LES NATIONS DISPARUES
 
CHAPITRE 9

LES COMPAGNONS DE LA GROTTE

Rappelle quand les jeunes se furent réfugiés dans la Grotte, ils dirent: "? notre Seigneur, donne-nous de Ta part une miséricorde; et assure-nous la droiture dans tout ce qui nous concerne."

(Sourate al-Kahf: 10)

La 18ème sourate du Coran, dénommée al-Kahf, ce qui signifie "la grotte", évoque un groupe de jeunes gens qui avaient trouvé refuge dans un tel abri pour fuir l'oppression et l'injustice d'un gouverneur qui sévissait contre les croyants. Les versets concernant cette question sont les suivants:

Penses-tu que les gens de la Grotte et de l'Inscription portant leurs noms ont constitué une chose extraordinaire d'entre Nos prodiges? Rappelle quand les jeunes se furent réfugiés dans la Grotte, ils dirent: "? notre Seigneur, donne-nous de Ta part une miséricorde; et assure-nous la droiture dans tout ce qui nous concerne." Alors Nous avons assourdi leurs oreilles en les plongeant dans un sommeil profond dans la Grotte, pendant de nombreuses années. Ensuite Nous les avons réveillés afin de savoir lequel des deux groupes qui discutaient à leur sujet saurait le mieux calculer la durée exacte de leur séjour. Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur; et Nous leur avons accordé les plus grands moyens de se diriger dans la bonne voie. Nous avons fortifié leurs cœurs lorsqu'ils s'étaient levés pour dire: "Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre; jamais nous n'invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi nous transgresserions dans nos paroles.

Voilà que nos concitoyens ont adopté en dehors de Lui des divinités. Que n'apportent-ils sur elles une preuve évidente? Quel pire injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah?" "Quand vous vous serez séparés d'eux et de ce qu'ils adorent en dehors d'Allah, réfugiez-vous donc dans la Grotte; votre Seigneur répandra de Sa miséricorde sur vous et accordera un sort plus enviable." Si tu avais vu le soleil, quand il se lève, s'écarter de leur Grotte vers la droite, et quand il se couche, passer à leur gauche, tandis qu'eux-mêmes étaient là, dans une partie spacieuse de la Grotte. Ceci est une des preuves d'Allah. Celui qu'Allah guide, c'est lui le bien-guidé. Et quiconque est égaré par Allah, pour lui tu ne trouveras pas de protecteur pour le mettre sur la bonne voie. Et tu les aurais crus éveillés, alors qu'ils dormaient.

Et Nous les tournions sur le côté droit et sur le côté gauche, tandis que leur chien était à l'entrée, pattes étendues. Si tu les avais aperçus, certes tu leur aurais tourné le dos en fuyant; et tu aurais été assurément rempli d'effroi devant eux. Et c'est ainsi que Nous les réveillâmes de leur long sommeil, afin qu'ils s'interrogent entre eux. L'un parmi eux dit: "Combien de temps êtes-vous demeurés là?" Ils dirent: "Nous avons demeuré un jour ou une partie d'un jour." D'autres dirent: "Votre Seigneur sait mieux combien de temps vous y avez demeuré. Envoyez donc l'un de vous à la ville avec votre argent que voici, pour qu'il voit quel aliment est le plus pur et qu'il vous apporte de quoi vous nourrir.

Qu'il agisse avec tact; et qu'il ne donne l'éveil à personne sur vous. Si jamais ils vous attrapent, ils vous lapideront ou vous feront retourner à leur religion, et vous ne réussirez alors plus jamais." Et c'est ainsi que Nous avons rendu public leur existence, afin que les gens sachent que la promesse d'Allah est véridique et pour qu'il n'y ait point de doute au sujet de l'Heure. Rappelle quand ils discutèrent à leur sujet et déclarèrent: "Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux." Mais ceux dont l'opinion prévalut dirent: "élevons sur eux un sanctuaire." Ils diront: "Ils sont trois et leur quatrième était leur chien." Et ils diront, en conjecturant sur leur mystère, qu'ils étaient cinq, le sixième étant leur chien, et ils diront: "Sept, le huitième étant leur chien." Dis: "Mon Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n'en est que peu qui le savent." Ne discute à leur sujet que d'une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne.

