Persécutions et Souffrances subies par FATIMA AZ-ZAHRA (p)
 
Ignoraient-ils que l'Histoire en parlerait ?

!

Pourquoi ont-ils meurtri de leurs méfaits l'âme, le Cœur, l'Esprit et le Corps de Sainte Fatima Az-Zahra ? La Vertueuse ici-bas et dans l'Au-delà !

Ignoraient-ils que l'Histoire en parlerait et que toujours elle en parlera et reparlera ?

Pourquoi ont-ils persécuté la Fille du Messager ?

Ignoraient-ils que l'Histoire les montrerait du doigt et les désignerait comme les pires oppresseurs de la Foi, de la Piété, de la Dignité et de la Sainteté ?

Pourquoi ont-ils blessé de leurs épines effilées de haine la Pureté de la Souveraine des Femmes des Mondes ?

L'Immaculée !

Ignoraient-ils que l'Histoire rapporterait leur tyrannie et cruauté ?

Pourquoi ont-ils marqué par le glaive de l'hostilité la chair dont le Messager avait dit qu'elle était sa chair ?

Ignoraient-ils que l'Histoire dévoilerait leur tendance à la dureté ?

Pourquoi n'ont-ils persécuté que la Fille de Sa Sainteté le Messager ?

A quoi leur a-t-il servi de faire tant de mal à Fatima Az-Zahra ?

Pourquoi n'ont-ils point retenu leur âme, cette farouche maîtresse de l'hostilité lancée jour et nuit sur Fatima Az-Zahra et sa Famille sanctifiée, ne pouvaient-ils pas la ramener à de meilleurs sentiments à leur égard au lieu de la maintenir dans un statut honni d'âme blâmée pour l'éternité ?

N'avaient-ils point lu le Saint Coran appelant à l'Affection à donner aux Proches du Messager ?

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Zeyneb (s), Damas, Rabi' Al-Awwal 1427-Avril 2006

31

1427 / 2006

________________________________________

Quelle Horreur et quelle Malédiction divine que de posséder de tels cœurs…

!

Fatima Az-Zahra !

Vers toi descendaient les Anges de l'Au-delà de la même manière qu'ils l'avaient fait pour Mariam, la Fille d'Imran !

Après avoir loué Çááå-Dieu et salué Son Messager, nous t'invoquons par ton Intercession agréée auprès de Çááå-Dieu, parce que ton Intercession est Divine Grâce et éternelle Bonté comme celle de tous les autres Saints Immaculés, parce qu'il n'est pas inutile que tu saches que nous t'invoquons en tant que la Bénéficiaire de la Sourate de l'Abondance :

( Oui, Nous t'avons accordé l'Abondance. Prie donc ton Seigneur et sacrifie ! Celui qui te hait : Voilà celui qui n'aura jamais de postérité ! )16

Quelques Versets du Saint Coran qui ne laissent pas supposer, de prime abord, que tu seras entourée de l'Abondante et Sainte Descendance du Maître et Sceau des Prophètes qui aujourd'hui est répandue d'Est en Ouest, et du Sud au Nord des cinq continents, dans toutes leurs banlieues ou bien dans la plus petite des îles très éloignée même entourée de la meute des loups qui autrefois avait mené l'assaut contre ton chez-toi et amassé du bois pour y mettre le feu sur ordre du premier donné à son ami le second qui n'avait tenu aucun compte de ta présence parmi ses Habitants : Il fallait tout faire flamber même la Sainte et Pure Fille du Messager Source divine de son Abondante Descendance Immaculée !

Quelle Horreur et quelle Malédiction divine que de posséder de tels cœurs semblables aux cœurs de pierre des deux premiers usurpateurs !

Grâce aux pages de ton Histoire, nous savons tout de cela.

Et comment tu as réagi sans perdre la tête, et comment tu as porté plainte à ton Seigneur qui a rendu Justice à ta requête car tu étais destinée pour aller rejoindre, là-bas, Ton père, le Prophète, accueilli dans la Proximité du Créateur et que si même un ennemi avait tenté de t'arrêter, Vous étiez destinés à vous rencontrer tous deux au Paradis avec cette joie divine et saine qui vous avait autrefois réunis sous Al-Kiça : Ton père, toi, ton époux et tes deux Enfants bénis, Souverains de la Jeunesse du Paradis !

Quelle Horreur et quelle Malédiction divine que de posséder de tels cœurs semblables aux cœurs de pierre des deux premiers usurpateurs !

Nous écrivons tout cela pour que jamais le silence ne l'emporte sur la Vérité et la Connaissance des injustices réelles dont tu fus la victime de l'ignoble Ignorance et la quotidienne persécutée à cause des deux premiers qui avaient décidé de vous opprimer : Vous les Immaculés de la Demeure du Messager !

Quelle Horreur et quelle Malédiction divine que de posséder de tels cœurs semblables aux cœurs de pierre des deux premiers usurpateurs !

Après cette Vérité, quel est celui qui oserait soutenir que la vie des deux premiers fut bonne à vivre et à imiter alors qu'elle fut une vie méprisable qui devait en finir au plus tôt pour éviter à la bonne et naïve Communauté l'errement duquel elle n'aurait plus su s'en tirer !

Partant, quel triste devenir auquel elle se condamnait en suivant les deux premiers alors que tout à côté il y avait Ali, le choisi et le désigné, le Libérateur et Protecteur de l'Humanité, l'Imam de la Foi et de la Piété après le décès du Messager !

Nous écrivons pour cette Divine Grâce et éternelle Bonté dont tu disposes auprès du Seigneur pour que tu intercèdes en notre faveur avec la Permission du Seigneur quand il s'agira du Jour de la Grande Frayeur et de l'Ouverture des Portes claires du Paradis, pour que tu viennes au devant de nous, ô Fatima, et nous accompagner aux Demeures Paradisiaques avec le beau geste de ta Sainte Main : Entrez !

