Le Chiisme Rpond
 
TRENTE-QUATRIEME QUESTION

Est-ce que la croyance dans un pouvoir occulte des Amis de Dieu n'est pas un signe de chirk (associationnisme)?

Rponse:

Il est clair qu'une demande quelqu'un exige qu'on le considre capable d'y rpondre. Cette capacit est de deux sortes:

Elle peut sinscrire dans le cadre des possibilits matrielles et physiques comme le fait de demander quelquun de nous donner un verre deau, par exemple, ou peut tre d'origine occulte, dpassant le cadre matriel et physique. Par exemple, lorsque quelquun croit quun serviteur pieux de Dieu comme Is ibn Mariam, peut gurir des maladies incurables ou ressusciter des morts.

La croyance en une telle puissance occulte, dans le cas o elle est fonde sur la force et la volont divines, est normale et nest jamais un signe de chirk (associationnisme), car Dieu, qui a donn lhomme une force physique, peut galement donner des pouvoirs surnaturels certains de ses serviteurs vertueux.

Afin dclaircir notre rponse nous dirons que la croyance en ce pouvoir surnaturel des Amis de Dieu doit tre envisage de deux manires:

1. La croyance au pouvoir surnaturel dune personne que nous considrons comme autonome et comme l'origine de cette force, quivaut lui attribuer une action indpendante et divine.

Il ny a pas de doute qu'une telle ide, en un pouvoir indpendant du pouvoir divin, est un signe de chirk, car dans ce cas, un autre que Dieu est considr comme la source et l'origine de ce pouvoir. Une action divine lui est attribue, alors que la source de toute puissance est le Seigneur des mondes.

2. La croyance au pouvoir surnaturel de certains serviteurs vertueux de Dieu, accompagne de la foi dans le fait que cette force dcoule de la Puissance divine ternelle et que ces Amis de Dieu, avec Sa permission, sont des manifestations de cette force infinie et dpendent de Dieu LImmense, que ce soit dans leur existence ou dans l'exercice de ce pouvoir surnaturel.

A ce niveau, nous ne considrons pas ces Amis de Dieu comme des dieux car ces serviteurs vertueux n'agissent qu'avec la permission de Dieu et le dclarent.

Le Noble Coran dit ce sujet:

( ) [320]

Il nappartient pas un prophte dapporter un Signe, si ce nest avec la permission de Dieu.

Ce verset montre clairement quune telle croyance nest non seulement pas un motif de chirk (associationnisme) mais saccorde parfaitement avec le principe de lUnicit et du Monothisme.

Le pouvoir des Amis de Dieu du point de vue du Coran

Le Livre cleste de lislam cite avec une nettet parfaite, les noms de serviteurs vertueux qui, avec la permission divine, possdaient une telle puissance. Nous citerons certains faits marquants dans ce domaine:

1) La force occulte du Prophte Mose les bndictions de Dieu soient sur lui

Dieu LImmense a ordonn Son prophte Ms, les bndictions de Dieu soient sur lui, de frapper son bton sur le rocher afin qu'en jaillissent des sources limpides:

( ) [321]

Ms demanda boire pour son peuple. Nous lui avons dit: Frappe le rocher avec ton bton. Douze sources en jaillirent.

2) Le pouvoir occulte du Prophte Jsus les bndictions de Dieu soient sur lui

Les miracles du Prophte Is, les bndictions de Dieu soient sur lui, ont t cits dans diffrentes circonstances, par le Coran. Nous en donnons un exemple:

( ) [322]

Je vais, pour vous, crer dargile, comme une forme doiseau. Je souffle en lui, et il est: oiseau, avec la permission de Dieu. Je guris laveugle et le lpreux; je ressuscite les morts avec la permission de Dieu.

3) Le pouvoir occulte du Prophte Salomon, les bndictions de Dieu soient sur lui.

