Persécutions et Souffrances subies par FATIMA AZ-ZAHRA (p)
 
Le Persécuteur savait ce qu'il était !

!

Le Persécuteur cruel et lâche

De Fatima Az-Zahra et de ses Enfants

Savait ce qu'il était, ce qu'il faisait.

De plus, il se serait même flatté de ne pas les aimer,

Et s'il avait dit les aimer,

Il l'aurait dit en bon hypocrite et menteur qu'il était,

Car, on le sait, il se flattait de n'être aimé que par lui !

!

Leur nuire,

C'était vivre sa passion,

Les détruire,

Sa routinière préoccupation.

Il déplorait leur immense renommée parmi les Converti(e)s,

Considérant qu'elle l'empêchait d'être le seul admiré

Car il voulait tout dominer

Et s'emparer de tout en cette vie pour s'en couronner.

!

Ce n'était pas qu'il se faisait jaloux et envieux,

Etre destructeur des Vertueux,

C'était sa nature qui le rendait fier de penser

Qu'il était le seul à porter

Autant de rage envers les Immaculés,

Les Purs,

Les seuls exemptés par Çááå-Dieu de toute souillure.

!

Il avait un grand besoin de se sentir intraitable, implacable,

Le plus tyran, le plus répugnant, le plus misérable,

Il aimait se faire voir ainsi, vociférer

Et lancer des cris contre les Très-Saints Immaculés,

Existait-t-il au Monde quelque ennemi

Des Très-Saints Immaculés autant tyran que lui,

Autant maudit que lui ?

! Mettez-vous sous ma guidance,

Ordonnait-t-il aux Converti(e)s,

Vous me servirez pour combattre par le Feu mes ennemis,

Il était fier de les maintenir dans l'ignorance et la duperie,

Car le véritable ennemi, vous l'avez compris, c'était lui !

!

Ennemi des Puits de Science que sont les Immaculés,

Il voulait tous les combler, les voir inemployés,

Leur Science abandonnée, oubliée, asséchée,

Grand Ignorant qu'il était,

Il ne se sentait concerné

Ni par le Saint Coran,

Ni par la Sunna du Messager

Et encore moins par leurs Grands Enseignements :

Pour tous les temps

Son Intelligence était gelée en profondeur
Là résidait son Grand Malheur

Et le Grand Malheur de Fatima Az-Zahra et de ses Enfants !

!

Il vivait ses jours et ses nuits dans la même profondeur noire de l'âge de la Djahiliyyah, sans avoir compris que l'Humanité avait échappé au Naufrage cosmique grâce à la Descente du Saint Coran du Monde métaphysique !

! Guidance, Gouvernance, Guérison, Délivrance, Science ! Depuis la Dernière Mission divine, l'Humanité, si elle le veut,

est sauvée ! Çááå-Dieu, et avec Sa Permission, les Quatorze Immaculés, veillent sur elle pour l'éternité !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Lattes, Sud de la France, chez l'ami Hajj Ali, le Jardinier en agrobiologie ;

été 1432 / 2011

Paroles de Fatima Az-Zahra

Que la Paix Çááå-Dieu soient sur elle

________________________________________

Et lorsque les cornes du Diable se faisaient voir à nouveau et que la bouche des polythéistes murmuraient des propos de sédition et de complot, il (pslf) mettait un terme à la dispute avec l'aide de son Frère Ali (s), celui qui ne fait jamais demi-tour, jusqu'à ce que l'ennemi morde la poussière de la défaite et que la flamme de la guerre soit éteinte par son sabre. Il (s) était toujours au service de la Cause de Çááå-Dieu, attentif à Son Ordre, aux proches côtés de Son Messager (pslf). Extraits de sa Déclaration citée dans Awalim Al-Ouloum wa Moustadrakatiha ; précité.

!

71

1432 / 2011

________________________________________

L'Oubli des Ahlul Beyt a un prix auprès du Seigneur ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec eux

!

Depuis le décès du Messager,

Se sentir tranquille et protégée

Par l'Affection offerte à Fatima Az-Zahra et à sa Postérité,

Voilà le sentiment de l'âme qui cherche à se rassurer

Et qui trouve auprès de la Famille du Messager

La Couverture du Bouclier de la Foi et de la Taqwa

Pour se protéger de tous les traits enflammés du Brasier,

L'écartant ainsi de l'effroyable plongée dans l'insoutenable

Au Jour de la Grande Traversée,

Jour de la fin extrême qui est le lieu d'arrivée,

Faisant qu'enfin on est accusé ou pardonné,

Parachevé dans ce qui sera soit éternelle contemplation

Soit permanente combustion !

C'est au moment de quitter cette Doun'ia que la question se posera : Pourquoi tant d'inquiétude ou de quiétude pour cette ultime fois ? L'Affection due à Fatima Az-Zahra et à son Immaculée Descendance a-t-elle été offerte ou délaissée ?

Tout dépendra s'il avait été compris que c'était sur ces Immaculés qu'il fallait régler l'Horloge de la Vie et qu'après rien ne pouvait recommencer une fois le Sablier écoulé !

Oui, Doun'ia, en toi se prépare l'arrivée dans l'Au-delà bien avant que la mort ne vienne enlever et qu'à ce moment là personne ne pourra jouer à ne pas l'avoir vue ni à ne pas avoir été prévenu pour une dernière fois par le Maître et Sceau des Messagers de la Promesse du Seigneur d'éternité soit au Paradis soit en Enfer selon qu'il aura été offert ou pas à Fatima Az-Zahra et à sa Progéniture l'Affection qui leur revenait !

