FLORILEGE DE PAROLES DE Çááå-DIEU ET DE VERITES CHOISIES DES QUATORZE IMMACULES
 
L'Imam Al-Jawad implore Çááå-Dieu Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1362. " Mon Çááå-Dieu ! Seigneur des âmes mortelles et des corps pé-rissables ! Je T'implore par l'obéissance des âmes retournant à leurs corps ! Par l'obéissance des corps réunis à leurs veines ! Et par Ta Pa-role exécutoire entre eux ! Par laquelle Tu restitues le droit de cha-cun ! Lorsque, Tes Créatures attendant, face à Toi, l'énoncé de Ta sentence, espérant en Ta Miséricorde et craignant Ton châtiment ! Bé-nis Mohammed et la Famille de Mohammed et gratifie-moi de la lu-mière dans ma vue, de la certitude dans mon cœur, d'avoir Ton invo-cation sur ma langue nuit et jour et accorde-moi la faveur de pratiquer une œuvre bienfaisante ! ". Mafatih Al-Jinan.

1363. " Par l'Invocation les malheurs s'éloignent ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 490.

4

L'Imam Al-Jawad confirme que la Confiance ne se place qu'en Çááå-Dieu Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1364. " Celui qui a confiance en Çááå-Dieu, Çááå-Dieu le rendra heureux, et pour celui qui place sa confiance en Çááå-Dieu, Çááå-Dieu donnera un heureux dénouement à ses affaires ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 489.

1365. " La Confiance en Çááå-Dieu est une Forteresse où seul pénètre le Croyant loyal ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 489.

1366. " Placer sa confiance en Çááå-Dieu porte au salut contre tout mal et donne une protection contre tout ennemi ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 489-490.

5

L'Imam Al-Jawad loue un homme pour son Amour envers le Prophète Mohammed et l'Imam Ali Que la Paix et les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur eux

1367. " J'aime tellement Mohammed et Ali que je ne peux pas imagi-ner m'arrêter de les aimer même si mon corps était mis en pièces ou découper en morceaux ". - L'Imam (s) : " Ils te récompenseront à la mesure de ta preuve d'Affection envers eux, au Jour du Jugement, ils plaideront en faveur de tes mérites et du rang élevé auquel tu as droit, même le peu qui te sera éventuellement accordé, sera des millions de fois plus grand que ta preuve d'Affection envers eux ". Paroles de l'Imam Al-Taqi (s) adressées à un homme, citées dans Hayat Al-Qouloub - La Vie des Cœurs d'Allamah Mohammed Bâqer Al-Majlissi - Volume Imamat - aux éditions de La Fondation de l'Imam Al-Hossein (s), Beyrouth, Liban.

6

L'Imam Al-Jawad fait la démonstration en public de son exceptionnelle aptitude à juger des faits Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1368. A la cour de l'Abbasside Al-Ma'moun, le maître de tous les ju-risconsultes de Bagdad, Yahia Ben Aktham, dit à l'Imam (s) : " Per-mets-moi de te poser une question ? ".

" L'Imam (s) répondit : " Pose-moi toutes les questions que tu dési-res !".

" Yahia Ben Aktham poursuivit : " Quels sont tes arguments concer-nant une personne en état de sacralisation, Ihram, pour accomplir le Grand pèlerinage Hadjdjj, ou le petit, Umra, ayant chassé et tué un animal ? ".

" L'Imam (s) répondit : " L'animal a t il été tué dans un lieu sacré ? Dans un endroit commun ? La personne concernée, en état de sacrali-sation, est-elle savante ou ignorante ? A t elle tué l'animal volontaire-ment ou involontairement ? A t elle le statut de personne libre ou ce-lui de " sujet esclave " ? Est elle d'âge majeur ou mineur ? Est ce pour la première fois que cette personne tue un animal en état de sa-cralisation ou bien est elle récidiviste ? A t elle fait part d'un sincère regret ou non ? L'animal tué est il un volatile, un mammifère ou d'une autre espèce? Est il petit ou grand ? L'acte a t il eu lieu durant la nuit alors que l'animal était dans son refuge ou pendant la journée ? La personne est elle en état de sacralisation pour accomplir le Grand pè-lerinage ou pour le petit ? ". Al-Irshad, page 321 ; Touhaf Al-Uqoul, page 333.

1369. En présence de quelques-uns de ses courtisans, l'Abbasside Ma'moun demanda à l'Imam (s) de lui citer les peines applicables à une personne en état de sacralisation, Ihram, pour accomplir le Grand pèlerinage Hadjdjj, ou le petit, Umra, ayant chassé et tué un animal. L'Imam Al-Jawad (s) répondit : " La personne en état de sacralisation, Ihram, qui tue un volatile de grosse taille en dehors du Territoire Sa-cré, doit expier sa faute en offrant un mouton ; si elle le tue à l'intérieur du Territoire sacré, la peine sera doublée. La personne en état de sacralisation, Ihram, qui tue un jeune volatile en dehors du Ter-ritoire Sacré, doit expier sa faute en offrant un agneau et sans avoir à régler la valeur du jeune volatile abattu ; si elle le tue à l'intérieur du Territoire Sacré, elle devra expier sa faute en offrant un agneau et en réglant la valeur du jeune volatile abattu. Si le gibier abattu par la per-sonne en état de sacralisation, Ihram, est un zébu, elle devra expier sa faute en offrant un bovin ; si le gibier abattu est une autruche, elle de-vra expier sa faute en offrant un chameau. Au cas où la personne en état de sacralisation, Ihram, serait dans l'incapacité d'offrir ces dons expiateurs, elle devra alors nourrir soixante pauvres ; si cela lui est aussi impossible, elle devra jeûner pendant dix-huit jours.

