Le Chiisme Rpond
 
SEPTIEME QUESTION

Pourquoi dites-vous dans lAdhn (l'appel la prire)

(J'atteste que Al est le wal de Dieu) et affirmez-vous ainsi la Wilyat de Al les bndictions de Dieu soient sur lui)

Rponse:

Pour rpondre cette question, il faut tenir compte des points suivants: 1- Les juristes chiites prcisent tous dans leurs livres de jurisprudence, par raisonnement ou suivant d'autres mthodes, que la reconnaissance de la Wilyat de l'Imam Al les bndictions de Dieu soient sur lui nest pas une partie constitutive et obligatoire, de ladhn (appel la Prire) ni de liqmah (deuxime appel la prire), et que personne na le droit de considrer que cette formule fait obligatoirement partie des deux appels la prire.

2- Al les bndictions de Dieu soient sur lui est considr par le Coran, comme un des wal (ami) de Dieu, sa Wilyat (autorit religieuse) sur les croyants est nonce dans le verset:

( ) [41]

Vous navez pas de matre en dehors de Dieu et de Son Prophte, et de ceux qui croient: ceux qui sacquittent de la prire, ceux qui font laumne tout en sinclinant humblement.

Des hadiths justes et disposant de chanes de transmissions reconnues par les sunnites, ont dclar propos de ce verset, qu'il avait t rvl au sujet de Al les bndictions de Dieu soient sur lui, qui sinclinant pendant la prire, a fait don de sa bague un pauvre.[42]

Lorsque ce verset fut rvl propos de Al les bndictions de Dieu soient sur lui Hassn ibn Thbit crivit ce pome:










Tu es celui qui, inclin, a fait preuve de gnrosit, que les vies soient ta ranon, toi, le meilleur de ceux qui sinclinent.

Dieu a rvl la meilleure des Wilyat ton sujet, et la nonce dans les rgles de jurisprudence qui ne souffrent d'aucun dfaut.

3- Le Vnrable Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille a dit:

ʻ

La valeur de lacte dpend de son intention.

Par consquent, si la Wilyat de Al les bndictions de Dieu soient sur lui est une des rvlations du Coran et si la formule en question (dans l'appel la prire) est prononce de faon facultative, quel obstacle y a-t-il ce que cette vrit soit atteste ct de la Prophtie du Vnrable Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille?

Il est ncessaire de prciser que lajout dune phrase lAdhn est illgal. Or on reproche aux chiites d'avoir ajout cette phrase, comment concilier ces deux points de vue?

1- Lhistoire atteste que la partie de l'Adhn :

[43]

Accours la meilleure des actions fut supprime l'poque du second calife car les gens s'imaginaient que la prire tait la meilleure adoration et dlaissaient le Djihd. .[44]

2- La phrase:



Prier vaut mieux que dormir

ne faisait pas partie de ladhn, l'appel la prire, au temps du Noble Envoy les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille mais a t ajoute par la suite.[45] Chfi dit dans le livre Al-Omm:

[46]

Je n'apprecie pas dans ladhn cette phrase:



car Ab Mahdhourah qui est un transmetteur de Hadiths, na pas rapport cela dans son Hadith.

HUITIEME QUESTION

Qui est le Mahdi de la Famille de Mohammad les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille et pourquoi vivez-vous dans lattente de sa parousie?

Rponse:

Parmi les questions sur lesquelles les religions clestes convergent, celle du Sauveur du monde qui apparat la fin des temps, est une des plus importantes. Non seulement la communaut musulmane, mais aussi les communauts juives et chrtiennes attendent la venue de celui qui fera respecter la justice dans le monde. Cette vrit est vidente lorsquon se rfre lAncien et au Nouveau Testament [47].

Le Noble Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille a fait aussi des dclarations ce sujet qui ont t transmises par les musulmans.

Il a dit:

[48]

Sil ne restait quun seul jour au monde, Dieu susciterait un homme de ma ligne, afin quil remplisse le monde de justice tout comme il avait t rempli dinjustice et diniquit.

