyens, pour affronter les problèmes du monde et aider les nations qui ont des besoins d'ordre financier ou autres.

Le récit de Dhoûl-Qarnayn (Psl) montre qu'à la Fin des temps, comme à son époque, les valeurs de l'Islam régiront le monde.

Allah annonce ainsi cette bonne nouvelle aux croyants :

Allah a promis à ceux d'entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu'Il leur donnerait la succession sur terre, comme Il l'a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu'Il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité.

Qu'ils M'adorent donc sans rien M'associer et ceux qui, après cela renieront leur foi seront de véritables scélérats ! (Sourate an-Nur, 55)

Il dit : "Ce que Mon Seigneur m'a conféré vaut mieux (que vos dons). Aidez-moi donc avec votre force et je construirai un remblai entre vous et eux." (Sourate al-Kahf, 95)

Ce verset montre à nouveau la solidité du pouvoir de Dhoûl-Qarnayn (psl). Sa nation n'est pas faible au point de s'effondrer facilement. Au contraire, elle est extrêmement forte, assure le bien-être à sa population ainsi qu'à d'autres peuples dans le besoin et ne soulève l'inquiétude de personne dans ses méthodes et pratiques de gouvernance. Elle semble être invulnérable, selon la volonté d'Allah, car ce verset montre qu'aucune opposition intérieure ou extérieure, ni pression ou force ne pourraient jamais l'affecter et que l'autorité de Dhoûl-Qarnayn (psl) est tellement ancrée qu'aucun conflit, aucune manifestation de dissidence ou de révolte ne pourrait l'ébranler.

Dhoûl-Qarnayn (psl) n'accepte pas de récompense en échange de son aide. Le Coran donne d'autres exemples de cet aspect de la personnalité des prophètes. Le Prophète Salomon (psl), par exemple, a refusé les cadeaux qui lui étaient envoyés :

"Moi [la reine de Saba], je vais leur envoyer un présent, puis je verrai ce que les envoyés ramèneront." Puis, lorsque [la délégation] arriva auprès de Salomon, celui-ci dit : "Est-ce avec des biens que vous voulez m'aider ? Alors que ce qu'Allah m'a procuré est meilleur que ce qu'Il vous a procuré. Mais c'est vous plutôt qui vous réjouissez de votre cadeau." (Sourate an-Naml, 35-36)

Il pourrait y avoir plusieurs raisons aux refus de Salomon (psl) et de Dhoûl-Qarnayn (psl) d'accepter les rétributions matérielles. Peut-être qu'accepter de telles récompenses aurait eu un impact négatif et provoqué chez ceux qui l'ont offertes la perte d'une partie de leur respect, de leur obéissance et de leur soumission à ceux à qui ils l'avaient offertes. C'est un état d'esprit psychologique chez les gens. Le verset indique que dans ces cas, il est préférable d'éviter une telle situation en n'acceptant aucune récompense et aucun salaire. Une telle attitude augmentera sans doute l'amour et la fidélité de ceux qui ont été aidés. Par ailleurs, Dhoûl-Qarnayn (psl), comme Salomon (psl), est le leader d'une nation riche qui ne doit pas attendre de rétribution pour son aide.

Néanmoins, Dhoûl-Qarnayn (psl) demande le soutien des gens en termes de travail. Ainsi, il semble avoir préféré donner des emplois et certaines responsabilités à la population locale. De cette façon, il leur enseigne l'art et les sciences et les aide à évoluer sur les plans culturel et technologique. Il fait travailler également les chômeurs, protège sa propre richesse nationale et rend ses nouveaux employés utiles en leur octroyant des rôles dans la défense de leur nation. Il ne fait pas de doute que de telles relations fondées sur la justice, le respect et l'équité renforcent la confiance mutuelle et emportent l'adhésion populaire.

De telles pratiques ont plusieurs aspects positifs, entre autres éduquer le peuple et accroître la main d'œuvre spécialisée, échapper à la paresse, à la stagnation et avoir la possibilité de ressentir du plaisir à accomplir des réalisations par leurs propres efforts. Cela accroît aussi la confiance de la nation en elle-même. Et pour ceux qui font des efforts pour faire évoluer leur propre pays, ils ne seront pas à l'origine de troubles et seront moins enclins à se révolter et à se rebeller. Par conséquent, les gens seront facilement gouvernés pendant cette période d'assistance. Par ailleurs, les gens travaillent mieux et plus efficacement avec les leurs et aiment être au service de leur nation. Mais lorsqu'il s'agit d'actes accomplis pour obtenir la satisfaction d'Allah, cela n'a pas d'importance. Cependant, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que tous soient appliqués ou qu'ils recherchent la satisfaction d'Allah. En ayant cela à l'esprit, les droits de tous doivent être garantis, indépendamment du niveau ou du manque de dévotion pour Allah. C'est en cela que nous voyons la sagesse de la politique de Dhoûl-Qarnayn.