Si l'animal abattu est une vache, la personne en état de sacralisation, Ihram, devra expier sa faute en offrant une vache, si cela lui était impossible, elle devra nourrir trente pauvres, si cela lui était également impossible, elle devra jeûner pendant neuf jours. Si l'animal abattu est une antilope, la personne en état de sacralisation, Ihram, devra expier sa faute en of-frant une brebis ; si cela lui était impossible, elle devra nourrir dix pauvres, si cela lui était également impossible, elle devra jeûner pen-dant trois jours. Les dons expiatoires seront doublés dans le cas où le gibier serait abattu à l'intérieur du Territoire Sacré. Les dons expiatoi-res seront d'obligation offerts à la Ka'ba, quant à ceux qui seraient rendus à l'accomplissement du rituel du Pèlerinage de Mina, les dons expiatoires seront d'obligations sacrifiés là où les gens sacrifient leurs animaux. Si cela a lieu lors d'une Umrah, l'animal offert en don ex-piateur devra être sacrifié à La Mecque sur le Territoire de la Ka'ba. De plus, la personne en état de sacralisation, Ihram, devra verser en aumône la valeur de l'animal offert en don expiateur, ce qui doublera la valeur du sacrifice d'expiation. Quant à la personne en état de sa-cralisation, Ihram, qui abat un lièvre ou un renard, elle devra expier sa faute en offrant un mouton et en donnant sa valeur en aumône. La per-sonne en état de sacralisation, Ihram, qui abat l'un des pigeons du Ter-ritoire Sacré, devra donner en aumône la valeur d'un dirham et acheter des grains d'un même montant pour nourrir les pigeons du Territoire Sacré. S'il s'agit d'un jeune pigeon, la valeur donnée en aumône sera d'un demi dirham ; s'il s'agit d'un œuf de pigeon, la valeur donnée en aumône sera d'un quart de dirham. Il ne sera rien réclamé à toute per-sonne en état de sacralisation, Ihram, qui aurait agi en toute ignorance ou involontairement, excepté pour tout gibier abattu pour lequel elle devra expier sa faute par un don expiatoire qu'elle en ait connu les rè-gles ou non, qu'elle en ait été avertie ou non. Les maîtres sont redeva-bles de toutes les expiations de leurs esclaves. Aucune expiation n'est imposée aux mineurs ayant abattu un gibier dans les conditions expo-sées ci-devant, mais s'ils répètent leurs actes, ils encourront le Châti-ment de Çááå-Dieu… ". Touhaf Al-Uqoul, page 333 et suivantes ; Irshad, page 321 et suivantes.

1370. Le grand Juge de Bagdad, Yahia Ben Aktham, incapable d'apporter une réponse islamique à une question, la posa à l'Imam Al-Jawad (s) : " Comment peut-il être islamiquement légal pour un homme ayant forniqué avec une femme de l'épouser ensuite ? ".

" L'Imam (s) répondit : " Il doit y renoncer pour une période, le temps qu'elle se vide de son sperme illicite et d'autres tout autant illicites. En effet, d'avoir forniqué avec cet homme peut laisser supposer qu'elle avait forniqué avec d'autres auparavant. Après cette période [de purification], il pourra l'épouser. Une telle femme est comparable à un palmier duquel un homme aurait mangé des fruits de façon illé-gale avant de l'acheter pour en consommer ses fruits de façon tout à fait légale ". Touhaf Al-Uqoul, page 334.

1371. L'Imam Al-Jawad (s) posa au Grand Juge de Bagdad, Yahia Ben Aktham, la question suivante : " ô Abu Mohammed ! Pour un homme, une femme était illégitime le matin [pour l'épouser], puis elle lui fut légitime dans la matinée, puis elle lui redevint illégitime à la mi-journée, puis elle lui fut légitime à midi, puis illégitime dans l'après-midi, puis légitime à la tombée de la nuit, puis illégitime à mi-nuit, puis légitime à l'aube, puis illégitime au début du jour, puis légi-time à midi. Que peux-tu ajouter à ceci ? ".

" Aucun des présents n'ajouta mot à ce dilemme, pas même le Grand Juge de Bagdad Yahia Ben Aktham. Alors, l'Abbasside Al-Ma'moun s'adressa à l'Imam (s) : " ô Abu Ja'far [Al-Jawad] ! Que Çááå-Dieu stimule ton effort, apporte une solution à ce dilemme ! ".

" L'Imam (s) reprit : " Il s'agissait du cas d'un homme qui porta son regard sur une servante qui n'était pas la sienne, il lui était illégitime de le faire ; puis ensuite il l'acheta, et elle lui devint légitime en tant qu'épouse ; puis il l'affranchit, faisant ainsi qu'elle lui devenait illégi-time ; ensuite il l'épousa, faisant ainsi qu'elle lui devenait légitime ; puis il y renonça en la traitant de " mère ", faisant ainsi qu'elle lui de-venait illégitime ; ensuite il expia sa faute en renonçant d'appeler " mères " les épouses, faisant ainsi qu'elle lui devenait à nouveau lé-gitime ; puis il la divorça à nouveau, faisant ainsi qu'elle lui devenait illégitime ; ensuite il dénonça son divorce, faisant ainsi qu'elle lui de-venait légitime ; puis il renonça à l'Islam, faisant ainsi qu'elle lui de-venait illégitime ; puis il s'en repentit et confessa à nouveau l'Islam, faisant ainsi qu'elle lui devenait légitime en considération du précé-dent contrat de mariage. Le Messager de Çááå-Dieu (pslf) déclara valide le premier contrat de mariage entre Zeyneb et Abul Aas Ben Rabi' lorsque celui-ci reprit à nouveau l'Islam ". Touhaf Al-Uqoul, page 334-335.

7

L'Imam Al-Jawad rappelle quelques Pratiques vertueuses Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1372. " Les Hommes sont frères, mais si la fraternité de l'un pour l'autre n'est pas en vue de l'Amour pour Çááå-Dieu, elle se transformera en inimitié, ce qui explique la Parole de Çááå-Dieu Le Très-Haut : ( Ce Jour-là, les amis deviendront ennemis les uns des autres, à l'exception de ceux qui craignent Çááå-Dieu ) ". (Coran 43/67). Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 494.

