La moralité sublime du Prophète telle qu'elle apparaît dans le Coran
 

La moralité sublime du Prophète telle qu'elle apparaît dans le Coran

par : HARUN YAHYA

Dans le Coran, Dieu a souligné la perfection morale atteinte par le Prophète en ces termes:

Noun. Par la plume et ce qu’ils écrivent! Tu (Mohammad) n’est pas, par la grâce de ton Seigneur, un possédé. Et il y aura pour toi certes, une récompense jamais interrompue. Et tu es certes, d’une moralité imminente. Tu verras et ils verront, qui d’entre vous a perdu la raison. C’est ton Seigneur qui connaît mieux ceux qui s’égarent de Son chemin, et Il connaît mieux ceux qui suivent la bonne voie. (Sourate al-Qalam: 1-7)

Dieu révèle également dans ce verset que le Prophète œuvrait inlassablement dans Sa voie, ce qui montre qu’il faisait toujours preuve d’une attitude convenable et ne s’écartait jamais de la voie de Dieu.

Comme l’attestent les propos du Prophète “Le meilleur croyant est celui qui a les meilleures manières”4, la moralité est l’une des composantes essentielles de la foi. C’est donc un devoir religieux que d’en apprendre les meilleurs exemples et de les mettre ensuite en application.

Ce chapitre sera l’occasion de détailler un certain nombre d’exemples reflétant cette vertu tant recommandée par le Prophète.

Le Prophète ne mettait en pratique que ce qui lui avait été révélé

L’une des caractéristiques les plus importantes du Prophète, souvent soulignée dans le Coran, est qu’il faisait toujours ce que Dieu lui demandait, sans se soucier de ce que les autres pouvaient en penser. A` l’époque, les dignitaires et grands personnages des autres religions attendaient de lui qu’il édictât des lois qui seraient à leur avantage. Mais bien qu’ils fussent nombreux et puissants, le Prophète se conformait scrupuleusement aux commandements de Dieu et au Coran. Dieu nous informe de ce point dans le verset suivant:

Et quand leur sont récités Nos versets en toute clarté, ceux qui n’espèrent pas nous rencontrer disent: “Apporte un Coran autre que celui-ci” ou bien “Change-le”. Dis: “Il ne m’appartient pas de le changer de mon propre chef. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé. Je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d’un jour terrible.” Dis: “Si Dieu avait voulu, je ne vous l’aurais pas récité et Il ne vous l’aurait pas non plus fait connaître. Je suis bien resté, avant cela, une longue période parmi vous. Ne raisonnez-vous donc pas?” (Sourate Yunus: 15-16)

Voilà les versets de Dieu, que Nous te (Mohammad) récitons avec la vérité.

Et tu es, certes, parmi les envoyes.

(Sourate al-Baqara: 252)

Dans maints versets du Coran, Dieu met en garde le Prophète contre l’attitude de son peuple, par exemple ici:

Et sur toi (Mohammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce que Dieu a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A` chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Dieu avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Dieu qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera sur ce en quoi vous divergiez. Juge alors parmi eux d’après ce que Dieu a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce que Dieu t’a révélé. Et puis, s’ils refusent (le jugement révélé) sache que Dieu veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. (Sourate al-Ma’ida: 48-49)

Le Prophète répétait avec insistance à son peuple qu’il fallait se borner à exécuter ce que Dieu lui avait révélé. On lit ainsi dans un verset évoquant la moralité supérieure qui était celle du Prophète:

Hamid Aytac. Une inscription calligraphique dans le style celi thuluth. Dans un hadith, le Prophète a déclaré que les hommes les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres.

Dis-[leur]: “Je ne vous dis pas que je détiens les trésors de Dieu, ni que je connais l’inconnaissable, et je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé.” Dis: “Est-ce que sont égaux l’aveugle et celui qui voit? Ne réfléchissez-vous donc pas?” (Sourate al-An’am: 50)

Fort de cette détermination et de cette constance dans la voie de Dieu, le Prophète prêchait la vraie religion de la façon la meilleure et la plus convenable. Une rapide comparaison entre le Prophète et le commun des hommes nous permettra de mieux comprendre ses qualités extraordinaires. La plupart des hommes, hier comme aujourd’hui, sont consumés par leurs désirs, aspirations et passions. Même si la grande majorité croit en la religion, elle reste incapable de surmonter ces obsessions. Au lieu de renoncer à leurs désirs, les gens préfèrent leur sacrifier leurs obligations religieuses. Ainsi, ils manquent à certaines d’entre elles par souci de ce que leurs conjoints, proches et amis peuvent en dire. Ou bien encore ils s’avèrent incapables de renoncer à des habitudes qui sont incompatibles avec la religion. Aussi se mettent-ils à interpréter la religion selon leurs propres intérêts, acceptent les règles qui leur conviennent et rejettent celles qui les dérangent.