Selon ce verset, Dhoûl-Qarnayn (psl) construit une barrière solide, qui empêche de la traverser tout en étant un exemple d'architecture solide et de haute technologie. Il est extrêmement important que toute construction, les ponts en particulier, soit solidement édifiée afin de résister à des catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre, les inondations et les pluies, ainsi que face à des attaques militaires.

"Apportez-moi des blocs de fer." Puis, lorsqu'il en eut comblé l'espace entre les deux montagnes, il dit : "Soufflez !" Puis, lorsqu'il l'eut rendu une fournaise, il dit: "Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus." (Sourate al-Kahf, 96)

Selon ce verset, cette barrière pourrait avoir été une structure en béton. Ce genre de construction est employé aujourd'hui dans presque tous les types d'édifices et de barrages énormes.

Le verset affirme aussi que Dhoûl-Qarnayn (psl) a utilisé du fer et du cuivre fondu - ou du goudron selon certains commentateurs - dans cet édifice.

Le fer, considéré comme le matériau de construction le plus solide, est un composant essentiel des ponts et des barrages, car il renforce la rigidité de la structure. Sans cela, le moindre dégât ou secousse provoquerait son effondrement.

Il est possible que Dhoûl-Qarnayn (psl) ait utilisé des blocs de fer et de mortier pour construire une barrière énorme. Comme il est possible qu'il ait joint les blocs de fer bout à bout en versant du mortier par-dessus et a construit une structure solide en béton. (Allah est plus savant).

Le mot arabe qitr traduit par "cuivre fondu" signifie aussi goudron.(6) Le goudron, qui est employé pour protéger le fer de l'humidité et de l'eau de mer, est une couche protectrice obtenue par la distillation du bois de pin ou du charbon. Dhoûl-Qarnayn (psl) a pu verser du goudron sur cette structure pour éviter que le fer ne soit exposé à l'oxydation et à la rouille. De pareils matériaux d'isolation existent habituellement dans les constructions modernes en béton.

Dhoûl-Qarnayn a pu allier du fer recouvert de goudron à du mortier composé d'un mélange de gravier, de craie, de sable et d'eau pour en augmenter la résistance. Normalement, le mortier mélangé au sable et à la craie peut très facilement être perforé. Cependant, il devient indestructible lorsqu'il est renforcé par le fer. Une telle construction serait une mesure préventive et aucune force qui s'y emploierait ne pourrait la détruire ou l'endommager, encore moins l'enfoncer, selon les conditions existantes de l'époque, à moins qu'Allah ne l'autorise.

Ainsi, ils (Gog et Magog) ne purent guère l'escalader ni l'ébrécher non plus. Il dit : "C'est une miséricorde de la part de mon Seigneur. Mais, lorsque la promesse de mon Seigneur viendra, Il le nivellera. Et la promesse de mon Seigneur est vérité." (Sourate al-Kahf, 97-98)

Le premier verset montre que cette barrière est imprenable. Cela suggère que c'était une construction de très grande taille et le fait qu'elle ne pouvait pas être enfoncée prouve que sa structure était solide. Tous ces faits pourraient indiquer qu'elle a été construite par l'emploi d'une méthode de construction en fer et en béton identique à ce qui existe aujourd'hui.

Selon le verset 98, la première chose à laquelle pense Dhoûl-Qarnayn (psl), après l'achèvement de ce projet, ce sont les attributs d'Allah de miséricorde et de clémence. Sachant que personne ne pourrait construire une telle barrière, à moins qu'Allah ne le permette, il se rappelle immédiatement que notre Seigneur en est le véritable constructeur et cherche à éviter que les gens ne la considèrent comme leur propre œuvre. Le verset 98 de la sourate al-Kahf révèle aussi que ce mur résistera jusqu'au jour du jugement. Le mot "promesse" renvoie à ce jour, comme dans le verset suivant. En d'autres termes, il sera protégé jusqu'à ce jour.