âme négligente te voilà enlevée loin de ta Doun'ia que seul Le Créateur peut user et dans laquelle, pressée d'y vivre affectueusement toute ta durée de vie dans ses bras, tu en avais oublié l'Affection due à Fatima Az-Zahra et à sa Progéniture, Fruits de l'Arbre de la Prophétie, Modèles accomplis des Enfants de l'Islam et Souverains de la Jeunesse au Paradis !

A ton tour te murmurait la Mort de marcher là-haut sur le Sirat Al-Mustaqim, ci-gît, en voisines, la quiétude et l'inquiétude à même un fil, tu ne pourras pas prévoir l'instant du mauvais pas qui fait basculer dans l'Abîme du Brasier et changer l'Espoir en cruel Désespoir ! L'Oubli des Ahlul Beyt a un prix auprès du Seigneur ! Ne l'avais-tu pas appris ?

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chezle Frère Youcef, Montpellier, France, Ramadhan 1432 / Aout 2011

72

1432 / 2011

________________________________________

car avec eux…

!

Que faire avec Fatima Az-Zahra et les Imams de sa Pure Descendance sinon les suivre sans jamais les dépasser ni rester à l'arrière ni s'en écarter sur le côté :

car avec eux la vie connaît l'Itinéraire à suivre sur cette Terre pour parvenir au Paradis et l'Itinéraire à éviter qui mène droit en Enfer ;

car avec eux la marche est droite sur la Terre de Çááå-Dieu, ils enseignent les endroits où poser les pas et les yeux si l'on veut s'approvisionner du Bien déposé en elle par Çááå-Dieu ;

car avec eux on avance dans le Consentement et en accord avec les Commandements de Çááå-Dieu, là se trouve l'Absolu Contentement ;

car avec eux on apprend beaucoup de choses nécessaires pour qu'en soi-même on devienne suffisamment intelligent pour cesser de dire : je le savais ou j'y avais pensé, et pour cesser de croire qu'il n'y a plus rien à pénétrer au point que l'on pourrait se passer d'eux ;

car avec eux l'âme habite les sommets de la spiritualité et sait où se situent sa sérénité et son état parfait pour vivre sans trembler ni vaciller au couchant et au levant ;

car avec eux la nuit n'est plus l'obscurité qui tombe, autre est la nuit en Prière, en Invocation, en demandes de Bénédictions divines sur les Gens de la Maison, autant de pratiques adoratives qui préparent à raison un agréable séjour dans la tombe ;

car avec eux une barrière sépare de l'opacité dès lors qu'on est entré en leur Clarté : où irions-nous si l'opacité était autorisée à recouvrir leur Sublime Clarté ;

car avec eux, heureux, bienheureux, très heureux, plus jamais être comme ceux qui ne seront jamais avec eux ni ici-bas ni dans l'Au-delà, qui ne pourront jamais donner un regard d'où sortirait un rayon lumineux en lieu et place d'un regard ténébreux semblable au regard des gens malheureux ou haineux qui ne connaissent jamais les réjouissances du regard qui se porte sur eux qui doivent être vus et que les Yeux du Cœur veulent voir, eux seuls savent tout ce que l'âme des Immaculés qu'ils sont tient d'Intelligence, de Croyance, de Foi, de Savoir, de Douceur, de Justice et de Salam ;

car avec eux on s'appuie sur l'éternelle Vérité, qu'est-ce que sans eux serait-elle devenue après la Mort du Maître et Sceau des Prophètes de Çááå-Dieu ?

car avec eux le Serviteur de Çááå-Dieu est toujours le plus pressé à s'en approcher, à la saisir, à la protéger et à la conserver ;

car avec eux le Faux ne peut jamais être le roi, ni clamer qu'il est l'éternité, ni cacher qu'il marche dans la noire obscurité, ni soutenir les regards des Gens de la Vérité, regardez-le de façon qu'il se sache regardé, pour qu'il sache qu'il sera partout épié et cerné jusqu'à La Parousie de l'Imam Al-Mahdi qui l'anéantira ;

car avec eux on baigne dans la Lumière de Çááå-Dieu qui éclaire l'Itinéraire à suivre pour parvenir à Lui et à Son Paradis promis dont IL sait à qui en ouvrir l'accès ;

car avec eux on apprend à pratiquer les Prescriptions de Çááå-Dieu et à s'abstenir de Ses Proscriptions ;

car avec eux on ne ferme point les portes à la Vérité ni à la Lumière, on ne vit ni dans le noir ni dans l'insomnie dont se nourrit la vie des serviteurs de cette Doun'ia qui les dévorent comme l'animal sauvage dévore la proie qu'il a saisie ;

car avec eux on sait déjà sur quoi s'appuyer à l'Heure des Comptes alors qu'il n'y aura plus rien à quoi s'agripper pour ne pas sombrer dans les ouragans de flammes du Feu de l'Enfer qui n'épargne ni le petit ni le grand, ni le malade ni le bien portant parce qu'il aime être Feu au service de l'Enfer qu'il doit constamment entretenir enflammé car il sait que le désir du Brasier est d'être encore plus Brasier, il ne veut pas qu'il soit dit que l'Enfer n'est pas un Enfer, qu'il y a des vides sans Feu où se réfugier, se reposer et oublier le Terrible Châtiment… il doit y avoir Feu partout… et quel Feu… non pas le feu connu des terriens qui s'éteint lorsqu'il a tout dévoré, mais Feu de Çááå-Dieu qui ne s'éteint jamais et consume sans arrêt avec la même intensité le très dur comme le très tendre, le fer comme la chair !

