LA MEILLEURE DES CREATURES
 
HISTORIQUE DU GOUVERNEMENT D’IMAM

Chaque président a une particularité liée au gouvernement qu’il a dirigé pendant un certain temps. Imam Mahdi (a.s) le Promis lui aussi aura une méthode et un système idoines. Certes, l’ensemble des événements et de mouvements de cette révolution a déjà été évoqué. Mais, il faut reconnaître que l’importance du sujet mérite qu’on le traite indépendamment en se servant des traditions du noble Prophète (ç) et des imams immaculés. En effet, les hadiths sont considérés comme une expression générale, c’est-à-dire que la biographie d’imam Mahdi (a.s) est en quelque sorte le reflet de la biographie du grand Prophète (ç) deux personnes, une méthode, car de même que le noble Prophète après sa mission devait faire face à l’ignorance religieux qui dominait à son époque avant d’asseoir son autorité par laquelle on pouvait joindre le bonheur d’ici et de l’au-delà, le 12ème imam s’affrontera avec une nouvelle forme d’ignorance plus coriace que la précédente, afin de parvenir à imposer la religion comme mode de vie convenable pour tous. Imam Sâdiq a été interrogé au sujet de la méthode qu’adoptera Al Mahdi (a.s). Il répond :

« Imam Mahdi (a.s) agira tel que le noble Prophète (ç). De la manière qu’il s’est pris pour substituer les pratiques jâhiliyya, de mode en ce temps, (propres à l’époque de l’ignorance) par les pratiques islamiques pures, le Guide fera pareil et détruira les pratiques ignorencielles pré révolution pour apporter par l’islam une nouvelle façon de vie »[198]

Ainsi paraît la méthodologie générale du Guide promis. Les circonstances varient certes, mais les traditions ont souligné l’atmosphère dans laquelle se déroulera cette grande mission qui n’a d’équivalent que celui qui a été désigné pour l’accomplir.

· Les méthodes de combat : avec son soulèvement, l’imam Mahdi (a.s) mettra une pression dure sur les bastions de la mécréance et de l’idolâtrie afin de les faire disparaîtra à tout jamais et invité les gens à l’islam. Le saint Prophète (ç) déclare à ce propos : « sa méthode sera semblable à la mienne. Il imposera la foi et la législation à tous »[199]. Naturellement, son éminence apparaîtra à un moment où la vérité sera si universellement manifeste que les gens confirmeront la preuve qu’il viendra parachever. Et selon certaines traditions, il fera sortir de la grotte d’Antarque les vrais manuscrits de la Thora et de l’Evangile afin que cela puisse servir d’argumentation pour les juifs et les chrétiens qui s’islamiseront en masse. L’appui des signes mystérieux telles que les miracles, le bâton de Moïse (a.s), la bague de Salomon, l’épée et le drapeau du Messager de l’islam l’aideront à vite brûler les étapes dans sa mission et à dominer aisément les nations. Seuls les maudits qui ont dévié pour toujours resteront dans l’obscurantisme du faux. Ceux qui n’ont eu pour uniques actions que l’oppression et la perversité au cours de leur vie. Il sera donc impératif de bannir ce genre de personnes du processus de la mise en place du régime mahdiste. Oui, l’épée de justice n’épargnera aucun de ces virus lorsqu’elle s’exprimera, de même que les mécréants n’eurent point résisté à l’épée du Prophète (ç).

· La méthode de jugement de l’imam (a.s) : le guide a été dissimulé pour la domination de la justice. Cette mission implique la mise en place d’un système judiciaire efficace qui lui permettra de travailler à la façon de son grand-père imam Ali (a.s). Un système de gestion caractérisé par le respect scrupuleux des droits de chacun. Ses relations avec ses sujets seront construites sous une base équitable, de sorte que les vivants émettront le souhait de voir ressusciter les morts afin de vivre une telle ambiance de justice et de cordialité.

Beaucoup de hadiths témoignent qu’imam Mahdi (a.s) dans son jugement sera pareil aux prophètes Souleman et Dâoud, en jugeant avec la connaissance divine et non avec des preuves et des témoignages. Imam Sâdiq dit :

« Lorsque le guide de la famille de Mohammad (ç) viendra, il délibérera les affaire à la façon de Souleman et Dâoud, c’est-à-dire, il n’aura pas besoin de témoin »[200].

La vérité ici est que probablement, grâce à la conviction en la connaissance divine, la vraie justice s’accomplira avant qu’on n’ait recours aux déclarations des témoins qui de toutes les façons existent toujours dans la société. Leur apport qui ne va pas toujours sans bévues ne sera qu’aléatoire et servira juste à donner libre cours aux normes des choses. Il n’est pas du tout aisé d’appréhender la manière de jugement su guide, à moins qu’on ne tienne en compte les paramètres de son époque.