La croyance en ce sauveur est commune aux diffrentes religions clestes. De nombreux hadith propos du Mahd promis se trouvent dans les livres sunnites de Hadith Sahh (authentiques), et les Mosnad de transmission. Les spcialistes des hadiths et les chercheurs musulmans des deux coles musulmanes chiite et sunnite, ont crit une quantit de livres spcialiss ce sujet. [49]

Lensemble de ces hadiths expose de faon prcise, les caractristiques et les particularits qui correspondent au fils[50] de l'Imam Hassan al-Askar[51], onzime Imam chiite.

Lessentiel de ces hadith est que cet Imam a le mme nom que le Noble Prophte [52] les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille quil est le douzime Imam[53] et qu'il fait partie des descendants de Hossein ibn Al ibn Ab Tlib les bndictions de Dieu soient sur lui[54].

Le Mahd promis est venu au monde sur un ordre divin en 255 de lhgire et est vivant aujourdhui, parmi les gens sans tre connu.

Une vie si longue semble incompatible avec les ralits de la science et de l'exprience. Les scientifiques aujourdhui, cherchent augmenter la dure de la vie et reconnaissent que ltre humain peut avoir une longue vie si les dommages et les prjudices sont vits. Lhistoire galement a rapport des noms de gens qui ont vcu trs longtemps.

Le Noble Coran dit propos du prophte Nh les bndictions de Dieu soient sur lui:

( ) [55]

Il (No) demeura au milieu de son peuple, mille ans, moins cinquante ans.

Il dit aussi propos deYnos (Jonas) les bndictions de Dieu soient sur lui:

( )[56]

Sil navait pas t de ceux qui louent (Dieu), il serait rest dans son ventre (du poisson) jusquau Jour de la Rsurrection.

De mme, les prophtes Khidhr et I^s Mash (Jsus)les bndictions de Dieu soient sur eux , selon le Coran et lavis unanime des musulmans sont vivants aujourd'hui.

NEUVIEME QUESTION

Si le chiisme dtient la vrit, pourquoi est-il minoritaire et rejet par la majorit des musulmans du monde?

Rponse:

La connaissance de la vrit et de lerreur n'a aucun rapport avec le nombre plus ou moins grand, de partisans. Dans le monde daujourdhui, le rapport entre les musulmans et ceux qui nient lislam est d'environ un cinquime ou un sixime. Les adorateurs de statues, de vaches ou d'autres animistes, constituent la majorit des habitants en Extrme Orient.

La Chine, avec une population qui dpasse le milliard, fait partie des pays communistes et athes, et lInde, qui a une population de prs dun milliard dhabitants a une majorit d'adorateurs de statues et de vaches.

La majorit nest pas un critre de lgitimit. Le Noble Coran a souvent blm les majorits et a lou certaines minorits. A ce sujet et titre dexemples, nous indiquons ici les versets:

( )[57]

Tu ne trouveras pas, chez la plupart dentre eux, la moindre reconnaissance.

( )[58]

Ses amis sont seulement ceux qui Le craignent mais la plupart des hommes ne savent rien.

( )[59]

Restreint est le nombre de Mes serviteurs reconnaissants.

Par consquent, lhomme qui sert la vrit ne doit pas tenir compte de la majorit ni se rjouir de faire partie du plus grand nombre.

Il vaut mieux se servir de notre intelligence et tirer profit de sa lumire.

Un homme dit Al, le Commandeur des croyants les bndictions de Dieu soient sur lui: Comment se peut-il que tes ennemis, qui taient les plus nombreux dans la bataille du chameau, avaient tort?

LImm les bndictions de Dieu soient sur lui rpondit:

.

La vrit et lerreur ne se reconnaissent pas au nombre de partisans, connais la vrit et tu reconnatras les gens de la vrit. Connais lerreur et tu reconnatras les gens de lerreur.

Il est ncessaire pour un musulman de rsoudre ces questions par la science et la logique, et de rflchir sur ce verset qui comme une lampe, claire le chemin :

( ) [60]

Ne poursuis pas ce dont tu nas aucune connaissance.

Si la population chiite natteint pas le nombre des sunnites, elle reprsente le quart des musulmans du monde. Les chiites vivent dans toutes les rgions musulmanes [61]et dans toute lhistoire de l'islam ont produit des savants et des crivains clbres.

Les fondateurs des sciences islamiques taient en majorit chiites:

Abl-Aswad ad-Doal, inventeur de la syntaxe.