Le Noble Coran dit au sujet du Prophte Solaymn, les bndictions de Dieu soient sur lui:

( ) [323]

Solaymn hrita de Dwd et dit: vous les hommes! On nous a appris le langage des oiseaux. Nous avons t combls de tous les biens: voil, vraiment, une grce manifeste.

Il ny a pas de doute que faire jaillir de leau claire d'un rocher par Mose, la cration dun oiseau vivant partir de glaise, la gurison de maux incurables et la ressurection des morts par lintermdiaire de Is les bndictions de Dieu soient sur eux et la science de Solaymn les bndictions de Dieu soient sur lui du langage des oiseaux, sont des faits extraordinaires qui dpassent les limites de l'intelligence et du domaine matriel, et qui sont dus une force surnaturelle.

Alors que le Coran fait tat dans plusieurs versets, du pouvoir surnaturel des serviteurs vertueux de Dieu, est-ce que notre foi en ces versets coraniques qui parlent d'un pouvoir extraordinaire des Amis de Dieu, peut tre considre comme une preuve d'associationnisme ou d'innovation en religion?

Il est vident que la croyance en la puissance surnaturelle des serviteurs vertueux ne consiste pas les considrer comme des dieux ou leur attribuer des actes divins. Dans ce cas, une telle croyance serait le signe de leur divinit et il faudrait dire que Ms, Is, Solaymn les bndictions de Dieu soient sur eux sont considrs par le Coran comme des divinits, alors que tous les musulmans savent que le Noble Coran considre ces Amis "divins" comme des serviteurs vertueux de Dieu.

Il apparat clairement que la croyance au pouvoir surnaturel des aims de Dieu, considr comme dcoulant de la puissance infinie de Dieu et manifestation de la force divine, nest non seulement pas un motif dassociationnisme, mais au contraire saccorde totalement avec le principe du Monothisme authentique qui signifie que nous attribuons Dieu la totalit des pouvoirs et que nous Le considrons comme la source de tous les pouvoirs et de tous les mouvements.

TRENTE-CINQUIEME QUESTION

Pourquoi lImmat est-il suprieur selon les chiites, la Prophtie?

Rponse:

Pour rpondre cette question, nous expliquerons tout d'abors les trois termes Nobowwat (Prophtie), Rislat (Prophtie, dans le sens de mission) et Immat qui apparaissent dans le Coran et dans les Hadith, pour montrer que lImmat est suprieur aux deux autres degrs.

1. La Nobowwat (Prophtie)

Le terme nab vient de la racine nabaa qui signifie nouvelle importante et grandiose. Cest pourquoi le sens littral de nab est celui de porteur dune grande nouvelle. [324] Le mot nab dont lquivalent en franais est messager, se dit dans le langage du Coran dune personne qui, de diverses manires, reoit la Rvlation divine et la transmet directement de la part de Dieu. Les lexicographes lon dfini ainsi:

[325]

Le nab est celui qui, sans intermdiaire, dclare la Rvlation divine aux gens.

Ainsi, la fonction de nab sinscrit dans le cadre de la rception de la Rvlation et de la transmission de ce qui est rvl. Le Noble Coran dit ce sujet:

( ) [326]

Dieu a envoy les prophtes pour apporter la bonne nouvelle et avertir.

2. La Rislat (Prophtie missionnaire)

Le terme rasl, dans la terminalogie de la Rvlation, est attribu des prophtes qui en plus de la rception et de la transmission, ont la responsabilit d'une mission divine et de transmettre un message aux gens.

Le Noble Coran dit ce propos:

( ) [327]

Mais si vous vous dtournez, sachez quil incombe seulement Notre Prophte de transmettre le message prophtique en toute clart.

Par consquent, le degr de la Rislat est un autre degr, offert au nab. Dune autre manire: chacune des deux dfinitions de Nobowwat et de Rislat se rfre aux caractristiques des prophtes qui ont reu de Dieu la Rvlation. Les prophtes sont nab du fait quils sont les rcepteurs de la Rvlation divine et les messagers, et ils sont rasl du fait quils sont chargs de transmettre la Rvlation.