C'est ici l'éternelle Félicité que Çááå-Dieu vous a promis, à vous, Ses Serviteurs et Amis de Ses Amis qui signifie que l'accès à tout ce qui est promis n'a pas de frontières pour Vos Amis mais pour vos ennemis !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, rabi' al-awwal 1427, avril 2006

32

1427 / 2006

________________________________________

Et tes larmes coulaient… Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi

!

ô Très Sainte Fatima Az-Zahra !

Fille Très-aimée du Messager d'Allah !

Les pages de ton Histoire après le décès du plus noble Envoyé, nous rapportent que tu n'en pouvais plus de l'agression de certains Compagnons qui très vite avaient renié l'Affection !

Que tu n'en pouvais plus du vide qui s'élargissait autour de toi depuis la disparition de ton Père qui ne te prendrait plus dans ses bras !

Que tu n'en pouvais plus de la lâcheté des uns, du désert intérieur des autres et de la cruauté de certains et tes larmes coulaient, et tu les récoltais dans tes saintes mains !

Plus jamais le sourire n'est revenu sur tes lèvres purifiées : la bêtise de tes ennemis avait fini par t'épuiser et t'affliger ! ô Sainte Fatima Az-Zahra !

Fille Très-aimée du Messager d'Allah !

Ton histoire nous a fait comprendre que nous aussi nous avons une résistance à soutenir face à tous ceux et toutes celles dont l'unique désir est de faire oublier aux Cœurs qu'ils sont dévolus à ton Souvenir et à ton Amour par Décret du Seigneur !

Vois tes Amis : en est-il un qui te haïsse, un seul d'entre eux qui oserait vouer ta Famille au dédain et à la raillerie ?

Eux, tes Amis l'ont compris : les Cœurs de tes ennemis sont marqués du Malheur de la Haine et dans les Cœurs de tes Amis ton Amour a fixé sa demeure à jamais pour leur Grand Bonheur qui est celui de te rejoindre au Bassin paradisiaque de l'Abondance et que grâce à toi, ils ont fini par convenir que la Résistance et la Puissance de la Foi et de la Piété rien ne peut les détruire car " Point de force ni de puissance si ce n'est par Allah ! ".

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Montpellier, France, Jumada al-thania 1427, juillet 2006

33

1427 / 2006

________________________________________

Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi, ô Fatima Az-Zahra !

! ô Sainte Fatima Az-Zahra ! Comment accepter ta captivité par les maîtres de la brutalité et de la cruauté, destructeurs de la Wilâya du Successeur de ton Père, le Messager, alors que tu es la quintessence de la Foi et de la Piété ! Alors qu'auprès d'Allah Tu es Fatima ;

Az-Zahra ;

At-Tahira ;

As-Siddiqua ;

Al-Mubaraka ;

Az-Zakia ;

Ar-Radhia ;

Al-Mardhia ;

Al-Muhaddatha !

Ce sont là les noms les plus beaux qu'une Fille-?pouse-Mère-Grand-Mère ait jamais porté et qui ne seront jamais portés auprès d'Allah après toi avec autant de Grandeur et de Pureté ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi, ô Fatima Az-Zahra !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Montpellier, France, jumada al-thania 1427, juillet 2006

Paroles de Fatima Az-Zahra

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

________________________________________

Vous les Serviteurs de Çááå-Dieu, Exalté soit-IL, vous êtes responsables de l'application de Son commandement d'instaurer le bien et d'interdire le mal ;

vous êtes les gardiens de Sa Religion et de Sa Révélation ; vous êtes les fidèles de Çááå-Dieu envers vous-mêmes ainsi que Ses missionnaires pour les autres Nations. IL a sur vous un Droit et une pleine Autorité. Extraits de sa Déclaration citée dans Awalim Al-Ouloum wa Moustadrakatiha ; précité.

!

34

1427 / 2006

________________________________________

Fatima Az-Zahra ! Nous avons devant nous ta Déclaration Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi

!

Fatima Az-Zahra !

Nous avons devant nous ta Déclaration, nous la lisons et relisons à la moindre occasion du jour ou avant de nous endormir après que la main de la tyrannie taghoutie ait opprimé toute une journée la Foi, la Piété et la Dignité des Vertueux ou alors tôt le matin, après la Prière du Fajer et la lecture du Saint Coran dans la faible clarté de la journée naissante pour nous armer de ton courage et de ta résistance lancés à la face de la tyrannie sous le toit de la Mosquée de ton Père-Messager.

Tyrannie de la préhistoire, tyrannie de l'histoire, nous ne perdrons jamais l'espoir en l'incommensurable pouvoir de la Voix de la Fille du Messager à la force insurpassable pour dire la Vérité !

Fatima Az-Zahra !

Ta Déclaration est là, c'est tout ton cœur vaillant, poignant, franc, ne connaissant le reniement que de ce qui opprime et persécute l'âme des grands et des petits, c'est ta main égrenant les grains du Tasbih ou jointe à l'autre et toutes deux levées à la Rencontre de Çááå-Dieu pour déposer ta plainte contre les persécuteurs de ta Vie, de toutes les Vies sous Ses cieux !

Ce sont tes yeux plongeant dans la conscience de tes agresseurs, la peuplant de Vérités tenaces lancées contre leur indécence et noire ignorance abattant leur intérieur vide de toute science et de toute connaissance d'où s'écoulaient tout ton malheur et tous les malheurs des Gens de la Demeure du Messager !

Fatima Az-Zahra !

Nous avons devant nous ta Déclaration, c'est bien la Fille du Maître des Prophètes qui en a encastré parfaitement les précieuses paroles de Vérité sorties du Trésor des Ahlul Beyt !

Elle obéit aux règles islamiques de l'action contre l'injustice et l'oppression 17 et nous t'y retrouvons L'Immunisée contre le Feu ! La Resplendissante !

La Pure ! La Véridique ! La Bénie ! La Vertueuse ! La Satisfaite ! L'Agréée ! La personne, non Prophète, avec laquelle les Anges tiennent des conciliabules !

Fatima Az-Zahra !

Ta Déclaration est là, on ne la quitte pas.