C'est ainsi qu'est le Feu de l'Enfer contre lequel il vaut mieux choisir d'être avec le Livre de Çááå-Dieu, avec la Sunna du Messager de Çááå-Dieu et avec Fatima Az-Zahra et les Imams de sa Pure Descendance, ces Grands Vertueux, pour s'éviter d'y être projeté dans ses profondeurs sans plus pouvoir en remonter ni échapper à ses éternelles Douleurs !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Beka'a, Liban, Dhul Qa'da 1432 / Octobre 2011

73

1432 / 2011

________________________________________

ô Fatima ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit éternellement sur toi

!

Les pages de l'Histoire ont appris au Monde qui il était quand l'un des plus violents parmi eux s'était tenu devant ton Humble Porte, ô Très sainte Fatima, répandant l'effroi en mettant feu à ses fagots de bois qu'il avait pris soin de bien empiler et de choisir bien sec.

Si maintenant, cet ennemi terrible, d'un seul pas d'une Croyante s'approchait, il provoquerait en son Cœur un si violent battement, qu'elle en périrait sûrement !

Qui était-il pour être tant effrayant devant la Porte de la Demeure de Sainte Fatima ? Prêt à faire le malheur de toute la Humble Famille du Prophète Mohammed Ibn Abdullah !

N'est-il pas vrai que les ennemis des Ahlul Beyt ne sont résolus qu'à faire le Mal ? N'y a-t-il pas en eux d'esprit de compassion mêlé à leur implacable hostilité ?

Oh, comme il était maître de son acte celui qui mit feu aux fagots de bois empilés contre l'Humble Porte de la Demeure de Sainte Fatima ! Violence et Hostilité étaient avec tant de perfidie et déloyauté incrustées en son cœur, qu'il peut en être dit qu'elles étaient les Signes de la Malédiction prononcée contre tout ennemi des Ahlul Beyt ! Il avait choisi de prendre le Démon pour maître et ami ! Maudite allégeance ! Implacable servitude du Démon où se perdent les grandes vertus et bonnes résolutions !

Ah ! Si pour une fois humain, l'ennemi avait lâché de sa main la Torche de Feu ! Hélas ! A-t-on vu une fois dans la vie, une main ennemie portant le Feu, demander à l'autre : éteins-le !? Qu'il connaisse le remords au Jour du Jugement pour avoir agi contre la Demeure de la Fille bénie du Messager de Çááå-Dieu !

C'était sa haine qu'il ne voulait point éteindre, elle croissait de jour en jour, de nuit en nuit, toujours elle l'accompagnait avec son envie de nuire à la Sainte Famille du Messager, envie qui finalement fit son œuvre, le Pacte conclu avec le Messager avait été brisé : n'avait-il pas été convenu avec lui de laisser sa Sainte Famille mener une existence paisible après son décès ? était-ce donc à cette Vie de Souffrance et de Persécutions qu'elle devait s'attendre sous son toit ? Ne méritera-t-il pas le Châtiment divin pour avoir manqué à la Promesse solennelle passée avec le Messager de Çááå-Dieu ? pour avoir foulé aux pieds le Pacte d'Alliance auquel il ne devait pas manquer ! Son mal a vraiment trop duré ?

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez l'ami Haydar à Taraya, Beka'a, Liban

Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

74

1432 / 2011

________________________________________

Persécutée… !

!

Persécutée,

Continuellement persécutée,

Le jour, la nuit,

Et ainsi chaque jour et chaque nuit

Depuis le Retour au Seigneur de l'âme de ton Père-Messager, Maître de la Protection et de la Douceur par la Volonté du Créateur !

Et ton Cœur si las et si lourd de souffrances et de persécutions, ô Fatima Az-Zahra ! Et de ta Nostalgie si grande de rejoindre ton Père là-bas, au Paradis !

Il n'y avait plus d'Affection ni pour toi ni pour tes Enfants hormis celle de ton Mari Ali, de ta Maisonnée bénie et de vos Sincères et fidèles Amis !

Tous, vous subissiez ensemble les traitements injustes de la Tyrannie, de la Fureur de la Persécution passée dans les Cœurs, de la Démence de la Haine, de la Possession des Esprits par la Calomnie et par les sabres de l'Injustice et de l'Usurpation levés sur les Très Saintes Têtes des Gens de la Demeure du Prophète !

Personne ne pouvait se lever pour défendre tes Droits usurpés sans risquer d'avoir la tête tranchée ou de faire s'entretuer des Frères en Religion dans une horrible tuerie, ce que l'Imam Ali, ton Mari, s'était d'ailleurs interdit.

Des âmes devenues subitement étrangères à la Douceur et Compassion de ton Père-Messager, sorties des labyrinthes obscurs et fangeux de la Désobéissance à Çááå-Dieu, à Son Prophète et à l'Imam détenteur de l'Autorité et de la Désobéissance au Dessein du Tout-Miséricordieux et Très-Miséricordieux consistant à prolonger l'Enseignement donné par Son Prophète dans l'Enseignement donné par ses Ahlul Beyt.

Voilà, aucune soif d'Affection sincère et profonde à ton égard, que de l'Aversion insupportable s'étendant jusqu'à l'horizon.

Tes Persécuteurs étaient retournés à l'âge de la Détestation de tout ce qui émane des Amis de Çááå-Dieu : Prophètes et Successeurs. Car c'est bien de l'obscurantisme de cet âge sombre et dur que surgissent la Tyrannie et la Barbarie, l'Injustice et l'Oppression, la Transgression et la Persécution.

Ainsi que ceux-là même qui ne veulent pas écouter la Parole de Çááå-Dieu mais qui comprennent parfaitement les suggestions du Démon, l'ennemi juré des Pieux et Vertueux. Et ce sera longtemps après, beaucoup plus tard, qu'il leur reviendra à l'esprit qu'ils avaient obéi au Démon et désobéi à Çááå-Dieu, à Son Prophète et à l'Imam détenteur de l'Autorité.