L'emplacement exact du mur pourrait être découvert avec le temps ou pourrait ne pas l'être, ce savoir est à la discrétion d'Allah. Ce qui est important est qu'il ne sera pas détruit jusqu'au jour du jugement, car en ce jour tout sera détruit. Plusieurs versets nous informent que les montagnes disparaîtront et rien n'existera plus à la surface de la terre. Voici certains de ces versets :

Le jour où Nous ferons marcher les montagnes et où tu verras la terre nivelée (comme une plaine)… (Sourate al-Kahf, 47)

Et que la terre sera nivelée, et qu'elle rejettera ce qui est en son sein (les morts) et se videra, et qu'elle obéira à son Seigneur - et fera ce qu'elle doit faire. (Sourate al-Inshiqaq, 3-5)

Et ils t'interrogent au sujet des montagnes. Dis : "Mon Seigneur les dispersera comme la poussière, et les laissera comme une plaine dénudée dans laquelle tu ne verras ni tortuosité, ni dépression. (Sourate Ta Ha, 105-107)

Une autre possibilité concernant le récit de Dhoûl-Qarnayn

Une autre possibilité est que ce récit nous renseigne sur des événements futurs.

Pour Allah, le temps ne fait qu'un. L'avenir, le passé et le présent existent tous en même temps. Dans certains versets, les événements du jour du jugement, de l'enfer et du paradis sont relatés comme s'ils avaient déjà eu lieu. Les versets suivants en sont un exemple :

Et on soufflera dans la trompe, et voilà que ceux qui seront dans les cieux et ceux qui seront sur la terre seront foudroyés, sauf ceux qu'Allah voudra [épargner]. Puis on y soufflera de nouveau, et les voilà debout à regarder. Et la terre resplendira de la lumière de son Seigneur ; le Livre sera déposé et on fera venir les prophètes et les témoins ; on décidera parmi eux en toute équité et ils ne seront point lésés. (Sourate az-Zumar, 68-69)

Les événements relatés dans ce verset le sont comme s'ils s'étaient déjà produits, bien que pour nous ils se déroulent dans le futur. Il est donc possible que le récit de Dhoûl-Qarnayn (psl) soit un événement du futur qui nous est conté dans un temps passé. Le verset 84 de la sourate al-Kahf dit que : "[Nous] lui a accordé une voie à tout." Ce qui pourrait indiquer que Dhoûl-Qarnayn (psl) gouvernera le monde dans l'avenir.

Dans le monde d'aujourd'hui, un leader puissant ou une nation doivent maîtriser à la fois la technologie de la communication et avoir une force conventionnelle. Comme un leader n'a pas les moyens de tout inspecter à titre personnel, nous pouvons supposer qu'il s'installe dans une capitale centrale et contrôle les autres régions par satellite et par d'autres moyens de communication. Comme le verset 95 l'énonce : Il dit : "Ce que Mon Seigneur m'a conféré vaut mieux (que vos dons)", le pouvoir de Dhoûl-Qarnayn (psl) est probablement bien établi. Si nous considérons le récit selon cette perspective, nous nous rendons compte que chaque verset pourrait révéler un message différent. Ainsi, Dhoûl-Qarnayn (psl) s'est d'abord dirigé vers l'ouest, ensuite vers l'est puis est revenu en arrière. Ces versets pourraient signifier qu'il communique avec différentes régions en changeant de chaînes qui émettent par satellites. Les versets parlent constamment de "découverte". Dhoûl-Qarnayn (psl) a "trouvé" un peuple près d'une "source" et un peuple à l'est qui ne comprenait pas. Ces "découvertes" sont le résultat de recherches et pourraient ainsi être obtenues grâce aux chaînes satellitaires.

Les versets disent que ceux qui étaient à l'est n'avaient aucun abri contre le soleil. Si nous considérons cette information à la lumière des technologies de communication, deux déductions sont possibles. Dhoûl-Qarnayn (psl) pourraient observer ou réunir des informations sur ces régions par satellite (Allah est plus savant). Ou alors, cela pourrait suggérer la technologie infrarouge qui est employée aujourd'hui dans différents secteurs. Les caméras infrarouges sont utilisées par exemple en médecine, en pathologie criminelle, en météorologie, en criminologie, par les services de renseignement, par l'industrie et dans d'autres domaines. Ces types de caméras peuvent aussi observer le corps humain en détail.