Nous t'exprimons tout l'honneur que nous avons ressenti de la traduire et tout le bonheur que nous avons eu de la faire lire à ceux et à celles qui ne lisent pas la magnifique langue arabe parce qu'elle s'adresse à tous les Opprimés et Persécutés, parce qu'elle leur a illuminé le Chemin de la Longue Marche vers l'Honneur, le Bonheur et la Dignité !

Pour eux, par ta Déclaration, les Printemps ont été libérés, il leur restera à défendre cette formidable avancée sur la Voie de la Liberté où l'âme était au désespoir à l'idée qu'elle n'aurait plus jamais de gloire comme au temps de ton Père-Messager où il y avait * Commandement * Sagesse * Tolérance *

Prophétie * Courage * Clémence * Modestie * Véracité * Modération * Guidance * Piété * Science * Pureté * Chasteté * Bel Exemple * Anse ferme * Corde solide * Affection * éloquence * Confiance * Printemps permanent * Ineffables Vertus du Splendide Temps de ton Père-Messager, envoyé par Çááå-Dieu pour délivrer l'Humanité !

Quant à tes Oppresseurs qu'avaient-ils à te répondre qui eut été fondé sur le Saint Coran et la Sunna de ton Père-Messager et pour quelle raison auraient-ils abordé ton âme immaculée puisque leurs Cœurs étaient vides de toute Affection à lui donner.

Quand nous pensons qu'ils ont osé agresser ton Deuil déchirant et poignant éprouvé pour la mort de ton Père-Messager n'épargnant pas même ta Renommée ni ta Piété que leurs langues mauvaises à l'unisson ont diffamées, notre Pensée ne parviendra jamais à s'en détacher.

Déclaration qui éprend le Cœur et l'Esprit de ceux qui la lisent et la méditent, et qui en viennent par elle à être persuadés que tes adversaires s'étaient remis à errer dans les déserts stériles de la Djahiliyyah, et par elle, aussi, ils comprennent que tu étais inconsolable de la perte de ton Père-Messager, à tel point que rien ni personne ne pouvaient te garder à vivre parmi les habitants de la Terre de Çááå-Dieu à Qui tu demandais de te donner le Bonheur d'être auprès de ton Père et de te rendre Justice et Honneur sur vos Oppresseurs !

Et pour nous, aujourd'hui, c'est comme si tout ce tort qu'ils t'ont fait si injustement se réalise encore faisant jaillir des profondeurs de notre intérieur une montagne de griefs secrets et forts contre tes Diffamateurs dont les âmes seront harcelées de Remords au Jour où la Balance pèsera contre eux en accord avec la Justice de Çááå-Dieu, Tout-Puissant et Très-Majestueux !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez le Frère Youcef, Montpellier, France, Rajab 1427-Août 2006

35

1428 / 2007

________________________________________

Fatima Az-Zahra et la Famille du Messager il faut beaucoup les aimer Que la Paix et les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur le Messager et sur Sa Famille sanctifiée…

!

Voilà la Recette divine pour ne pas perdre courage sur l'itinéraire du Chemin, et posséder un Cœur aguerri au tranchant des adversités, aux épreuves et aux malheurs.

L'Affection pour Fatima Az-Zahra et la Famille du Messager commence dès l'enfance quand les parents se préoccupent de donner à leurs enfants les premiers rudiments de connaissance du Saint Coran et de la Tradition de Vie spirituelle et temporelle du Messager, en commençant de préférence les premiers rudiments par le Verset de l'Affection 18 due à Fatima Az-Zahra et aux proches parents du Messager pour qu'il édifie dans la Bonne Action l'adorable tendresse de leurs Cœurs de Croyants, pour que ces derniers battent dans le bonheur et qu'ils soient heureux dès le matin d'avoir un Imam Successeur de la Descendance de Fatima Az-Zahra devant soi pour s'occuper d'eux et les prendre par la main !

Pensez donc, les âmes de vos enfants sous la Droite Guidance d'un Imam de la Descendance de Fatima Az-Zahra, pour eux, quel Bonheur, et ce sont des Grands Enseignements reçus, et des Lumières du Savoir essentiel qui n'en finissent pas d'éclairer la Voie préférentielle de la Crainte protectrice pieuse.

Et c'est alors que l'enfant découvre la Protection de La Ramure de l'Arbre de la Prophétie et qui soudain rassure son cœur de mille possibilités de Refuge et d'Appui pour toute sa durée de vie qu'il connaîtra intérieurement heureuse.

Plus la vie s'agrippe tôt à l'Affection due à Fatima Az-Zahra et aux Ahlul Beyt, plus l'écoulement du temps alloué par Le Créateur à sa durée se mesurera à la Certitude d'avoir obéi en toute clarté au Verset de l'Affection et c'est déjà beaucoup pour être certain que l'on sera sur le Bon Chemin !

Ce qui fait défaut à la Certitude est l'Abandon de l'Affection due aux Gens de la Sainte Maison du Messager, ce qui se dérobe, alors, sont leur Appui et leur Refuge ! Et ne pas avoir de Refuge dans la Demeure de Fatima Az-Zahra, quel Effroyable, ?pouvantable, Irrémédiable, Irréparable Malheur !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, Muharram 1428, février 2007

36

1428 / 2007

________________________________________

En hommage à la mémoire de Sainte Fatima Az-Zahra Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi

!

Sainte Fatima Az-Zahra

Fille très aimée du Messager d'Allah !

Chaque aube nous rappelle ta persécution, ta souffrance est toujours ancrée en nos cœurs et notre Affection à ton égard fleurit chaque jour comme la rose s'épanouit dans les Jardins de l'éternité.

Nos mains tremblent lorsque rassemblées et levées vers les Cieux elles implorent ton intercession auprès de Çááå-Dieu promise aux Pieux.