Le Prophète n’a jamais fait de concessions pour plaire au peuple. Il a transmis le Coran à l’humanité sans introduire d’altération dans la parole divine, ni prendre en compte ses intérêts personnels. Il agissait simplement dans la crainte de Dieu. Dieu évoque la piété (taqwa) du Prophète dans le Coran:

Par l’étoile à son déclin! Votre compagnon ne s’est pas égaré et n’a pas été induit en erreur et il ne prononce rien sous l’effet de la passion; ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée, que lui a enseigné [L’Ange Gabriel] à la force prodigieuse, doué de sagacité; c’est alors qu’il se montra sous sa forme réelle [angélique]. (Sourate an-Najm: 1-6)

Et quel pire injuste que celui qui forge un mensonge contre Dieu? Ceux-là seront présentés à leur Seigneur, et les témoins (les anges) diront: “Voilà ceux qui ont menti contre leur Seigneur.” Que la malédiction de Dieu (frappe) les injustes (Sourate Hud: 18)

Et sachez que le Messager de Dieu est parmi vous. S’il vous obéissait dans maintes affaires, vous seriez en difficulté. Mais Dieu vous a fait aimer la foi et l’a embellie dans vos cœurs et vous a fait détester la mécréance, la perversité et la désobéissance. Ceux-là sont les bien dirigés. (Sourate al-Hujurat: 7)

La confiance du Prophète en Dieu: un exemple pour tous les hommes

Le Prophète a traversé maintes situations éprouvantes qui ont été décrites dans le Coran et qui démontrent sa résignation et sa soumission à Dieu. Les paroles du Prophète, lorsque son compagnon et lui étaient cachés dans une grotte, après leur départ de la Mecque, sont l’un des exemples les plus éloquents de cette soumission. Le Coran dit:

Si vous ne lui portez pas secours... Dieu l’a déjà secouru, lorsque ceux qui avaient mécru l’avaient banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu’il disait à son compagnon: “Ne t’afflige pas, car Dieu est avec nous.” Dieu fit alors descendre sur lui Sa sérénité [“Sa sakina”] et le soutint de soldats (anges) que vous ne voyiez pas, et Il abaissa ainsi la parole des mécréants, tandis que la parole de Dieu eut le dessus. Et Dieu est Puissant et Sage. (Sourate at-Tawba: 40)

Quelle qu’ait été la situation, le Prophète s’est toujours soumis à Dieu, conscient qu’il y a beauté et bonté dans tout ce qu’Il crée. Ces mots que le Prophète a adressés à son peuple, ainsi que le relate le Coran, reflètent très clairement sa profonde soumission:

Qu’un bonheur t’atteigne, ça les afflige. Et que t’atteigne un malheur, ils disent: “Heureusement que nous avions pris d’avance nos précautions.” Et ils se détournent tout en exultant. Dis: “Rien ne nous atteindra, en dehors de ce que Dieu a prescrit pour nous. Il est notre Protecteur. C’est en Dieu que les croyants doivent mettre leur confiance.” (Sourate at-Tawba: 50-51)

Le Prophète, par sa soumission à Dieu, était un exemple pour tous les Musulmans, et il prévint les gens qu’ils n’auraient jamais le pouvoir d’altérer une chose qui venait de Dieu:

Toute chose a été décrétée par Dieu, même la capacité et l’incapacité.5

… Si tu demandes quelque chose, demande-le à Dieu, et si tu demandes de l’aide, que ce soit à Dieu. Sache que si les gens s’unissaient pour t’apporter un avantage, ils ne pourraient le faire que si Dieu l’a décrété pour toi, et que s’ils s’unissaient pour te nuire, ils ne le pourraient que si Dieu l’a décrété pour toi. Les plumes ont été retirées, et les pages sont sèches.6

Tout croyant qui reste fidèle à la sounna du Prophète doit affronter les épreuves qui l’atteindront avec la même soumission que lui et croire fermement qu’il y a beauté et bonté en toute chose. Nous ne devons pas oublier que le Prophète Mohammad, l’un des serviteurs de Dieu les plus déférents envers Lui, fut lui aussi soumis à de grandes épreuves et des situations difficiles.

Il y avait en effet des gens prêts à lui créer toutes sortes de problèmes au sein des communautés où il prêchait. Ils essayaient de conspirer contre lui en agissant avec hypocrisie. Les polythéistes refusaient d’abandonner la religion de leurs ancêtres, d’autres demandaient au Prophète de leur apporter un signe qui servirait leurs intérêts, d’autres encore ont essayé de le tuer, de l’arrêter ou de l’exiler, bref ils ont tout fait pour faire obstacle à sa mission.

Le Prophète était toujours patient envers les mécréants. Il continuait à transmettre la religion de Dieu et à enseigner le Coran aux Musulmans tout en les protégeant du danger. La source de sa détermination, de son succès et de son courage se trouvait dans sa foi inébranlable en Dieu, sa piété et sa soumission. Le Prophète a toujours su que Dieu était avec lui, même lorsqu’il était dans la grotte, et que toute situation était décrétée par Lui. Il était convaincu que toute chose venait de Dieu et que par conséquent l’issue serait toujours heureuse. Le hadith suivant nous donne un bon exemple de son sens de la soumission:

E'tranges sont les affaires du croyant: il y a un bien pour lui dans tout ce qui lui arrive, et ce n’est le cas de nul autre que le croyant, car s’il a l’occasion de se réjouir, il remercie [Dieu], et c’est donc un bien pour lui, et s’il est confronté à un problème et fait montre de résignation (et l’endure patiemment), il y a en cela un bien pour lui.7

Le Prophète faisait toujours de son mieux, quelle que soit la situation, conscient que l’issue dépendait de Dieu. Il avait pleine confiance en Lui. Pour le récompenser de sa soumission, Dieu lui accorda force et succès.