· La méthode d’administration de l’imam : les fonctionnaires forment à n’en point douter, l’une des bases de l’efficacité d’un gouvernement. Aussi longtemps que les agents de l’Etat s’exercent dans l’exécution de leurs tâches avec le sens de responsabilité, la nation atteindra les objectifs qu’elle s’est fixée et ses citoyens connaîtront le progrès et la prospérité. En tant que président universel, imam Mahdi (a.s) choisira les agents compétents parmi les plus méritants de ses compagnons. Ceux-là qui rempliront les conditions d’un bon administrateur islamique, telles que la connaissance, la capacité de gestion, la pureté d’intention, le sens de la responsabilité et de la décision. Tous seront sous l’autorité de l’imam, grand guide et superviseur général. C’est une particularité carrément ignorée de nos jours dans plus d’un système administratif, car chacun n’en fait qu’à sa tête et selon ses intérêts. Les hadiths ont mentionnés cela comme l’une des particularités d’imam Mahdi (a.s). En effet, le vénéré Prophète (ç) dit :

« Le signe de Mahdi est la supervision précise du travail de ses fonctionnaires et la générosité envers les pauvres »[201].

*le système économique d’imam : la méthode de gestion financière d’imam Mahdi (a.s) sera basée sur l’équité, méthode similaire à celle qui fut en vigueur à l’époque du Prophète (ç) et fut modifiée après lui au profit des pratiques corrompues (consistant à détourner les biens publics) qui ont provoqué la naissance des classes sociales diamétralement opposées dans la communauté islamique. Malgré les efforts d’imam Ali et imam Hassan (a.s) pour redresser le système d’équité dans les finances musulmanes, les choses sont revenues à la case départ après leur califat. Les Omeyyades ont transformé la trésorerie publique en un bien exclusivement familial, en le dilapidant comme bon leur semblait. Ils arrachaient injustement les propriétés des musulmans pour les donner aux membres de leur famille. Cette pratique atteint son apogée à l’époque du 3ème calife Omeyyade.

Imam Mahdi fera redorer à la trésorerie publique son blason de caisse pour tous, où tout le monde sera associé, sans aucune forme de discrimination ou de favoritisme. La désappropriation des biens et de terres sera absolument interdite. Le noble prophète (ç) dit :

« Lorsque notre guide apparaîtra, il récupérera les terres qui avaient été usurpées par les oppresseurs, de sorte qu’on ne parlera plus de syndicat des propriétés terriens »[202].

La mise en place d’un système pour résoudre les problèmes économiques des populations fera partie des ambitions que le guide parviendra à réaliser. Tout besogneux qui présentera ses doléances à ce guide généreux reviendra les mains pleines de provisions. Le Prophète (ç) dit :

« Il distribuera les biens de diverses manières »[203]. Cette méthode participera à réorganiser la société et à réformer l’individu pour lui donner une image beaucoup plus humaine dans ses rapports avec autrui. Car il est le moyen par lequel les gens invoqueront Dieu et auront rapidement gain de cause.

LA MANIERE ET LES ATTITUDES DE VIE DE L’IMAM

Les attitudes de l’imam par rapport à soi-même et à la communauté qui l’entourera, feront de lui un model de représentant islamique par lequel le peuple évoluera vers la perfection, contrairement à ses guides qui s’érigent en tyrans et terrorisent les peuples sous leur autorité. En réalité, sa façon de se comporter fera venir en mémoire l’époque du noble Prophète (ç) et d’imam Ali (a.s). Malgré le fait qu’il aura l’autorité sur la trésorerie publique, il se maintiendra au plus bas niveau de vie notoire et modeste. Imam Ali (a.s) dit :

« En dépit du fait qu’imam Mahdi (a.s) sera le chef suprême de la communauté, il s’engagera à adopter le même style d’habillement que les autres, possédera une monture simple et commode… et fera preuve de modestie dans ses besoins »[204].

C’est ainsi que vécu imam Ali (a.s). Il menait une vie d’austérité et de modestie digne du Prophète (ç) ? Imam Mahdi (a.s) suivra le même chemin. Imam Sâdiq (a.s) affirme :

« Lorsque notre guide viendra, il s’habillera comme imam Ali (a.s) et adoptera la méthode de vie similaire à la sienne »[205].

Il jouera entièrement le rôle de père généreux et affectif qui se prive de tout pour que ses enfants ne manquent de rien. Imam Reza (a.s) dit :

« Imam sera un père affectif, un frère clément (et protecteur), une mère affective par rapport à sa progéniture, le refuge des croyants face à la déperdition »[206].

En effet il sera si proche et si attentif envers la communauté, au point où chacun fera de lui un repère en cas de difficulté. Il a été rapporté du saint prophète (ç) que :

« Sa communauté le prendra pour refuge, de même que les abeilles se réfugient dans la ruche autour de leur reine »[207].

Il est l’exemple d’un guide élu du peuple et qui vie comme le peuple. Ainsi, il partage leur souffrance, comprend mieux que qui leurs peines et les moyens pour y remédier. Il recherche permanemment l’agrément de Dieu dans toutes les situations. Comment la communauté ne jouira-t-elle pas d’une tranquillité dans un tel contexte ?

L’UNANIMITE GENERALE

L’une des inquiétudes des régimes actuels est l’acquisition de l’agrément général du peuple quant à leur autorité. Une telle agrégation n’a jamais été l’objet d’une unanimité générale du peuple, vu les incohérences des actions qu’ils se préparent à mener. La révolution d’imam Mahdi sera accueillie joyeusement à l’unanimité, individuellement comme collectivement. En plus, les anges également seront satisfaits de ce vent révolutionnaire pour la justice universelle. Le Prophète (ç) dit :

« Je vous annonce que Mahdi (a.s)…Les créatures du ciel et de la terre sont d’accords avec lui. Comment quelqu’un peut-il être mécontent de l’autorité de Mahdi (a.s), alors qu’il viendra illuminer la terre et conduire l’humanité vers le bonheur matériel et spirituel à travers son gouvernement sans pareil »[208].