Et ne dis jamais, à propos d'une chose: "Je la ferai sûrement demain", sans ajouter: "Si Allah le veut"; et évoque ton Seigneur quand tu oublies et dis: "Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct." Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cents années et certains en ajoutèrent neuf dans leur calcul. Dis: "Allah sait mieux combien de temps ils demeurèrent là." A Lui appartient l'inconnaissable des cieux et de la terre. Comment Il voit et entend clairement toutes choses! Ils n'ont aucun allié en dehors de Lui, et Il n'associe personne à Son commandement. (Sourate al-Kahf: 9-26)

Selon l'opinion la plus répandue, les Compagnons de la Grotte, qui sont évoqués et cités en exemples à la fois par les sources islamiques et les sources chrétiennes, étaient sujets à la tyrannie cruelle d'un empereur romain que l'on croit être Decius. Bravant la répression, ces jeunes gens exhortèrent à plusieurs reprises leur peuple pour qu'ils n'abandonnent pas la religion d'Allah. Mais l'indifférence de leurs concitoyens à leur égard, l'oppression croissante de l'empereur et les menaces de mort contre eux les amenèrent à décider de quitter leurs foyers.

Il est un fait historique avéré que, à cette époque, les empereurs romains successifs menaient une politique de terreur et d'injustice à l'encontre des Chrétiens qui voulaient pratiquer le Christianisme sous sa forme pure et originelle.

Dans une lettre adressée par le gouverneur romain Pilinius (69-113 de l'ère chrétienne), qui administrait le nord-ouest de l'Anatolie, à l'Empereur Trajan, il est question des "compagnons du Messie [les Chrétiens] qui étaient réprimés pour avoir refusé d'adorer la statue de l'empereur". Cette lettre est l'un des documents importants qui attestent de l'oppression ayant frappé les Chrétiens à cette époque. Dans de telles circonstances les jeunes gens en question, à qui on demandait de se soumettre à un système non-religieux et d'adorer un empereur comme une divinité autre qu'Allah, refusèrent d'agir ainsi et dirent:

… Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre; jamais nous n'invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi nous transgresserions dans nos paroles. Voilà que nos concitoyens ont adopté en dehors de Lui des divinités. Que n'apportent-ils sur elles une preuve évidente? Quel pire injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah? (Sourate al-Kahf: 14-15)

Quant à l'emplacement de la région où vécurent les Compagnons de la Grotte, il y a divergence d'opinion. Les deux possibilités les plus vraisemblables sont ?phèse et Tarsus.

Presque toutes les sources chrétiennes désignent ?phèse comme étant le lieu où se trouve la Grotte-refuge. Certains chercheurs musulmans et commentateurs du Coran sont d'accord avec cette exégèse. D'autres ont expliqué qu'?phèse n'est pas l'emplacement exact, et ont essayé de prouver que l'événement s'est produit à Tarsus. Dans l'étude qui suit, les deux hypothèses seront examinées. Cependant, tous les chercheurs et commentateurs, y compris les Chrétiens, ont dit que les faits se sont produits au temps de l'empereur romain Decius (connu également sous le nom Decianus), vers l'an 250 de l'ère chrétienne.

Decius, ainsi que Néron, sont de façon notoire les empereurs romains ayant le plus sévèrement torturé les Chrétiens. Durant le court règne de Decius, une loi fut édictée obligeant toute personne à offrir un sacrifice aux dieux romains; un certificat attestant le bon accomplissement de cet acte était alors délivré à la personne, certificat qui devait être présenté aux officiels de l'?tat. Les récalcitrants étaient exécutés. Dans les sources chrétiennes, il es précisé que nombreux furent les Chrétiens qui refusèrent de se plier à cette pratique idolâtre, et qui étaient ainsi contraints de fuir d'une ville à l'autre, ou bien de se cacher dans des refuges secrets. Les Compagnons de la Grotte font certainement partie de ces premiers Chrétiens.

Il y a à ce point de l'exposé une précision importante à apporter: cet événement, narré à la fois par les Musulmans et les Chrétiens, s'est trouvé transformé en une légende suite à l'ajout de nombreux détails sans fondement et de ouï-dire. Pourtant, cet épisode est bel et bien une réalité historique.