Dieu a exhorté le Prophète à être patient face à ceux qui lui cherchaient querelle, et il resta fidèle à cette prescription toute sa vie durant. Voici un verset à ce sujet:

Ils disent: “Obéissance!” Puis sitôt sortis de chez toi, une partie d’entre eux délibèrent au cours de la nuit de toute autre chose que ce qu’ils t’ont dit. [Cependant] Dieu enregistre ce qu’ils font la nuit. Pardonne-leur donc et place ta confiance en Dieu. Et Dieu suffit comme Protecteur. (Sourate an-Nisa’: 81)

Les paroles que Dieu enjoignit au Prophète de tenir dans une autre situation éprouvante révèlent également sa piété et sa soumission:

S’ils te contredisent, dis-leur: “Je me suis entièrement soumis à Dieu, moi et ceux qui m’ont suivi.” Et dis à ceux à qui le Livre a été donné, ainsi qu’aux illettrés: “Avez-vous embrassé l’Islam?” S’ils embrassent l’Islam, ils seront bien guidés. Mais, s’ils tournent le dos... Ton devoir n’est que la transmission (du message). Dieu, sur [Ses] serviteurs est Clairvoyant. (Sourate Al ‘Imran: 20)

Voici un commentaire du Prophète évoquant la récompense qui attend ceux qui font preuve de soumission:

Si vous vous en remettez complètement à Dieu, Il pourvoira à votre subsistance de la même façon qu’Il pourvoit à celle des oiseaux. Ils sortent le matin l’estomac vide et reviennent le soir rassasiés.8

Les propos et les actes du Prophète sont pour les croyants le meilleur modèle qui puisse exister. C’est pourquoi tout croyant qui se trouve confronté à une difficulté, quelle qu’elle soit, ou dans une situation déplaisante, doit méditer les versets du Coran et le fait que Dieu a créé toute chose, adopter la même attitude de soumission que le Prophète et accepter la destinée que Dieu lui a choisie.

Le Prophète cherchait toujours à ne plaire qu’à Dieu, n’attendant rien d’autrui

L’un des principes fondamentaux de l’Islam est qu’une personne doit fonder sa vie sur l’amour et la crainte de Dieu et remplir ses engagements avec pour seul objectif d’obtenir l’agrément de Dieu et d’accéder ainsi au paradis. Dans un verset, Dieu dit aux croyants: “Dis: “En vérité, ma salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu, Seigneur de l’univers.” (Sourate al-An’am: 162)

Dans le verset qui suit, il est prescrit aux croyants de vivre leur religion pour Dieu exclusivement, à l’exclusion de tout autre objectif:

Sauf ceux qui se repentent, s’amendent, s’attachent fermement à Dieu, et Lui vouent une foi exclusive. Ceux-là seront avec les croyants. Et Dieu donnera aux croyants une énorme récompense.” (Sourate an-Nisa’: 146)

Toute personne qui reste fidèle à Dieu sait qu’il n’y a pas d’autre dieu que Dieu, consacre sa vie à gagner Son agrément et n’abdique jamais sa foi en Lui, prouvant par un tel comportement que sa foi est sincère.

Aucun croyant, s’il est sincère, ne cherche à gagner l’amour, la sympathie et la louange d’un autre que Dieu, dans ses actes et devoirs religieux.

Les plus beaux exemples de sincérité dans la foi nous ont été donnés par le Prophète Mohammad et les autres prophètes (paix sur eux tous).

Le Prophète ne cherchait que l’agrément de Dieu et passa sa vie à tout faire pour obtenir Sa miséricorde, Sa compassion et Son paradis, ne pensant jamais à son intérêt personnel, ou à des avantages mondains.

Dis: “Pour cela, je ne vous demande aucun salaire; et je ne suis pas un imposteur.” (Sourate Sad: 86)

Dis: “Ce que je vous demande comme salaire, c’est pour vous-mêmes. Car mon salaire n’incombe qu’à Dieu. Il est Témoin de toute chose.” (Sourate Saba’: 47)

Ensuite, Nous envoyâmes successivement Nos messagers. Chaque fois qu’un messager se présentait à sa communauté, ils le traitaient de menteur. Et Nous les fîmes se succéder les unes aux autres (dans la destruction), et Nous en fîmes des thémes de récits légendaires. Que disparaissent à jamais les gens qui ne croient pas! (Sourate al-Muminun: 44)

La patience dont faisait preuve le Prophète face aux difficultés

Tout au long de sa mission, le Prophète Mohammad (pbsl) a dû faire face à toutes sortes de difficultés. Opposants et polythéistes, issus de son propre peuple, l’injuriaient copieusement, allant jusqu’à le traiter de fou ou de magicien. D’autres voulaient le tuer et ourdirent d’ailleurs des complots à cette fin. Malgré tout, le Prophète essayait d’enseigner les leçons du Coran à des individus issus de milieux variés et de leur inculquer ainsi une morale et un comportement vertueux.

Comme le montrent les versets du Coran, certaines personnes n’avaient aucun rudiment de bonnes manières, pour la simple raison qu’il n’avait jamais traversé leurs esprits qu’ils pourraient avoir affaire à quelqu’un qui possédait une morale hors du commun. Le Prophète affichait la plus grande patience dans ces cas-là, se tournant vers Dieu et implorant Son secours en toutes circonstances, et encourageant les croyants à la patience et à la soumission.