Nous choisissons clore en beauté cette section avec ces propos éternels d’imam Ali :

« …Dieu le confirmera (imam Mahdi) auprès de ses anges et protégera ses compagnons. Il (Dieu) l’assistera de Ses signes et le fera triompher des gens de la terre, de sorte qu’il soit aimé par tous ou détesté par tous. Il remplira la terre de la justice et de l’équité. Des villes se soumettront à lui si bien qu’il ne restera plus de mécréant nulle part, ni de pervers. Les bêtes féroces feront la paix avec leurs proies. La terre fera apparaître ses joyaux, le ciel fera descendre ses bienfaits et les minerais du sous-sol germeront pour lui… Heureux soient ceux qui le verront, qui l’écouteront et qui obéiront à ses propos »[209]. L’attente du guide ne servira à rien si c’est pour rester indifférent aux propos et aux enseignements qu’il apportera. Il sera suscité pour tous et agira au nom de tous. L’obéissance en lui est un ordre divin consigné dans les versets coraniques et les traditions pures des membres de la famille du noble Prophète (ç). Non seulement il sera assisté des anges qui descendront du ciel par groupe tels les délégués de la nuits du décret, mais aussi ses compagnons seront des croyants dont le degré d’engagement n’est plus à décrire car comme nous l’avons dit plus haut, ne fera partie du groupe de ses compagnons qui peut et non qui veut.

SIXIEME SECTION

PATHOLOGIE DU MAHDISME

Il peut naître des situations néfastes qui risquent obstruer l’expression d’une culture dans l’espace et le temps. La culture religieuse aussi est souvent prise au dépourvue par un certain nombre de fléaux qui s’érigent en véritables freins pour la perfection. Une étude de ces facteurs pathologiques religieux offre une opportunité pour s’attarder sur ces blocus afin de prendre une attitude adéquate pour les traiter. La dernière section semble être le terrain convenable pour évoquer ce problème. Il est indispensable de connaître l’anti- mahdisme pour pouvoir mieux le diagnostiquer et le traiter. Négliger, ces gangrènes peut causer dans la communauté en générale, et la jeunesse en particulier, un déficit de foi et de conviction sur la présence d’imam Mahdi (a.s) ou une indifférence face à la nécessité d’entrer en connaissance avec ce grand personnage. Par ailleurs cette insouciance peut facilement offrir les croyants à la merci des déviateurs. D’où une maîtrise globale de ces bactéries pathogènes s’avère comme un impératif catégorique de première classe, pour garder intransigeant les épris de la famille du Prophète (ç) qui attendent depuis toujours. Nous brosserons les plus contagieux de ces microbes pathogènes à destruction massive pour la grande civilisation universelle mahdiste.

LES MAUVAISES INTERPRETATIONS

La mauvaise compréhension des projets de la révolution universelle islamique mahdiste risque pousser les gens à des analyses erronées sur ses objectifs. La considération de multiples hadiths forgés de tous bords sont à mesure de causer de sérieuses agitations dans ce thème.

1- la mauvaise interprétation du terme « Attente » peut laisser croire à d’aucuns qu’ils n’ont pas de rôle à jouer puisque l’objectif de la mission du Guide, (à savoir venir combattre l’injustice) est déjà défini. Raison pour laquelle on peut s’asseoir gentiment dans son coin et attendre qu’il vienne accomplir le miracle tout seul. Mieux encore, pour anticiper sa venue il faut participer à accroître l’injustice, le crime et la perversité pour anticiper son apparition. Cette conception de la problématique d’imam Mahdi est une dangereuse incongruité qui risque pousser l’humanité au chao, car il ne restera plus rien à faire si les quelques poignées de personnes pieuses qu’on peut encore distinguer de nos jours dans la société se mêlent au ballet de la dépravation des mœurs sous couleur de rendre prématurée la venue de la douzième étoile de la constellation de l’imamat. Cette philosophie demeure incorrecte lorsqu’on la compare aux données coraniques et aux hadiths des infaillibles qui font de l’interdiction du blâmable et de l’ordonnance du convenable un devoir religieux très important. Le fondateur de la république islamique d’Iran, Imam Khomeiny (paix à son âme) par anticipation à cette situation affirme :

« Si nous le pouvions, nous éradiquerions l’injustice et la tyrannie partout dans le monde, car c’est notre devoir religieux. Nous n’avons pas la possibilité d’aller au-delà de nos moyens. Certes, imam Mahdi (a.s) viendra remplir la terre de la justice, mais cela ne signifie pas que vous devez abandonner ce devoir qui incombe à tous et à toutes ou supposer que cette occasion vous exempte de vos obligations »[210]. Il poursuit dans la même lancée :

« Pouvons-nous agir contrairement aux versets coraniques en se dérobant de l’ordonnance du bien et de l’interdiction du Blâmable et aggraver nos péchés sous prétexte que l’imam viendra ? »

Nous avons donné le sens technique que laissait entrevoir l’attente

2- D’autres, dans une mauvaise interprétation de certains hadiths, estiment que toute révolution réalisée avant la révolution universelle du Guide attendu doit être rejetée. C’est ainsi que d’aucuns se sont farouchement opposés à la révolution islamique d’Iran, révolution opérée contre la tyrannie pour asseoir la législation divine.