Nous conclurons que les prophtes, dans les limites de la Nobowwat et de la Rislat, sont seulement des guides qui informent propos de ce qui est licite et de ce qui est illicite et montrent le chemin de la flicit et du bonheur. Ils n'ont que la responsabilit dinformer propos de Dieu et de transmettre une Rvlation.

3. LImmat

LImmat, du point de vue du Noble Coran, est diffrent et concerne une autorit et des pouvoirs plus tendus au niveau de la gestion de la communaut.

A la lumire des versets lumineux du Saint Coran, nous soumettons votre jugement l'examen de quelques points difiants:

1. A propos de loctroi de lImmat au noble prophte Ibrhm lAmi de Dieu les bndictions de Dieu soient sur lui, le Coran dit ceci:

( ) [328]

Lorsque son Seigneur prouva Ibrhm par certains ordres et que celui-ci les eut accomplis, Dieu dit: Je vais faire de toi un Imm pour les hommes, Ibrhm dit: et ma descendance aussi?

Ce verset coranique nous indique deux vrits:

a) Le verset atteste clairement la diffrence entre l'Immat et la Nobowwat et la Rislat, car Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui tait parvenu depuis de longues annes, au degr de la Nobowwat, avant les preuves divines y compris celle du lpreuve divine du sacrifice de son fils Isml. Cela est tabli par les preuves suivantes:

Nous savons tous que Dieu, LImmense, a donn Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui qui tait l'poque un vieillard, deux fils Isml et Is-hq, le Noble Coran rapporte ceci:

( ) [329]

Louange Dieu! Dans ma vieillesse Il ma donn Isml et Ishq.

Lune des difficiles preuves divines, savoir le sacrifice dIsml, la suite de laquelle Dieu LImmense, gratifia Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui du degr de lImmat, se passa aux derniers moments de sa vie. Il atteint le degr de l'Imamat la fin de sa vie alors qu'il jouissait dj depuis de longues annes, du degr de la Nobowwat, et avant qu'il n'ait une ligne, la Rvlation divine qui est la marque de la Nobowwat, lui tait descendue

b) Le verset 124 de la sourate Baqara (cit plus haut) explique que le degr de lImmat divin, dImm et de Guide de la communaut, est plac un degr suprieur celui de la Nobowwat et de la Rislat, car, comme latteste la parole coranique, alors qu'Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui avait t lev au degr de la Nobowwat et de la Rislat, il dut subir des preuves difficiles pour pouvoir atteindre le degr de lImmat. La raison est que lImmat divin, en plus du devoir de recevoir la Rvlation et de communiquer le Message, concerne la gestion de la communaut, une gestion parfaite des affaires pour conduire la socit la perfection et au bonheur. Il est naturel quun tel degr a une sensibilit et une grandeur spciale, inaccessible sans avoir russi dans des preuves pnibles et successives.

2. Les versets montrent que Dieu LImmense, a octroy lImmat et la responsabilit de la communaut Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui aprs de pnibles preuves. Ibrhm demanda Dieu doctroyer galement ce degr sa descendance.

Dautres versets du Coran, montre que Dieu accepta la demande d'Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui et octroya ses descendants vertueux, aprs la Nobowwat, lImmat et la souverainet.

Le Noble Coran dit ce sujet:

( ) [330]

Nous avons, en effet, donn la famille d'Ibrhm le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accord un immense royaume.

Nous comprenons par ce verset, que lImmat constitue un rang diffrent et suprieur la Nobowwat que Dieu LImmense, a octroy son prophte Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui aprs des preuves trs difficiles.