L'épisode de la Grotte s'est-il passé à éphèse?

En ce qui concerne la cité dans laquelle ont vécu ces jeunes gens et la grotte dans laquelle ils ont trouvé refuge, divers emplacements possibles ont été proposés. Les raisons essentielles pour cela sont les suivantes: le désir des gens de croire que des jeunes aussi courageux et au grand cœur ont vécu autrefois dans leur propre cité, et la grande ressemblance entre les grottes dans ces régions. Par exemple, dans presque tous ces endroits, il y a un lieu de culte bâti au-dessus d'une excavation.

C'est un fait bien connu qu'éphèse est considéré comme un lieu saint par les Chrétiens, parce que dans cette ville se trouve une maison dans laquelle, selon la tradition chrétienne, mourut la Vierge Marie et qui fut, plus tard, transformée en une église. Ainsi, il est probable que les Compagnons de la Grotte aient résidé dans l'un de ces endroits sanctifiés par les hommes. De plus, certaines sources Chrétiennes affirment qu'éphèse est bien le lieu en question.

La plus ancienne source sur le sujet est constituée par des informations fournies par le prêtre syrien Jacques de Saruc (qui vécut au 5ème siècle de l'ère chrétienne). Le célèbre historien anglais Gibbon a cité ce prêtre à plusieurs reprises dans son livre Le déclin et la chute de l'Empire Romain. D'après cet ouvrage, Decius est bien nom de l'empereur qui a persécuté les sept jeunes croyants Chrétiens, les obligeant à se cacher dans une grotte. Decius a régné sur l'Empire Romain entre 249 et 251 de l'ère chrétienne, et son règne a été caractérisé par les mauvais traitements qu'il a infligés aux vrais disciples de 'Isa (Jésus). Selon certains commentateurs musulmans, la région où s'est produit l'événement en question était appelée "Aphesus" ou bien "Aphesos". D'après Gibbon, le nom de ce lieu est éphèse. Située sur la côte occidentale de l'Anatolie, cette cité constituait l'une des plus grandes cités portuaires de l'Empire Romain. Les ruines de cette cité sont connues de nos jours sous le nom de "l'antique cité d'éphèse".

Le nom de l'empereur qui régnait lorsque les Compagnons de la Grotte ont été tirés de leur long sommeil serait, selon les chercheurs musulmans, Tezusius, alors que d'après Gibbon il s'agirait de Théodose II. Ce dernier empereur a régné entre 408 et 450 de l'ère chrétienne, après que l'Empire Romain fut converti au Christianisme.

En utilisant les indications fournies par le verset cité ci-dessous, il est dit dans certains commentaires que l'entrée de la grotte donnait vers le nord et que, par conséquent, le soleil ne pouvait pas y pénétrer. Donc quelqu'un passant près de la grotte ne pouvait pas apercevoir ce qu'il y avait à l'intérieur. Le verset en question est le suivant:

Si tu avais vu le soleil, quand il se lève, s'écarter de leur Grotte vers la droite, et quand il se couche, passer à leur gauche, tandis qu'eux-mêmes étaient là, dans une partie spacieuse de la Grotte. Ceci est une des preuves d'Allah. Celui qu'Allah guide, c'est lui le bien-guidé. Et quiconque est égaré par Allah, pour lui tu ne trouveras pas de protecteur pour le mettre sur la bonne voie. (Sourate al-Kahf: 17)

Le Docteur Musa Baran, archéologue, désigne ?phèse dans son ouvrage dénommé ?phèse, comme étant le lieu où vécut le groupe de jeunes croyants, et il ajoute:

En l'an 250 de l'ère chrétienne, sept jeunes gens résidant à ?phèse embrassèrent le Christianisme et rejetèrent l'idolâtrie. Essayant de trouver un moyen de vivre leur foi, ils se réfugièrent dans une grotte située sur le flanc oriental du Mont Pion. Les soldats romains s'en aperçurent et élevèrent un mur à l'entrée de la grotte.43

De nos jours, il est admis que sur ces vieilles ruines et tombes, beaucoup d'édifices religieux ont été édifiés. Des fouilles entreprises par l'Institut Autrichien d'Archéologie, en 1926, ont révélé que les ruines exhumées sur le flanc oriental du Mont Pion appartenaient à une construction élevée au nom des Compagnons de la Grotte, durant le règne de Théodose II.44

L'épisode de la Grotte s'est-il passé à Tarsus?