Il est important de savoir que la mise en exécution de la loi divine telle que les normes, le cytise et combattre l’ennemi et la corruption ne peut se faire que si le régime en place est islamique. Ce qui rend louable toute initiative destinée à la mise en place d’un régime purement islamique. La prohibition de tout soulèvement dans les hadiths renvoie aux insurrections à coloration non divine ou des révolutions asymptomatiques qui ne tiennent nullement compte de conditions circonstancielles pour se mettre en marche. Les mouvements qui se font mensongèrement sous le nom d’imam Mahdi (a.s) y sont inclus aussi. Cela ne veut en aucun cas signifier que toutes les révolutions pacifiques et réformatrices pré Mahdi (a.s) sont à rejetées.[211]

3- Encourager la violence et la brutalité est l’un des aspects d’une mauvaise interprétation du sens de la préparation du terrain pour la venue du dernier successeur de la famille de Mohammad (ç). Par ailleurs, d’aucuns risquent s’imaginer que l’imam est un sanguinaire (en occultation) qui viendra augmenter le niveau de l’océan de sang humain au nom de la restauration de la justice et de l’équité. L’imam est au contraire le symbole de la miséricorde et de la grâce divine qui, telle son grand-père le noble Prophète commencera pacifiquement l’appel à l’islam par les argumentations tangibles et la douceur. La majorité répondra affirmatif à cette invitation. Ce qui revient à dire que l’imam ne s’affrontera qu’avec les récalcitrants intransigeants qui en dépit de la conscience nette qu’ils auront par rapport à la chose continueront non seulement à s’y opposer, mais aussi chercher à nuire aux objectifs de la révolution.

PRECIPITATION DE L’APPARITION

L’anticipation de la venue du guide est l’un des sujets à confusion si on ne se penche pas bien sur sa signification. En effet, hâter un événement signifie l’anticiper ou l’avorter par rapport à sa date préfixée. La précipitation est une habitude humaine séculaire qui traduit sa faiblesse d’esprit face à l’inconnu qu’il veut connaître le dénouement sans tenir en considération les conditions nécessaires pour la réalisation.

Cette habitude récurrente dans le mahdisme se justifie par le fait que les partisans de sa venue scrutent impatiemment l’horizon à l’attente de l’apparition du guide attendu. L’invocation pour l’anticipation de cette venue est répétée à longueur de journée avec une ardeur digne d’un naufragé attendant les secours. Mais ce qui est surprenant ici, c’est que plus on multiplie les prières plus on a l’impression qu’elles repousseraient de loin encore l’apparition de cette étoile rare. Certes, on ne perd pas espoir, et, avec l’affection qui bouillonne dans les cœurs, on continue à redoubler d’ardeur dans la préparation de ‘atmosphère. Abdoul Rahmâne ibn Kaçîr dit : « je fut assis près d’imam Sâdiq (a.s) lorsque Mehram s’introduisit dans la concession et dit, « ô maître ! Dites-moi quand est-ce que viendra ce dont nous attendons depuis toujours ? » L’imam répondit, « les déterminateurs de temps ont menti, les pressés sont tombés dans la perdition, et les soumis sont sauvés »[212].

L’agitation et le désir ardant de voir s’opérer l’apparition du guide sont déconseillés dans ce sens que cela risque d’induire à l’angoisse, l’indignation et au désespoir les croyants qui attendent. Cela risque aussi transformer sa soumission en une sorte de plaidoirie qui peut tourner à l’hérésie et au désaveu sur l’existence de l’imam. Le sujet attendant peut croire à la fictivité de cette doctrine et provoquer une contamination indésirable de ce microbe pathogène dans la communauté déjà assez secouée par les événements historiques. Les animateurs de la précipitation de la venue s’agitent parce qu’ils ignorent que cette pratique est une tradition divine qui, comme toutes les autres traditions, doit se réaliser, à travers l’effectivité des conditions de faisabilité.

(8)

DETERMINATION DU TEMPS D’APPARITION

Certains sont sérieusement engagés dans la recherche de l’heure H de la venue du guide universel, alors que Dieu Le Sage a voulu que cela demeure un sujet top secret. Les hadiths ont formellement interdit la détermination fantaisiste du moment de l’apparition d’imam Mahdi (a.s). Les chroniqueurs de cet événement sont considérés comme des menteurs et des diffamateurs. Il a été demandé à imam Bâqir (a.s) quand est-ce que viendra le guide. Il a répondu :

« Ceux qui donnent une date à l’apparition du guide de la famille de Mohammad (ç) mentent (il répéta trois fois cette phrase) »[213].

En dépit de cela certains, volontairement ou involontairement s’hasardent à donner une date précise à l’apparition du 12ème guide de la famille du Prophète (ç). Une aventure qui a pour conséquence le désespoir au moins, pour ceux qui réaliseront à l’issu que ce n’était qu’un mirage. Ainsi, le croyant attendant le Guide doit se préserver de ces vendeurs d’illusions inconscients et se fier uniquement à Dieu Le Très-Haut qui connaît mieux que qui le moment de la venue de Sa Preuve sur Sa création.

