Persécutions et Souffrances subies par FATIMA AZ-ZAHRA (p)
 
Voilà comment Fadak fut propriété familiale de Fatima Az-Zahra Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Eh bien ! ça s'est passé comme ceci :

Fadak est devenu propriété du Messager sans mener de combats, puis Fadak a été donné par le Messager à sa fille Fatima Az-Zahra par un acte de donation du Père à sa Fille Fatima en exécution d'un Ordre divin mentionné dans le Saint Coran : ( Donne ce qui est dû au proche-parent 8 ainsi qu'au pauvre et au voyageur. C'est un bien pour ceux qui recherchent la Face (la Satisfaction) de Çááå-Dieu. Ceux-là sont heureux 9 )

Donc, sur les bases de juridiction coranique, le Prophète fit don de Fadak à sa fille bien-aimée Fatima Az-Zahra ; don qui devait permettre à Sa Sainte Famille de vivre dignement, dans l'honneur de son rang de Grande et Pure Famille prophétique, c'était là une préoccupation de Sa Sainteté le Messager que Çááå-Dieu lui avait réglé en lui faisant acquérir Fadak sans avoir eu à combattre, puis ordonné de remettre ce bien à Sa Fille bien-aimée .10 Voilà comment Fadak fut propriété familiale de Fatima Az-Zahra.

Puis sont arrivés les usurpateurs, des sans-cœur, dont l'unique préoccupation était de répandre le malheur et la douleur dans la Sainte Demeure, ils ont confisqué la propriété de la Fille de Sa Sainteté le Messager ; ce fut un coup terrible porté à son cœur qui en fut brisé !

De plus, ils l'ont accusée d'avoir reçu un héritage de son Père qui n'avait pas lieu d'exister… Mais Fadak ne les laissera jamais ni en paix ni dans la sérénité : Ils auront à rendre des comptes au Juge Suprême et Intègre auprès Duquel Fatima a porté plainte contre ses persécuteurs qui l'ont tant et tant maltraitée et opprimée…

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez le Frère Youcef, Montpellier, France, Rabi Al-Thani 1423-Juillet 2002

12

1423 / 2002

________________________________________

Toi, Fatima Az-Zahra, que la Paix de Çááå-Dieu soit sur toi…

!

Invocation de Fatima,

que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle,

contre ceux qui l'ont persécutée :

" ô mon Çááå-Dieu ! Ces deux, ont opprimé dans son Droit

la Fille de Mohammed, Ton Prophète !

Alourdis Ton Verdict contre eux deux ! "

Toi,

Fatima Az-Zahra,

Que la Paix soit avec toi !

Toi,

Astre brillant par tous les temps et à l'Ascension droite,

Sœur et Souveraine de toutes les Femmes du Monde ;

Toi,

La très remplie de nostalgie du Paradis

Pour y retrouver ton Père, Messager de Çááå-Dieu ;

Toi,

Qui dans le secret de son être porta la Descendance bénie de ton Père-Prophète, n'y avait-il plus personne en Arabie après le décès de ton Père pour se souvenir de l'Affection qui t'était due vivante ou morte ?

Personne, hormis ton Mari Ali, tes Enfants et vos Amis, pour s'adonner à ta Protection ?

N'y avait-il plus aucun Compagnon de ton Père à la nostalgie indéfectible pour se lever contre tes oppresseurs ?

Pourquoi, Ummah de Mohammed, étais-tu devenue subitement aveugle, sourde et dure devant tes obligations de Compassion à l'égard de la Fille du Prophète et de sa Famille ?

Pourquoi, Ummah de Mohammed, as-tu laissé faire des Mains porteuses des Torches du Feu enflammer la Porte de la Très Sainte et Pure Demeure de Fatima Az-Zahra : Quelle Grande Terreur !

ô Ummah de Mohammed, un Jour le Verdict tombera, et celui qui s'était comporté en sourd et aveugle lors de la mise à feu de la Demeure de Fatima Az-Zahra, reverra et réentendra !

Ce Jour-là, celui qui aura fait un Atome de mal à Fatima Az-Zahra, réentendra ses Plaintes comme des paroles qu'il aurait oubliées et la reverra face à lui avec son implacable Vérité !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Paris, France, Rabi Al-Thani 1423-Juillet 2002

13

1424 / 2003

________________________________________

" Tu seras la première à me rejoindre au Paradis, ne pleurs pas !… "

!

Très chère Sainte Fatima Az-Zahra !

ô Bien-Aimée Sainte Fatima Az-Zahra !

Tu t'étais glissée comme une lumière dans la chambre de ton Père où, si malade, le Messager à l'agonie, allait nous quitter.

Le Messager t'a prise dans ses bras pour te dire dans un dernier sourire : " Tu seras la première à me rejoindre au Paradis, ne pleurs pas !… " Et toute sa tendresse paternelle se fondait en toi comme la rosée glisse en douceur dans le cœur de la fleur.

ô Bien-Aimée Sainte Fatima Az-Zahra !

Toute la fortune des Béni Umayyah n'auraient pu acheter une infime parcelle de la tendresse échangée entre toi et ton Père-Messager, nuit et jour, jour et nuit, ni payer vos regards, ni payer vos sourires, ni échanger la Grandeur de vos âmes et de votre Esprit !

Même en réunissant toutes leurs richesses, les fortunés du Monde ne pourront jamais régler le prix de votre Vie passée dans la Croyance en Çááå-Dieu, dans la Foi et la Piété et au Service de Son Humanité !

Très chère Sainte Fatima Az-Zahra !