1373. " Il suffit à l'homme pour atteindre les qualités de la magnani-mité, d'abandonner ce qui le dégrade et l'abaisse ; de la retenue, en s'interdisant le comportement détestable dans les relations avec l'au-tre ; de la générosité, en s'acquittant de ses devoirs envers ceux qui ont un droit sur lui, notamment celui de faire sortir de ses richesses le Droit de Çááå-Dieu sur elles ; de la grandeur de son Islam, d'abandonner l'intérêt qu'il porte à ce qui ne le concerne pas, d'éradiquer en lui la controverse et la dispute à propos de sa Religion ; de l'hospitalité, de privilégier son invité à lui même ; de la patience, en cessant de se plaindre ; de la droiture, en acceptant la vérité lorsqu'elle est vérité ; de la gratitude, en reconnaissant les bienfaits de celui qui les lui a accor-dés ; de la quiétude, en détournant son regard porté sur les défauts des autres et en se préoccupant de corriger les siens... Celui qui agit sans connaissance détériore davantage qu'il n'améliore. Garde toi de fré-quenter la personne malhonnête car elle est identique au sabre dégainé : étincelant au regard mais néfaste dans son effet ". Les Quatorze Immaculés : L'Imam Al-Jawad Fondation de l'Imam Al-Hossein Qom R.I. d'Iran.

1374. " Si l'Ignorant gardait le silence, il n'y aurait pas de divergence entre les Hommes ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 494.

1375. Pose la tête sur la Patience, enlace la Pauvreté, rejette les Désirs, maîtrise tes Passions et sache que tu ne pourras pas échapper au Re-gard de Çááå-Dieu, puis sache comment te conduire. Touhaf Al-Uqul, page 335.

1376. " Celui qui embarque à bord de l'Arche de la Patience, parvien-dra au Rivage de la Victoire ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 490.

1377. " Celui qui plante les Arbres de la Piété, récoltera les Fruits de l'Attente ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 490.

1378. " L'Art de la Clarté est le Parachèvement du Discours ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 491.

1379. " La Justice est le Sacre de la Foi ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 491.

1380. " La Sérénité est le Couronnement de l'Adoration ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 491.

1381. " La Bonne Conduite est la Perfection de l'Esprit ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, pages 491-492.

1382. " Le Visage souriant est la Beauté de la Tolérance ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 492.

1383. " L'Altruisme est la Consécration du Renoncement ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 492.

1384. " Celui qui désapprouve une action, est pareil à ceux qui n'y ont pas participé, et celui qui n'a pas participé à une action qu'il approuve, est pareil à ceux qui y participèrent ". Touhaf Al-Uqul, page 335.

1385. " Celui qui te témoigne du remerciement, te donne davantage de ce que tu lui as donné ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, vol. 3, page 494.

1386. " Lorsque les femmes désiraient prêter Serment d'Allégeance au Mes-sager de Çááå-Dieu (pslf), il (pslf) immergeait sa main dans un vase rempli d'eau et elles en faisaient autant après lui (pslf) dans le même vase. C'était ainsi qu'elles exprimaient leur Foi en Çááå-Dieu, qu'elles témoignaient [de la Prophétie] du Messager de Çááå-Dieu (pslf) et des Prescriptions qu'il (pslf) apportait avec lui ". Mishkat Al-Anwar, précité, hadith 1163, page 507 de l'arabe.

8

L'Imam Al-Jawad rappelle quelques Pratiques condamnées Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1387. " Rien ne peut anéantir la Religion autant que l'Innovation ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 490.

1388. " Pour toute communauté qui délaisse la Science du Livre, Çááå-Dieu la lui retire et la soumet à la domination de Ses ennemis avec lesquels elle s'allie ". Bihar Al-Anwar, volume 78, page 358 ; Al-Fourou, Al-Kafi, vo-lume 8, page 53 ; voir également Mizane Al-Hikma, volume 10, page 733.

1389. " Rien ne peut autant corrompre l'Homme que la Convoitise ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, page 490.

1390. " Celui qui dévoile le défaut d'autrui, le sien sera à son tour dé-voilé, celui qui insulte doit s'attendre à l'insulte comme réponse ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 490.

1391. " La Dégradation de la Morale se fait par la fréquentation des sots, et la Perfection de la Morale s'obtient par la fréquentation des Sages ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 494.

1392. " Celui qui approuve une mauvaise action, se rend complice de cette mauvaise action ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, vol. 3, page 494.

1393. " L'Ingratitude appelle le Châtiment ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 494.

1394. " La mort de l'Homme causée par ses péchés est plus fréquente que sa mort causée par son terme de vie, et l'augmentation de sa durée de vie est due à ses Bonnes Actions ". Kachf Al-Ghumma Fi Ma'rifat Al-Aïmma, volume 3, page 495.

9

L'Imam Al-Jawad confirme La Parousie du Douzième Imam source de l'Avènement de la Guidance et Gouvernance planétaires des Ahlul Beyt après le soulèvement d'Al-Sufyani Que la Paix et les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur eux

1395. Abu Hashim Dawoud Ben Al-Qassim Al-Ja'fari demanda à l'Imam Al-Jawad (s) au sujet d'Al-Sufyani : " Est-ce possible que Çááå-Dieu modifie Sa Détermination concernant l'?vénement inévita-ble ? ". - L'Imam (s) répondit : " Oui, IL le peut ! ". - Lui et d'autres dirent à l'Imam (s) : " Nous craignons que Çááå-Dieu modifie Sa Détermination concernant l'Affaire d'Al-Qa'ïm ! ". - L'Imam (s) reprit : " L'Affaire d'Al-Qa'ïm est une partie de la Promesse de Çááå-Dieu et Çááå-Dieu ne manquera pas à Sa Promesse ". Ithbat Al-Hudat, volume 3, page 544, 740 ; Bihar Al-Anwar, volume 52, page 250 ; Bisharat Al-Islam, page 160 ; Mo'jam Al-Hadith Al-Imam Al-Mahdi (s), volume 4, page 183 ; Al-Ghayba - L'Occultation de Nu'mani.