SPECULATIONS A PARTIR DES DONNEES COMPARATIVES

Les indices permettant de pronostiquer sur la venue d’imam Mahdi (a.s) sont apparents dans plusieurs hadiths. Cependant, l’absence des renseignements précis pouvant permettre de repérer la date de l’événement a donné libre cour à toutes formes d’interprétations, d’analyses et de spéculations erronées, même comme certains osent quand même, à base des données tirées des hadiths de prédire avec incertitude les indicateur de proximité de la venue du 12ème guide. Cette problématique est considérée comme une gangrène qui risque de pousser les gens vers un pessimisme dangereux pour le mahdisme. Par exemple, lorsqu’une interprétation faite sur la personnalité de Soufiyânî qui apparaîtra dans une telle région met les gens en situation d’alerte et d’attente ; ou qu’au sujet de ce personnage diabolique des analysent sans fondement fusent de partout, laissant croire que sa manifestation sera un signe de rapprochement de l’arrivée du guide promis, cette prophétie peut tourner à l’hérésie si jamais l’imam ne vient.

PERSISTANCE DANS DES INVESTIGATIONS FUTILES

Plusieurs informations traitant du mahdisme méritent des études et des analyses textuelles vue leur indispensabilité pour les shiites qui attendent le plus l’imam. Mais, certaines personnes ou des groupes, dans des discours, des publications et voire des conférences, s’adonnent à des exposés inutiles sur les thèmes dont l’humanité n’a non seulement rien à y profiter, mais risque au contraire de créer les doutes et des interrogations frisant la déviation dans les esprits de ceux qui attendent. Par exemple soulever les débats sur «la rencontres avec l’imam », avec des encouragements et des félicitations pour faire du sujet un divertissement, cause le plus souvent le désespoir et le désaveu. Or, les nouvelles apparentes dans les hadiths convergent vers l’agrément et la soumission en l’imam Mahdi (a.s). Il est beaucoup conseillé de discourir sur les devoirs des croyants en situation d’attente, de sorte que si jamais quelqu’un a la chance de le rencontrer, que ce soit dans un contexte d’agrément divin.

Passer son temps à vouloir savoir si l’imam est marié, s’il a des enfants, où habite-t-il… sont des sujet dont l’investigation ne rapporte rien aux croyants. A l’inverse, des questionnements sur les conditions nécessaires pour faire précipiter la venue de l’imam du temps est vivement loué, car la motivation des shiites pour le travail de préparation en dépend.

Il est aussi important d’avoir une vue globale lorsqu’on met le sujet du mahdisme sur la table. Une vision globale veut dire qu’au moment des recherches sur un thème choisi, on peut profiter pour passer en revue l’ensemble des connaissances sur le mahdisme. Certaines personnes se lancent aveuglement dans des analyses et des affirmations hâtives sur le mahdisme, en se basant sur quelques hadiths seulement. Par exemple, à la suite des études sur les hadiths qui traitent seulement de nombreuses batailles ou de sang qui coulera au cours de ces affrontements, on peut tenter de conclure que l’imam sera un sanguinaire de première catégorie, alors que beaucoup de hadiths parlent de sa clémence et de sa générosité infinie, digne du Prophète (ç).

Une prise en considération des hadiths dans tous les sens conduira vers un résultat qui permettra de conclure que l’imam n’agira que selon les normes du juste avec tout le monde, faisant preuve d’une part de clémence et de générosité envers les shiites et les compagnons intègres, se comportant d’autre part en véritable force de l’ordre avec les injustes intransigeants et les pervers indomptables. Le débat sur le mahdisme demande une compétence scientifique adéquate. Ceux qui n’ont pas de capacité et de connaissances suffisantes doivent éviter de se lancer dans de tel sujet pour ne pas causer plutôt des dégâts irrémédiables dans le degré de compréhension de l’auditoire sur le mahdisme.

LES USURPATEURS DE TITRE

L’occultation a connu un relent de personnes se faisant passer pour Mahdi (a.s) ou annonçant qu’ils sont les ambassadeurs particuliers qui ont des contacts avec lui, entraînant les gens dans un mysticisme catastrophiques. L’imam personnellement dans une dépêche adressée à son dernier ambassadeur explique :

« Tu quitteras ce monde dans six jours. Parachève tes dernières tâches et surtout veille à ne pas laisser un successeur pour toi dans ton testament. Car la grande occultation commence après toi…et dans le futur, certains de mes shiites diront qu’ils m’ont rencontré ou qu’ils sont en relation permanente avec moi. Saches que quiconque déclare m’avoir vu avant la sortie de Soufiyânî et le cri du ciel aurait menti »[214].

Chaque shiite sait dès lors qu’il a le droit et le devoir de traiter de menteur toute personne qui oserait dire qu’il est le représentant ou qu’il est en relation avec le dernier guide de la famille du noble Prophète (ç), afin de barrer la voie à ces aventuriers en quête de réputation et de richesses. L’audace de certains de ces colporteurs et marchands d’illusion les conduit jusqu’à la création d’une école de doctrine déviée pour aggraver l’état de la division dont souffre sévèrement la communauté islamique. Nous avons par exemple la secte « Bâbisme », supplantée par le Bahâïsme et animée par l’hérétique Ali Mohammad Bâb qui au départ se faisait passer pour le représentant d’imam Mahdi (a.s), puis finit par déclarer qu’il est l’imam en personne. Quand on entre en profondeur dans l’historique de ce groupe, on se rend compte qu’il est soutenu par les impérialistes décidés à détruire l’islam en général, et l’école doctrinale Ahl-ul-bayt (a.s) qui tient l’étendard des enseignements de l’islam pure mohammadien dans l’histoire.