Elles implorent cette Offrande de Çááå-Dieu déposée justement en ton sein à l'usage exclusif des Vertueux pour vous rejoindre toi et les tiens dans l'allégresse de votre Présence au Bassin paradisiaque de Kawçar : premier rendez-vous après le départ de cette Doun'ia où les ennemis de ta Famille sont venus à grands pas jusqu'à ta Sainte Demeure pour l'abattre sans aucun égard !

Ils n'avaient sûrement pas répondu en toute fidélité et sincérité au Statut divin de Maître et Sceau des Prophètes de Çááå-Dieu porté par ton Père pour le plus grand bien des Pieux ni entendu l'Appel ni écouté ses Recommandations d'Affection et de Protection à prodiguer aux Gens de sa Maison qui font pourtant partie de sa Tradition !

Ils n'avaient ni voulu ni reconnu la Position particulière de Wali de Çááå-Dieu de ton mari, Commandeur des Pieux, ni apprécié sa naissance miraculeuse à l'intérieur du Saint Sanctuaire de la Demeure de Çááå-Dieu !

Ils n'avaient pas appelé à l'obéissance des Versets coraniques descendus à Ghadir Khumm ni au respect du Serment d'Allégeance prêté ce jour là à la Guidance et Wilâya de ton mari !

Puis, ils n'ont pas répondu présents par pure négligence et désobéissance à ta Très Sainte et Pure Progéniture assurant la relève de la Droite Guidance et de la Wilâya de ton mari, Progéniture présentée comme Souveraine de la Jeunesse du Paradis !

Ils n'avaient pas voulu voir le Signal dans les Très Saintes Cités, dans les Très Saintes Mosquées, dans la Mosquée de ton Père, Maître des Messagers, peuplée des paroles de ta Déclaration à la Vérité retentissante du commencement de la Prophétie de ton Père à l'usurpation du Droit à la Succession de ton mari pour se terminer par l'horreur de la mise à feu de ta Sainte Demeure par vos ennemis, ennemis du Lieu où avait été déposé le Secret de Çááå-Dieu ! 19

Ils n'ont pas voulu s'engager à l'Unité et au Rassemblement au sein de la Wilâya de ton mari !

Ils n'ont pas accouru pour se joindre aux rangs serrés des Partisans de ton mari à la Droiture exemplaire engagée dans la Résistance et à la Défense des Droits des Gens de la Sainte Demeure du Prophète Ummi et des Droits des Croyantes et Croyants !

Ils n'ont accordé aucune importance à la Nature originelle pétrie de Tawhid par-delà les différences qui se rassemblent dans une même et unique Unicité, dans une même et unique Intelligence, Science et Croyance, sous l'Autorité d'une même et unique Guidance, celle des Imams issus des Ahlul Beyt après le décès du plus Noble Prophète !

Quant à nous, nous sommes liés à tant de Signes particuliers qui nous ont édifiés, qu'une profonde certitude nous incite à chaque aube au renouvellement de notre engagement pour l'élever en Offrande jusqu'à Çááå-Dieu, jusqu'à Son Prophète, jusqu'aux Ahlul Beyt !

A chaque aube, nos mains tremblent lorsque rassemblées et levées vers les Cieux elles implorent ton intercession promise aux Pieux.

Néanmoins, nous connaissons la Voie à suivre pour parvenir sains et saufs jusqu'à toi au Bassin paradisiaque de Kawçar pour mériter ton intercession :

c'est la Voie de l'Affection due aux Ahlul Beyt et à la Fille du Prophète pour exprimer en même temps notre peine indicible au souvenir de tant de persécution horrible subie par les Gens de la Très Sainte Maison !

Nous sommes conscients, c'est la crainte, chaque matin, de ne pouvoir mériter ton intercession qui fait trembler nos mains lors de nos invocations laissant paraître notre détresse et mal être qu'aucun remède autre que l'Affection due aux Ahlul Beyt ne pourra jamais apaiser avec satisfaction !

ô Mon Dieu ! Fais-nous miséricorde 20 au Jour de la Résurrection pour tout manquement passager d'Affection due à Tes Amis rapprochés, nous souhaitons tant et tant qu'aucune trace d'oubli n'apparaisse sur les plateaux de la Balance à l'Exacte Pesée, nous souhaitons tant et tant que l'Affection due à Tes Amis rapprochés ne se retire jamais ni de nos Cœurs ni de nos Mémoires au-delà des pages de notre propre histoire ni que nos mains se referment emprisonnant nos ultimes espoirs car alors la solitude s'installerait en nous durablement et l'obscurité de l'Ignorance noire viendrait assiéger irrévocablement tout notre être intérieur et extérieur pour l'engouffrer irrémédiablement dans la grotte souterraine du permanent malheur et terrible désespoir !

ô Sainte Fatima, aimée, très aimée, nous faisons le vœu de ne jamais cesser de marcher sur la Voie des Ahlul Beyt, Voie qui mène à la lumière dont il est dit de cette lumière que ce sont les Imams de la Famille du Prophète 21 , de ne jamais cesser de marcher avec leur Droite Guidance, avec leur Juste Boussole pour ne rien perdre de l'Itinéraire qui mène à la Connaissance de Çááå-Dieu et duquel les Pieux ne doivent jamais s'écarter pour sombrer dans le désastre des chemins de travers et de la rareté de la clarté entraînant les maux de l'âme et du Cœur !

Nous ne perdrons rien de votre lumière ni n'omettrons rien des sévices que vous ont infligés vos adversaires qui voulaient l'éteindre, rien, ô Sainte Fatima Az-Zahra, c'est une promesse écrite de Résistants engagés face à la main noire de l'Agression et de la Trahison et nous rédigeons en gage ce poème pour garder notre parole !

A ton tour, lecteur de ce poème en hommage à la mémoire de Sainte Fatima Az-Zahra, en hommage à la mémoire de la Famille de Sainte Fatima Az-Zahra, en hommage à la mémoire de la Famille du Prophète, de te dresser contre la main noire de l'Agression, de la Persécution et de l'Oppression des Purs et Saints Ahlul Beyt !

Ne te dissimule pas derrière les rideaux de ta fenêtre face aux Agresseurs, Conspirateurs, Persécuteurs et Oppresseurs des Gens de la Demeure du Prophète

!