Persécuteurs de Fatima Az-Zahra et de sa Progéniture Bénie, viendra le Jour où vous voudrez retourner, ne fût-ce que pour un instant, le temps seulement qu'il faudrait pour déclarer votre Affection pour les Gens de la Famille du Messager !

Mais il sera bien tard pour y penser et s'y engager car aucun retour n'a été programmé par Le Créateur pour réparer le Remords et l'Erreur, cette lourde parure de toile sombre et rugueuse, dure comme la pierre, remplie de honte et de déshonneur ; jamais votre âme n'aura été autant malheureuse à la recherche du Refuge de la Clémence du Seigneur, il n'y a aucun jour pour elle où le Pardon de Çááå-Dieu pourrait lui être accordée pour la violence faite à Fatima Az-Zahra et à sa Noble et Très-Sainte Descendance !

En ce Jour unique tout sera bruyant pour l'âme de tes Persécuteurs, mais ce ne seront point des voix qui proviendront du Paradis, mais des voix qui crieront leur douleur rouge portée dans une infinie incandescence environnée des Flammes denses et brûlantes, monstrueuses et dévorantes du Feu de l'Enfer où la température est tellement élevée que tout ce qui est considéré par l'homme comme incombustible est en permanent état de combustion vive et si horrible qu'on est en droit de s'étonner comment le seul nom n'en a pas donné de l'horreur et des frissons aux Persécuteurs de Fatima Az-Zahra et de sa Famille sanctifiée, qui font encore souffrir les Cœurs de leurs Amis et vaciller la Raison face à leurs préjugés terribles qui plaçaient au rang des Vertus l'horreur de faire mourir les Immaculés au point de se faire un honneur de répandre leur sang ou de les faire terriblement souffrir jusqu'à la mort par le poison.

Rassemblement ! Rassemblement des Persécuteurs des Gens de la Demeure du Messager ! La Trompette du Jugement a sonné et annoncé qu'il va être rendu par le Juge Suprême sans complaisance pour les Persécuteurs de la Souveraine des Femmes des Mondes et du Paradis !

Ils courront à l'envi dans l'espoir de sortir les premiers des labyrinthes qui flambent par des escaliers qui montent et qui descendent dans le Brasier sans jamais faire parvenir à une sortie car en Enfer il n'existe tout simplement pas d'issue pour s'en libérer ni au dessus ni au dessous ni sur les côtés !

Et voici les Persécuteurs de Fatima Az-Zahra et de sa Très-Pure Progéniture qui brûlent continuellement dans le dur et infini supplice du Brasier de l'Enfer ! Et ce sera le prix à payer par eux pour avoir continuellement persécuté Fatima Az-Zahra et ses Enfants !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Beka'a, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

75

1432 / 2011

________________________________________

Qui s'attaqua… ?

!

Qui s'attaqua à la Révélation du Saint Coran ?

Qui s'attaqua à la Sunna du Messager ?

Qui s'attaqua à Fatima Az-Zahra ?

Qui s'attaqua à sa Très Sainte Maisonnée ?

Qui s'attaqua à chaque Imam du Temps de sa Descendance ?

Parce qu'il s'agissait et s'agit encore d'attaquer la Nouvelle Aurore des Mondes annoncée dans les Livres précédents !

Parce qu'il s'agissait et s'agit encore d'attaquer le Remède pour se réveiller : la Fitra allait dorénavant vers ses finalités monothéistes sublimées, vers les retrouvailles avec l'ère annoncée de la Bonne Nouvelle du Bel Exemple à imiter dans sa Douceur qui trouvera des Cœurs tendres où se poser, où pénétrer, comme s'il y avait eu en eux un très grand vide causé par l'attente du Prophète mentionné dans les Livres antérieurs, comme s'il fallait au final que ce soit avec lui que le lien avec Çááå-Dieu Un se rétablisse après Lui avoir donné des associés imposés par le Cercle mondial des faussaires et falsificateurs : est-ce que ceux-là sont déchargés de culpabilité dans l'égarement polythéiste et idolâtre des populations de ce temps ?

Pas la peine de répondre, le Saint Coran l'a fait bien avant nous dans le Rappel de l'Unicité divine dont le début est prononcé par Gabriel, l'Ange-Messager, sous la voûte de très belle pierre noire de la Grotte au sommet de la Montagne qui donne sur les lumières de la Très Sainte et Pure Maison du Seigneur exalté, puis, le Rappel ira bien au-delà de la Grotte par le Prophète qui l'a reçu et généreusement propagé dans les Cœurs et les Têtes, au point où il n'y a pas d'endroit sur la Terre du Seigneur où il n'est pas arrivé et elle ne cache pas sa joie de savoir qu'un jour elle sera totalement débarrassée de la souillure du polythéisme et de l'idolâtrie, elle se réjouit de cette Délivrance en cours depuis la sortie de la Grotte du Maître et Sceau des Prophètes, Porteur du Rappel de l'Unicité qui va s'en pendre sur Ordre du Créateur à tout ce qui est adoré en dehors du Seigneur :

Idolâtres, Polythéistes, Taghouts, Associationnistes, vous avez été prévenus : " Il n'y a de Çááå-Dieu que Çááå-Dieu Seul et sans associé "

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Beka'a, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

76

1432 / 2011

________________________________________

Sais-tu ?

!

Les Mains qui toujours donnent

Sont celles de la Très Bonne Fatima Az-Zahra,

Connues pour être les Mains Saintes et Pures

De la Souveraine de l'Abondance Ici-bas et dans l'Au-delà,

Dont la Mission est de l'épanouir

Pour la Félicité de l'Humanité par le biais de sa Descendance

Composée de Onze Imams Immaculés, tous Amis de Çááå-Dieu,

Pour guider du berceau au tombeau les Vertueux

Sur le Chemin qui mène au Paradis promis !