Il est évident que l’ignorance est en quelque sorte à l’origine de la création des groupes déviés par des personnes qui induisent des foules à l’erreur en se faisant passer tantôt pour le représentant, tantôt pour Mahdi (a.s) en personne. Le désir ardent qui anime plusieurs shiites pour rencontrer l’imam, sans aucune forme de préliminaires et connaissances, donne l’opportunité aux usurpateurs de titre pour créer la panique dans les cœurs. Les shiites doivent se servir des connaissances qu’ils ont su l’événement d’imam Mahdi (a.s) pour se prémunir des annonces qui viendront des aventuriers. Ils doivent se maintenir autour des savants dignes et intègres pour éviter de s’égarer de la vraie religion.

BASES DES REFERENCES CITEES

1- le saint Coran

2- Mafâtih Janâne

3- Nahjul Balâgha

4- Içbâtul Houdâ, Mouhammadin Hassan Hurrul Amilî

5- Ihtijâj, Ahmadine Ali ibn Abi Tâlib Tâbrisî, ed. Teheran, 1416 HL

6- Les religions et le mahdisme, Mouhammad Beheshtî

7- Behârul Anouar, Mohammad Bâqir Majlisî

8- Tafsîr Qartabî, Al Qartabî

9- Tafsîr Qoumî, Ali ibn Ibrahim Qoumî

10- Tafsîr Kabîr, Imam Fakhr Râzî

11- Hisâl, Abi Ja’far Mohammad ibn Ali ibn Houssein ibn Bâbewe Qoumî, union des écoles du howza de Qoum, 1364

12- Coup d’œil sur le gouvernement de Mahdi, Najmul Din Tabasî, direction de la propagation des œuvres islamiques, 1380.

13- Dalâ’ilul Noubouwwa

14- les secrets de la longueur de l’age d’imam du temps, Ali Akbar Mahdi Pour, 1378

15- Les moments de délibération, Kâmil Soulemane, Afaq Téhéran

16- La Bible

17- Safînatul Bahâr, Sheikh Abbas Qoumî, Téhéran 1422HL

18- Sounanu Abi Daoud, Abi Daoud Soulemane ibn Ash’as Sajastânî Azdî, Dâru ibn Kham, Beyrouth, 1418HL

19- Sahîfatul Nour, Imam Rouhulah Moussawi Khomeiny

20- Aqdul Dur, Youssouf ibn Yahyâ ibn Ali ibn Abdoul Aziz Shâfi’î, Teheran, 1416.

21- Ilalul Sharâ’I, Abi Ja’far Mohammad ibn Ali ibn Houssein ibn Bâbewe, Qoum, 1380.

22- Ggheybate Toûsî, Sheikh Tâyifatu Abi Ja’far Mohammad ibn HassanToûsî, Qoum 1417.

23- Gheybate Ni’mânî, Ibn Abi Zeynab Mohammad ibn Ibrahim ibn Ja’far Kâtibî Ni’mânî, 1376.

24- Al Fatan, Hâfiz Abou Abdellah Na’îm ibn Hamâr Maruzî, 1412

25- Kâfî, Abi Ja’far Mohammad ibn Ali ibn Ya’koub, 1401.

26- Kamâlul Din, Abi Ja’far Mohammad ibn Ali ibn Houssein ibn Bâbewe Qoumî, traduit Par Pahlawâne, Darul Hadith, 1380?

27- Oustadrak, Hâkim Neshâburî.

28- Ma’ânî Akhbâr, Abou Ja’far Mohammad ibn Ali ibn Houssein ibn Bâbewe.

29- Mou’jamul Ahâdith imam Mahdi, comité pourles sciences et les connaissances divines, 1411.

30- Mou’jamul Kabîr, Al Tabarânî.

31- Moutakhab Açâr, Lutfullah Sâfî Gulpâyighonî, Qoum 1419.

32- Mizânul Hilma, Mohammad Mohammadî Rouye Shahrî, Dârul Hadith, Qoum, 1377.

33- Najmul Saqâb, Mîrzâ Houssein Tabrisî Nourî, sainte mosquée de Jamkarân.

34- Wasâ’ilul Shi’a, Imam Sheikh Mohammad ibn Hassan Hurrul Amilî, Darul Ahyâul Tarâçul Arabî, Beyrouth.

35- Yomul Khilâs, Kâmil Soulemane, Ançâr Houssein Saqafiyya, Teheran, 1991.