Jusqu'à l'instant où la lumière de notre vie s'élèvera vers le Bassin paradisiaque d'Al-Kawçar, nous ne cesserons d'espérer de vous y rencontrer, Vous tous, les Immaculés, les Bienfaiteurs des âmes et des Cœurs, Protecteurs et Défenseurs des Opprimés,

des Veuves,

des Orphelins et des Voyageurs !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, Muharram 1424-Mars 2003

14

1424 / 2003

________________________________________

Depuis sa première visite à la Tombe de son père, le Messager bien-aimé Que la Paix et les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur le Messager et sur sa Famille immaculée

!

Depuis sa première visite à la Tombe de son Père,

Le Messager bien-aimé,

Beaucoup de jours tristes et de nuits passées à prier

Se sont écoulés,

Du matin au soir, Fatima Az-Zahra n'a vécu qu'en pleurant ;

Rien n'était plus comme auparavant,

La peine, la douleur et les malheurs

L'avaient emporté sur le bonheur.

La Souffrance et les Persécutions sur l'Affection !

!

Les détracteurs et leurs menaces

Avaient rendu l'atmosphère de glace,


Les vents de la cruauté

étaient particulièrement meurtriers,

Leur violence s'élevait dans les cieux

Et traversait la Terre pour tuer de préférence les Pieux,

Le cœur et la sérénité familiale avaient été brisés,

La jalousie, la trahison, la méchanceté

Circulaient sans encombre dans la Cité,

Vidée de l'Affection due aux Gens de la Maison du Messager !

!

Pour quelle raison au fond, Fatima fut-elle opprimée ?

!

Ses détracteurs l'avaient-ils condamnée à être persécutée ?

!

Mais ni sa Foi, ni sa Piété ne seront altérées,

A Çááå-Dieu et à Son Messager bien-aimé,

Elle ne cessa de penser,

Comment supporter d'en rester longtemps éloignée ?

Toute la journée et toute la nuit,

Elle ne songe qu'à les retrouver,

Son désir sera exaucé, Ses larmes cesseront de couler !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Khawla (s), Baalbek, Liban,

Muharram 1424-Mars 2003

15

1424 / 2003

________________________________________

Née dans la Sainte Demeure de la Révélation du Saint Coran Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Sainte Fatima Az-Zahra !

La Radieuse !

L'Immaculée !

Elle était la Fille Bien-Aimée

De Mohammed, le Messager,

Et de son épouse Khadîdja,

La Dévouée et la Préférée,

Première Femme du Monde

A s'être convertie à l'Islam !

Elle était la Fille Très-Aimée

Née dans la Sainte Demeure

Où chaque journée se révélait le Saint Coran,

L'événement le plus grandiose de tous les temps !

Elle était la Fille Très-Aimée a u Très Grand Cœur

élevée dans cette Sainte Demeure

Où descendait à chaque instant l'Archange Gabriel

Avec les Versets du Saint Coran

Constituant le Dernier Rappel

Qui sera transmis aux Mondes

Par Sa Sainteté le Messager-Libérateur

Du Spirituel et du Temporel de l'?tau immonde

Du Cercle mondial des Tyrans et des Oppresseurs !

Maître de la Demeure dans laquelle était née,

élevée et s'était mariée

Sainte Fatima Az-Zahra !

La Radieuse ! L'Immaculée !

La Fille du Bonheur de la Vie,

L'épouse protégeant l'Honneur de son Mari,

La Mère de Deux Imams, Souverains de la Jeunesse du Paradis !

!

La Mère de Sainte Fatima Az-Zahra !

La Radieuse ! L'Immaculée !

?tait si fière de cette Sainte Demeure totalement purifiée,

Si fière de la Prophétie du Père de la Fille sanctifiée !

Un Père qui les aimait, il les protégeait,

Et sur leur bonheur spirituel et temporel, il veillait.

Oui ! Cette Sainte Demeure de la Révélation

Fut pour le Monde une Bénédiction !

Demeure qui fit tellement Honneur à l'Islam de son Père,

Que les Fidèles et Sincères Serviteurs de Çááå-Dieu,

Aiment à imaginer le Lieu où autrefois la Demeure avait été érigée !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, Muharram 1424-Mars 2003

16

1424 / 2003

________________________________________

Vous êtes morts dans le remords

!

Sainte Fatima Az-Zahra ?

Oui ! Elle repose dans un lieu tenu secret,

Dans une parcelle de terrain creusée

Des Saintes Mains de son Mari, l'Imam Ali.

Et vous ses oppresseurs et persécuteurs,

Vous avez tenu de façon exagérée,

Le haut du pavé

A Médine, La Mecque et ailleurs.

Des sans-cœur et sans-honneur,

Fils de pères sans grande renommée,

Peu cités parmi les grandes tribus réputées,

Vous avez imposé à la Communauté

Une prestation de Serment d'Allégeance

Par le seul emploi de la contrainte et de l'injuste puissance

De vos milices armées.

Aux yeux du monde d'aujourd'hui, vous avez tout raté

Et Fatima Az-Zahra et son Mari, l'Imam Ali, ont tout gagné.

Vous êtes morts dans le remords

Que seulement connaissent les dirigeants qui ont mal fait !

Fatima Az-Zahra et son Mari, l'Imam Ali, sont morts dans le Martyre

Que seulement connaissent les Amis de Çááå-Dieu : Les Parfaits.

Dans le vaste Monde de l'Au-delà où évoluent les Immaculés,

Ils ont sur votre destinée

Un irrépressible pouvoir d'intercession

Et de condamnation

Qui vous frustre d'un quelconque triomphe de votre position

Obtenue en commençant par une lamentable usurpation !…

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, Safar 1424-Avril 2003

17

1424 / 2003

________________________________________

Toi qui as donné la Descendance de ton Père-Messager Que la Paix et les Bénédictions de Çááå-Dieu soient sur le Messager et sur sa Famille immaculée

!