Ce sont les Mains

Qui ont reçu les Fruits nouveaux de l'Arbre de la Prophétie

Pour les donner ensuite à l'Humanité pour y faire fleurir

Les Hautes Valeurs et Belles Vertus de la Fitra,

Car, sans cette Divine et Sage Floraison,
L'Humanité demeurerait sauvage

A l'image d'un fleuve indompté qui ne cesse d'écumer

Et d'emporter tout sur son passage

Ou de la tempête dans une forêt

Qui ne cesse de mettre la famille des grands arbres en danger !

Et Fatima Az-Zahra savait tout de l'Heureux devenir de l'Humanité sous la Manne des Bontés de Çááå-Dieu descendue de Ses Cieux ; elle savait tout aussi de son devenir malheureux prise dans la bourrasque effroyable des suggestions stériles du Shaytan dont l'objectif est de former une Humanité sous mille épaisseurs d'hérésies et d'illusions d'un noir très hideux et terrible !

As-tu compris, maintenant, quelles Mains Saintes et Pures étaient remplies par Çááå-Dieu de l'Abondance de Ses Bontés infinies, et quelles autres mains étaient remplies par le Shaytan de milliers d'épaisseurs d'illusions et d'hérésies !

Alors, choisis entre les Mains de Fatima Az-Zahra qui portent la Nourriture céleste de la Manne des Bontés de Çááå-Dieu descendue de Ses Cieux et les mains du Shaytan porteuses de la nourriture diabolique de ses suggestions composées de milliers d'illusions et de sataniques hérésies !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Baalbek, Sanctuaire de Sainte Khawla (s),

Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

77

1432 / 2011

________________________________________

Souvenir !

!

Aussi doux que le Souvenir du Messager de Çááå-Dieu,

Le Souvenir de Fatima Az-Zahra et de sa Progéniture

Baigne la Vie des Fidèles de l'Affection qui lui est destinée !

Leur Passion est dans sa Sainte et Pure Demeure

Et leur Grand Bonheur y commence dans la Science

Et la Connaissance du Seigneur !

Le Bonheur

N'est-il pas chez les Fidèles de la Religion d'Amour

Qui ont répondu présents à l'Appel de l'Affection

A offrir tous les jours

A Fatima Az-Zahra et à sa Progéniture !

Ils aiment se souvenir de la Célèbre Maisonnée

Et devant celle-ci par la pensée,

Ils élèvent pieusement leurs mains assemblées

Vers le Seigneur pour qu'IL leur accorde la Faveur

De l'Intercession des Immaculés

Au Jour de l'arrivée devant la Porte du Paradis

De laquelle le Shaytan s'évertue à y entraîner bien au loin

Tous ceux et toutes celles sur lesquels

Il impose la tutelle de sa main !

Telle est sa diablerie : trouver de pauvres sots, leur apprendre très tôt et tout bas à marcher vers l'Enfer, sa patrie, en lui tenant la main !

Telle est sa diablerie : remplir les Cœurs d'hérésies et orner les Têtes d'illusions chaque matin jusqu'au matin suivant, et ainsi pour tous les matins du monde !

Voilà une partie de sa diablerie : étancher la soif des simples d'esprit à la cruche de ses maléfices qui diabolisent la Vie !

Pour échapper aux diableries du Shaytan et à la tutelle de sa main qui entraîne tout près de l'Enfer, il faut saisir la Main salvatrice des Quatorze Immaculés qui entraîne bien loin de l'Enfer et tout proche du Paradis !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Baalbek, Sanctuaire de Sainte Khawla (s),

Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

78

1432 / 2011

________________________________________

Craindre le relâchement !

!

Pour s'éviter

De vivre des heures,

Des journées

Et des nuits en solitaire,

Quand la Foi en silence

Et par imprudence faiblit en soi

Comme le cœur après une violence,

S'empresser, alors, de resserer très fort

La Main salutaire de Fatima Az-zahra et de sa Descendance,

Car nous sommes forts face à l'adversaire qu'est le relâchement

Qu'en serrant très fort cette Main salutaire

Donnée par Çááå-Dieu pour l'éternité

A la Fitra de son entière Humanité !

Il faut se méfier de l'adversité de ce relâchement

Que le Pieux bannit

Mais qui le guette aux détours de sa Vie,

Car, relâcher la Main salutaire et pure des Immaculés,

C'est attirer à soi la main empoisonnée

Du Shaytan le réprouvé qui s'empresse de se faire serrer

Pour guider l'égaré sur le Chemin qui mène vers l'Enfer !

Ne point se laisser troubler, donc, par les murmures

Et insinuations du Démon qui envoient la Vie vers l'Enfer !

Veiller jour et nuit

A ce que les mains

Tiennent toujours avec fermeté la Main pure

Qui guide sur le Chemin qui mène au Paradis !

Ainsi devons-nous bannir les heures, les journées et les nuits vécues en solitaires et craindre toujours le relâchement de la Main salutaire des Quatorze Immaculés !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Baalbek, chez le Frère Abou Imran,

Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

79

1432 / 2011

________________________________________

Témoignage !

!

Ta Vie

Et la Vie de tes Enfants,

ô Fatima Az-Zahra,

Formaient la Vie familiale ornée de la Connaissance de Çááå-Dieu, de la Croyance, de la Foi, de la Pratique du Saint Coran et de la Sunna de ton Père- Messager ! Pour quelle raison les Gens de la Cruauté l'ont-ils tant et tant persécutée et fait souffrir tant de mal ?

Vos Vies pouvaient témoigner de ces jours au cours impétueux où vous étiez en butte à la Persécution d'hommes odieux et insensés ne cherchant qu'à vous nuire !