Lorsquil demanda Dieu de laisser sa descendance cette dignit, Dieu accepta que ce haut degr se tranmette ses descendants justes et pieux. Il leur octroya, en plus du Livre cleste et de la souverainet qui sont les clefs de la Nobowwat et de la Rislat, le molk adhm qui est cette autorit et cette souverainet sur les gens et accepta la prire d'Ibrhm les bndictions de Dieu soient sur lui.

Ainsi nous voyons que certains descendants d'Ibrhm comme Ysf, Dwd et Solaymn, en plus du degr de la Nobowwat, ont t galement choisis pour grer la communaut.

Il apparat donc que lImmat est diffrent de la Nobowwat et de la Rislat et leur est suprieur, vu l'tendue de lautorit et des responsabilits qui lui incombent.

la supriorit de lImmat

Nous avons expliqu prcedemment les termes de nab et de rasl, qui sont porteurs de la Nobowwat et de la Rislat, et les seuls avertir et pouvoir clairer le chemin. Lorsque le nab ou le rasl atteint le degr de lImmat, des responsabilits plus importantes lui incombent, car il est invit raliser les plans divins et faire appliquer les commandements de la Sainte Loi divine, pour une communaut modle et heureuse. Il est vident que de telles responsabilits exigent une grande force spirituelle et des aptitudes spciales. Pour remplir ce lourd devoir qui compend de pnibles et continuelles difficults, et un combat incessant contre les penchants, il faut accepter plus de sacrifices dans la voie de Dieu, et faire preuve d'une plus grande patience. Cela ne se ralise pas sans l'amour de Dieu et la recherche constante de Sa satisfaction. C'est pour cette raison que Dieu, LImmense, n'a accord lImmat Ibrhm qu' la fin de sa vie. Pour cette raison galement, Il a honor du degr de lImmat et confi la direction de la communaut ses meilleurs serviteurs comme le Noble Prophte de lislam les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille, et leur a confi le pouvoir et la gestion de la communaut.

Existe-t-il une corrlation entre la Nobowwat et lImmat?

Est-ce que tous les Prophtes ayant atteint le degr de la Nobowwat doivent absolument tre des Imms et est-ce que celui qui jouit du degr de lImmat doit absolument tre un Prophte?

La rponse ces deux questions est ngative. A la lumire de la Rvlation, nous allons expliquer ces questions partir des versets qui ont t rvls propos de Tlt et de son combat contre le tyran Djlt. Aprs la mort du Prophte Ms (Mose), Dieu LImmense, accorda la Nobowwat Ichml alors que lImmat et le pouvoir revinrent Tlt. Voici le dtail de ce rcit:

Aprs la mort du Prophte Ms (Mose), un groupe de la tribu des Ban Isrl dit leur prophte: Choisis-nous un gouverneur afin que nous combattions sous ses ordres dans la voie de Dieu.

Leur prophte dit ceci:

( ) [331]

Dieu vous a envoy Tlt comme roi. Ils dirent: Comment aurait-il autorit sur nous? Nous avons plus de droit que lui la royaut et il na mme pas lavantage d'tre riche Il dit: Dieu la choisi de prfrence vous tous grce sa science et sa force Dieu donne Sa royaut qui Il veut; Dieu est prsent partout et Il sait.

Ce verset permet de tirer les conclusions suivantes:

1. Il est possible daffirmer que la Nobowwat peut tre spare de lImmat et du gouvernement, et que la Nobowwat soit la fonction dun prophte tandis que le pouvoir soit la fonction d'une autre personne disposant des capacits et des aptitudes ncessaires cette fonction. Les Ban Isrl (les enfants d'Isral) nont jamais object que le Prophte tait plus capable que lui, mais au contraire, ils ont object en disant qu'ils taient eux, plus aptes que lui pour cette fonction.

2. Tlt a obtenu cette responsabilit de Dieu. C'est Dieu qui lui confia ce degr lorsquIl dit:

( )

Dieu vous a envoy Tlt comme roi.

De mme lorsquIl dit:



Dieu la choisi de prfrence vous tous.