Dans maints versets du Coran, Dieu conseille la patience au Prophète en dépit des propos tenus par les mécréants:

Endure donc ce qu’ils disent: et célèbre la louange de ton Seigneur avant le lever du soleil et avant [son] coucher. (Sourate Qaf: 39)

Que ce qu’ils disent ne t’afflige pas. La puissance toute entière appartient à Dieu. C’est Lui qui est l’Audiant, l’Omniscient. (Sourate Yunus: 65)

Et Nous savons certes que ta poitrine se serre, à cause de ce qu’ils disent. (Sourate al-Hijr: 97)

Il se peut que tu négliges une partie de ce qui t’est révélé, et que ta poitrine s’en sente compressée; parce qu’ils disent: “Que n’a-t-on fait descendre sur lui un trésor?” Ou bien: “Que n’est-il venu un ange en sa compagnie?” – Tu n’es qu’un avertisseur. Et Dieu est le Protecteur de toute chose. (Sourate Hud: 12)

Les croyants doivent se rappeler les situations face auxquelles le Messager de Dieu se montrait patient et prendre exemple sur lui quand ils sont confrontés à leurs propres difficultés. Ceux qui se mettent à désespérer face au moindre problème, se montrant incapables de supporter la plus petite objection, arrêtant de prêcher la religion de Dieu et perdant espoir quand leurs affaires vont mal, doivent prendre conscience qu’un tel comportement est incompatible avec le Livre saint de Dieu ainsi qu’avec les dires et les actes du Prophète. Les croyants doivent toujours être patients, prendre Dieu comme secoureur et Le remercier et adopter la morale sublime du Prophète, et espérer la miséricorde, la compassion et le paradis de notre Seigneur.

Qu’est-ce qui a donc empêché les gens de croire, lorsque le guide leur est venu, ainsi que de demander pardon à leur Seigneur si ce n’est qu’ils veulent subir le sort des anciens, ou se trouver face à face avec le châtiment. (Sourate al-Kahf: 55)

Le Prophète était toujours tolérant envers les gens autour de lui

Comme nous l’avons vu, le Prophète était entouré de gens aux caractères et idées variés. Tout au long de sa vie cependant il témoigna de l’intérêt envers chacun, les avertissant de leurs erreurs et défaillances, et essayant de les éduquer dans tous les domaines, aussi bien ceux de la propreté que celui des questions de foi. Cette attitude faite de compassion, de tolérance, de compréhension et de patience, fut la voie qui fit naître dans les cœurs un profond amour pour l’Islam et le Prophète. Dieu décrit cette attitude cordiale adoptée par le Prophète envers son entourage dans le Coran:

C’est par quelque miséricorde de la part de Dieu que tu (Mohammad) as été si doux envers eux! Mais si tu avais été rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (de Dieu)… (Sourate Al ‘Imran: 159)

Collection G. Mesara. Un verset du Coran dans le style calligraphique Esma-i Nebi: "Et Nous ne t'avons envoyé que comme une miséricorde pour l'univers."

(Sourate al-Anbiya': 107)

Dans un autre verset, Dieu indique au Prophète la façon dont il devrait se comporter envers ceux qui l’entourent:

Nous savons mieux ce qu’ils disent. Tu n’as pas pour mission d’exercer sur eux une contrainte. Rappelle donc, par le Coran, à celui qui craint Ma menace. (Sourate Qaf: 45)

Le Prophète n’a jamais fait pression sur son entourage pour leur faire accepter la religion, ni ne leur a imposé de conditions. Au lieu de cela il a toujours employé la manière la plus conviviale pour leur parler.

Il a toujours soutenu la communauté des croyants grâce à sa forte conscience, et il était pour eux un grand bienfaiteur en toutes circonstances. C’est pour cela qu’à plusieurs occasions, le Prophète est désigné comme étant “notre compagnon”. (Sourate Saba’: 46, Sourate an-Najm: 2, Sourate at-Takwir: 22).

Ces croyants qui étaient capables de comprendre la conscience morale aiguë du Prophète considéraient qu’il était plus proche d’eux qu’aucun autre et adoptaient une attitude humble vis-à-vis de lui. Dans un verset, Dieu déclare:

Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes; et ses épouses sont leurs mères… (Sourate al-Ahzab: 6)

L’imam Ghazali, le grand savant Musulman, a résumé les principales caractéristiques de l’attitude du Prophète envers son entourage à partir des informations données par certains hadiths:

... Chacun pensait qu’il était celui que le Prophète honorait le plus. Quiconque venait à lui pouvait le rencontrer.

... Il avait coutume d’appeler ses compagnons par leurs petits noms avec respect, et en donnait à ceux qui n’en avaient pas.

... Il était très affectueux et aimable dans ses relations avec autrui.

... Personne n’élevait la voix en sa présence.”9

L’amour du Prophète pour l’humanité, sa bonté et sa compassion attiraient les gens de son entourage vers la vraie religion et allumaient dans leur cœur l’ardeur de la foi. C’est cette morale magnifique que tous les Musulmans devraient chercher à reproduire.