1396. " Pour nous [les Imams Immaculés issus des Ahlul Beyt], le Qa'ïm est Al-Mahdi et l'attente durant son Occultation est déjà une obligation ainsi que l'Obéissance envers lui durant sa réapparition. Il sera le troisième de ma descendance. Par Celui Qui envoya Moham-med avec la Prophétie et nous distingua par l'Imamat, même s'il ne restait qu'un jour pour cette Doun'ia, Çááå-Dieu le prolongerait jusqu'à sa Parousie afin qu'il recouvre la Terre de Justice de la même manière qu'elle avait été recouverte d'Injustice et d'Oppression. Çááå-Dieu Béni et Très-Haut établira son Ordre en une nuit de la même manière qu'IL avait établi son Interlocuteur Moïse (psl) alors qu'il était parti à la re-cherche d'un feu pour sa famille et qu'il s'en retourna comme Messa-ger et Prophète ". Ikmal Al-Dîn dans Bihar Al-Anwar, édition bilingue arabe-anglais, volume 51, Hadith 1, page 231 de l'arabe.

1397. " Le bonne conduite à adopter par nos Partisans est celle de l'Attente de la Délivrance ". Ikmal Al-Dîn dans Bihar Al-Anwar, édition bilingue arabe-anglais, volume 51, Hadith 1, page 231 de l'arabe.

1398. " Plus tard, après le décès de mon fils Ali, apparaîtra un Flam-beau [éclairant le Monde], puis il sera occulté. Malheur à celui qui doutera et bienheureux l'Arabe qui fuira avec sa Religion comme seul refuge. Ensuite, il y aura des événements durant lesquels les cheveux blanchiront et les temps deviendront très durs et tragiques ". Al-Ghayba - L'Occultation de Nu'mani dans Bihar Al-Anwar, édition bilingue arabe-anglais, volume 51, hadith 3, pages 231 de l'arabe.

1399. " Chacun d'entre nous [les Imams Immaculés] est un Qa'ïm avec l'Ordre de Çááå-Dieu et un Guide vers la Religion de Çááå-Dieu, néanmoins, je ne suis pas le Qa'ïm par lequel Çááå-Dieu purifiera la Terre des Gens de l'Incrédulité et du Refus et la couvrira de Justice et d'équité. Il sera celui dont la naissance sera dissimulée aux gens, dont la personne leur sera occultée et dont il sera interdit de le nommer par son nom. Le nombre de ses Compagnons sera égal à celui des Gens de Badr, soit 313, ils se rassembleront autour de lui en provenance de tous lieux comme le signifie la Parole de Çááå-Dieu Tout-Puissant et Très-Majestueux : ( Où que vous soyez, Çááå-Dieu vous amènera tous ensemble : Çááå-Dieu a, en vérité, pouvoir sur toute chose ). (Coran 2/148) - Kifayat Al-Athar dans Bihar Al-Anwar, édition bilingue arabe-anglais, volume 51, hadith 4, pages 231-233 de l'arabe.

1400. " L'Imam après moi sera mon fils Ali ; son Ordre sera mon Or-dre ; sa Parole sera ma Parole ; lui obéir sera m'obéir. L'Imam après lui sera son fils Al-Hassan, son Ordre sera l'Ordre de son père, lui obéir sera obéir à son père ". - Puis, l'Imam Al-Jawad (s) demeura si-lencieux. Alors, il lui a été demandé : " ô fils du Messager de Çááå-Dieu, qui sera l'Imam après Al-Hassan ? ". - Il versa des larmes en abon-dance et dit : " Après Al-Hassan, viendra son fils Al-Qa'ïm de la Véri-té, l'Attendu ". - Il lui (s) fut demandé : " ô fils du Messager de Çááå-Dieu, pour quelle raison sera-t-il appelé Al-Qa'ïm ? " - L'Imam (s) répondit : " Parce qu'il se soulèvera après que son souvenir soit mort [dans la conscience islamique], après le renoncement solennel de son Imamat par la grande majorité des Croyants ". - Il a été demandé à l'Imam (s) : " Pour quelle raison est-il appelé l'Attendu ? " - L'Imam (s) répondit : " Parce qu'il sera mis en Occultation [par Çááå-Dieu] pour plusieurs jours puis pour une longue durée. Les sincères attendront sa Parousie, les sceptiques le rejetteront et les négateurs se moqueront de lui. Mentira celui qui lui assignera un temps, périra celui qui sera im-patient, seuls seront saufs les Musulmans qui s'y soumettront ". Kifayat Al-Athar dans Bihar Al-Anwar, édition bilingue arabe-anglais, volume 51, hadith 5, page 233 de l'arabe.

!

Florilège de Vérités choisies d'ALI AL-HADI BEN MOHAMMED Dixième Imam Remplaçant Que la Paix soit sur lui

Position : Dixième Imam successeur du Prophète Moham-med, que la Paix et les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur lui et sur sa Famille sanctifiée. Nom du père : Mohammed Al-Taqi Al-Jawad Ben Ali Al-Ridhâ, que la Paix soit sur lui.

Nom de la mère : Dame Samana, dite la Magrébine (Ber-bère).

Nom familier : Abu Al-Hassan.

Noms honorifiques : Al-Hadi ; Al-Naqi / Le Guide, Le Pur.

Lieu et date de naissance : Médine, le 02 Rajab de l'an 212 de l'Hégire-27.09.827 après le Prophète Jésus, que la Paix soit sur lui.

Date de décès : Mort empoisonné le 03 Rajab de l'an 254 de l'Hégire-28.06.868 après le Prophète Jésus, que la Paix soit sur lui.

Lieu des funérailles : Sainte Samarra (Surra-man-ra'âh), Irak.

! ! ! ! !