Seule, tu savais comment la Souffrance et l'Oppression vous terrassaient l'âme et le Cœur et comment après un long temps face à ces deux effroyables fléaux sortis de la Fureur, avec l'Aide et l'Assistance du Seigneur, tu as pu t'en écarter pour aller plus loin, rejoindre ton Père-Messager au Paradis de l'éternelle douceur !

Tu fus soudain enlevée jusqu'à lui et ainsi comblée de l'Agrément par Çááå-Dieu de ton Invocation que tu reçus comme une immense délivrance dans l'ultime abaissement de tes paupières sur les misères d'ici-bas, pour les lever plus haut, sur l'?clatante Lumière du Monde de l'Au-delà !

Ainsi se termina ta Souffrance dans un Sublime Revoir avec ton Père entouré des Anges et de tous les autres Prophètes dans l'indicible Proximité de Çááå-Dieu où tout est Merveilleuse et Douce Quiétude !

Telle était ta nostalgie : quitter la Demeure de l'Ingratitude la plus odieuse du Monde d'ici-bas pour habiter, radieuse, ta Vaste Demeure du Paradis et ne jamais avoir à la quitter ! Tel était ton Secret Désir d'?ternité et de Sérénité en la compagnie de ton Père-Messager !

Et ainsi tu fus enlevée du brouhaha et de la brutalité de cette ingrate Doun'ia pour vivre l'éternel silence et Douceur du Paradis promis dans l'Au-delà

!

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Baalbek, chez le Frère Abou Imran,

Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

80

1432 / 2011

________________________________________

Viendra le jour où…

!

ô Fatima Az-Zahra, viendra le Jour :

Où vous seront rendus vos Droits ;

Où l'Usurpation et la Persécution se tairont sous tous les toits ;

Où la compréhension du sens de la Proclamation lancée à Ghadir au-dessus des têtes du haut d'un tas de bâts par ton Père-Prophète se fera et hors de laquelle nul régime n'aura jamais pu gouverner la Communauté comme l'avait fait ton Père autrefois et ton Mari Ali à Koufa !

Alors,

Elle verra se tourner la Page du Grand Malheur de l'Erreur et se présenter à elle la Page du Grand Bonheur de La Parousie de l'Imam Al-Mahdi, l'Imam Libérateur de ta Descendance bénie, par lequel tout le Bel Avenir promis de l'Islam mohammadien se réalisera à l'infini !

Alors,

La Lumière donnée par Çááå-Dieu avec l'Islam se répandra sur Sa Terre entière car il sera appuyé par la Toute-Puissance du Seigneur des Univers qui en fera l'Argument victorieux sur les flots de l'Injustice et de la Tyrannie, sur les flots des Promesses et Hérésies qui avaient recouvert la Terre !

Oui, Fatima Az-Zahra,

Tes Persécuteurs seront anéantis,

La Terre du Seigneur n'entendra plus raisonner leur calomnie !

Et comme la Vérité est unique,

Elle seule sera établie par l'Imam Al-Mahdi

Après avoir écrasé l'Erreur usurpatoire et inique

Qui pensait ne jamais mourir,

Qui croyait pouvoir bannir la Vérité à l'infini

Et se maintenir à perpétuité à la tête des Affaires de la Belle Communauté de ton Père-Prophète !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Beka'a, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

81

1432 / 2011

________________________________________

Nostalgie !

!

ô Fâtima Az-Zahra !

ô la Véridique !

ô la Bénie !

ô la Vertueuse !

Vois nos jours et nos nuits sont si cours et absorbés du plaisir de te voir toujours heureuse auprès de ton Père au Paradis !

Vois, nous rassemblons et tendons nos mains remplies d'Amour vers le Seigneur pour qu'IL nous accorde la Faveur de ton Intercession auprès de Lui !

Sois-nous pitoyable et toute Clémence,

ô Fâtima Az-Zahra !

ô Fille du Maître de la Douceur et de la Tolérance !

Nous sommes les Fidèles de l'Affection qui t'est due et toi seule avec ton Père-Prophète et sa Descendance vous pouvez savoir combien la Nostalgie de vous voir au Bassin de l'Abondance fait languir nos Cœurs d'Amour pour vous !

Et cette douce langueur d'Amour de l'âme, tu l'as toi-même connue dans la Nostalgie de retrouver ton Père au Paradis : Elle a l'aspect de la limpidité du diamant et n'est en vérité que la Divine Illumination de la Foi que le Seigneur Tout-Puisant et Très-Majestueux répand dans l'âme des Fidèles de l'Affection offerte aux Gens de la Famille du Prophète !

ô Fâtima Az-Zahra ! Voici les heures de nos jours et de nos nuits dans lesquels notre âme languit d'Amour pour vous !

Nous sommes seuls à en soupirer et à n'avoir de Secours que votre Intercession agréée auprès du Seigneur Tout-Puisant et Très-Majestueux !

Tout sentiment en nous n'est qu'abandon à la Religion d'Amour car nous sommes la Nostalgie que rien ne peut assouvir autre que votre permanent Souvenir en nous !

Seule nous presse votre Rencontre au Bassin de l'Abondance car elle seule pourra totalement l'épanouir dans la Finalité enfin réalisée de toute vie consacrée à la Religion d'Amour du Seigneur, de Ses Prophètes et des Gens de la Très Sainte Demeure !

Quelqu'un peut-il nous condretire sur ce sujet sans être lui-même sur la Voie de l'Errement et des Persécuteurs des Gens de la Maison, ballotté par la Tempête de l'Insoumission à l'exhortation du Verset de l'Affection : ( Je [le Prophète] ne vous demande aucun salaire pour cela, si ce n'est votre affection envers mes proches ). Coran 42/23

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

82

1432 / 2011

________________________________________

Nous avons parfaitement compris ô Fatima Az-Zahra ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur toi

!