ô Fatima Az-Zahra !

Toi qui as mérité d'être comblée de l'Abondance !

Toi qui as donné la Descendance de ton Père-Messager !

Toi qui as hissé très haut l'?tendard de la Foi et de la Piété, de la Pudeur, de l'Honneur et de la Dignité des Femmes jusqu'à recouvrer tous leurs Droits et leur participation libre à la vie politique, qui était contraire à la férule des " moi bédouins totalitaires " qui, si elle était devenue mer, cette dernière sous le poids d'une telle férule, en aurait sûrement figé ses flots sous l'effet de sa terreur !

Et en toi et par toi, ? Très Bonne Fatima ! dénoncer les milliers d'injustices avilissantes, déshonorantes, rabaissant autant d'âmes de Femmes vertueuses, pieuses et pratiquantes, prosternées devant leur Créateur et dressées face à leurs persécuteurs.

Et parce que tu étais et demeure la Souveraine des Femmes !

Et parce que tu représentais et représente toujours leur Dignité, leur Honneur et leur Pudeur, tu n'étais sûrement pas disposée à te laisser maltraiter par des subordonnés !

Et parce que tu étais et que tu es toujours dans l'éternité :

FATIMA : L'Immunisée contre le Feu !

Az-Zahra : La Resplendissante !

At-Tahira : La Pure !

As-Siddiqua : La Véridique !

Al-Mubaraka : La Bénie !

Az-Zakia : La Vertueuse !

Ar-Radhia : La Satisfaite !

Al-Mardhia : L'Agréée !

Al-Muhaddatha : Une personne, non Prophète, avec laquelle les Anges tiennent des conciliabules ! le Seigneur des Mondes t'a comblée de l'Abondance et du Grand Honneur de donner aux Mondes la Sainte et Pure Descendance du Maître et Sceau de Ses Prophètes !

Donc, Fatima Az-Zahra, Souveraine des Femmes de tous les Mondes, nous accusons tes persécuteurs d'avoir osé blesser ton Cœur, de s'être permis de mettre feu à ta Demeure, d'avoir foulé à leurs bottes d'oppresseurs ta Dignité et ton Honneur, de s'être attaqués à ta Foi et à ta Piété dans l'odieuse intention de porter atteinte à ta Sainte renommée et de faire oublier à l'Humanité ton statut particulier d'Abondance et de Mère de la Sainte et Pure Descendance du Messager, autrement dit de tuer l'éclat de la Ramure de l'Arbre de la Prophétie qui aurait fini par disparaître dans la caverne de l'oubli

!

Donc, Fatima Az-Zahra, Fille préférée du Prophète, il s'agit comme pour tous les Ahlul Beyt, de l'Affection qu'il faut vous porter pour que fleurissent l'âme et la Conscience de l'Humanité !

Il s'agit de ne jamais déroger à cette magnifique obligation que rien ni personne ne pourront jamais frapper d'interdiction car elle fait partie des Prescriptions révélées dans le Saint Coran et applicables jusqu'à la fin des temps !

Affection due à Fatima Az-Zahra et aux Ahlul Beyt, ton indestructibilité dans le Cœur et la Conscience de l'Humanité lui promet les plus heureuses finalités car tu es un Témoin agréé et convaincant au Jour du Jugement !

Donc, Affection due à Fatima Az-Zahra et aux Ahlul Beyt, toujours vers vous doivent aller les Sentiments des Cœurs et surtout ne pas lâcher un seul instant le Lien que Çááå-Dieu a mis entre les mains des Pieux car le lâcher signifierait inéluctablement rejoindre le labyrinthe des égarés de tous les temps où règne en maîtresse la ténèbre très épaisse refusant d'être touchée par les lumières du Dîn de Çááå-Dieu pour le plus grand malheur allant droit aux Cœurs !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, Rabi' Al-Awwal 1424-Mai 2003

Paroles de Fatima Az-Zahra

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

________________________________________

Au sujet de son Mari Ali Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur lui
Il (s) est un maître parmi les Amis de Çááå-Dieu, vigoureux au travail, sincère dans le conseil, sérieux dans ses intentions et toujours prêt à l'effort pour servir l'Islam. Alors que de votre côté vous ne cessiez de vivre dans l'oisiveté, dans les plaisirs de la vie d'ici-bas, vous estimant saufs au sein de votre confort, guettant notre revers de fortune. Avides d'informations à notre sujet pour entendre parler de l'issue de la bataille imposée, et à laquelle vous aviez tourné le dos, prenant vos jambes à votre cou plutôt que de combattre. Extraits de sa Déclaration citée dans Awalim Al-Ouloum wa Moustadrakatiha ; précité.

!

18

1424 / 2003

________________________________________

Tu as connu la Frayeur ô Fatima Az-Zahra Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur toi

!

ô Fatima Az-Zahra,

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur toi

Tu as connu La Frayeur qui violente le temps, marquant chaque instant d'une nouvelle terreur ;

Tu as connu La Frayeur qui derrière ta Porte enflammée par les Torches de Feu portées par les mains de l'Ennemi intérieur semait l'horreur dans ta Maisonnée et son Intimité ;

Tu as connu La Frayeur des pas de cet Ennemi intérieur qui s'approchaient de ta Demeure ;

Tu as connu La Frayeur des pas de l'Ennemi intérieur qui s'éloignaient puis revenaient ;

Tu as connu La Frayeur de ses pas pesants, écrasant, piétinant, jusqu'à tourmenter les Cœurs de tes Enfants !

!