Agresseurs,

Conspirateurs,

Persécuteurs et Oppresseurs,

Tous des sans-cœur,

qui ne voulurent pas garder fidèlement leur Serment d'Allégeance prêté à Ghadir à Ali, l'Imam Successeur ;

qui rassemblèrent leurs forces et appelèrent leurs mercenaires pour les lancer contre la Porte de la Sainte Demeure ;

qui restèrent sourds aux Paroles divines révélées dans le Saint Coran : ( Je ne vous demande aucun salaire pour cela, si ce n'est votre affection envers mes proches ). 22

Main noire de l'Agression et de la Trahison dont les racines plongent dans les terres du Mal et du Malheur sans se soucier de l'inévitable Jour où il faudra rendre des comptes sur la raison d'avoir succombé à l'envie diabolique de détruire la Sainte Demeure du Prophète avec tous ses Gens à l'intérieur,

d'avoir brisé les Cœurs purs de ses occupants petits et grands !

Et c'est cette Histoire qu'il s'agit de conter avec toute sa cruauté et la décadence des sentiments des premiers dirigeants à l'égard de Fatima Az-Zahra, de ses Enfants et de tous les Gens de la Demeure du Messager !

Puisse la Mémoire de la Terre de Çááå-Dieu ne jamais oublier toutes ces Souffrances et Persécutions subies par Fatima Az-Zahra et ses Enfants, quelle accompagne minutieusement leur Souvenir sans aucun tâtonnement !

ô Mémoire de tous les Temps passés, présents et à venir, toi qui possèdes le Souvenir de tous les secrets de la Vie de la Fille Bien-aimée du Messager de Çááå-Dieu, toi qui couvres l'âme des Cieux et de la Terre du Rappel de ses Souffrances et Persécutions, ne permets jamais qu'il soit effacé des pages de l'Histoire des premiers temps de l'Islam !

ô Mon Çááå-Dieu !

étends Tes Bénédictions sur Mohammed

et sur la Famille de Mohammed,

répands la grâce sur Mohammed

et sur la Famille de Mohammed,

comme Tu les as répandues sur Ibrahim

et sur la Famille d'Ibrahim,

Tu es, en vérité, Le Loué, Le Glorifié 23.

Poème d'A.&H. Benabderrahmane, Sanctuaire de Sainte Zeyneb (s),

Damas, Syrie, Rabi' Al-Thani 1428-Avril 2007

37

1428 / 2007

________________________________________

Sainte Fatima Az-Zahra et Sa Famille Purifiée sont toujours là, en esprit, devant nous. Que la Paix de Çááå-Dieu soient sur elles

!

Bien avant le décès du Messager, Sainte Fatima Az-Zahra et Sa Famille purifiée étaient déjà là, dans tous les esprits, et après son décès, elles sont restées, jusqu'à aujourd'hui, devant les Croyants pour qu'ils marchent dans leurs pas et ainsi ne jamais s'égarer !

Nous l'avons constaté : elles attirent à elles les âmes vertueuses et soumises et les Cœurs purifiés !

Ensemble, elles donnent de la Vertu aux gestes des Croyants, elles dévaluent leurs passions, elles donnent à leurs paroles leur dignité !

Les Paroles de Sainte Fatima Az-Zahra et de sa Famille Purifiée ne sont-elles pas le reflet des Pensées du Messager ?

Sachons les écouter. Bonheur à celui qui à compris que leurs Paroles sont Paroles de Vie et de Vérité !

Ensemble, elles sont la mort des paroles qui s'échappent des bouches toutes en même temps, qui s'y pressent désordonnées tels des coursiers impétueux et bondissants, exprimant l'incohérence des pensées exprimées pêle-mêle. Qui pourrait les contraindre à donner des preuves de leur parfaite et complète ?ducation islamique et de leur Compassion sans limite pour les Serviteurs de Çááå-Dieu ? C'est à nous, rien qu'à nous, les Croyants, de justifier la faiblesse de notre Islamisation pour laquelle nous prétextons toujours : que le temps nous manque pour s'y consacrer ; que les occupations de cette Doun'ia nous pressent ; que l'envie s'épuise toujours davantage avec l'âge malgré que nous sachions tous que nous aurons à tout quitter de ce que nous aimons de cette futile et boulimique Vie d'ici-bas !

N'importe, Sainte Fatima Az-Zahra et sa Famille purifiée sont toujours là, devant nous, pour nous rappeler qu'il n'y a aucune raison de se courber devant les atours souillés de cette Doun'ia qui ne cherche qu'à nous humilier comme si la Nature originelle de la Créature de Çááå-Dieu admirablement pétrie de Tawhid devait se diluer dans la bassesse plurielle et s'égarer dans la noirceur de ses labyrinthes démentiels ! Pourtant, en vérité, la Créature de Çááå-Dieu a grand besoin d'?ducation parfaite, d'Enseignements complets, des Lois du Maître, de Ses Mandements et Interdits !

Or, il suffit de se détourner des Lumières de Sainte Fatima Az-Zahra et de sa Famille purifiée, qu'un pas voulu et décidé se pose en dehors de leurs pas, que l'Affection qui leur est due succombe au vertige de l'affection insensée pour cette Doun'ia qui telle une poussière se glisse derrière la pupille de l'œil, et c'est le Divin Statut de Créature de Çááå-Dieu qui vacille sur son Assise du Tawhid, c'est le Fondement parfait qui se dérobe à la Raison pour céder la place à l'Orgueil et aux Passions sources de Tourments et de Grands Tracas !

N'est-ce pas la Doun'ia qui s'impatiente d'attirer à elle les âmes vides et futiles, c'est l'attirance diabolique et très subtile, elle n'attaque pas de front la Doun'ia, elle se met en embuscade aux replis des manquements et des incertitudes et là, sans que l'âme s'en inquiète, elle ronge son Assise du Tawhid jusqu'à la faire basculer dans le vide attrapée dans ses filets au maillage très serré, et dépossédée de son attrait naturel pour Sainte Fatima Az-Zahra et sa Famille purifiée et de l'Affection qui leur est due en toute sérénité !