Le second lieu possible pour l'épisode des Compagnons de la Grotte est Tarsus. Là en effet se trouve une grotte qui ressemble beaucoup à celle décrite dans le Coran, et qui est située sur un massif montagneux connu sous le nom d'Encilus ou bien de Bencilus, au nord-ouest de Tarsus. De nombreux savants musulmans soutiennent ce point de vue. L'un des principaux exégètes coraniques, at-Tabari, a écrit dans son ouvrage Tarikh al-Umam que la montagne renfermant la Grotte se nomme "Bencilus" et est située près de Tarsus.45

Un autre célèbre commentateur du Coran, Muhammed Emin, a affirmé que le nom de la montagne était "Pencilus", et qu'elle était près de Tarsus.

"Pencilus" peut d'ailleurs être parfois prononcé "Encilus". Selon lui, la différence entre les mots trouve son explication dans les prononciations différentes de la lettre "B", ou bien dans l'élision d'une lettre dans le mot original, ce qui est appelé une "abrasion historique d'un mot".46

Fakhruddin ar-Razi, exégète du Coran également bien connu, a expliqué dans son œuvre que "même si ce lieu est appelé ?phèse, l'intention originelle est ici de dire Tarsus, parce que ?phèse est simplement un autre nom de Tarsus".47

De plus, dans les commentaires de Qadi al-Baidawi et de an-Nasafi, dans les commentaires de al-Jalalayn et de at-Tibyan, dans les commentaires de Elmali et de O. Nasuhi Bilmen, et pour beaucoup d'autres savants, le lieu en question est "Tarsus". 48 Et tous ces exégètes appuient leur interprétation en faisant remarquer que l'ouverture de la Grotte donne sur le nord, ce qui est en accord avec le verset:

Si tu avais vu le soleil, quand il se lève, s'écarter de leur Grotte vers la droite, et quand il se couche, passer à leur gauche… (Sourate al-Kahf: 17)

Le lieu de retraite des Compagnons de la Grotte fut aussi un centre d'intérêt au temps de l'Empire Ottoman, et quelques recherches ont alors été entreprises à ce sujet. De la correspondance et un échange d'informations sur cette question figurent dans les archives ottomanes du Premier Ministre. Par exemple, une lettre envoyée par l'administration locale de Tarsus au Ministre des Finances de l'?tat Ottoman exprime une requête officielle pour obtenir qu'un salaire soit versé à ceux qui nettoyaient et entretenaient la grotte dénommée Ashab-i Kahf (Les Compagnons de la Grotte). La réponse du ministère avait été de demander des preuves d'authenticité de l'attribution de cette grotte aux Compagnons, pour qu'un salaire puisse être versé aux travailleurs. Et la recherche alors entreprise a beaucoup aidé à la détermination du véritable emplacement de la Grotte.

Dans un rapport préparé suite à une enquête menée par le Conseil National, il est écrit: "Au nord de Tarsus, dans la province d'Adana, il y a une grotte à flanc de montagne, à environ deux heures de Tarsus, et l'ouverture de cette grotte donne sur le nord, comme il est spécifié dans le Coran."49

Les débats qui se développèrent pour savoir où et à quelle époque vécurent les Compagnons de la Grotte, ont toujours incité les autorités à entreprendre des recherches sur le sujet, et beaucoup d'encre a coulé sur cette question. Cependant, rien ne peut être considéré comme étant sûr et définitif, et les questions posées demeurent à ce jour dépourvues de réponses substantielles.

CONCLUSION

N'ont-ils pas parcouru la terre pour voir ce qu'il est advenu de ceux qui ont vécu avant eux? Ceux-là les surpassaient en puissance et avaient labouré et peuplé la terre bien plus qu'ils ne l'avaient fait eux-mêmes. Leurs messagers leur vinrent avec des preuves évidentes. Ce n'est pas Allah qui leur fit du tort; mais ils se firent du tort à eux-mêmes.