Si Dhoûl-Qarnayn (psl) s'adressait à une nation, il pourrait le faire par transmission satellitaire et télévisuelle. Cela lui permettrait de connaître les besoins des gens et leurs doléances, indépendamment du lieu où ils vivent, puis administrer les régions sous son contrôle en fonction de cela.

La corruption des Yâjûj et Mâjûj pourrait être un acte classique de terreur ou d'anarchie, ou même un acte commis à travers la diffusion. Par exemple, ils pourraient perturber d'autres émissions pour émettre leurs idées corrompues. Dhoûl-Qarnayn (psl) pourrait avoir empêché cette diffusion et ainsi toute forme de corruption. Il pourrait avoir utilisé, par exemple, le cuivre et le fer, cités dans le verset, pour créer un champ électromagnétique et perturber des émissions de radio et de télévision. Les transformateurs, qui sont faits de fils de cuivre enroulés autour d'un noyau de fer, sont une des sources de champs électromagnétiques. Un puissant champ électromagnétique peut perturber des émissions de radio et de télévision.

Une autre possibilité pourrait être l'emploi d'une énorme antenne parabolique courante. Une si grande taille pourrait avoir pour objectif de défaire le système mondial perturbateur de Yâjûj et Mâjûj. La surface de ces assiettes est habituellement faite d'aluminium léger, ce qui n'est pas le matériau idéal pour obtenir des performances. Le cuivre est un meilleur conducteur et pourrait avoir été préféré pour cette raison. Cependant, couvrir une parabole aussi énorme de feuilles de cuivre n'est pas censé. D'un autre côté, le cuivrage de l'assiette avec du cuivre fondu lui donnerait la surface la plus lisse possible et lui permettrait de réaliser le plus haut niveau de performance.

Le mur ou la barrière créés par des contre-émissions ou par la création d'un champ magnétique pourrait signifier une "barrière invisible". Certains savants lisent le mot arabe seddayn, dans le verset 93, souddayn et lisent sedd, dans le verset suivant, soudd. Dans le premier cas, cela signifie "barrière visible" et dans le deuxième, "barrière invisible" (Allah est plus savant).

"Ils (Yâjûj et les Mâjûj) ne purent guère l'escalader ni l'ébrécher non plus" comme formulé dans le verset 97, pourrait se référer à cela, parce que Yâjûj et les Mâjûj essaient de venir à bout ou d'ouvrir une brèche dans la transmission de l'émetteur. D'ailleurs l'expression actuelle employée, à propos des stations pirates qui émettent en interférant avec une autre transmission, est une "rupture de transmission."

A la lumière de ces commentaires, l'expression "ne comprenait presque aucun langage" pourrait signifier que cette transmission par satellite n'est parfois pas comprise par certains. Lorsque la transmission est perturbée, les gens ne peuvent pas comprendre, mais dès qu'elle est rétablie, ils commencent à comprendre (Allah est plus savant).

L'expression "une source boueuse" (verset 86) est aussi intéressante, car regarder le coucher de soleil sur un écran de télévision est pareil au soleil se couchant dans une source. Les couleurs à l'écran changent lorsque le soleil se couche à l'horizon au-delà de la mer et cela apparaît plus gris à l'écran. Ainsi, pour l'observateur, il lui apparaîtrait qu'il se couche dans une source boueuse. L'expression aynin hami'ah composée de ayn (source) et hami'ah (boueuse) pourrait signifier cette image peu claire.

De même, ses relations avec l'est et l'ouest pourraient montrer qu'il est en contact avec différentes parties du globe. Alors que le soleil se lève sur une partie, il se couche sur l'autre.

Nous les laisserons, ce jour-là, déferler comme les flots les uns sur les autres, et on soufflera dans la trompe et Nous les rassemblerons tous. Et ce jour-là Nous présenterons de près l'enfer aux incroyants. (Sourate al-Kahf, 99-100)

Le Coran révèle que l'univers entier, incluant les êtres humains, les animaux, les plantes, les étoiles, bref quiconque a été créé périra. Dans le Coran, ce jour est décrit comme : "le jour où les gens se tiendront debout devant le Seigneur de l'Univers". (Sourate al-Mutaffifin, 6)

L'heure est un jour de terreur. Ceux qui n'ont pas cru auparavant, percevront pour la première fois le pouvoir et la puissance absolus d'Allah… et ils les ressentiront de manière très forte. Pour les incroyants, c'est un jour de grande souffrance, de terreur, de remords, de douleur et de surprise. Tous ceux qui seront les témoins de ce jour éprouveront une crainte indescriptible qui est pire que toutes les peurs vécues dans cette vie.