La Doun'ia, ne pas l'oublier, est celle qui ne tremble pas mais qui fait trembler ses victimes au Jour des Comptes, est celle dont les yeux diaboliques sont grands ouverts sur la Déraison et les Passions ! Pour la contrer, se rappeler que depuis le décès du Messager, Sainte Fatima Az-Zahra et Sa Famille purifiée sont toujours là, devant nous, pour nous épargner de poser nos pas dans les pas de cette Doun'ia qui n'est finalement que brouillards, ténèbres, impasses, murailles, et chemins encombrés menant à la pire des destinées dans l'Au-delà !

? Doun'ia, tu peux te cacher au cœur des ténèbres, la Lumière donnée par Çááå-Dieu avec l'Islam finira toujours par te dévoiler et dévoiler ceux et celles d'entre tes habitants qui ont tant fait subir d'atrocités à Sainte Fatima Az-Zahra et à Sa Famille purifiée !

Tout comme un fleuve pourtant réputé tranquille rompt ses digues par l'ampleur d'une crue, de même la Voix réputée tranquille de Fatima Az-Zahra rompit toutes les digues du silence que ses adversaires de tous les temps voulaient lui imposer !

Comme ils furent humiliés ceux qui lui portaient atteinte lors de son intervention publique à la Mosquée de son Père-Messager ! Comme ils tentaient de garder sereins leurs Cœurs et tranquilles leurs mains près de leurs sabres qu'ils avaient pourtant l'habitude de dégainer si promptement face à quiconque osait dévoiler leurs malversations !

Puis, d'un coup d'une seul, comme si la Victoire de mille batailles devait jaillir d'une bouche avec éclat, la Victoire de la Bataille menée par Fatima Az-Zahra contre ses Persécuteurs jaillit avec éclat de sa Bouche de Bienheureuse face à une imposante assemblée bédouine réunie dans la Mosquée de son Père-Messager. Et des centaines de Bédouins furent de nouveau saisis d'étonnement comme lors de la Grande Journée de Ghadir Khumm sauf que maintenant la Vérité les faisaient trembler de tout leur corps !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Montpellier, France, Jumada Al-Thania 1428, juillet 2007

38

1428 / 2007

________________________________________

La Voix de Sainte Fatima Az-Zahra ne peut se taire Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Chez l'hypocrite et le dissident,

le déviationniste et l'usurpateur,

le malfaiteur et le malfaisant,

qu'ont-ils fait de cette Voix de Sainte Fatima Az-Zahra qui leur parlait, cette Voix si proche de l'âme et du Cœur ?

Ils s'en sont éloignés très rapidement, et c'était un éloignement trop lointain, sans aucun doute, d'où la Voix de Sainte Fatima Az-Zahra n'était plus entendue !

Comment avaient-ils pu si prestement oublier le Chemin qui menait à la Sainte et Pure Demeure du Messager occupée par Sainte Fatima Az-Zahra ?

Et pourtant c'était bien La Demeure spirituelle où descendait chaque jour et chaque nuit la Révélation avec La Porte ouvrant sur la Cité du Savoir essentiel et non un simulacre de demeure avec des portes ouvrant sur la noire Ignorance.

De cette Demeure de Sainte Fatima Az-Zahra, ils en avaient très vite détourné leurs regards, ils en avaient fui son Pur Savoir, rameuté tout le dehors pour y mettre feu comme s'ils espéraient que l'oubli puisse venir sur ce qui est édifié pour durer par-delà du simple souvenir.

Ils avaient amassé des fagots de bois devant La Porte, ils avaient vociféré avant d'y mettre feu pour en finir, ses Habitants n'avaient pas cédé aux menaces qui les opprimaient pourtant comme un étau !

Ils voulaient étouffer la Parole de Vérité de la Fille du Messager, parce que elle, elle était aimée et écoutée par les âmes des Pieux Serviteurs de Çááå-Dieu, alors que pour les âmes de ses Oppresseurs elle était mille piqûres de lucidité qu'elle infligeait à leurs Cœurs dévoyés chargés de toutes les misères et incessants malheurs de la Terre entière !

Tout comme La Parole de Çááå-Dieu que rien ne peut faire taire, la Voix de Sainte Fatima Az-Zahra ne peut se taire que par la seule et unique Volonté de son Créateur et non sous les menaces ni la terreur de l'hypocrite et du dissident,

du déviationniste et de l'usurpateur,

du malfaiteur et du malfaisant !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez le Frère Youcef, Montpellier, France, Rajab 1428, juillet 2007

39

1428 / 2007

________________________________________

Imaginez et tremblez…

!

Imaginez,

un instant,

Fatima Az-Zahra, La Véridique,

Fille du Maître et Sceau des Messagers,

ayant connu la Grande Sérénité

lorsque son Père était encore en vie,

écouter à sa Porte,

le Cœur battant,

voulant savoir si elle pouvait s'endormir

sans qu'elle revienne,

l'odieuse horde noire des miliciens du nouveau régime,

aux bras chargés de fagots de bois

pour mettre feu et flammes, encore une fois,

à Sa Sainte et Pure Demeure,

quel affreux souvenir

que cette terreur du Feu qui la poursuit

et qu'elle voit encore toute la haine déchaînée des ennemis

des Gens de la Demeure du Messager,

grimacer derrière un rideau de feu et de fumées très noires

dont l'odeur la poursuit dans la mémoire !

Imaginez,

Fatima Az-Zahra,

Fille du Maître et Sceau des Messagers,

Persécutée,

Opprimée,

Dans sa Demeure assiégée

Par la Haine déchaînée

Des ennemis avec dans la tête la folie

De mettre feu à toute la Maisonnée sans se soucier

Du risque évident de voir la Fille du Maître et Sceau des Messagers

Mourir brûlée vive !