Devant et derrière ta Porte s'étaient accumulées à l'infini toute la haine et toute la cruauté de cet implacable Ennemi !

ô temps où la seule espérance était pour toi, Fatima Az-Zahra, de retrouver ton Père au Paradis.

Comme elle sera douce pour toi, ô Fatima Az-Zahra, la Délivrance après ces temps de haine et d'hostilité accumulées contre toi et les Gens de la Famille de ton Père-Messager !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez le Frère Youcef, Montpellier, France,

Jumada Al-Ula 1424 / Juillet 2003

19

1424 / 2003

________________________________________

As-Salam Alayki, Ya Fatima Az-Zahra ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi

!

As-Salam Alayki,

Ya Fatima Az-Zahra !

Quelle grande, très grande faveur

ont eu tes contemporains de te saluer,

ô Fatima, dans la Sainte Cité

avec tes enfants te tenant par la main !

Ils pouvaient te rencontrer en compagnie de ton Père-Messager, de tes garçons Al-Hassan et Al-Hossein, n'est-ce pas ?

Ils pouvaient voir s'ouvrir devant eux Le Nouveau Monde qui débutait par des beaux noms donnés aux Enfants des Pieux 11 sur Ordre de Çááå-Dieu !

!

As-Salam Alayki,

Ya Fatima Az-Zahra !

Comment vont Al-Hassan, Al-Hossein

et la petite Zeyneb et ton époux Ali ?

Que Çááå-Dieu les protège ; qu'IL étende sur eux Sa Miséricorde ! Qu'IL les fasse vivre en une ?ternelle Concorde !

Ceux-là formaient les Immaculés Ahlul Beyt de ton Père-Prophète. Ils étaient la Vie ! Toute la Vie !

Ton Père parlait de ton mari, de ses deux petits-fils chéris et bénis, formant avec toi sous la Couverture yéménite l'étoile particulière et fière à 5 Branches solidaires dont la Clarté est demeurée visible pour chaque habitant de la Terre !

Elle est étoile du matin ! étoile du soir ! étoile de la nuit ! étoile du berger ! étoile messagère ! étoile de la culmination ! étoile du Nord ! étoile du Sud ! étoile de l'Orient ! étoile de l'Occident ! étoile de l'Ascension ! étoile de Guidance vers la Bonne Direction ! étoile de l'exceptionnelle grandeur ! étoile pour rassurer les Cœurs ! étoile de l'Heureuse et Pieuse Compagnie…

Il n'y a pas plus grande ni éclatante étoile autre que cette étoile-là !

L'image nous est restée par les récits de l'Immaculée Tradition, ainsi que l'image de votre présence à la Cérémonie de la Demande de Malédiction 12 où vous n'aviez formé qu'une Seule Main ouverte aux Cinq Doigts purifiés !

!

Offrande de Çááå-Dieu !

As-Salam Alayki,

Ya Fatima Az-Zahra !

Ils n'ont pas saisi tout le bonheur de te rencontrer dans la Sainte Cité, Offrande de Çááå-Dieu pour que la Terre découvre la Souveraine des Femmes du Monde, de tous les Mondes !

Tu avais le Dîn de Çááå-Dieu au Cœur ; eux la Doun'ia dans les yeux !

Ils n'avaient rien de spirituel à échanger avec toi, la seule chose qui les hantait : le moment propice pour t'arracher le peu de biens matériels que ton Père-Prophète t'avait donnée, ça y est, c'est fait, ils te les ont arrachés, et quand tu les as quittés pour rejoindre ton Père-Prophète auprès du Seigneur des Mondes, tu as emporté dans ton Cœur toute la douleur, toute la frayeur, toute la terreur, tous leurs cris et menaces qu'ils y avaient fait pénétrer pour les faire témoigner contre eux devant ton Créateur !

Ils n'étaient pas parvenus, néanmoins, à faire sortir de ton Cœur la moindre parcelle de tendresse pour tes Proches Bien-aimés ni le moindre sentiment d'affection pour la Communauté de ton Père Bien-aimé !

! As-Salam Alayki,

Ya Fatima Az-Zahra !

Lorsque nous levons nos deux mains rassemblées vers les Cieux, c'est aussi pour t'implorer d'intercéder en notre faveur auprès de Çááå-Dieu au Jour de la Grande Frayeur où plus rien ne sera remis au lendemain !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez le Frère Youcef, Montpellier, France, Rajab 1424-Août 2003

20

1424 / 2004

________________________________________

On ne cessera jamais de le rappeler…

!

Tous les Anges et tous les Pieux louent Fatima Az-Zahra d'avoir enfanté et élevé Al-Hassan et Al-Hossein, Second et Troisième Imams Successeurs désignés par Allah, pour le Bien du Dîn d'Allah, du Livre d'Allah et de l'Immaculée Tradition de Vie du Messager d'Allah !

!

Tous les Anges et tous les Pieux blâment l'hypocrite qui a donné l'ordre d'empoisonner l'Imam Al-Hassan !

! Tous les Anges et tous les Pieux blâment le fils de l'hypocrite qui a donné l'ordre d'assassiner l'Imam Al-Hossein !

!

Tel père, tel fils, dit le dicton !

!

Sainte Fatima Az-Zahra les avait élevés, pris soin d'eux, c'est vrai ! Mais les hypocrites ont assassiné ses deux Enfants Immaculés, Justes et Parfaits ! Souverains de la Jeunesse du Paradis !

!

Depuis, il est sur la Terre de Çááå-Dieu deux Drames de plus : les odieux assassinats de Deux Grandes âmes de l'Humanité de la Descendance bénie du Maître et Sceau des Messagers.

!