... Mais Dieu choisit pour Ses messagers qui ll veut. Croyez donc en Dieu et en Ses mesagers. Et si vous avez la foi et la piété, vous aurez alors une recompense enorme . (Sourate Al’Imran: 179)

La justice exemplaire du Prophète

Dans Ie Coran, Dieu commande aux croyants: “ô croyants! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Dieu l’ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux, Dieu a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous). Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice....” (Sourate an-Nisa’: 135)

A` travers les règles qu’il a enseignées aux Musulmans, son attitude juste et tolérante envers ceux qui étaient de religion, tribu ou race différentes, et son refus de distinguer le riche du pauvre, au nom d’une parfaite égalité, le Messager de Dieu s’est imposé comme un modèle incomparable pour toute l’humanité.

Alors, s’ils se détournent, dis: “Dieu me suffit. ll n’y a pas d’autre divinité que Lui. En Lui je place ma confiance; et ll est Seigneur du trône immense.

(Sourate at-Tawba: 129)

Dieu dit à Son Prophète dans un verset:

Ils sont attentifs au mensonge et voraces de gains illicites. S’ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne-toi d’eux. Et si tu te détournes d’eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Dieu aime ceux qui jugent équitablement. (Sourate al-Ma’ida: 42)

w Le Prophète resta fidèle aux commandements de Dieu, malgré cet environnement hostile, et ne fit jamais de concessions dans son application de la justice. Il devint un exemple intemporel avec ces mots: “Mon Seigneur m’a commandé la justice…” (Sourate al-A’raf: 29)

Il y a un certain nombre d’anecdotes qui témoignent du sens de l’équité qui caractérisait le Prophète. Il vivait dans un endroit où se côtoyaient des gens de religions, langues, tribus et races différentes. Il leur était difficile de vivre en paix et sécurité et d’identifier les fauteurs de troubles. Il pouvait arriver qu’un groupe devienne agressif envers un autre, voire l’attaque à cause d’un mot ou d’un geste malheureux. Cependant, le sens de l’équité dont faisait preuve le Prophète était une source de paix et de sécurité pour les autres communautés, comme c’était le cas pour les Musulmans. Au temps du Prophète, les juifs, les chrétiens et les païens étaient traités équitablement. Le Prophète respectait scrupuleusement le verset “Pas de contrainte en religion…” (Sourate al-Baqara: 256), expliquant à chacun la vraie religion mais laissant les gens libres de faire leur choix.

Dans un autre verset, Dieu a indiqué au Prophète quel type de justice et de conciliation il devait mettre en œuvre envers les membres de confessions différentes:

Appelle donc (les gens) à cela; reste droit comme il t’a été commandé; ne suis pas leurs passions; et dis: “Je crois en tout ce que Dieu a fait descendre comme Livre, et il m’a été commandé d’être équitable entre vous. Dieu est notre Seigneur et votre Seigneur. A` nous nos œuvres et à vous vos œuvres. Aucun argument [ne peut trancher] entre nous et vous. Dieu nous regroupera tous. Et vers Lui est le retour.” (Sourate ash-Shura: 15)

Cette noble attitude du Prophète, en totale harmonie avec la moralité du Coran, devrait servir de modèle pour les relations interconfessionnelles aujourd’hui encore.

Et Nous n’avons envoyé avant toi que mangeaient de la nourriture et circulaient dans les marchés. Et Nous avons fait de certains d’entre vous une épreuve pour les autres –endurerez- vous avec constance? – Et ton Seigneur demeure Clair-voyant.

(Sourate al-Furqan: 20)

La justice du Prophète a permis de faire naître une bonne entente entre les gens de races différentes. Dans plusieurs de ses discours, et même dans son sermon d’adieu, le Prophète a déclaré que la supériorité ne repose pas sur l’appartenance à une race, mais sur la piété, comme Dieu le dit dans ce verset:

ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand Connaisseur. (Sourate al-Hujurat: 13)

On rapporte deux hadiths du Prophète où il dit:

Vous êtes les fils d’Adam, et Adam a été fait de poussière. Que les gens cessent donc de se vanter de leurs ancêtres.10

Vos généalogies ne vous autorisent pas à rabaisser autrui. Vous êtes tous les fils d’Adam. Nul n’est supérieur à l’autre, si ce n’est en religion et en taqwa (piété).11

Pendant son dernier sermon, le Prophète s’est adressé aux Musulmans en ces termes:

Pas de supériorité de l’Arabe sur le non-Arabe et du non-Arabe sur l’Arabe, ni du blanc sur le noir et du noir sur le blanc, si ce n’est en matière de piété. En vérité, le plus noble d’entre vous est le plus pieux.12

L’accord passé avec les chrétiens de Najran, au sud de la Péninsule Arabique nous donne un autre exemple de l’équité du Prophète. Un des articles de l’accord dit:

La vie des gens de Najran et de la zone environnante, leur religion, leur terre, leurs biens, troupeaux et ceux d’entre eux qui sont absents ou présents, leurs messagers et lieux de cultes sont sous la protection de Dieu et la garde de Son Prophète.13

La Constitution de Médine, signée par les émigrés de la Mecque, les Musulmans autochtones de Médine et les juifs de Médine, est un autre exemple de ce souci de justice. Le principal résultat de cette constitution, qui établissait la justice entre des communautés de confessions différentes et garantissait la protection de leurs intérêts respectifs, fut qu’elle mit un terme à de longues années d’inimitié et d’hostilité. L’une des caractéristiques les plus remarquables du traité est l’affirmation solennelle de la liberté de croyance. Voici l’article en question:

Haci Nazif Bey. Un verset du Coran."… Certes, Dieu vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants droits, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. Quelle bonne exhortation Dieu vous fait! Dieu est, en vérité, Celui qui entend et qui voit tout."