Khall ibn Ahmad, inventeur de la psalmodie.

Modh ibn Moslim ibn Ab Srah al-Kf, spcialiste de la conjugaison arabe.

Ab Abd Allh Mohammad ibn Imrn Ktib Khorsn (Marzbn), prcurseur de rthorique.[62]

Pour une meilleure connaissance des nombreux ouvrages des savants chiites dont le compte est trs difficile, nous pouvons nous rfrer au livre Adh-Dhariah il Tasnf ach-Chiah.

Pour connatre les grandes personnalits chiites, le livre Ayn ach-Chiah, et pour nous informer sur lhistoire des chiites, le livre Trkh ach-Chiah, sont des sources intressantes auxquelles nous conseillons de vous rfrer.

DIXIEME QUESTION

Quest-ce que radja (le retour) et pourquoi y croyez-vous?

Rponse:

Radja dans le vocabulaire arabe a le sens de retour et dans lusage courant ce terme sapplique au retour aprs la mort, avant la Rsurrection, qui se produira l'poque de l'apparition du Mahd promis les bndictions de Dieu soient sur luiCette vrit nest incompatible ni avec lintelligence ni avec les textes rvls.

Du point de vue de lislam et des autres religions divines, lesprit (lme) forme lessence de lhomme, et lme demeure aprs la mort du corps et poursuit ternellement sa propre vie.

Dun autre ct, daprs le Coran, le Crateur est infiniment Omnipotent et aucun obstacle ne limite Son pouvoir.

Ces deux courts prliminaires permettent de comprendre que l'ide de la radja est acceptable du point de vue de lintelligence car, avec un peu de rflexion, il est vident que le fait de ramener ces disparus leur premier tat dexistence, est une chose facile pour le Crateur qui les avait cres au dpart, et a le pouvoir de les faire revenir une nouvelle fois.

La Rvlation prsente des exemples de radja diverses poques.

Le Noble Coran dit ce propos:

( ) [63]

Vous avez dit: Msa! Nous ne croirons pas en toi tant que nous ne verrons pas Dieu clairement. La foudre vous emporta, alors que vous regardiez, puis, aprs votre mort, nous vous avons ressuscits; peut-tre serez-vous reconnaissants!

Dans un autre passage, il dit de la part de I^s Mash les bndictions de Dieu soient sur lui:

[64]

Je ressuscite les morts - avec la permission de Dieu.

Le Noble Coran nenvisage pas seulement la possibilit de ce retour mais dans les deux versets suivants, fait rfrence au retour d'tres humains aprs leur mort et avant la Rsurrection.

( [65)

Lorsque la parole tombera sur eux, Nous ferons, pour eux, sortir de terre un tre qui proclamera que les hommes ne croyaient pas fermement Nos Signes. Le Jour o Nous rassemblerons de chaque communaut, une foule de ceux qui traitaient Nos Signes de mensonges, on les placera en rangs.

Pour linterprtation de ces deux saints versets sur la question de la radja, il est opportun de rappeler les points suivants:

1- Les exgtes musulmans disent que ces deux versets parlent de la Rsurrection mais que le premier expose un signe prcdant la Rsurrection, comme Djall od-Dn Soyt dans le commentaire de Ad-Dorr al-Manthr rapporte de Ibn Ab Chaybah d et ce dernier de Hodhayfah, que Khordj dbah est un vnement qui prcde la Rsurrection.[66]

2- Il ny a pas de doute quau Jour de la Rsurrection, tous les hommes seront prsents et non un groupe dtermin, provenant de chaque communaut. Le Coran dit ceci au sujet de luniversalit de la rsurrection :

[67]

Ce sera un Jour o les hommes seront tous runis. [68]

un autre endroit, il dit aussi:

( ) [69]

Le Jour o Nous mettrons les montagnes en mouvement et o tu verras la terre nivele comme une plaine, Nous rassemblerons tous les hommes sans en laisser un seul.

Le Jour de la Rsurrection, tous les tres humains sans exception, seront ressuscits.

3- Le deuxime verset nonce la rsurrection dun groupe particulier et choisi entre les nations, et non de la totalit des humains. Ce verset dit:



Le Jour o Nous rassemblerons de chaque communaut, la foule de ceux qui traitaient Nos Signes de mensonges .