Tous les Anges et tous les Pieux se retrouvent chaque jour en tête à tête avec ce Grand Malheur lorsque le Souvenir leur revient chaque matin, lorsque la Douleur, telle une plante à vrilles très puissantes, leur enserre le Cœur très fort, pendant que les insouciants dorment encore, eux, les Pieux, en silence, laissent couler des pleurs sur leur mort.

!

Il faut le dire : Les Deux Enfants de Fatima Az-Zahra, petits-fils du Messager, ont été odieusement assassinés sans jamais avoir été ennemis de quelqu'un ; Çááå-Dieu les avait créés pour Guider la Communauté, les égarés les ont détruits, refusant La Présence et la Guidance de l'élite religieuse, politique, intellectuelle, morale et sociale formant le Parti de Çááå-Dieu qui tôt ou tard emportera la Victoire sur la Tyrannie et la Barbarie !

On ne cessera jamais de le rappeler pour éviter l'oubli : La Parousie de l'Imam Al-Mahdi aura bien lieu, c'est une Promesse de Çááå-Dieu !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Beyrouth, Liban, Dhul Hijja 1424-Février 2004

21

1425 / 2004

________________________________________

Fatima Az-Zahra ? parlons-en : Vous l'avez odieusement tourmentée Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

L'Histoire en témoigne : Depuis le décès du Maître et Sceau des Prophètes, quelles cruelles et déchirantes douleurs les ennemis n'ont-ils pas fait subir à Sa Fille Bien-aimée Fatima Az-Zahra mille fois tourmentée !

Sans répit, le premier, le second et leurs partisans, dans des gestes d'hostilité injustifiée, persécutèrent Sa Fille Bien-aimée Fatima Az-Zahra avec pour seul horizon la spoliation de sa propriété de Fadak pour s'en faire une rente de souveraineté !

ô les cœurs de ses cruels persécuteurs imprégnés d'une funeste fureur, vous l'avez odieusement tourmentée, piétiné sa dignité sous vos sinistres pieds de tyrans, complices de la peur et de la frayeur, gigantesques pieds écrasant la Vie de sa Fille Bien-aimée Fatima Az-Zahra consacrée à Servir et Adorer Le Seigneur, à Le louer par tous les temps doux ou glacés !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Al-Karak, Bekaa, Liban, Safar 1425, Avril 2004

Paroles de Fatima Az-Zahra

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

________________________________________

La Louange appartient à Çááå-Dieu, Exalté soit-IL ! Pour tout ce qu'IL a répandu de bienfaits à notre service ! La Louange appartient à Çááå-Dieu, Exalté soit-IL ! Pour tout ce qu'IL a inspiré, pour tout ce qu'IL a ordonné en Son Nom Sanctifié et pour tout ce qu'IL a octroyé avec abondance de Faveurs dans Sa Création, sans aucune restriction dans Ses Dons, Grâces et Bénédictions, que nul ne peut dénombrer tant ils sont présents partout et en tout, à chaque instant de la vie, pour tous les temps et en tous lieux ; sans limites concevables pour les hommes. Extraits de sa Déclaration citée dans Awalim Al-Ouloum wa Moustadrakatiha ; précité.

!

22

1425 / 2004

________________________________________

Sainte Fatima a toujours raison Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Tôt, les Champs du Savoir essentiel

Et les Jardins de la Connaissance universelle

Furent en friche dans les cœurs des détracteurs,

Gens de mauvaise Intelligence

Et d'impardonnable Ignorance du Devoir d'Affection :

Pourquoi se sont-ils éloignés des Gens de la Sainte Demeure ?

Pourquoi ont-ils laissé leur cœur être l'esclave de l'ingratitude et du désespoir, de l'insoumission et de la désobéissance ?

Il était pourtant inutile de s'abandonner à une telle servitude, ils auraient dû, plutôt, s'attrister sur la douleur de la Fille du Messager, se taire face à son profond recueillement silencieux, respecter à l'infini le Souvenir de son Père-Messager qui ne se plaît à demeurer que dans les Cœurs soumis, paisibles, pieux et sereins, et non dans des âmes rebelles éloignées de tout ce qui est spirituel et subtil !

! Même si au passé on ne peut remédier,

Par contre l'avenir on peut l'adoucir,

Mais ils ont préféré s'abandonner à l'esprit de discorde et de défiance injustifiée qui soufflait la haine aux quatre coins de la Sainte Cité ! Qui l'eût dit qu'après le décès du plus noble Prophète tout deviendrait Injustice et Violence envers ses Ahlul Beyt ?

!

Comme hier dans sa Déclaration,

Aujourd'hui, Sainte Fatima a toujours raison :

Seule vogue allègrement sur les Océans de la Miséricorde et de la Concorde l'Arche des Ahlul Beyt pour laquelle le vent est toujours en fête, ne levant aucune tempête ; n'y embarquent que les cœurs dont le Droit Chemin est la seule quête, contents qu'à l'aube la lumière ne soit jamais indécise, que la trajectoire de l'Arche soit toujours précise : Ravis, aussitôt ils renouvellent leur Serment d'Allégeance à l'Imam de leur Temps, à son indicible Présence, dernier Imam de la Pure Descendance de Fatima Az-Zahra exemptée par Çááå-Dieu de toute souillure et impureté.

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Zeyneb (s), Damas, Syrie,

Rabi' Al-Thani 1425-Juin 2004

23

1425 / 2004

________________________________________

Le Modèle de la Femme exemplaire Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Sainte Fatima Az-Zahra

ô Fille née préférée du Maître et Sceau des Prophètes,

il a bien fallu à tous et à toutes le savoir,

et ils l'ont su que tu étais du matin au soir :

La Fille,

l'épouse,

la Mère

et la Grand-Mère,

dont la conduite est exemplaire,

vivant humblement, en famille, sous son toit.