Imaginez et tremblez…

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Al-Bekaa, Liban, Ramadhan 1428, septembre 2007

40

1429 / 2008

________________________________________

ô Fatima Az-Zahra Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi

!

Pour ta vie, c'était un temps très mauvais que celui de la Persécution et de l'Oppression qui faisaient verser des larmes à tes yeux, il était bien différent du temps d'autrefois de Protection et d'Affection où tes yeux souriaient à ton Père-Messager Bien-aimé des Pieux Serviteurs de Çááå-Dieu, parti loin des Saintes Cités de La Mecque et de Médine vers le Paradis !

En ce temps d'autrefois, avec la Douceur et Tendresse toujours au plus haut de ton Père-Prophète, tu te sentais à ses côtés au plus haut de l'Affection et de la Protection paternelles !

Puis, ton Père parti vers le Paradis, tu t'étais retrouvée si frêle face à la horde des sans-cœur qui soudain apparut sur le seuil de ta Pure et Sainte Demeure avec la diabolique intention de mettre feu à sa Porte immaculée et bénie, mais ta voix, elle, n'hésita pas un instant pour invectiver les miliciens de la Terreur et se lever face à leur effroyable attitude de défi !

Elle était la Voix de la Certitude des Ahlul Beyt d'être dans leur Bon Droit de refuser de prêter Serment d'Allégeance au premier usurpateur devenu d'un coup d'un seul leur oppresseur !

Pourtant, il avait été si proche de ton Père-Messager et de Ses Ahlul Beyt, et soudain, une distance prodigieuse le séparait d'eux, il parlait et les paroles qu'il prononçait leur demeuraient étrangères au point de leur paraître provenir de la rive du souvenir du vieil âge de la Djahiliyyah.

Au-dessus de ta Sainte et Pure Demeure, le ciel s'était soudain assombri depuis le décès de ton Père-Messager, le temps, lui aussi, ne s'écoulait plus comme auparavant, le bon temps de l'époque de la Prophétie de ton Père avait disparu, pour certains, il avait préféré sauté dans l'abîme du passé de la Djahiliyyah !

Alors que toi, Fatima, ton Mari Ali, vos Enfants et vos Partisans étiez demeurés dans le Temps nouveau apporté par La Présence du Maître et Sceau des Prophètes de Çááå-Dieu !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de l'Imam Al-Reza, que la Paix soit sur lui

Mashad, République Islamique d'Iran

Ashoura / Muharram 1429 / Janvier 2008

41

1429 / 2008

________________________________________

Oui ! Très Sainte Fatima Az-Zahra ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi

!

Tu as donné aux âmes du Monde

l'Exemple de la Résistance déterminée

et la Force de la Foi

en la Vérité

en la Piété

en la Pudeur

en l'Honneur

et en la Dignité !

Quelle douleur d'avoir appris que certains Compagnons avaient trahi les Recommandations de ton Père-Messager ayant averti qu'il serait l'ennemi de toutes celles et de tous ceux qui prendraient le parti de l'hostilité envers les Membres de Sa Famille Immaculée.

Donc, les effrayants toc ! toc ! sur ta Porte et maintes fois repris pour accentuer leur effet de terreur, n'était-ce pas la manifestation de l'hostilité de certains Sans-Cœur d'entre les Compagnons de ton Père-Messager ?

Faisaient-ils vraiment partie de ceux qui s'étaient convertis entre les Saintes Mains de ton Père-Messager ?

étaient-ils de ceux qui avaient bénéficié de la légendaire Douceur et de l'inégalable Bonté de ton Père-Messager ?

De quelle filiation étaient nés tes persécuteurs ? De quel sang tenaient-ils leur vie de Sans-Cœur faite de rage de destruction par le feu de ta Demeure Sainte et Bénie ?

Oui !

Très Aimée Fatima Az-Zahra !

Tu as répondu à nos questions dans ta longue Déclaration prononcée à la Mosquée de ton Père-Messager devant tes adversaires rassemblés pour tenter de se disculper !

Tu leur as dit qu'ils avaient inondé ta Famille et ses Amis d'inhumaine brutalité et de vastes peines dont il faudra un Jour en payer le Prix de façon certaine, que pas une seule parole sortie de leur animosité ne pouvait prétendre être une parole du Parti des Compagnons de ton Père-Messager, qu'ils avaient très vite oublié les longues années passées dans sa Bonté qui régnait sur les Deux Saintes Cités, qu'ils avaient très vite rejeté toutes ses Sagesses qui avaient donné le Nouvel Age de Bonté et Sollicitudes divines au Cœur de l'Humanité pour qu'elle produise du Bonheur et non du Malheur !

Tu leur as dit que dorénavant il n'y aurait de Salut pour les Gens :

que dans le Respect du Très Grand Enseignement Parfait du Saint Coran ;

que dans l'Imitation de l'Immaculée Tradition de vie de ton Père-Messager ;

que sous l'Aile de la Guidance des Imams Infaillibles issus de Ses Ahlul-Beyt Purifiés !

Tu leur as confirmé, même crié posément, qu'il n'y aura de Foi véritable et de Joie durable pour l'Homme, la Femme et l'Enfant que dans l'éclairement permanent produit de la Vérité descendue avec Ses Lumières sur ton Père-Messager qui redonnèrent à l'Humanité son élan vers l'Unicité divine !

Dernier élan accordé par Çááå-Dieu à la Fitra qui est à élever Droite et Fière, Croyante et Savante vers Le Très-Haut et non à rabaisser courbée et humiliée, soumise à tous les maux et fléaux de cette basse Doun'ia qui la fait ployer sous la charge de ses fardeaux !

Mais ces Cœurs obstinés, ces Cœurs insoumis, ne voulaient point se réveiller ni êtres sages ni se tenir loin des suggestions du Démon. Ils auraient dû se reprendre, ils le pouvaient en t'offrant leur Affection ainsi qu'à ta Maisonnée mais ils préféraient l'oublier ou bien la donner à ceux qui leur promettaient de les rendre heureux alors qu'ils étaient connus comme infidèles à leurs serments sans avoir le moindre remords de leurs méfaits qui, invariablement se termineront par un Procès dont l'Instruction durera un court instant au Jour du Jugement !