L'heure commence par le son du clairon, qui est le signe du début de la fin de la terre et de l'univers. Désormais, il n'y a plus aucun moyen de revenir en arrière, car c'est le son de la fin de toute vie sur terre et le commencement de la vie réelle, la vie de l'au-delà. C'est le son qui déclenche la crainte des incroyants, leur terreur, leur misère et leur panique éternelle. Allah révèle ce que sera ce jour pour les incroyants :

Quand on sonnera du clairon, alors, ce jour-là sera un jour difficile, pas facile pour les incroyants. (Sourate al-Muddaththir, 8-10)

Allah dit dans la sourate al-Kahf que ces gens déferleront les uns contre les autres comme de grandes vagues au jour du jugement. Ils seront comme ivres de peur et oscilleront comme des vagues déferlantes. Leur peur leur fera perdre tout contrôle et toute conscience de ce qu'ils font et où ils vont.

Plus l'indifférence des gens et leur ignorance de ce jour sont grandes, plus grande sera leur terreur en ce jour. Ce sentiment de crainte et de terreur les accompagnera du jour de leur mort et se poursuivra pendant toute l'éternité. Allah révèle que cette peur changera les cheveux des enfants qui blanchiront avant l'âge, comme le dit ce verset :

Mais vous, si vous reniez Allah, Comment éviteriez-vous un jour si terrible qu'il fera des nourrissons de véritables vieillards chenus, [et] durant lequel le ciel se fendra. Sa promesse s'accomplira sans doute. (Sourate al-Muzammil, 17-18)

Ceux qui pensaient qu'Allah était inconscient de leurs actes se rendront compte qu'ils étaient Ses serviteurs impuissants et qu'Il leur avait donné le temps jusqu'au jour du jugement. Il le fit ainsi parce que c'est la promesse d'Allah telle qu'Il l'a révélée : "… Il leur accordera un délai jusqu'au jour ou leurs regards se figeront." (Sourate Ibrahim, 42) D'autres versets décrivent aussi ce jour : "Le fracas ! Qu'est-ce que le fracas ? Et qui te dira ce qu'est le fracas ? C'est le jour où les gens seront comme des papillons éparpillés, et les montagnes comme de la laine cardée." (Sourate al-Qaria, 1-5)

Les versets de la sourate al-Hajj rapportent que les gens seront comme ceux qui ont perdu leurs esprits :

O hommes ! Craignez votre Seigneur. Le séisme [qui précédera] l'heure est une chose terrible. Le jour où vous le verrez, toute nourrice oubliera ce qu'elle allaitait, et toute femelle enceinte avortera de ce qu'elle portait. Et tu verras les gens ivres, alors qu'ils ne le sont pas. Mais le châtiment d'Allah est dur. (Sourate al-Hajj 1-2)

Voici quelques versets qui racontent l'impuissance des gens en ce jour :

Et que la lune s'éclipsera, et que le soleil et la lune seront réunis, l'homme, ce jour-là, dira : "Où fuir ?" Non ! Point de refuge ! Vers ton Seigneur sera, ce jour-là, le retour. (Sourate al-Qiyama, 8-12)

[Ceux] dont les yeux étaient couverts d'un voile qui les empêchait de penser à Moi, et ils ne pouvaient rien entendre non plus. (Sourate al-Kahf, 101)

Ce verset met en évidence l'insouciance des incroyants au souvenir d'Allah. Dans un autre verset, Il affirme : "… Pourtant ils se détournent du rappel de leur Seigneur." (Sourate al-Anbiya, 42) Ils nient les signes d'Allah, ignorent les signes de la création dans toute la spécificité de l'univers et refusent d'écouter le Coran qu'Allah a révélé comme guide vers la foi. Plusieurs versets énoncent clairement l'importance du rappel d'Allah, l'autre option étant l'insouciance :

Et invoque ton Seigneur en toi-même, en humilité et crainte, à mi-voix, le matin et le soir, et ne sois pas du nombre des insouciants. (Sourate al-Araf, 205)

Les gens sont tenus d'obtenir l'agrément d'Allah dans tout ce qu'ils font, comme ils sont tenus d'observer Ses commandements et recommandations.