1

L'Imam Ali Al-Hadi parle de Çááå-Dieu Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1401. " Sache que, étant dans le Ciel d'ici-bas, IL [Çááå-Dieu] est tel qu'IL est sur Son Trône, et les choses sont toutes égales pour Lui sous le rapport du Savoir, du Pouvoir, de la Propriété et de la Compréhen-sion ". Uçul Al-Kafi, 1/126, Kitab Al-Tawhid, hadith 4.

1402. " Tout Secours et toute Puissance appartiennent à Çááå-Dieu dont nous dépendons pour toutes nos affaires ". Extrait d'une réponse donnée à ses Partisans, citée dans Touhaf Al-Uqoul, page 339.

2

L'Imam Ali Al-Hadi rappelle que le Saint Coran est reconnu par tous les Musulmans comme étant Pure Vérité Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1403. " L'entière Communauté [du Prophète Mohammed (pslf)] té-moigne unanimement que le Coran est incontestablement la Vérité ". Extrait d'une réponse donnée à ses Partisans, citée dans Touhaf Al-Uqoul, page 337.

1404. " Puisque tous les Groupes [qui ont l'Islam pour Religion] té-moignent de la Véracité du Livre de Dieu, ils sont donc tous dans la Vérité, bien guidés et en accord avec les Paroles du Messager de Çááå-Dieu ayant déclaré : " Ma Communauté ne sera jamais unanimement d'accord sur tout ce qui égare ". Le Messager (pslf) voulait dire que dans le cas où les affaires de sa Communauté feront cause commune, elles seront alors des affaires en accord avec la Vérité à condition, bien évidemment, que les différentes composantes de sa Communauté ne divergent [entre elles en s'écartant de plus en plus de l'origine commune : le Saint Coran] ". Idem, Touhaf Al-Uqoul, page 337.

1405. " Le Coran est Pure Vérité puisque tous témoignent de sa Révé-lation et de sa Véracité [divine] ". Extrait d'une réponse donnée à ses Partisans, ci-tée dans Touhaf Al-Uqoul, page 337.

1406. " Lorsque le Coran atteste d'une chose et qu'un groupe la con-teste, ce groupe devrait indéniablement l'attester également puisqu'il témoigne de la Véracité [divine] du Livre [de Çááå-Dieu]. Si ce groupe insistait dans le reniement d'une telle chose attestée [par le Saint Co-ran], alors il devra être considéré comme étant sorti de la Religion [de l'Islam] ". Idem, Touhaf Al-Uqoul, page 337.

1407. " La plus éminente chronique [historique] dont l'attestation, la véracité et la certitude sont attestées dans le Livre [de Çááå-Dieu], est la chronique attribuée au Messager de Çááå-Dieu (pslf), confirmée et re-connue par le Livre [de Çááå-Dieu], confirmation et reconnaissance n'autorisant aucune dénégation de la part des groupes dissidents. En effet, le Messager de Çááå-Dieu (pslf) déclara : " Je laisserai parmi vous deux Charges pesantes : le Livre de Çááå-Dieu et ma Descendance - sous-entendu Ma Famille -. Vous ne vous égarerez jamais tant que vous y resterez attachés, ils ne se sépareront jamais l'un de l'autre tant qu'ils ne m'auront pas rejoint au Bassin Paradisiaque ". Les référen-ces à ce Hadith du Messager de Çááå-Dieu (pslf) sont nombreuses dans le Livre de Çááå-Dieu. Pour preuve, nous citons la Parole de Çááå-Dieu : ( Vous n'avez pas de Maître en dehors de Çááå-Dieu et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'Aumône tout en s'inclinant humblement. Ceux qui prennent pour Maî-tres : Çááå-Dieu, Son Prophète et les Croyants : voilà ceux qui forment le Parti de Çááå-Dieu et qui seront les vainqueurs ! ). (Coran 5/55-56) 1408. " Par la suite, les dires véridiques du Messager de Çááå-Dieu (pslf) ont été rapportés avec exactitude par les Véridiques (pse) [sous-entendu les Imams Immaculés (pse)] puis transmis par d'autres [Sa-vants ou Partisans] à la crédibilité attestée [par tous]. Par conséquent, il est d'obligation pour chaque Croyant et Croyante de considérer ces dires [prophétiques] comme absolument dignes de foi.

En dehors de l'incorrigible, nul autre ne les outrepasse. Cela en raison du fait que les dires de la Famille du Messager de Çááå-Dieu (pslf) sont en relation directe avec la Parole de Çááå-Dieu ayant déclaré : ( Oui, Çááå-Dieu maudit en ce monde et dans l'Autre ceux qui offensent Çááå-Dieu et Son Prophète. IL leur prépare un Châtiment ignominieux ).

(Coran 33/57) Des dires authentiques attribués au Messager de Dieu (pslf) font suite à la Révélation de ce Verset : " Celui qui nuit à Ali, me nuit, celui qui me nuit, nuit à Çááå-Dieu, celui qui nuit à Çááå-Dieu sera châtié ". - " Aimer Ali, c'est m'aimer, et m'aimer, c'est aimer Çááå-Dieu ". - " Laisse les Béni Wali'at faire ce qu'ils veulent car je [le Messager (pslf)] les soumettrai en leur envoyant un homme [Ali (s)] qui est mon alter ego, aimant Çááå-Dieu et Son Messager, et que Çááå-Dieu et Son Messager aiment - Ali, lève-toi et marche sur eux ". - " Demain, je [le Messager (pslf)] nommerai un Homme [Commandant d'Armée pour conquérir les Forteresses juives de Khaybar] qui aime Çááå-Dieu et Son Messager, et que Çááå-Dieu et Son Messager aiment, il est un conquérant qui ne fuit pas [devant l'ennemi] et qui reviendra seulement lorsque Çááå-Dieu lui aura donné la Victoire ". Idem, Touhaf Al-Uqoul, page 337-338.

1409. " Les dires du Messager (pslf) et ceux de sa Famille (pse) n'outrepassent jamais les limites du Coran. Il est d'obligation pour les Serviteurs [de Çááå-Dieu] de suivre ces dires en accord sur les Versets révélés et attestés par le Coran. Seul l'incorrigible outrepasse cette obligation ". Idem, Touhaf Al-Uqoul, page 339.