(Sourate ar-Rum: 9)

Tous les peuples dont nous avons parlé jusqu'à présent avaient un ensemble de caractéristiques communes: ils transgressaient la loi d'Allah, ils attribuaient à d'autres qu'Allah des qualités qui Lui appartiennent exclusivement, ils se comportaient de façon arrogante, ils spoliaient la propriété d'autrui, leur sexualité était déviée et ils faisaient preuve d'insolence. Un autre dénominateur commun était leur hostilité agressive à l'encontre des Musulmans qui se trouvaient assujettis à eux, et ils se livraient à toutes sortes d'intimidations.

Les récits délivrés dans le Coran n'ont certainement pas pour objectif de donner des leçons d'histoire. Le Coran précise au contraire que les histoires des prophètes ne sont racontées que pour servir "d'exemple". La destruction des générations passées devrait inciter celles qui suivent à suivre le droit chemin:

Cela ne leur a-t-il pas servi d'avertissement, que Nous ayons fait périr avant eux tant de générations dans les demeures desquelles ils marchent maintenant? Voilà bien là des leçons pour les gens doués d'intelligence. (Sourate Ta-Ha: 128)

Si nous considérons tous ces "exemples", nous pouvons nous rendre compte à quel point des pans entiers des sociétés ne sont pas meilleurs, en termes de dégénérescence et de transgression, que les peuples du passé qui ont péri et qui ont été décrits dans les différents récits.

L'un des aspects les plus significatifs de l'époque actuelle est le nombre élevé d'homosexuels, ce qui nous fait penser au peuple de Loth. Ces gens déviés ont même dépassé ce qui pouvait être commis à Sodome et Gomorrhe, ou bien encore à Pompéi.

Toutes les sociétés que nous avons examinées ont été châtiées par le biais de désastres naturels. Il pourrait bien en être de même pour les sociétés actuelles qui sont égarées et qui offensent Allah.

Il ne faut pas oublier qu'Allah est susceptible de punir une quelconque personne ou une quelconque nation quand Il le veut. Ou bien Il peut laisser qui Il veut mener une vie ordinaire dans ce monde et le châtier ensuite dans l'au-delà. Dans le Coran, Allah précise à ce sujet:

Nous saisîmes donc chacun pour son péché: il y en eut sur qui Nous envoyâmes un ouragan chargé de pierres; il y en eut que le cri affreux saisit; il y en eut que Nous fîmes engloutir par la terre; et il y en eut que Nous noyâmes. Cependant, Allah n'est pas de nature à leur faire du tort; mais ils se sont fait du tort à eux-mêmes. (Sourate al-'Ankabut: 40)

Allah nous parle également dans le Coran du cas d'un croyant, contemporain de Musa et membre de la famille de Pharaon, qui dissimulait sa foi. Il s'adressa en ces termes à ses concitoyens:

… ô mon peuple, je crains pour vous un jour semblable à celui des Coalisés. Un sort semblable à celui du peuple de Nuh, des 'Ad et des Thamud, et de ceux qui vécurent après eux. Mais Allah ne veut faire subir aucune injustice à Ses serviteurs. ô mon peuple, je crains pour vous le Jour où les gens s'appelleront mutuellement, le Jour où vous tournerez le dos en déroute, sans qu'il y ait de protecteur pour vous contre Allah. Et quiconque est égaré par Allah n'a point de guide. (Sourate al-Ghafir: 30-33)

Tous les prophètes ont averti leur peuple, ils ont attiré leur attention sur la réalité du Jour du Jugement et se sont efforcés de leur communiquer la crainte du châtiment d'Allah, tout comme l'avait fait ce croyant qui cachait sa foi. Les prophètes qui se sont succédés ont consacré à ressasser toutes ces choses encore et encore. Et pourtant, dans la plupart des cas, ceux à qui ils s'adressaient les ont accusés d'hypocrisie, pensant qu'ils ne cherchaient qu'à acquérir des biens matériels ou à asseoir leur supériorité sur eux, et ainsi ils se sont enfoncés aveuglément dans leurs propres systèmes de vie, demeurant sourds aux appels de leurs prophètes et ne se remettant pas en question. Certains sont même allés plus loin et ont essayé de tuer ou de faire dévier les croyants. Le nombre des partisans de chaque prophète a toujours été faible. Mais ces quelques personnes sincères ont été, à chaque fois, sauvées aux côtés de leur prophète lorsque leur communauté pervertie a subi l'anéantissement.