Et puisqu'ils n'avaient pas écouté ni compris ton Père-Messager, ils n'ont ni écouté ni compris tes paroles prononcées à sa Mosquée, préférant que leurs actions deviennent brusquement très lourdes à porter au Jour du Grand Rassemblement, préférant se préparer avec ardeur une fin difficile à justifier après avoir invoqué contre eux Le Seigneur :

" ô Mon Çááå-Dieu !

Ces deux,

ont opprimé

dans son Droit

la Fille de Mohammed,

Ton Prophète !

Alourdis

Ton Verdict

contre eux deux ! "

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de l'Imam Al-Reza, que la Paix soit avec lui

Mashad, République Islamique d'Iran

Ashoura / Muharram 1429 / Janvier 2008

42

1429 / 2008

________________________________________

La Maison est toujours là…

!

A Médine, il y a la Maison de Fatima Az-Zahra où l'on pouvait entendre, chaque matin, la Voix du Messager, appelant à la Prière ses Habitants. La Maison est toujours là, mais la Voix du Messager s'est tue, la Voix de sa Fille Fatima Az-Zahra s'est tue, la Voix de son Mari Ali s'est tue, les Voix d'Al-Hassan et d'Al-Hossein se sont tues, la Voix de Zeyneb s'est tue et malgré tout, lorsque le Pèlerin Partisan des Ahlul Beyt passe près de l'un de ses murs encore debout, son âme entrevoie les âmes de ses Habitants, vision à laquelle le Pèlerin en question s'attache au point où son âme implore Çááå-Dieu que les Voix reviennent, que la Maison reprenne vie, que les matins retrouvent la joie de La Présence du Messager et de Ses Ahlul Beyt Immaculés ! C'était la Voix de l'Unicité et de la Vérité, la Voix créée pour appeler en douceur à l'Adoration du Créateur.

Amin, Rabbi Al-Alamin

wa Al-Hamdu Lillah Rabbi Al-Alamin

wa salla Allahou 'ala Mohammed wa Alihi Al-Athar !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de l'Imam Al-Reza, que la Paix soit sur lui

Mashad, République Islamique d'Iran

Ashoura / Muharram 1429 / Janvier 2008

Paroles de Fatima Az-Zahra

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

________________________________________

Le Messager (pslf) culbuta les idoles, mit en déroute les arrogants jusqu'à les vaincre et les engagés dans la voie de la Vérité. Ainsi, l'obscurité de la nuit a cédé la place à la lumière de l'aurore porteuse de la vertu et du bon droit. La voix de l'autorité religieuse avait pu enfin se faire entendre et contraindre à l'étouffement et au silence les propos nuisibles des Diables. Le pitoyable foyer de l'hypocrisie fut pour un temps éteint et les liens qui unissaient l'infidélité à l'incrédulité, rompus. Extraits de sa Déclaration citée dans Awalim Al-Ouloum wa Moustadrakatiha ; précité.

!

43

1429 / 2008

________________________________________

Eux…

!

Ils sont venus,

Eux,

après le décès de Sa Sainteté le Messager,

les ennemis de sa Famille Purifiée.

Eux,

les jaloux,

les envieux,

les fils de l'Hypocrisie,

armés du Feu,

décidés de faire flamber la Demeure

de Fatima Az-Zahra, Fille chérie du Messager,

d'oser profaner la Chair du Prophète

d'où commencèrent à naître

les Imams de La Guidance

par le Saint Coran

et la Sunna du Maître,

d'où se propagèrent

en douceur la Science et la Croyance.

Ils sont venus

Eux,

les fils de l'Hypocrisie,

et ont osé lever

et abattre le Poing de l'Ignorance

et de l'Hostilité sur la Porte de la Demeure bénie,

où vivait avec les siens Fatima Az-Zahra,

dans la Tendresse et le Bonheur du Premier Modèle Familial fondé sur l'Enseignement religieux , moral et social du Maître !

Ils sont venus

Eux,

les fils de l'Hypocrisie,

et ont osé lever

et abattre le Poing de l'Ignorance

sur la Vérité qui habitait

et illuminait de toutes ses Lumières

la Demeure de Fatima Az-Zahra, la Fille du Messager.

Ils sont venus,

Eux,

les fils de l'Hypocrisie,

ennemis de la Famille du Prophète,

jusqu'à la Porte de la Demeure de sa Fille Fatima,

et brusquement il jaillit une fumée noire sur la Pureté et sur les Yeux de ses Enfants,

et brusquement toute la haine millénaire des ennemis de La Religion se répandit dans la Sainte Maison !

Quelle implacable hostilité !

Quelle soudaine envie de mettre Feu à la Sainteté et à l'Espoir partout dans la Sainte Cité du Savoir !

Eux !

Comment ne pas détester ces Fils de l'Hypocrisie !

Comment ne pas dénoncer leurs Mains noires, allumeuses du Feu prêt à enflammer la Chair pure et innocente de Fatima Az-Zahra et de sa Famille purifiée ! Alors que,

Eux,

les Fils de l'Hypocrisie n'ignoraient sûrement pas les Paroles du Messager ayant déclaré : " Ils sont ma Descendance et ont été créés de ma chair. Ils ont hérité ma compréhension et mon savoir… ".24

" Mon Çááå-Dieu ! Ceux-là sont les Gens de ma Maison, mes proches ; ils sont de ma chair et de mon sang ; ce qui les fait souffrir me fait souffrir, ce qui les attriste m'attriste également… ".25

ô Mon Çááå-Dieu !

Fais perdre ses mains à l'Hypocrisie !

Et plus que ses mains, sa vie !

Et plus que sa vie,

Sa présence sur Terre

ennemie des Amis de Çááå-Dieu !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Beka'a, Liban, Jumada Al-Thania 1429 / Juin 2008

44

1429 / 2008

________________________________________