3. Le degr et la dignit de Tlt ne se rsumaient pas au commandement de larme, il tait le commandeur et le gouverneur des Ban Isrl, car Dieu dit: "" cest dire commandeur et titulaire du pouvoir. Quel que fut l'objectif de ce pouvoir cette poque, il tait le guide des Ban Isrl dans le Djihd, mais sa dsignation divine lautorisait accomplir galement dautres actions qui concernaient la totalit des affaires du pouvoir. A la fin du verset, Dieu dit ceci:

( )

Dieu donne Sa royaut qui Il veut.

4. Les conditions les plus importantes de lImmat sont la science et les capacits physiques et spirituelles, en particulier pour les gouverneurs de ces poques qui devaient accompagner larme dans les campagnes militaires.[332]

Il est donc vident qu'il existe une diffrence entre la Nobowwat et lImmat. Cependant, il est possible quun homme atteigne le degr de la Nobowwat sans tre lImm de la communaut. Comme un homme de Dieu peut prendre sa charge la direction de la communaut sans tre Prophte. Parfois, Dieu LImmense, donne ces deux degrs un homme qui en a la capacit, c'est ainsi que le Noble Coran dit:

( ) [333]

Ils le mirent en fuite, avec la permission de Dieu. Dwd tua Djlt. Dieu accorda Dwd la royaut et la sagesse; Il lui enseigna ce quIl voulut.

TRENTE-SIXIEME QUESTION

Quel est le critre qui permet de distinguer le Tawhd (lunicit) du chirk (lassociationnisme)?

Rponse:

La plus importante question en ce qui concerne le Tawhd (le monothisme) et le chirk (le polythisme), est de connatre le critre qui les distingue, car si cette question essentielle nest pas rgle au pralable, les questions qui la touchent ne seront pas non plus rsolues. Nous prsenterons la question du Tawhd et du chirk dans plusieurs contextes mais dune manire succincte:

1. Le Tawhd (le monothisme) dans lessence

Le Tawhd dans lessence dclare que:

a) Dieu, selon lexpression des thologiens est LE^tre ncessaire. LE^tre suprme est Un et na pas dgal ni de pareil: Ceci est le Tawhd dont Dieu fait mention dans le Noble Coran en diverses circonstances, lorsquIl dit:

( ) [334]

Rien nest semblable Lui!

( ) [335]

Nul nest gal Lui!

Ce Tawhd, interprt dans le sens d'une unicit numrique: Dieu est Un et il ny a pas deux dieux, ne convient pas au degr divin.

b) Lessence de Dieu est simple et non compose, car si un existant est compos de parties internes ou externes, il aura besoin de ses propres parties, or le besoin indique la possibilit, et la possibilit est attache la ncessit dune cause et ne saccorde en aucun cas avec le degr de lE^tre ncessaire et suprme.

2. Le Tawhd dans le pouvoir crateur

Le Tawhd dans le pouvoir crateur fait partie des degrs du Tawhd qui sont accepts par lintelligence et enseigns par la Tradition prophtique.

Du point de vue de lintelligence, tout ce qui est autre que Dieu entre dans un ordre de possibilits, dpourvu de perfection et de beaut absolue. Toute chose a t tire de la source dabondance: Dieu, Celui qui est riche par essence. Ainsi, tout ce que nous voyons dans le monde, comme manifestation de la perfection et de la beaut, vient en totalit de Lui.

De nombreux versets coraniques noncent le Tawhd (lunicit) dans le pouvoir crateur. Nous en exposons lun dentre eux titre dexemple:

( ) [336]

Dis: Dieu est Le Crateur de toute chose, Il est LUnique, Le Dominateur suprme.