[1] Behârul Anouar, t51, hadith7, P160

[2] Id, t2, P100

[3] Mizânul Hikma, T1, h861

[4] Ma’ânî Akhbâr

[5] Mîzânul Hikma

[6] Kâfî, T1, chap.15, h1, P255

[7] Kamâlul Din, T2, chap.41, h1, P132

[8] KAmalul DIn, t2, ch38, h1, p80

[9] Id, t2, ch43, h2, p162

[10] Isbât Houdâ, t3, sec7, p700

[11] Kamalul Din, T2, chap.43, h21, P190

[12] Id, T25, P223

[13] Tafsir Qoumî, T2, P52

[14] Gheybate Toûsî, h43, P184

[15] Kamalul Din,T1, chap.32,h16, P603

[16] Gheybate Ni’mânî, P32

[17] Behârul Anouar, T52, P309

[18] Id, P123

[19] Kamalul Din, T1,chap 28, h1,n P569

[20] Ihtijâj, T2, P7

[21] Kamalul Din, T1, chap30, H3, P584

[22] Id, T1, chap31, P592

[23] Id, T1, chap32, P602

[24] Gheybate Ni’mânî, chap10, sect4, h5, P176

[25] Id, chap34, h6, p57

[26] Id, chap35, h5, p60

[27] Id, ch36, h1,p7

[28] Id, ch37, h10, p79

[29] Id, ch37, h7, p118

[30] Sonanu Abou Daoud, t2h4282, p106

[31] Mou’jamul kabîr,t10,h10229,p83

[32] Les religions et le mahdisme

[33] Gheybate Ni’mânî, ch10, h3, p146

[34] Kamal, t1, h1 à7, p254 à300

[35] Behâre, t52, h3, p90

[36] Mountakhab açar, ch2, sext26-29, pp312-340

[37] Kamal, T1, chap25, h4,p536

[38] Id, t3, ch44, h11, p536

[39] Elalul Sharâ’î, ch179,h11,p244

[40] Kamal, ch44, h4, p232

[41] Gheybate Toûsî, ch5, h284, p237

[42] Kamal, t2, ch44, h7, p233

[43] Gheybate Toûsî, sec6, h319, p357

[44] Id,sec6, h17, p355

[45] Gheybate Toûsî, sec6, h365, p395

[46] Kamal, t2, ch45, h3, p236

[47] Ihtijâj,t1, h11, p15

[48] Id, t2, p511

[49] Kafi, t1, p201

[50] Mafati janane, ziaratul jâmi’ul Kabir

[51] Ihtijâj, t2,

[52] MAfati janane, douaul adilla

[53] Ihtijâj, t2, p598

[54] Beharul Anouar, t52, p178

[55] Kafi, h4, p237

[56] Behare, t52, p174

[57] Içbât houdâ, t3, h112,p463

[58] Kamal, t4, ch45, h4, p239

[59] Kamal, t2, sec43, h12, p171

[60] Mountakhab açar, sec10, ch7, p657

[61] Kamal t2, ch45, h4, p239

[62] Behare, t53, p315

[63] Magazine scientifique, 6ème année, P147

[64] Kamal, t2, ch46, h3, p309

[65] Id, t1, ch221, h4, p591

[66] Behare, t52, p217

[67] Bible, genèse, ch5, v5à32

[68] Behare, t51, p109

[69] Behare, t52, p122

[70] Gheybate Ni’mânî,

[71] Gheybate Ni’mânî, ch13, h46, p252

[72] Kamal, t1, h15, p602

[73] Gehbate Ni’mânî, ch11, h16, p200

[74] Kamal, t2, ch43, h12, p171

[75] Ousoul Kâfî, t1, ch84, p433

[76] Gheybate Ni’mânî ch10, sec3, h6, p170

[77] Kamal, t1, xh25, h3, p535

[78] Behare, t53, p177

[79] Gheybate Ni’mânî, ch11, h16, p207

[80] Mafati janane, actes à faire au cours de la nuit du mois béni de Ramadan

[81] Id, doua Noudba

[82] Id, doua ‘Ahad

[83] Ihtijâj, t2,, h360, p600

[84] Kamal, t1, ch25, h2, p535

[85] Dalâ’ilul Noubuwwa, t6, p513

[86] Behare,h16, p126

[87] Id, h16, P126

[88] Kamal, t2, ch33, h54, p39

[89] Id, ch33, h6, p592

[90] Behare, t52, p126

[91] Id, p123

[92] Kamal, t1, ch26, h2, p535

[93] Id, ch32, h15, p602

[94] Id, t2, ch34, h5, p43

[95] Kafî, t7, p28

[96] Mou’jamou ahâdith imam Mahdi, t1, p49

[97] Ihtijâj, t2, No 360, p602

[98] Mizane hikma, p5, h8166

[99] Gheybate Ni’mânî, ch15, h2

[100] Revue trimestrielle l’attente, 2ème année, No3

[101] Najmou çaqîb, , p193

[102] Safînatul behâre, h8, p681

[103] Mountakhab aàar, sec8, ch1, h2, p611

[104] Yaomul khilâs, p223

[105] Id, p224

[106] Behâre, t52, p307

[107] id

[108] Yaomul khilâs, p224

[109] Id, p223

[110] Mountakhab açar, sec6, ch11, h4, p581

[111] Yaomul açar, p224

[112] Mou’jamul ahâdith imam Mahdi, t3, p101

[113] Aqd Dourr, p73

[114] Gheybate Ni’mânî, ch14, h9, p261

[115] Kamal, t2, ch57, h10, p557

[116] Gheybate ni’mânî, ch18, h1, p310

[117] Id, ch14, h67, p289

[118] Id, ch14, p265

[119] Id, ch10, h29, p187

[120] Gheybate Toûsî, sect7, h411, P425

[121][121] Id, h414, P426

[122] Gheybate Ni’mânî, chap.16,hadith 13,P305

[123] Gheybate Ni’mânî,chap.14, hadith17

[124] Behâroul Anouar, tome 53, P10

[125] Gheybate Ni’mânî, chap.14, hadith 67.