Oui !

Nous avons parfaitement compris

ô Fatima Az-Zahra !

Que les heures de tes jours et de tes nuits après le décès de ton Père-Messager pesaient de toute la lourdeur de la Frayeur, de l'Oppression et des Suffocations de la Persécution !

Lourdes d'attente de ton départ de cette Vie d'ici-bas pour rejoindre ton Père dans la Vie de l'Au-delà !

ô heures d'Horreur qui passaient et pesaient sur ton âme…

Et dehors, les menaces et dans les ruelles de la Sainte Cité s'étendait si loin leur résonance, s'amplifiant au passage de chaque place !

ô Horloge du peu de temps qu'il a suffi pour changer les longues journées passées dans la Douceur et le Bonheur de la Compagnie de ton Père-Messager en journées entières de Frayeur et de Malheur passées sous la continuelle fureur de la haine de certains hommes devenus soudainement odieux devant ta Porte tant de fois franchie par ton Père-Messager de Çááå-Dieu !

Et derrière cette Porte sacrée ouvrant sur l'Univers de ta Vie intime et privée, il te pesait de savoir qu'il y avait des hommes indignes du nom de Convertis entre les mains de ton Père-Messager de Çááå-Dieu, ô Parjure et Haute Trahison provoquées par les sentiments d'antipathie des petits esprits !

Qui ne comprendrait pas, après tout ça, ô Fatima Az-Zahra, ton infinie nostalgie de quitter l'ingratitude de cette Vie d'ici-bas pour aller retrouver ton Père-Messager de Çááå-Dieu dans la Vie de l'Au-delà où n'existe aucune entrée pour la Haine des âmes souillées qu'elles alimentent de toutes leurs bassesses pour en faire ensuite l'odieux prétexte de leurs basses tyrannies déversées à grandes brassées sur toi et ta Famille sanctifiée !

Et tu te languissais de l'absence de ton Père-Messager de Çááå-Dieu, implorant le Seigneur de t'élever jusqu'à Lui pour le retrouver au Paradis promis !

C'était là ton unique attente qui te maintenait forte et puissante face à la horde ennemie tenant en mains les Torches de Feu prêtes à enflammer ton Univers familial intime et béni !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

83

1432 / 2011

________________________________________

C'est certain !

!

Tu voyais,

ô Fatima Az-Zahra,

L'Arbre de la Prophétie résister aux fureurs de la Tornade historique soulevant en spirales les Persécutions de la Tyrannie qu'elle déversait sur ta modeste Maison !

Elle provenait de la Foi attiédie comme un astre éteint chez certains Convertis en désaccord avec les termes de la Déclaration de Ghadir consacrant Successeur ton Mari Ali ; et tu les entendais, ô Fatima Az-Zahra, dire des choses contre lui que tu ne pouvais pas supporter !

Et passaient les fureurs de la Tornade historique chargée de cent sortes de critiques qui mettaient les Cœurs dans une diposition telle que les Bons Sentiments à ton égard et à l'égard des tiens qui devaient se trouver au-dessus des mauvais, se retrouvaient dessous de ces derniers et tout était dans les âmes attiédies hors de l'obéissance au Verset de l'Affection due aux Gens de la Maison du Messager !

Que cela était mesquin avec quoi ils disputaient contre toi et les tiens, ce que tu avais en mains pour lutter islamiquement contre eux, comme cela était grand et puissant puisqu'il s'agissait de la Parole et de la Science de Çááå-Dieu consignées dans le Saint Coran et des dires de ton Père-Messager gravés dans ta mémoire dès ta plus tendre enfance.

Des Arguments divins qui ne pouvaient d'aucune façon se laisser terrasser par des arguments mesquins et vilains, sans consistance coranique et prophétique.

En vérité, ce sur quoi ils l'emportaient était petit puisqu'il s'agissait de simples d'esprit, ce qui les rendait eux-mêmes petits eu égard à ta Position et à celle des tiens de Grandes âmes Immaculées de l'Humanité qui ne pouvaient ployer devant des Petites âmes attiédies !

Il n'y a aucun Triomphe de prévu par Çááå-Dieu pour les Ennemis de Ses Amis, car ils seront toujours vaincus par Sa Toute-Puissance accordée à Ses Amis et non à Ses Ennemis !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

84

1432 / 2011

________________________________________

Puis…

!

La Mort que tu appelais de tes vœux est venue t'enlever sur Ordre de Çááå-Dieu jusqu'au Paradis pour y retrouver ton Père-Messager et lui conter tout ce que tu savais des Haines soudainement surgies des Cœurs de certains Convertis. Tu avais bien des choses à lui conter et qui avaient blesssé tes Sentiments de Souveaine des Femmes des Mondes et du Paradis. Tu avais emporté avec toi ton Infinie Sublimité admirée de tous ceux et de toutes celles qui t'aimaient ; tu portais la Gloire du Monde au féminin jusqu'au comble parce que tu étais et que tu es toujours dans l'éternité : FATIMA : L'Immunisée contre le Feu ! Az-Zahra : La Resplendissante ! At-Tahira : La Pure ! As-Siddiqua : La Véridique ! Al-Mubaraka : La Bénie ! Az-Zakia : La Vertueuse !

Ar-Radhia : La Satisfaite ! Al-Mardhia : L'Agréée ! Al-Muhaddatha : Une personne, non Prophète, avec laquelle les Anges tiennent des conciliabules ! le Seigneur des Mondes t'a comblée de l'Abondance et du Grand Honneur de donner aux Mondes la Sainte et Pure Descendance du Maître et Sceau de Ses Prophètes ! ô combien les Fureurs infinies blessèrent ton Infinie Sublimité ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit éternellement sur toi !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Liban, Dhou Al-Hidja 1432 / Novembre 2011

Un point d'Histoire Sainte Islamique

!