En plus d'accomplir ses obligations religieuses, sa Sainte et Pieuse Demeure était envahie par les tâches ménagères, ses principales préoccupations étaient celles de l'épouse et de la Mère : n'est-elle pas connue comme le Modèle de la Femme à imiter par toutes les Habitantes de la Terre ?

Fatima Az-Zahra est l'Exemple pour l'éternité, aucune autre vie de femme ne peut atteindre sa renommée, Çááå-Dieu l'a créée pour permettre de distinguer entre la Bonne et la Mauvaise, le Souhait de toujours qui met à l'aise le Bon qui désire se marier et qui a compris que s'éloigner de cette Grande et Sincère Amie des Cœurs amène d'irréparables Malheurs !

Bénies sont les Familles qui imitent sa Vie parce qu'en elle tout œuvre pour la Félicité et le Bonheur de la Famille et de la Communauté la meilleure ! Il suffit, soudain, de l'abandonner, et nous voici sans Miséricorde, sans Bonté ni Assistance ni Sollicitude divines, ne trouvant plaisir ni dans la Famille ni dans la Communauté ordonnant le Bien et bannissant le Mal !

Bien heureuses les Familles qui aiment imiter sans détours le Modèle de la Famille exemplaire de Fatima Az-Zahra !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Zeyneb (s), Damas, Syrie,

Rabi' Al-Thani 1425-Juin 2004

24

1426 / 2005

________________________________________

Puis, pour épouser Fatima… Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Puis pour épouser Fatima Az-Zahra, la Fille Bénie, Sainte et Pure du Messager de Çááå-Dieu, il fallait un Homme Béni, Saint et Pur !

Pureté confirmée dans le Verset : ( ô vous les Gens de la Maison ! Çááå-Dieu veut seulement éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement ) 13.
Avec quel autre Homme qu'Ali aurait pu être mariée l'Immunisée contre le Feu ! La Resplendissante ! La Pure ! La Véridique ! La Bénie ! La Vertueuse ! La Satisfaite ! L'Agréée !

Comblée par le Seigneur des Mondes de l'Abondance et du Grand Honneur de donner à l'Humanité la Sainte et Pure Descendance du Maître et Sceau de Ses Prophètes, pour guider les ô âmes dans la Vérité, la Justice et le Salam !

Que la Paix soit avec toi, ô Mère des Arguments pour tous les Hommes ! Les Imams de ta Descendance en tant qu'Arguments de Çááå-Dieu, sur Terre. Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur eux.

Pour l'épouser, ce fut aussi une Décision de Çááå-Dieu car Fatima Az-Zahra ne pouvait être mariée à un homme commun, n'est-ce pas ?

Le Purifié par Çááå-Dieu s'accouple avec le Purifié par Çááå-Dieu !

Elle fut créée pour être l'Abondance de la Descendance du Messager de Çááå-Dieu, tout les Pieux savent ça ! Des Imams Immaculés, Savants, Infaillibles dans leur Jugement, dans leur Comportement, Amis de Çááå-Dieu !

Cette Couronne de l'Abondance était la Couronne de Lumière posée par Çááå-Dieu sur cette Grande âme de l'Humanité et son éclat a recouvert pour toujours la Terre entière dans La Présence d'un Imam de chaque Temps issu de son Immaculée Descendance !

Avec son époux, Dix autres Imams sont retournés à Çááå-Dieu en Martyrs, assassinés ou empoisonnés par les ennemis de la Famille du Messager.

Elle avait, avec sa Descendance,

tant aimé Çááå-Dieu,

tant aimé Son Messager,

tant aimé Son Livre,

tant aimé Sa Religion,

tant aimé les Créatures de Çááå-Dieu,

tant aimé les Veuves,

tant aimé les Orphelins,

tant aimé les Miséreux,

tant aimé les Asservis,

tant aimé les Affamés,

souvenez-vous du Verset ( Ils nourrissaient le pauvre, l'orphelin et le captif, pour l'amour de Çááå-Dieu. - Nous vous nourrissions pour plaire à Çááå-Dieu seul ; nous n'attendons de vous ni récompense, ni gratitude )14 !

Elle avait tant aimé la Vie telle la veut Çááå-Dieu pour Ses Créatures qu'elle fut honnie par les orgueilleux, par les arrogants, par les ennemis de ses Infinies Vertus !

Elle avait tant aimé la Communauté, son Unité, sa Solidarité, sa Fraternité,

tant aimé et défendu ses Droits, Ses Devoirs et ses Libertés,

tant versé de larmes par Amour de Çááå-Dieu,

tant prié,

tant adoré,

tant invoqué,

tant remercié Çááå-Dieu, que ses tourments doivent être qualifiés de Crimes capitaux et condamnés par un sévère jugement !

ô cruels et lâches Persécuteurs de Fatima Az-Zahra et de sa Sainte Descendance, rien ne changera pour vous au Jour du Jugement, ayant vécu comme il vous plaisait, ô bourreaux des Cœurs des Immaculés, il s'agira pour vous en ce Jour d'une Condamnation à l'Eternel Séjour dans l'ardeur du Brasier de l'Enfer où votre chair sera mise à rôtir sans jamais en finir.

Çááå-Dieu sur Sa Terre vous avait laissé le choix entre le Paradis et l'Enfer, mais vous avez préféré les imams sans vertu appelant au Feu à Ses Imams élus couverts d'Infinie Vertu, Pureté, Sagesse, Gloire, Honneur, Science, Tempérance, Charité, Pudeur, Dignité, Amour et Bonté… appelant au Paradis !