(Sourate an-Nisa': 58)

Les juifs de Bani ‘Awf forment une seule nation avec les Musulmans; les juifs ont leur religion et les Musulmans ont la leur…14

L’article 16 du traité dit: “Les juifs qui nous suivent bénéficient de notre assistance de façon assurée et ont les mêmes droits que chacun d’entre eux; ils ne seront pas lésés, et leurs ennemis ne recevront pas d’aide de notre part.”15 Les compagnons du Prophète respectèrent scrupuleusement les termes du traité, même après sa mort, et l’élargirent aux berbères bouddhistes, brahmanes et aux peuples de confessions différentes.

L’une des principales raisons qui permet de comprendre pourquoi l’âge d’or de l’Islam fut une ère de paix et de sécurité réside dans l’attitude empreinte de justice qui fut celle du Prophète, reflet vivant de la morale coranique.

Le souci de justice que manifestait le Prophète suscitait également un sentiment de confiance chez les non-Musulmans, et un grand nombre d’entre eux, y compris des polythéistes, demandaient à bénéficier de sa protection. Dieu évoque dans le verset suivant la requête adressée par les polythéistes et indique au Prophète l’attitude à adopter vis-à-vis de ces personnes:

Et si l’un des associateurs te demande asile, accorde-le lui, afin qu’il entende la parole de Dieu, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas. Comment y aurait-il pour les associateurs un pacte admis par Dieu et par Son Messager? A` l’exception de ceux avec lesquels vous avez conclu un pacte près de la Mosquée Sacrée. Tant qu’ils sont droits envers vous, soyez droits envers eux.

Car Dieu aime les pieux. (Sourate at-Tawba: 6-7)

De nos jours, la seule solution pour mettre fin aux combats et conflits qui se multiplient dans le monde consiste à adopter la morale du Coran et, à l’instar du Prophète, de ne jamais quitter la voie de la justice, en ne faisant aucune distinction entre les différentes religions, langues, ou races.

C’est Lui qui donne la vie et qui donne la mort; et c’est vers Lui que vous serez ramenés. (Souurate Hud: 56)

Et ton Seigneur est le Paardonneur, le Détenteur de la miséricorde. S’ll s’en prenait à eux pour ce u’ils ont acquis, ll leur hâterait certes le châtiment. Mais il y a pour eux un terme fixé (pour l’accomplissement des menaces) contre lequel ils ne trouveront aucun refuge.

(Sourate al-Kahf: 58)

Celui qui obéit au Prophète obéit aussi à Dieu

Dieu a toujours commandé aux hommes d’obéir aux prophètes qu’Il a envoyés à leur époque. Ces messagers étaient en effet des hommes élus qui exécutaient les ordres de Dieu, transmettaient Ses révélations, incarnaient celles-ci à travers leurs actes et paroles et, plus généralement, à travers tout leur être, l’idéal humain agréé par Dieu. Dieu révèle dans le Coran que ceux qui obéissent à Ses messagers seront sauvés. Pour cette raison, l’obéissance au Prophète est une obligation de la plus haute importance. Dieu souligne ce point dans le Coran:

Nous n’avons envoyé de Messager que pour qu’il soit obéi, par la permission de Dieu. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes ils venaient à toi en implorant le pardon de Dieu et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient, certes, Dieu, Très Accueillant au repentir, Miséricordieux. (Sourate an-Nisa’: 64)

Quiconque obéit à Dieu et au Messager... Ceux-là seront avec ceux que Dieu a comblés de Ses bienfaits: les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là! (Sourate an-Nisa’: 69)

Dans pIusieurs versets du Coran, il est dit que ceux qui obéissent à Ses messagers obéissent à Dieu en réalité. Ceux qui se rebellent contre eux, en revanche, se rebellent contre Dieu. Voici quelques exemples de versets:

Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Dieu. Et quiconque tourne le dos... Nous ne t’avons pas envoyé à eux comme gardien. (Sourate an-Nisa’: 80)

Ceux qui te prêtent serment d’allégeance ne font que prêter serment à Dieu: la main de Dieu est au-dessus de leurs mains. Quiconque viole le serment, ne le viole qu’à son propre détriment; et quiconque remplit son engagement envers Dieu, Il lui apportera bientôt une énorme récompense. (Sourate al-Fath: 10)

Le Prophète a également affirmé l’importance de cette obéissance dans plusieurs hadiths:

Quiconque m’obéit, obéit à Dieu, et quiconque me désobéit, désobéit à Dieu, quiconque obéit au gouverneur que j’ai nommé m’obéit, et quiconque lui désobéit, me désobéit.16

Dans le Coran, Dieu décrit le Prophète comme étant un protecteur et un guide pour les croyants. Les Musulmans, par conséquent, se référaient à lui pour toutes leurs affaires et lui demandaient conseil et permission avant de s’engager dans quoi que ce soit. Quand ils étaient confrontés à des questions sur lesquelles ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord, et même quand il s’agissait de questions qu’ils étaient capables de résoudre eux-mêmes, ou bien encore lorsqu’ils recevaient des nouvelles relatives à la sécurtié, à la santé ou à l’économie de la communauté des croyants, ils en informaient immédiatement le Prophète et se conformaient aux judicieux conseils ou solutions qu’il leur recommandait.