3

L'Imam Ali Al-Hadi rappelle la nécessité absolue de la Présence terrestre d'un Imam Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

1410. " En vérité le monde terrestre n'est jamais vide d'un Répondant et d'un Guide, et j'en atteste Çááå-Dieu : je suis présentement celui-là ". Kitab Al-Hojjat des Osûl de Kulayni, 9e hadith, édition arabe-persane, 1, page 333.

4

L'Imam Ali Al-Hadi Al-Naqi répond à 13 questions Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui

posées par le Grand Juge de Bagdad Yahya Ben Akhtam Sources : Touhaf Al-Uqoul, pages 351à 355

1411. Question 1 : " Çááå-Dieu déclare : ( Quelqu'un qui détenait une certaine Science du Livre dit : " Moi, je te l'apporterai avant que ton re-gard n'ait eu le temps de revenir sur toi " ) (Coran 27/40). En quoi le Pro-phète Salomon avait-il besoin de la Science de son Successeur As-sif ? ".

* Réponse 1 : " En réponse à ta question concernant la Parole de Çááå-Dieu : ( Quelqu'un qui détenait une certaine Science du Livre dit : " Moi, je te l'apporterai avant que ton regard n'ait eu le temps de revenir sur toi " ) (Coran 27/40), ce ( Quelqu'un… ) était Assif Ben Burkhiya [nom arabe du Successeur du Prophète Salomon (psl)]. Le Prophète Salo-mon (psl) n'avait nul besoin de la Science d'Assif, il voulait simple-ment le présenter à son Peuple comme étant son Successeur, Peuple composé d'Hommes et de Djinns. La Science possédée par Assif n'était qu'une partie de celle possédée par Salomon (psl) qu'il avait donnée à son Successeur en accord avec les Instructions de Çááå-Dieu pour que le Peuple ne diverge pas sur la question de la Succes-sion du Prophète [Salomon (psl)]. Alors que le Prophète David (psl) était en vie, Çááå-Dieu avait donné des instructions à Salomon aux fins de résoudre un problème pour qu'ainsi le Peuple reconnaisse sa Pro-phétie et son Imamat après son père [le Prophète David (psl)] et que le Peuple s'y soumette par cette preuve véridique ".

1412. Question 2 : " Çááå-Dieu déclare : ? Il fit monter son père et sa mère sur le trône et ses frères tombèrent prosternés ? (Coran 12/100). Est-ce que Jacob et ses fils, bien qu'étant tous Prophètes, se prosternèrent pour Joseph ? ".

* Réponse 2 : " Au sujet de la prosternation de Jacob (psl) et de ses fils, elle était en accord avec leur Obéissance à Çááå-Dieu ainsi qu'avec leur Affection offerte à Joseph (psl). Elle était de même intention que la prosternation des Anges devant Adam (psl) ; leur prosternation n'était pas adressée à la personne d'Adam (psl), mais elle était une marque de leur Obéissance à Çááå-Dieu et de leur Affection offerte à Adam (psl). De même il en fut pour le Prophète Jacob (psl), pour ses fils incluant Joseph qui tous se prosternèrent en signe de témoignage de gratitude envers Çááå-Dieu pour les avoir réunis. A ce moment, d'ailleurs, le Prophète Joseph (psl) témoigna de remerciement à Çááå-Dieu en déclarant [selon le Saint Coran] : ( ô mon Seigneur ! Tu m'as conféré un certain pouvoir et Tu m'as enseigné l'interprétation des rêves. Créateur des Cieux et de la Terre, Tu es mon Maître, en ce Monde et dans l'Autre. Fais-moi mourir soumis à Toi et accorde-moi de rejoindre les Jus-tes ) (Coran 12/101).

1413. Question 3 : " Çááå-Dieu déclare : ( Si tu es dans le doute au sujet de Notre Révélation, interroge ceux qui ont lu le Livre avant toi ? ) (Coran 10/94). Quel est celui qui est concerné par ce Verset ? S'il s'agit du Prophète (pslf), doutait-il du Livre ? S'il ne s'agit pas de lui, alors, à qui le Livre aurait-il été révélé ? ".

* Réponse 3 : " En réponse à ta question concernant la Parole de Çááå-Dieu : ( Si tu es dans le doute au sujet de Notre Révélation, interroge ceux qui ont lu le Livre avant toi ? ) (Coran 10/94), le destinataire de ce Verset était le Prophète (pslf). Bien sûr, il (pslf) ne doutait en rien de ce qui lui était révélé, seuls les ignorantins étaient surpris par la Déci-sion de Çááå-Dieu de ne pas avoir envoyé l'un de Ses Anges comme Messager, puisqu'à leurs yeux, il n'y avait aucune différence [de mo-de de vie] entre le Messager attitré et eux, chacun se nourrissant et ar-pentant les marchés. Alors, Çááå-Dieu révéla à Son Messager ( interroge ceux qui ont lu le Livre avant toi ? ) en présence des ignorantins et demande-leur : Çááå-Dieu n'a-t-il pas envoyé avant toi un Messager se nourrissant et arpentant les marchés ? Le Prophète ne doutait en rien de ce que Çááå-Dieu lui disait ( Si tu es dans le doute… ) c'était par pur sentiment d'équité avec lui face aux ignorantins qui eux doutaient. En effet, comme signifié dans le Verset suivant, le Prophète (pslf) ne dou-tait pas : ( Si quelqu'un te contredit après ce que tu as reçu en fait de Science, dis : " Venez ! Appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous-mêmes et vous-mêmes : nous ferons alors une exécration ré-ciproque en appelant une malédiction de Çááå-Dieu sur les menteurs ) (Coran 3/61). Dans ce Saint Verset, Çááå-Dieu n'accuse pas les contradicteurs d'être le Parti des Menteurs, alors qu'ils l'étaient, et s'ils avaient été accusés d'être le Parti des Menteurs, ils n'auraient pas accepté de par-ticiper à cette réunion ayant pour objet de condamner les menteurs.