Par consquent, le Tawhd dans le pouvoir crateur ne peut, de manire gnrale, constituer une cause de divergences entre les thologiens, mais le Tawhd dans la cration est lobjet de deux interprtations que nous rappelons ici:

a) Tout ordre de causalit parmi les existants aboutit la cause premire, la Cause de toutes les causes. En vrit, Dieu est le Crateur absolu qui se passe de cause et leffet de ce qui est autre que Dieu dans ses propres causes, est une manifestation de Sa volont, de Sa permission et de Son dsir. A propos de cet avis, il existe un consensus sur la causalit qui existe dans le monde, et sur laquelle la science a lev le voile. Mais lordre, dans sa totalit, dpend de Dieu, cest Lui qui la rendu apparent et qui est l'origine de la causalit des causes et de leffet des effets.

b) Dans le monde, seul un crateur existe: Dieu. Dieu est la cause premire de tous les phnomnes naturels et la puissance humaine na pas deffet sur Son action.

Par consquent, dans le monde, nous navons quune seule cause qui se substitue tout ce que la science prsente comme causes naturelles.

Cette interprtation du Tawhd (lunicit) dans le pouvoir crateur est celle dun groupe de savants connus, mais certaines personnalits comme limm al-Haramayn[337], et plus rcemment le Cheikh Mohammad Abdoh, dans son essai sur le Tawhd (lunicit), l'ont dsavou et opt pour la premire interprtation.

3. Le Tawhd dans l'organisation de la cration

Lacte de cration tant propre Dieu, lordre de lexistence vient galement de Lui. Dans le monde, un seul planificateur existe et la mme preuve dmontrant le Tawhd dans le pouvoir crateur, dmontre aussi le Tawhd dans l'organisation de l'univers.

Le Noble Coran, dans de nombreux versets, prsente Dieu en tant quunique planificateur du monde et dit:

( ) [338]

Dis: Chercherai-je un autre Seigneur que Dieu? Il est le Seigneur de toute chose.

Les deux interprtations qui ont t cites propos du Tawhd dans le pouvoir crateur, sont dbattues galement au sujet du Tawhd dans l'organisation de l'univers, et notre avis, lobjet du Tawhd dans la planification, signifie aussi que le monopole de la planification revient Dieu.

Dans lordre de lexistence, des planifications subordonnes ne peuvent apparaitre que sur la volont et avec la permission de Dieu.

Le Noble Coran fait rfrence ces administrateurs dpendants de Dieu:

( ) [339]

(Par ceux qui avancent les premiers) pour diriger les affaires.

4. Le Tawhd dans la souverainet

Le Tawhd dans la souverainet signifie que le pouvoir est un droit de Dieu et que Lui seul, est le matre des cratures, comme le dit le Noble Coran:

( ) [340]

Le jugement nappartient qu Dieu.

Par consquent, tout autre pouvoir n'apparat que par Sa volont, quand des gens honntes prennent la direction des affaires de la communaut et guident les gens la flicit et la perfection, comme le dit le Noble Coran:

( ) [341]

Dwd! Nous avons fait de toi un lieu-tenant sur terre; juge les hommes selon la justice.

5. Le Tawhd dans lobissance

Le Tawhd dans lobissance signifie que Celui qui est obi par essence, celui que lon suit ncessairement est Dieu lImmense.

Par consquent, la ncessit dobir d'autres que Dieu comme le Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille, lImm, le juge, le pre et la mre, dcoule de Son ordre et de Sa volont.

6. Le Tawhd dans la lgislation

Le Tawhd dans la lgislation signifie que le droit de lgifrer vient uniquement de Dieu. Sur cette base, notre Livre cleste considre comme un motif de kofr, d'athisme, de pch et dinjustice, tout dcret sortant du cadre de la loi divine, lorsquil dit:

( ) [342]

Les incrdules sont ceux qui ne jugent pas daprs ce que Dieu a rvl.

( ) [343]

Les pervers sont ceux qui ne jugent pas daprs ce que Dieu a rvl.

( ) [344]

Les injustes sont ceux qui ne jugent pas daprs ce que Dieu a rvl.