En dépit des milliers d'années s'étant écoulées et des bouleversements technologiques et de l'évolution des modes de vie, les structures sociales des incroyants n'ont guère évolué. Et comme nous l'avons dit plus haut avec insistance, la majorité des sociétés du monde possède tous les traits déviés des différents peuples évoqués par le Coran; tout comme les Thamud qui trichaient sur les mesures, il y a aujourd'hui de nombreux faussaires et escrocs. Il existe d'autre part une "communauté homosexuelle", qui se trouve être même légalement protégée. Par ailleurs, la plupart de nos contemporains se montrent aussi rebelles et ingrats que les membres du peuple de Saba, aussi peu reconnaissants que le peuple d'Iram pour les richesses qu'ils possèdent, aussi insolents et négateurs que le peuple de Nuh à l'égard des croyants, et aussi peu soucieux de justice sociale que le peuple de 'Ad.

Ce sont là vraiment des signes significatifs…

Nous devrions être conscients que les avancées technologiques tout comme les richesses d'une nation ne peuvent pas protéger du châtiment d'Allah. Le Coran nous rappelle cette réalité:

N'ont-ils pas parcouru la terre pour voir ce qu'il est advenu de ceux qui ont vécu avant eux? Ceux-là les surpassaient en puissance et avaient labouré et peuplé la terre bien plus qu'ils ne l'avaient fait eux-mêmes. Leurs messagers leur vinrent avec des preuves évidentes. Ce n'est pas Allah qui leur fit du tort; mais ils se firent du tort à eux-mêmes. (Sourate ar-Rum: 9)

Ils dirent: "Gloire à Toi! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous as appris.

Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage."

(Sourate al-Baqara: 32)

NOTES

(1) Max Mallowan, Noah's Flood Reconsidered, Iraq:XXVI-2, 1964, p. 66

(2) Ibid

(3) Muazzez Ilmiye Cig, Kuran, Incil ve Tevrat'in Sümer'deki K?kleri (Les racines du Coran, de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament à Sumer), 2.b., Istanbul: Kaynak, 1996

(4) Werner Keller, Und die Bibel hat doch recht (La Bible en tant que livre d'histoire; une confirmation du Livre des Livres), New York: William Morrow, 1964, pp. 25-29

(5) Max Mallowan, Noah's Flood Reconsidered, Iraq: XXVI-2, 1964, p. 70

(6) Werner Keller, Und die Bibel hat doch recht (La Bible en tant que livre d'histoire; une confirmation du Livre des Livres), New York: William Morrow, 1964, pp. 23-32

(7) "Kish", Britannica Micropaedia, vol. 6, p. 893

(8) "Shuruppak", Britannica Micropaedia, vol. 10, p. 772

(9) Max Mallowan, Early Dynastic Period in Mesopotamia, Cambridge Ancient History 1-2, Cambridge: 1971, p. 238

(10) Joseph Campbell, Eastern Mythology, p. 129

(11) Bilim ve ?topya, juillet 1996, 176, note de bas de page, p. 19

(12) Everett C. Blake, Anna G. Edmonds, Biblical Sites in Turkey, Istanbul: Redhouse Press, 1977, p. 13

(13) Werner Keller, Und die Bibel hat doch recht (La Bible en tant que livre d'histoire; une confirmation du Livre des Livres), New York: William Morrow, 1964, pp. 75-76

(14) "Le Monde de la Bible", Archéologie et histoire, juillet-août 1993

(15) Werner Keller, Und die Bibel hat doch recht (La Bible en tant que livre d'histoire; une confirmation du Livre des Livres), New York: William Morrow, 1964, p. 76

(16) Ibid, pp. 73-74

(17) Ibid, pp. 75-76

(18) G. Ernest Wright, "Bringing Old Testament Times to Life", National Geographic, vol. 112, décembre 1957, p. 833

(19) Thomas H. Maugh II, "Ubar, Fabled Lost City, Found by LA Team [Ubar, la cité légendaire perdue, redécouverte par une équipe de Los Angeles]", The Los Angeles Times, 5 février 1992