En outre, Çááå-Dieu savait parfaitement que le Prophète transmettait le Message intégralement et qu'il ne pouvait être d'aucune manière con-sidéré comme un menteur. De même, Çááå-Dieu savait que le Prophète (pslf) ne doutait en rien de ce qui lui était révélé, IL voulait seulement lui rendre Justice face aux autres [qui eux doutaient] ".

1414. Question 4 : " Çááå-Dieu déclare : ( Si tous les arbres de la Terre étaient des calames et si la Mer, et sept autres Mers avec elle leur fournis-saient de l'encre, les Paroles de Çááå-Dieu ne l'épuiseraient pas. Çááå-Dieu est puissant et sage ) (Coran 31/27). Quelles sont et où se trouvent ces Mers ? ".

* Réponse 4 : " En réponse à ta question concernant la Parole de Çááå-Dieu : ( Si tous les arbres de la Terre étaient des calames et si la Mer, et sept autres Mers avec elle leur fournissaient de l'encre, les Paroles de Çááå-Dieu ne l'épuiseraient pas. Çááå-Dieu est puissant et sage ) (Coran 31/27), il est certain que les Paroles de Çááå-Dieu ne peuvent s'épuiser même si elles étaient transcrites par des calames fabriqués à partir de tous les arbres de cette Doun'ia et par une encre provenant de toutes les Mers de cette Terre. Ces Mers sont : la Source de Sulfur, la Source de Nemr, la Source de Barahut, la Source de Tabariya, la Source [d'eau chaude] de Sabthan, la Source [d'eau chaude] d'Afrique [nommée Lasnan] et la Source de Bahroun. Nous sommes les Dernières Paroles de Çááå-Dieu et nos Mérites sont innombrables ".

1415. Question 5 : " Çááå-Dieu déclare : ( [On fera circuler parmi eux des plateaux en or et des coupes]. Tout ce que l'on peut désirer et ce dont les yeux se délectent ) (Coran 43/71). L'âme d'Adam ayant été désireuse de manger de ces délices, pour quelle raison en a-t-elle été châtiée ? ".

* Réponse 5 : "Tout ce qu'une âme [pieuse] peut désirer [de licite] et ce dont les yeux se réjouissent, y compris des aliments, des boissons et des distractions, se trouve au Paradis. Tout ceci était permis à Adam (psl) excepté un Arbre contre lequel Çááå-Dieu avait mis en garde Adam et son épouse (pse). Il s'agissait de l'Arbre de l'Envie. Çááå-Dieu leur avait enseigné de ne pas envier ceux qu'IL préférait à d'autres Créatu-res. Adam, néanmoins, oublia cette mise en garde dès qu'il céda à l'envie. Çááå-Dieu ne trouva point chez-lui une ferme résolution ".

1416. Question 6 : " Çááå-Dieu déclare : ( Ou bien IL [Çááå-Dieu] donne à la fois garçons et filles ) (Coran 42/50). 67 Comment Çááå-Dieu peut-IL marier deux personnes de même sexe alors qu'IL châtie ceux qui pratiquent l'homosexualité ? ".

* Réponse 6 : " Dans Sa Parole : ( Ou bien IL [Çááå-Dieu] donne à la fois garçons et filles ) (Coran 42/50), Çááå-Dieu veut dire qu'IL peut donner ensemble garçons et filles [comme dans le cas de jumeaux, triplés, quadruplés, quintuplés, etc. Note des auteurs A.&H. Benabderrah-mane]. Toute paire est appelée " zawj ". Çááå-Dieu est trop élevé pour se référer à ce que tu [le Grand Juge de Bagdad Yahya Ben Akhtam] inter-prètes et qui permet de prétendre à une autorisation pour le pratiquer : ( Celui qui agit autrement rencontre le péché et, le Jour de la Résurrection, son Châtiment sera doublé ) (Coran 25/68-69), il souffrira à tout jamais jusqu'à ce qu'il s'en repente à Çááå-Dieu ".

1417. Question 7 : " Çááå-Dieu déclare : ( Appelez deux témoins équitables choisis parmi vous [et rendez témoignage devant Çááå-Dieu [du divorce] ) (Coran 65/2). Comment est-il permis qu'une seule femme té-moigne alors que cela n'est pas permis dans d'autres cas ? ".

* Réponse 7 : " La seule femme dont le témoignage est suffisant [et qui ne nécessite pas celui d'une seconde femme] est celui de la sage-femme. Dans le cas où son témoignage serait mis en défaut, alors il faudrait avoir recours aux témoignages de deux femmes puisque c'est la règle adoptée [en Islam] pour supplanter le témoignage d'un hom-me. Et dans ce cas, comme l'homme ne peut pas être à la place de l'accoucheuse, son témoignage est parfaitement admissible sous ser-ment si elle est seule [à témoigner] ".

1418. Question 8 : " Ali a déclaré que la règle à suivre pour distin-guer le sexe des hermaphrodites - dans le but de préserver les droits et parts de l'héritage de chacun des 2 sexes - est de vérifier leur façon d'uriner. - Qui sera autorisé à les regarder lorsqu'ils urineront ? S'il est prouvé que l'hermaphrodite est de sexe féminin, quel homme étranger aura-t-il été autorisé à y regarder ? S'il s'agit d'un sexe mas-culin, comment une femme aura-t-elle été autorisée à y regarder ? De plus, le témoignage unique n'est pas valide ! ".

* Réponse 8 : " Quant à ta question concernant la règle applicable à la distinction du sexe de l'hermaphrodite, l'Imam Ali (s) en a réglé le processus lorsqu'il déclara à ce sujet : " Les experts doivent se trouver de chaque côté de l'hermaphrodite avec en mains un miroir dans le-quel ils y regarderont l'image des parties de l'hermaphrodite pour conclure de son sexe ".