Comment auriez-vous pu espérer vous voir réunis avec les Quatorze Immaculés autour du Bassin paradisiaque d'Al-Kawçar quand, devant vous se montrait, pour couper les liens avec la Famille du Messager, le sinistre Démon, aux yeux remplis de haine et de mépris, venu pour tout briser, qui, par ses pas vous conduisait vers la Persécution de Fatima Az-Zahra et de sa Descendance ? Attendez-vous au Jour où vous serez condamnés à vivre éternellement dans la Souffrance de Çááå-Dieu contre laquelle il n'existe aucun remède ni sursis !

La Mecque ; accomplissement du Pèlerinage aux Lieux Saints,

Mois sacré de Dhul Al-Hidja de l'an 1425 / Janvier 2005.

25

1426 / 2005

________________________________________

L'incendie décidé

!

La Sainte Demeure était le Cœur de la Cité, c'est de son plein gré que le premier usurpateur a donné l'ordre de l'incendier avec à l'intérieur L'Agréée et sa Sainte Maisonnée !

En pleine journée, un grand vent d'hostilité s'était levé, la Porte de la Sainte Demeure soudain s'est enflammée, toute la Demeure allait être dévorée, ne restait que la Grâce de Çááå-Dieu pour l'épargner.

L O N G U E, Si L O N G U E,

cette journée de cruauté !

Hautes si hautes les flammes de l'horreur et de la terreur !

Effrayés, les Gens de la Sainte Demeure l'ont abandonnée contraints et forcés !

Les bons sentiments avaient disparus des cœurs des usurpateurs et plus jamais ils n'y sont revenus.

Ils n'avaient jamais tenu à la droiture,

Ils suivaient le cours tordu de leur nature,

Plus dure et plus cruelle qu'une hyène,

Ils aspiraient à faire revivre l'époque où le mal vivait son règne, où se côtoyaient l'égarement et l'erreur, les gens, le cœur plus dur et résistant que la pierre, vivaient dans la terreur et la guerre !

A l'aube, on se levait pour guerroyer, au crépuscule, on rentrait pour se coucher, étant nés à cette terrible époque, les usurpateurs n'eurent rien d'autre à faire que d'assaillir la Sainte Demeure pour y semer l'horreur et la terreur au lieu de se désaltérer à la Source de son Bonheur et de sa Douceur.

L'incendie décidé, quel grand malheur et quelle grande horreur !

Alors qu'un jour, Sa Sainteté le Messager s'adressa aux gens pour leur rappeler :

" ô vous, les gens ! En vérité, Le Messager de Çááå-Dieu et ses enfants attendent de votre part des preuves d'honneur, de dignité, de respect et de préférence sur les autres. Donc, ne vous laissez pas égarer par l'erreur "15.

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Khawla (s),

Baalbek, Liban, Muharram 1426-Mars 2005

26

1426 / 2005

________________________________________

Fatima Az-Zahra ! Tu demeures dans l'air comme les parfums des Printemps ! Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur elle

!

Fatima Az-Zahra ! Tu es dans la Sainte Demeure et tu es dans les cœurs, personne ne t'égalera jamais, pas même dans l'usage de tes Saintes mains que Çááå-Dieu t'avait données pour t'en servir à des besognes divines car tu es la Fille du Maître des Messagers et l'épouse du Maître des Successeurs dont les Paroles de l'un et de l'autre sont portées au loin par l'alizé avec la plus exquise douceur.

!

Tes Enfants, Maîtres de la Jeunesse du Paradis, revenus de la Mosquée, te comblaient par l'esprit dans l'enchantement de la Prophétie du Messager promis ; moments de joie sublime, affective et inspirée.

!

Puis tu te penchais sur eux pour leur rappeler que la Terre était définitivement dans la Clarté, pour leur dire que tout est bon dans le Dîn de Çááå-Dieu, qu'il a suffi du Maître des Messagers pour tout changer en mieux.

!

Nous te voyons, notre Sainte et Souveraine des Femmes du Monde, au milieu des ennemis aux intentions immondes, dénonçant leur trahison, leurs passions et leur vaine prétention de vouloir refermer la Porte ouvrant sur la Science des Mondes afin que l'Homme, la Femme et l'Enfant ne puissent plus jamais atteindre les Lumières des Grands Enseignements de Ton Père-Messager.

!

Aujourd'hui, même loin de nous, au Paradis promis, tu es toujours présente pour tous les Temps, tu demeures dans l'air comme les parfums des Printemps ! !

Aussi, dans l'espoir de te revoir, nos ô âmes et nos Cœurs attendent le moment sublime de leur retour auprès du Seigneur après s'être arrêtés à la Halte obligatoire du Bassin Paradisiaque d'Al-Kawçar !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Chez le Frère Youcef, Montpellier, France, Rajab 1426, août 2005

27

1426 / 2005

________________________________________

Toute ta vie fut vécue dans l'entourage des Anges de Çááå-Dieu

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur toi

!

ô Sainte Fatima Az-Zahra !

Tu es née là, dans la Sainte et Pure Demeure, sous la Coupe de la Dernière Révélation et de la Protection de la Dernière Tradition immaculée, élevée et choyée par les Saintes Mains de ta Mère et de ton Père, le Messager Libérateur envoyé contre les rebelles et les menteurs, les traîtres et les usurpateurs, les faussaires et falsificateurs !

Tu vivais sous la grâce d'une seule et belle sollicitude divine, entourée d'excellents Parents pour t'éviter la douleur de la solitude.

Toute ta vie fut vécue dans l'entourage des Anges de Çááå-Dieu et du bruissement léger et doux de leurs ailes à l'heure où les rebelles préparaient la guerre et son odieux appareil ennemi dans l'intention vilaine d'écraser les Amis du Tout-Miséricordieux et Très-Miséricordieux !