Cette phrase montre clairement qu'il ne s'agit pas d'une rsurrection gnrale.

Conclusion: Ces trois points montrent que la rsurrection dun groupe particulier de ngateurs des signes divins, mentionne dans le deuxime verset, est un vnement qui se produira avant la Rsurrection.

Car le rassemblement des hommes le Jour de la Rsurrection, concerne tous les tres humains et non un groupe particulier.

Cet vnement qui est mentionn dans le Coran sur le retour d'un groupe aprs leur mort et avant la Rsurrection, est ce que nous appelons radja.

Les Gens de la Demeure prophtique, qui reprsentent le Coran et sont les exgtes de la Rvlation divine, ont donn des dtails sur cet vnement, nous nous rfrons deux de leurs paroles:

LImm Sdiq les bndictions de Dieu soient sur lui a dit:

-

Les Jours divins sont au nombre de trois: le Jour de la parousie de Mahd les bndictions de Dieu soient sur lui, le Jour de la raja et le Jour de la Rsurrection.

Il a dit ailleurs:

ǻ

Ne fait pas partie de nos disciples celui qui ne croit pas notre retour dans ce monde.

Il est intressant dindiquer deux points:
1- La philosophie de la raja

Une rflexion sur les motifs de la radja, nous permettra d'entrevoir deux objectifs: lun est de montrer la vritable grandeur de lislam et l'chec de l'athisme, lautre est de rcompenser les croyants et ceux qui ont bien agi, et de chtier les athes et les oppresseurs.
2- Diffrence entre raja et mtempsycose[70].

Il est ncessaire de prciser que du point de vue chiite, la question de la raja, n'a rien voir avec la mtempsycose qui est un refus de la Rsurrection et l'ide d'un monde en rotation permanente, dans une suite infinie de rvolutions.

La mtempsycose prtend que lme revient dans le monde aprs la mort et sattache un autre corps. Si lme dans le pass, faisait partie des bienfaisants, elle prend place dans le corps d'un individu qui aura une vie agrable, et si elle faisait partie des malfaisants, elle se retrouvera dans le corps de quelqu'un qui souffrira. Ce retour est dans cette philosophie, une forme de rsurrection

Alors que ceux qui croient la raja, conformment la loi islamique, ont foi en la Rsurrection et en la vie future et considrent comme impossible le fait quune me sattache un autre corps, aprs la mort. [71]

Dans la philosophie islamique, un groupe reviendra dans ce monde, avant la Rsurrection, puis aprs avoir ralis la sagesse de la cration, repartiront vers le sjour ternel jusquau Jour de la Rsurrection o ils seront ressuscits en mme temps que les autres.

ONZIEME QUESTION

Quelle est cette intercession laquelle croient les chiites?

Rponse:

Lintercession est un des fondements incontestables, reconnu par toutes les coles de l'islam, conformment aux versets du Coran et au Hadith, les diffrences d'interprtation rsident dans leffet de lintercession. La vrit de lintercession est le fait que celui qui jouit dun degr et d'une proximit auprs de Dieu, souhaite la rmission des pchs ou llvation du rang des autres.

Le Noble Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille a dit:

...

Cinq choses mont t cdes quand lintercession ma t donne, je lai mise de ct pour ma communaut.
Les limites de lintercession

Le Coran cependant ne reconnat pas lintercession absolue et inconditionnelle.

Lintercession est efficace lorsque lintercesseus est autoris par Dieu. Les seuls pouvoir intercder sont ceux qui, en plus dune proximit spirituelle, ont reu cette autorisation. Le Noble Coran dit ce sujet:

( ) [72]

Seuls bnficieront de l'intercession ceux qui auront conclu une alliance avec Le Misricordieux.

Il dit dans un autre passage:

( ) [73]

Ce Jour-l (la Rsurrection), lintercession ne profitera qu celui qui le Misricordieux laura permise, et en faveur de celui dont il agrera la parole.

L'intercession est efficace pour celui qui mrite obtenir la grce divine grce un intercesseur, et dont la relation de foi envers Dieu et le lien spirituel avec lintercesseur n'ont pas t rompus. Les athes et certains musulmans pcheurs qui ne prient pas et qui n'ont aucun lien spirituel avec lintercesseur, ne profiteront pas de cette intercession.