C’est là un aspect capital de la morale édictée par Dieu dans le Coran. Dans un verset par exemple, Il ordonne que toute nouvelle soit communiquée au Prophète ou à ses représentants. Voici ce verset:

Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, ils auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et n’eussent été la grâce de Dieu sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le diable, à part quelques-uns. (Sourate an-Nisa’: 83)

Il s’agit là évidemment d’un conseil sage et profitable aux croyants. Pour un problème donné, tout ordre, toute directive indiquée par le Prophète sont garantis par Dieu. De plus, le Prophète était l’homme le plus sage et le plus avisé de la communauté des croyants. En général, pour prendre une décision, on consulte toujours la personne qui semble la plus intelligente du groupe, celle qui obéit le mieux à sa conscience, c’est-à-dire celle en qui on a le plus confiance dans tous les domaines.

Outre cette confiance en les qualités du Prophète, le choix de lui communiquer toutes les nouvelles comportait une autre sagesse: on aboutissait à la meilleure solution possible vu que tous les aspects de la question étaient connus d’une seule personne. Dans un autre verset, Dieu commande aux croyants de prendre le Prophète comme arbitre de leurs conflits. C’est un commandement de Dieu que tout litige opposant les croyants lui soit aussitôt exposé et c’est par conséquent la meilleure marche à suivre en termes de raison, moralité et conscience. Il est également très important d’obéir aux règles établies par le Prophète, de tout cœur et sans réserves. Même si ses décisions s’opposent aux intérêts personnels les vrais croyants n’auront aucun doute ni hésitation et obéiront immédiatement à l’ordre du Prophète. Dieu décrit cet aspect important de l’obéissance dans le Coran:

Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se seront soumis complètement [à ta sentence]. (Sourate an-Nisa’: 65)

Certains hypocrites, ou croyants dont la foi est faible, ne parvenaient pas à comprendre que les décisions du Prophète étaient garanties par Dieu et refusaient de l’informer de toutes les nouvelles, suscitant ainsi des dissensions. Dieu les décrit ainsi dans le Coran:

Et il en est parmi eux ceux qui font du tort au Prophète et disent: “Il est tout oreille.” – Dis: “Une oreille pour votre bien. Il croit en Dieu et fait confiance aux croyants, et il est une miséricorde pour ceux d’entre vous qui croient.” Et ceux qui font du tort au Messager de Dieu auront un châtiment douloureux. (Sourate at-Tawba: 61)

Puisque ces gens n’avaient pas compris l’essence de la foi et étaient incapables d’apprécier à sa juste valeur le mérite du Prophète, ils adoptèrent une mauvaise approche en se montrant réticents à l’informer de toute situation. Les ignorants sont incapables d’utiliser leur savoir à des fins utiles, et de contribuer ainsi au bien et à la sécurité de l’humanité. Ils l’utilisent pour faire naître des rumeurs et semer la discorde, pour tourner les gens les uns contre les autres et comploter. A` leur opposé, le Prophète utilisait toutes les informations qu’il collectait afin de promouvoir la paix, la sécurité et le bien-être des Musulmans et des autres groupes sous sa protection, pour éviter les dangers potentiels et déjouer les complots qui menaçaient les croyants. Identifiant ceux dont la foi était faible, il prenait des mesures afin de la fortifier et évitait tout ce qui aurait pu affaiblir la foi des croyants ou saper leur moral. C’est pour cette raison que Dieu dans un verset le qualifie “d’oreille de bien”. Toutes les paroles, décisions et mesures du Prophète ont eu des résultats positifs pour les croyants et plus largement, pour l’humanité.

... à Ses livres et en Ses messagers; (en disant): “Nous ne faisons aucune distinction entre Ses messagers. “ Et ils ont dit: “Nous avons entedu et obéi. Seigneur, nus implorons Ton pardon. C’est vers Toi que sera le retour.”

(Sourate al-Baqara: 285)

Le Prophète avertissait et prêchait les hommes de sorte à influencer leur conscience

Le Prophète consacra toute sa vie, du jour où le Coran commença à lui être révélé, à inviter les hommes vers la religion de Dieu et à les guider sur le droit chemin. Dans un verset Dieu indique au Prophète de quelle façon s’adresser aux hommes:

Dis: “Voici ma voie, j’appelle les gens [à la religion] de Dieu, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Dieu! Et je ne suis point du nombre des associateurs. (Sourate Yusuf: 108)

Comme le montrent les versets du Coran, le Prophète dut faire face à un certain nombre de difficultés lorsqu’il avertissait les gens et leur enseignait le Coran et la bonne morale. Comme ils n’étaient pas tous sur le droit chemin, les gens menaient la vie dure au Prophète, par jalousie, haine et envie. Certains étaient lents à comprendre ses paroles, et traînaient les pieds quand ils y arrivaient enfin, d’autres se montraient hypocrites, feignant de cro0ire à ses paroles alors que ce n’était pas le cas. Le Prophète continua à expliquer la religion en faisant preuve d’une grande détermination, et ne s’arrêta pas à ces obstacles. L’attitude de ces individus est mentionnée dans un verset:

… et vous avez foi dans le Livre tout entier. Et lorsqu’ils vous rencontrent, ils disent “Nous croyons”; et une fois seuls, de rage contre vous, ils se mordent les bouts des doigts. Dis: “Mourez de votre rage”; en vérité, Dieu connaît fort bien le contenu des cœurs. (Sourate Al ‘Imran: 119)

Un autre verset évoque la détermination du Prophète face à ses adversaires:

Le Prophète continua à avertir les mécréants et à employer la façon la plus efficace de parler de la religion, dans l’espoir qu’ils accéderaient à la foi et abandonneraient cette haine qu’ils lui vouaient ainsi qu’à sa religion. La sourate an-Nisa’ nous dépeint l’attitude des gens auxquels il devait s’adresser:

N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu’on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge les fausses divinités, alors que c’est en elles qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le diable veut les égarer très loin, dans la perdition. Et lorsqu’on leur dit: “Venez vers ce que Dieu a fait descendre et vers le Messager”, tu vois les hypocrites s’écarter loin de toi.(Sourate an-Nisa’: 60-61)

Malgré la duplicité de ses adversaires, le Prophète leur parlait en des termes susceptibles de les éveiller à la vérité et d’agir sur leurs consciences. On lit dans un verset:

Voilà ceux dont Dieu sait ce qu’ils ont dans leurs cœurs. Ne leur tiens donc pas rigueur, exhorte-les, et dis-leur sur eux-mêmes des paroles convaincantes. (Sourate an-Nisa’: 63)

C’était naturellement une lourde responsabilité que de devoir conseiller ses ennemis, de leur montrer leur égarement et de les inviter à rejoindre le droit chemin. Mais à un homme qui, comme le Prophète, avait placé sa confiance en Dieu, savait que la foi était un don de Sa part et ne craignait nul autre que Lui, Dieu apportait assistance et soutien.

Dis: “Voici ma voie, j’appelle les gens (à la religion) de Dieu, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Dieu! Et je ne suis point du nombre des associateurs.”

(Sourate Yusuf: 108)

Dans plusieurs versets du Coran, Dieu révèle qu’Il a envoyé des messagers pour ramener les égarés sur le droit chemin, les purifier et leur enseigner les saints versets. Comme nous l’avons vu plus haut, tout au long de sa vie, le Prophète a assumé la responsabilité que Dieu lui avait confiée avec persévérance, patience et détermination. Même dans son sermon d’adieu, qu’il prononça peu avant sa mort, il continua à prêcher aux Musulmans.

Dieu fait mention de ses sublimes responsabilités dans un grand nombre de versets:

Ainsi, Nous avons envoyé parmi vous un messager de chez vous qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre et la sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas. (Sourate al-Baqara: 151)

Dieu a très certainement fait une faveur aux croyants lorsqu’Il a envoyé chez eux un Messager de parmi eux-mêmes, qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la sagesse, bien qu’ils fussent auparavant dans un égarement évident. (Sourate Al ‘Imran: 164)

Sami Efendi (1838-1912). Une inscription calligraphique dans le style celi ta'liq. Qalam-i Kibar (apophtegme), "La première condition de la sagesse est la crainte de Dieu."

C’est Lui qui a envoyé à des gens sans Livre (les Arabes) un Messager des leurs qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la sagesse, bien qu’ils fussent auparavant dans un égarement évident. (Sourate al-Jumu’a: 2)

Dans un verset, Dieu décrit les conseils et avertissements du Prophète comme étant des “choses qui donnent la vraie vie”:

ô vous qui croyez! Répondez à Dieu et au Messager lorsqu’il vous appelle à ce qui vous donne la (vraie) vie, et sachez que Dieu s’interpose entre l’homme et son cœur, et que c’est vers Lui que vous serez rassemblés. (Sourate al-Anfal: 24)

Cela explique que les conseils et exhortations du Prophète ne sont comparables à ceux d’aucun autre. S’y conformer est un moyen de gagner le salut dans ce monde et dans l’autre. Chacune des exhortations du Prophète repose sur une sagesse qui sauvera les hommes du mal, de la cruauté, du pessimisme et de la souffrance. E'tant donné que tout son enseignement est inspiré et appuyé par Dieu, un Musulman sincère ne peut que s’y soumettre, pour accéder ainsi à la foi.

Les paroles du Prophète qui nous sont parvenues témoignent des excellents conseils qu’il prodiguait aux croyants. Un exemple en est le conseil qu’il donna à son compagnon Mou’adh et qui est rapporté comme suit:

ô Mou’adh, voici ce que je te conseille: crains Dieu, dis la vérité, tiens tes promesses, sois digne de confiance, épargne ton voisin, témoigne de la bonté aux orphelins, sois modeste dans tes propos, répands la paix, fais de bonnes actions, cramponne-toi à la foi, approfondis ta connaissance du Coran, aime la vie future et crains le rendu des comptes...

ô Mou’adh, voilà ce que je t’interdis: n’appelle pas l’honnête homme menteur, ne suis pas la voie du péché, ne désobéis pas au juge équitable et ne sème pas la corruption.

ô Mou’adh, voilà mes instructions: crains Dieu à chaque fois que tu passes devant une pierre, un arbre ou un monceau de terre. Repens-toi après chaque péché. Repens-toi pour les péchés commis en secret et en public.17

Voilà comment le Prophète éduquait ceux qui l’entouraient et les exhortait à la vertu.