Alentour, un Monde hostile qui ne respectait rien, pas même la venue du Maître des Prophètes et encore moins Ses très Purs Ahlul Beyt formant à eux tous le Groupe des Plus Grands Saints jamais portés par la Terre auparavant !

L'Amour sincère que leur portaient les Pieux, rendait jaloux les petits esprits, déchaînant en leurs Cœurs les violences et le poison de la Calomnie, semant le mensonge et la tromperie dans les chaumières de la Sainte Cité, telle bouche amère la recueillait et s'empressait de la glisser malicieusement dans l'oreille d'autres gens qui à leur tour l'enflaient et la faisaient reprendre en chœur et à l'unisson en un concert de sentiments d'antipathie venimeuse et répugnante, odieuse et persistante, propageant partout la médisance et la jalousie, envahissant sournoisement les esprits dont la vie ne connaîtra ensuite que misères sur misères tant qu'ils resteront pris dans ses filets et qu'ils ne verront pas que pour être Amis des Ahlul Beyt, il ne faut surtout pas leur marquer du mépris !

C'est connu : pas un seul jour la Calomnie et le Mépris accablant injustement les Gens de la Famille du Prophète ne peuvent promettre la Paix et la Tranquillité, sans qu'aussitôt la Lumière de la Vérité y fasse barrière !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Paris, France, Sha'ban 1426, octobre 2005

28

1426 / 2005

________________________________________

Quand ton tendre Cœur se révolta…

!

ô Fatima Az-Zahra

Que la Paix de Çááå-Dieu soit sur toi !

Quand ton tendre Cœur se révolta contre les usurpateurs du Droit de ton Mari Ali, c'était aussi parce qu'ils brisaient, broyaient, détruisaient l'Affection due aux Ahlul Beyt !

Et quand leur colère se libéra dans leurs têtes et dans leurs Cœurs : elle mit partout le feu dévastateur.

Ils étaient de ceux qui s'éloignent de l'Arche des Ahlul Beyt et jamais n'y remontent pas même lors des grandes tempêtes.

Agir ainsi était blâmable.

Leur geste est demeuré impérissable car sur le miroir de l'Histoire l'image renvoyée reste celle de l'Horreur et de la Terreur des fagots de bois flambant pour toujours dans la Mémoire devant la Porte de ta Sainte Demeure !

Aujourd'hui, ta Résistance face à la Terreur est loin d'être oubliée car elle est Le Souvenir qui ne quittera jamais la Mémoire des pages de l'Histoire de la Persécution des Gens de la Demeure du Messager !

D'autres, même s'ils font partie de ceux qui arrivent en retard, apprendront en écoutant la mémoire contée par les Croyants : leurs Cœurs seront brisés à la seule vision du bois flambant et de sa noire fumée au-dessus de ta Maison : ils comprendront que tout cela leur avait été caché par les usurpateurs du droit de ton Mari Ali à la Succession !

Alors, seule une phrase émergera de leurs pensées : " La finalité de l'Usurpation a tout gâché dans l'hostilité et la cruauté épouvantables des traîtres et des égarés dont le mot le plus détestable était : " Frappez les Cœurs des Ahlul Beyt et de leurs Alliés ! " "

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Khawla (s), Baalbek, Liban,

Sha'ban 1426, octobre 2005

29

1426 / 2005

________________________________________

Ton Créateur t'a accordé la Faveur et le Bonheur de donner tout ce Bien à l'Humanité…

!

ô Fatima Az-Zahra !

Que la Paix de Çááå-Dieu soit avec toi !

Toi qui as donné la Vie, la Vraie Vie, aux Imams qui appellent au Paradis.

Toi qui as rappelé les ennemis à l'Ordre du Seigneur, tu as été nommée pour l'éternité la Satisfaite et l'Agréée " Souveraine des Femmes de tous les Mondes ! "

Nous te saluons toi qui as droit par décret du Créateur au Respect et à l'Affection des Sages et des Pieux mais aussi des usurpateurs responsables de l'ordre donné de mettre feu à ta Demeure !

Ta vie s'est écoulée sans la moindre souillure.

Tu n'as jamais trébuché ni face à tes détracteurs les plus durs ni face à leurs menaces ni face à leur injure de t'avoir maltraitée et opprimée !

C'est dans l'excellent, pur et fertile Terreau imamite que s'est perpétuée la Semence prophétique dont tu as été créée avec la Permission du Seigneur Loué et Exalté.

Aussi,

De toi se déployèrent

De jour en jour,

D'année en année,

De siècle en siècle,

Les Ailes de la Droite Guidance

De la Noble Descendance de ton Père-Messager !

Elle forme la Ramure de l'Arbre de la Prophétie

Aux Fleurs magnifiques et aux Fruits délicieux !

En vérité,

ô Fatima Az-Zahra

Tu n'es comparable qu'à toi-même

Car tu es la Fille du plus noble Prophète

Et l'épouse du plus noble Imam Successeur

Et la Mère des plus nobles Enfants

Dont le Créateur en fit aussi des plus nobles Imams Successeurs pour succéder l'un après l'autre à ton Mari Ali ! En vérité,

ô Fatima Az-Zahra !

Ton Créateur t'a accordé la Faveur et le Bonheur

De donner tout ce Bien à l'Humanité

Pour l'édifier en accord sur la Règle de l'Unicité !

Poème d'A.&H. Benabderrahmane

Sanctuaire de Sainte Khawla (s), Baalbek, Liban,

Sha'ban 1426, octobre 2005

30

1427 / 2006

________________________________________