(20) Kamal Salibi, A History of Arabia, Caravan Books, 1980

(21) Bertram Thomas, Arabia Felix: Across the "Empty Quarter" of Arabia, New York: Schrieber's Sons, 1932, p. 161

(22) Charlene Crabb, "Frankincense", Discover, janvier 1993

(23) Nigel Groom, Frankincense and Myrrh, Longman, 1981, p. 81

(24) Ibid, p. 72

(25) Joachim Chwaszcza, Yemen, 4Pa Press, 1992

(26) Ibid

(27) Brian Doe, Southern Arabia, Thames and Hudson, 1971, p. 21

(28) ?a M'Intéresse, janvier 1993

(29) "Hicr", Islam Ansiklopedisi: Islam Alemi, Tarihi, Cografya, Etnografya ve Bibliyografya Lugati [Encyclopédie de l'Islam: dictionnaire du monde islamique, d'histoire, de géographie, d'ethnographie et bibliographie], vol. 5/1, p. 475

(30) Philip Hitti, A History of the Arabs, London: Macmillan, 1979, p. 37

(31) "Thamuds", Britannica Micropaedia, vol. 11, p. 672

(32) Brian Doe, Southern Arabia, Thames and Hudson, 1971, pp. 21-22

(33) Ernst H. Gombrich, Gençler için K?sa Bir Dünya Tarihi, (traduit en Turc par Ahmet Mumcu à partir du manuscrit allemand original: Eine Kurze Weltgeschichte Für Junge Leser, Dumont Buchverlag, K?ln, 1985), Istanbul: Inkilap Yay?nevi, 1997, p. 25

(34) Ernst H. Gombrich, The Story of Art, London MCML, The Phaidon Press Limited, p. 42

(35) Eli Barnavi, Historical Atlas of The Jewish People, London: Hutchinson, 1992, p. 4; "Egypt", Encyclopedia Judaica, vol. 6, p. 481 et "The Exodus and Wanderings in Sinaï", vol. 8, p. 575; Le Monde de la Bible, no: 83, juillet-août 1983, p. 50; Le Monde de la Bible, no: 102, janvier-février 1997, pp. 29-32; Edward F. Wente, The Oriental Institute News and Notes, no: 144, hiver 1995; Jacques Legrand, Chronicle of the World, Paris: Longman Chronicle, SA International Publishing, 1989, p. 68; David Ben Gourion, A Historical Atlas Of The Jewish People, New York: A Windfall Book, 1974, p. 32

(36) http://www2.plaguescape.com/ a/plaguescape/

(37) "Seba" Islam Ansiklopedisi: Islam Alemi, Tarihi, Cografya, Etnografya ve Bibliyografya Lugati [Encyclopédie de l'Islam: dictionnaires du monde islamique, d'histoire, de géographie, d'ethnographie et bibliographie], vol. 10, p. 268

(38) Hommel, Explorations in Bible Lands, Philadelphia: 1903, p. 739

(39) "Marib", Islam Ansiklopedisi: Islam Alemi, Tarihi, Cografya, Etnografya ve Bibliyografya Lugati, vol. 7, pp. 323-339

(40) Mawdudi, Tefhimul Kuran, vol. 4, Istanbul: Insan Yayinlari, p. 517

(41) Werner Keller, Und die Bibel hat doch recht (La Bible en tant que livre d'histoire; une confirmation du Livre des Livres), New York: William Morrow, 1956, p. 207

(42) New Traveller's Guide to Yemen, p. 43

(43) Musa Baran, Efes, pp. 23-24

(44) L. Massignon, Opera Minora, vol. III, pp. 104-108

(45) At-Tabari, Tarikh al-Umam

(46) Muhammed Emin

(47) Fakhruddin ar-Razi

(48) D'après les commentaires coraniques de Qadi al-Baidawi, an-Nasafi, al-Jalalayn et at-Tibyan, et également Elmal?l? et Nasuhi Bilmen

(49) Ahmet Akgündüz, Tarsus ve Tarihi ve Ashab-i Kehf (Tarsus et l'histoire et les Compagnons de la Grotte)