[126] Kamâlud Dîn, tome1,chap.32,hadith16,P603

[127] Le temps de délibération, tome1, P554

[128] Behâroul Anouar, tome51, P. 71

[129] Le temps de délibération, tome 1, P.522

[130] Sourate 9 : 33

[131] Sourate 8 : 24

[132] Kamâlul Dîn, tome1, chap.30, hadith4, P584

[133] Mafâtî Janâne

[134] Sourate57 : 17

[135] Tafsir Bourhâne, tome7, P446

[136] Nahjul Balâgha, discours 138

[137] Ghaybate Ni’mânî, chap.31, hadith3,P.333

[138] Le noble Prophète (ç) dit « j’ai été suscité pour parachever les nobles comportement » (traduction de mîsâne hikma, tome4, P.1530)

[139] Faisant allusion au verset 21 de la Sourate 33 : « En effet vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre] pour quiconque espère en Allah et au jour du jugement et invoque Allah constamment»

[140] Behârul Anoûar

[141] Imam Ali dit : « il est le plus savant de vous tous » Gheybate Ni’mânî, chap.13, hadith1

[142] Behârul Anouar, tome 36, P253. Kamâlul Dîn, tome1, chap.24, P487

[143] Gheybate Ni’mânî, 239 et Behârul Anouar, tome52, P.352

[144] Mîsânul Hikma, hadith1632

[145] Behârul Anouar, tome78, P91

[146] Mîsânul Hikma, hadith1649

[147] Behârul Anouar, tome58, hadith11, P11

[148] Id, tome 10, P104, Khesâl/626

[149] Kamâlul Dîn, hadith1 ; chap.32, P16

[150] Gheybate Ni’mânî, chap.13, H26, P242

[151] Behârul Anouar, T51, P81

[152] Id, P390

[153] Kamâlul Dîn, T1, chap. 32, H16, P603

[154] Sourate 3 : 110

[155] Mîsânul Hikma, traduction, T8, P3704.

[156] Behârul Anouar, T51, P47

[157] Mafâtîul Janâne

[158] Behârul Anouar, T52, chap.27, H4

[159] Behârul Anouar, T52, P321

[160] Behârul Anouar, T52, P362

[161] Sourate16 : 90

[162] Behârul Anouar, T52, H71, P336

[163] Kâfî, T1, H2, P57

[164] Des explications ont déjà été fournies concernant les ambitions justicières de la révolution d’imam Mahdi (a.s)

[165] Sourate 49 : 1

[166] Kamâlul Dîn, T2, chap.55, H7, P547

[167] Behârul Anouar, T52, H64, P372

[168] Id, H137, P364

[169] Id, H68, P335

[170] Gheybate Toûsî, H149, 188

[171] Sourate 7 : 96

[172] Behârul Anouar, T52, H212, P390.

[173] Id, T51, P84

[174] Id, T51, P92

[175] Sourate9 : 33

[176] Sourate2 : 9

[177] Ce constat ne saurait être assimilé à une incapacité du Prophète (ç), sinon c’est juste une réalité historique tangible avancée aussi bien par les érudits shiites que sunnites.

[178] Sourate 8 : 39

[179] Behârul Anouar, T51, P55

[180] Khesâl, T2, P418

[181] Sourate la Lumière 24 : 55

[182] Gheybate Ne’mânî, H35, P240

[183] Behârul Anouar, T52, P326

[184] Id, P391

[185] Id, P336

[186] Id, P390

[187] Kamâlul din, chap.25, h4 et chap. 24, h1et 7

[188] Gheybate Ne’mânî et Ihtijâje Toûsî

[189] Kamâlul din, T1, chap.23, h4, P477

[190] Id, T1, chap 32, h16, P603

[191] Behârul Anouar, T53, P11

[192] Kamâlul Din, T1, chap.32, h4, P477

[193] Ghebate Toûsî, chap8, h493, P472

[194] Pour avoir plus amples informations sur ce sujet, voir le livre de Najmul Din tabasî, BREF APERCU SUR LE GOUVERNEMENT D’IMAM MAHDI (a.s)

[195] « Al Mahdi » de Sayyed Sadr Din Sadr

[196] Gheybate Toûsî, chap. 8, h497, P474

[197] Behârul Anouar, T52, P280

[198] Gheybate Ne’mânî, chap.13, h13, P236

[199] Kamâlul Din, T2, chap.39, h6, P122

[200] Isbâtil Hadâ, T3, P447

[201] Mo’jamu Ahâdiths imam Mahdi (a.s), T1, h152, P246

[202] Behârul Anouar, T52, P309

[203] Mo’jamou Ahâdith imam Mahdi (a.s)

[204] Moutakhabul Açar, sect6, chap.11, h4, P581

[205] Wasâ’ile Shi’a, T3, P348

[206] Ousoûlu Kâfî, T1, h1, P225

[207] Moutakhabul Açar, sect7, chap.7, h3, P598

[208] Behârul Anouar, T51, P81

[209] Isbâtil Hadâ, T3, P524

[210] Sahifatul Noûr, T20, P196

[211] Pour plus d’information, lire « La justice universelle » d’Ibrahim Aminî d la page 254 à la page 300

[212] Kâfî, T2, P191

[213] Gheybate, Toûsî, h411, P426

[214] Kamâlul Din, T2, chap.45, h45, P294

(9)