7. Le Tawhd dans ladoration

Le dbat le plus important propos du Tawhd est celui du Tawhd dans ladoration et le sens de ladoration (ibda), car tous les musulmans convergent sur cette question et reconnaissent que ladoration est rserve Dieu et que lon ne peut adorer autre que Lui, comme le dit le Noble Coran :

( ) [345]

Cest Toi que nous adorons, cest Toi dont nous implorons le secours.

Les saints versets Coraniques prcisent que ce point est commun tous les Prophtes et que tous les ambassadeurs divins ont t envoys dans ce but. Le Noble Coran dit ce sujet:

( ) [346]

Oui, Nous avons envoy un prophte chaque communaut: Adorez Dieu! Fuyez les Taght!

Par consquent, l'adoration uniquement rserve Dieu, est un principe incontestable et une condition indispensable du Monothisme.

Quel est le critre qui distingue ladoration ?

Est-ce que, par exemple, embrasser la main de son professeur, de ses parents, des savants ou toute autre marque de respect vis--vis de ceux qui ont des droits sur nous, sont des actes d'adoration?

Ladoration peut-elle tre prise dans le sens dhumilit et de profond respect ou au contraire, existe-t-il un lment dans lessence de lacte, de sorte que sans lui, aucune manifestation dhumilit, jusqu la prosternation, ne puisse avoir le sens dadoration.

Quel est cet lment qui confre lhumilit et aux marques de profond respect, un sens dadoration?

De faux exemples dadoration

Certains auteurs ont interprt ladoration dans le sens dhumilit ou dhumilit excessive, mais se sont fourvoys dans l'interprtation des versets coraniques:

( ) [347]

Lorsque Nous avons dit aux anges: Prosternez-vous devant Adam!.

La prosternation devant Adam les bndictions de Dieu soient sur lui avait la mme forme que la prosternation devant Dieu, alors que la premire tait un signe dhumilit et la deuxime un signe dadoration.

Pourquoi ces deux prosternations ont-elles deux sens diffrents?

Le Coran dit:

( ) [348]

Il fit monter son pre et sa mre sur le trne et ils tombrent [tous, (son pre, sa mre et ses frres) prosterns. Il dit: Pre! Voici lexplication de mon ancienne vision: Mon Seigneur la ralise.

Le coran rappelle lallusion de Ysuf les bndictions de Dieu soient sur lui, au rve quil avait fait o onze toiles accompagnes du soleil et de la lune, se prosternaient devant lui:

( )[349]

Jai vu onze toiles, le soleil et la lune se prosterner devant moi.

Ysuf les bndictions de Dieu soient sur lui considre la prosternation de ses proches comme la ralisation de sa vision, et que les onze toiles taient ses onze frres et le soleil et la lune, son pre et sa mre.

Non seulement les frres de Ysuf les bndictions de Dieu soient sur lui se sont prosterns devant lui, mais aussi leur pre, le prophte Yaqb les bndictions de Dieu soient sur lui.

Pourquoi cette prosternation qui est la manifestation ultime de lhumilit et de la modestie, na-t-elle pas un sens dadoration? Lexcuse pire que le pch!

Le groupe dont nous avons parl, en guise de rponse, dit que ces manifestations dhumilit, ne sont pas du chirk (du polythisme) car c'est Dieu qui l'a ordonn. Cette rponse parat trs maladroite, comment Dieu pourrrait-il ordonner un acte qui est considr comme une manifestation du polythisme?

Le Noble Coran dit:

( )[350]

Dis: Dieu ne vous ordonne pas labomination. Direz-vous sur Dieu ce que vous ne savez pas?

Fondamentalement, un ordre de Dieu ne modifie pas lessence d'un acte. Si la prosternation signifie l'adoration de quelqu'un, et si Dieu lordonne, la conclusion est que Son ordre est un ordre dadoration.