Fatima Az-Zahra (s) ayant examiné de près la situation prévalent autour d'elle, ainsi que les observations formulées à son sujet par certains compagnons de son père (pslf) demeurés fidèles à sa Ligne géothéologique et géopolitique, et faisant sienne la nécessité d'une Déclaration concernant de nombreux faits injustes commis à son égard, à l'égard de la Famille du Prophète Mohammed (pslf), à l'égard aussi des intérêts de la Ummah Islamiyya ;

Convaincue que la continuité de L'Œuvre Islamique de son père (pslf) doit être essentiellement fondée sur la stratégie politique de la Succession de son époux Ali Ibn Abi Tâleb (s), sur les efforts des Musulmans et des Musulmanes et sur l'exploitation de la totalité de leurs ressources en forces spirituelles et matérielles ;

Confirmant que pour cet effort islamique atteigne plus rapidement ses objectifs, il est indispensable que les dirigeants en place cessent de voir la conduite de la Ummah Islamiyya selon les conclusions de la fameuse réunion de Saqifat Béni Sâ'ïdah, selon leurs intérêts particuliers et l'accroissement de leurs richesses pour certains, grâce à leur mainmise sur les biens communs de la Ummah Islamiyya et plus particulièrement sur les biens propres de la Famille du Prophète Mohammed (pslf) ;

Considérant que l'intérêt immédiat que présente un volte-face radical des choix politiques issus de la fameuse réunion en question, notamment pour l'avenir de la Ummah Islamiyya ou bien encore pour l'avenir d'une honorable islamisation qui ne soit pas fondée sur un esprit de conquêtes à des fins de remplir les caisses des dirigeants, exige que les Musulmans et les Musulmanes prêtent une attention constante aux hommes qui s'érigent en dirigeants compromettant le devenir spirituel et temporel, moral et social de la Ummah Islamiyya, en vue d'obtenir toujours plus de pouvoir, une autorité toujours plus grande par la modification pernicieuse des choix politiques islamiques de son père (pslf) et, là où il existe déviation, une exigence s'impose : faire changer le cours de la pensée politique qui fait aller de travers ;

Affirmant nécessaire la continuité géothéologique, géopolitique et géosociologique de la Ummah Islamyya tel le veut Allah Azza wa J'jall-Dieu, Glorieux et Majestueux et par Lui, Son Prophète Mohammed (pslf), Fatima Az-Zahra (s) pointe du doigt et du bon doigt, les obstacles et les restrictions qui nuisent à l'expansion de L'Œuvre Islamique de son père (pslf), qui entravent la prospérité indispensable de la Ummah Islamiyya, et qui pourraient faciliter la désislamisation à long terme ;

Notant que la pratique du fait accompli et injuste sans restriction fait obstacle au Salam de l'Islam, faussant la vérité en la rendant moins efficace et provoquant la contradiction, la division et la suspicion ;

Sachant que les Musulmans et les Musulmanes ont souffert, au cours des derniers mois, du décès du Prophète Mohammed (pslf) et du comportement abusif de certains de ses compagnons et que cette dernière tendance a eu pour effet de diminuer la confiance et de créer un écart chronique entre les dirigeants et les administrés et les besoins de ces derniers de voir se continuer et se réaliser L'Œuvre Islamique de son père (pslf) ;

Considérant que l'instabilité du régime politique en place risque de compromettre le processus islamique de libération et d'émancipation à long terme ;

Prenant note des rapports de force établis par le nouveau régime sur la base d'alliances claniques et tribales ;

Réaffirmant la responsabilité reconnue que détiennent les dirigeants en Islam mohammadien de faire tous les efforts appropriés pour aider à accélérer le succès de la Ummah Islamiyya ;

Tenant compte du fait que l'accélération du rythme de l'Islamisation intelligente, raisonnable, juste et équitable est dans l'intérêt de chacun et de tous ;

Fatima Az-Zahra (s) va demander dans sa Déclaration Historique de tenir dûment compte de l'ensemble Coran-Sunna ; des propos de son père (pslf) énoncés lors du Sermon de Ghadir Khumm ; de la Succession au Prophète Mohammed (pslf) de l'Imam Ali Ibn Abi Tâleb (s), et faire en sorte que la ligne politique d'un régime islamique s'applique à respecter tout ce qui est Œuvre Islamique, n'épargnant aucun effort pour défendre sans cesse les conditions qui permettent depuis son père (pslf) de mener à bon terme métaphysique et politique la Ummah Islamiyya ;

Fatima Az-Zahra (s) fait appel à la Grâce du Nom de Çááå-Dieu ; au nom de Son Prophète Mohammed Ibn Abdullah (pslf) ; au nom de son Successeur l'Imam Ali Ibn Abi Tâleb (s) ; au nom de la Famille du Prophète Mohammed (pslf) ; au nom des Croyants et des Croyantes ; au nom des Musulmans et des Musulmanes ; au nom de la Ummah Islamiyya, contre les choix politiques sous forme d'une Déclaration à l'adresse des dirigeants mais aussi des Compagnons de son père (pslf) et de la multitude musulmane.

Là encore, Fatima Az-Zahra (s) est dans son plein droit d'exercice de sa liberté politique car, tel le souligne l'Ayatollah Mohammed Chirazi : " L'état n'a pas le droit d'interdire le rassemblement que cela soit un rassemblement momentané pour une célébration, pour un deuil, ou pour un échange d'avis ou encore un rassemblement continu comme les rassemblements que font les associations, les syndicats, les comités ou autres… ".29

!