1419. Question 9 : " En chemin, un homme remarqua qu'un berger avait des relations sexuelles avec une brebis. Puis, dès que le berger s'aperçut qu'un homme le regardait, il relâcha la brebis dans le trou-peau, rendant impossible de la distinguer des autres. Quelle est la rè-gle à suivre dans le cas de l'égorgement de cette brebis ? Est-ce licite ou illicite d'en consommer la chair ? ".

* Réponse 9 : " Quant au berger ayant eu des relations sexuelles avec une brebis, il devra sacrifier et brûler cette dernière s'il la recon-naît dans le troupeau. S'il ne peut la reconnaître, qu'il divise en deux parties le troupeau et qu'il les tire au sort ; puis qu'il divise à nouveau la partie perdante en deux lots, et qu'il les tire au sort, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ne reste que deux brebis, qu'il tirera au sort, puis sa-crifiera et brûlera la perdante. L'autre brebis restant en vie ".

1420. Question 10 : " Il est convenu que la récitation des Prières du Crépuscule et de la Nuit se fasse à voix audible. Il est également con-venu que la Prière de l'Aube fait partie des Prières rituelles quotidien-nes. Pour quelle raison est-il d'obligation de la réciter à voix audi-ble ? ".

* Réponse 10 : " La récitation de la Prière de l'Aube doit se faire à voix audible car le Prophète (pslf) l'accomplissait avant que le jour n'apparaisse, elle fait donc partie des Prières de la nuit [qui se récitent à voix audible] ".

1421. Question 11 : " Au sujet d'Ibn Jurmouz [meurtrier d'Al-Zubeyr] Ali déclara : " Le meurtrier du fils de Safiyya [tante pater-nelle du Messager de Çááå-Dieu (pslf) et mère de Zubeyr] sera jeté en Enfer ". Pour quelle raison Ali, alors qu'il était Imam, ne tua pas Ibn Jurmouz ? ".

* Réponse 11 : " Quant à la déclaration de l'Imam Ali (s) : " Le meurtrier du fils de Safiyya [tante paternelle du Messager de Çááå-Dieu (pslf) et mère de Zubeyr] sera jeté en Enfer ", il (s) n'a fait que répéter ce qu'avait dit avant lui le Messager de Çááå-Dieu (pslf). Ibn Jurmouz faisait partie des Khâridjites qui se révoltèrent contre l'Autorité [légitime] de l'Imam Ali (s) et qui furent tués lors de la Ba-taille de Nahrâwan. Le Commandeur des Fidèles (s) ne l'a donc pas tué à Basra après qu'il ait commis son crime ".

1422. Question 12 : " Lors de la Bataille de Siffin, Ali ordonna à ses troupes de tuer tous les attaquants, ainsi que les fuyards et les blessés, alors qu'à la Bataille du Chameau, il n'autorisa aucun de ses Combat-tants à tuer un fuyard ou un blessé. Il déclara, aussi, que celui qui se rendrait ou abandonnerait les armes de lui-même, serait sauf. Si ceci est véridique, alors les autres [récits] sont faux ".

* Réponse 12 : " Quant à ton étonnement face au fait que l'Imam Ali (s) à la Bataille de Siffin ordonna à ses troupes de tuer les assail-lants, les fuyards et les blessés, alors qu'à la Bataille du Chameau il n'autorisa aucun de ses Combattants réguliers à tuer un fuyard ou un blessé, déclarant aussi que tous ceux qui se rendraient ou déposeraient les armes d'eux-mêmes seraient saufs, je vais rappeler que le Haut Commandant de l'Armée ennemie engagée dans la Bataille du Cha-meau ayant été tué, elle se retrouva sans Commandement, situation faisant que les troupes ennemies retournèrent chez elles, abandonnant l'intention de combattre, de résister ou de renier leur Serment d'Allégeance prêté à l'Imam Ali (s). Des troupes ennemies rendues li-bres [de quitter le champ de bataille] dès qu'elles se retrouvèrent sans Commandement. La règle dans ce cas était de cesser de les combattre et de s'abstenir de leur porter des coups tant qu'elles ne recherche-raient pas une aide extérieure pour mener l'assaut contre l'autre partie [celle de l'Imam Ali (s)].

Quant à l'Armée ennemie engagée dans la Bataille de Siffin, elle était occupée à la préparation de groupes d'assaillants avec à leur tête un chef chargé de les armer [en cottes de mailles, lances et sabres]. Il leur versait une solde conséquente, dres-sait pour eux des plans [d'attaques], visitait leurs malades, réconfortait les abattus, prenait soin des blessés, équipait des montures pour ceux qui étaient à pied, habillait ceux qui manquaient de vêtements, encou-rageait à retourner sur le champ de bataille lorsqu'ils l'avaient aban-donné [face à l'avancée des Troupes régulières de l'Imam Ali (s)]. Pour toutes ces raisons, l'Imam Ali (s) n'avait pas à traiter ces gens de la même manière qu'il traita ceux engagés dans la Bataille du Cha-meau ni leur appliquer les Règles de la Guerre menée contre des Mo-nothéistes. L'Imam (s) les avait informés de ces Règles, les laissant li-bres de les rejeter ou de se repentir. La Règle applicable à ceux qui re-fusaient [de cesser la lutte contre l'Autorité légitime de l'Imam-Calife Ali (s)] était donc de les combattre par l'?pée [de l'Ordre et de la Jus-tice] ".

1423. Question 13 : " Sera-t-il appliqué aux coupables de sodomie la peine légale ou seront-ils acquittés ? ".

* Réponse 13 : " Quant à ta question concernant ceux qui se rendent coupables de sodomie, je répondrai que le Représentant [de la Justice] de Çááå-Dieu doit appliquer sur ces coupables la Peine prévue par Çááå-Dieu ou les acquitter car Çááå-Dieu acquitte. Et sur ce dernier point, la Parole de Çááå-Dieu est claire : ( Voilà Notre Don ; distribue-le ou re-tiens-le sans avoir à en rendre compte ) (Coran 38/39).

5