Le Coran dit au sujet de ceux qui ne prient pas et nient le jour de la Rsurrection:

( ) [74]

La mdiation des intercesseurs leur sera inutile.

et il dit au sujet des oppresseurs:

( ) [75]

Les oppresseurs ne trouveront aucun ami zl ni aucun intercesseur susceptible dtre cout.
La philosophie de lintercession

Lintercession, comme la demande de pardon, est une lueur despoir pour celui qui peut abandonner ses pchs, malgr son garement et sa dsobissance dans le pass, et achever sa vie dans la soumission Dieu. Un pcheur qui sait quil peut, dans des conditions limites, profiter de lintercession, essaiera de mieux respecter les limites de la doctrine.
L'effet de lintercession

Les commentateurs ont des interprtations diffrentes sur leffet de lintercession: Sagit-il dune absolution ou dune lvation du rang d'un croyant?

La parole du Noble Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille: Mon intercession est pour ceux qui commettent de grands pchs semble confirmer la premire opinion.

.[76]

Mon intercession au Jour de la Rsurrection, est pour les gens de ma communaut qui ont commis des pchs capitaux.

DOUZIEME QUESTION

N'est-ce pas une forme de chirk que de solliciter laide d'intercesseurs?

Afin dclaircir la question, nous dirons que lintercession est un droit rserv Dieu, comme le dit le Coran:

( ) [77]

Dis: Lintercession appartient Dieu.

Or, solliciter lintercession d'un autre que Dieu, revient solliciter Ses serviteurs. Une telle sollicitation, en vrit, ne consiste-t-elle pas adorer autre que Dieu et n'est-elle pas en contradiction avec le Tawhd dans ladoration?
Rponse:

Lobjet du chirk ici, nest pas un associationnisme au niveau de lEssence divine, du pouvoir de crer ou de la gestion du monde, mais une forme d'associationnisme dans les actes et dans ladoration.

Il est clair que lexplication de cette question exige une dfinition prcise du terme acte dadoration (ibda), car nous savons tous que l'acte dadoration ne signifie pas l'humilit devant n'importe quelle crature ni une demande un quelconque serviteur de Dieu.

D'aprs le Noble Coran, les anges se sont prosterns devant Adam les bndictions de Dieu soient sur lui:

( ) [78]

Lorsque Je laurai harmonieusement form et que Jaurai insuffl en lui de Mon Esprit: Tombez prosterns devant lui! Tous les anges se prosternrent.

Cette prosternation avait t excute sur l'ordre de Dieu et ntait pas un acte d'adoration d'Adam les bndictions de Dieu soient sur lui, sinon Dieu ne l'aurait jamais ordonne.

De mme, nous savons que les fils de Yaqb et Yaqb lui-mme, se sont prosterns devant Ysuf les bndictions de Dieu soient sur lui.

( ) [79]

Il fit monter son pre et sa mre sur le trne et ses frres tombrent prosterns.

Si cet acte d'humilit tait une forme dadoration de Ysuf les bndictions de Dieu soient sur lui, le prophte Yaqb les bndictions de Dieu soient sur lui qui jouissait de linfaillibilit- ne l'aurait pas accompli, ni ne l'aurait permis ses enfants, car il ny a pas de manifestation dhumilit plus grande que le fait de se prosterner devant quelqu'un.

Il faut donc faire une distinction entre lhumilit devant une crature et ladoration de Dieu. Ladoration vient de la crainte de Dieu, par contre l'humilit peut se manifester vis--vis d'une crature de Dieu, mais que l'on ne considre pas capable d'actes divins comme lamnagement du monde ou le pardon des pchs. Ce respect envers une personne ne signifie pas qu'on lui confre des actes divins et ne dpassera pas la vnration des anges pour Adam les bndictions de Dieu soient sur lui ou le respect des fils de Yaqb envers Ysf les bndictions de Dieu soient sur eux.

Imaginer que le droit d'intercession ait t confi des intercesseurs qui peuvent s'en servir sans mesure et sans conditions, est assurment une forme de chirk (associationnisme), car cela revient solliciter dun autre que Dieu, des actes qui lui reviennent.

Par contre, si un groupe de serviteurs de Dieu ont lautorisation dintercder pour les pcheurs et que la condition la plus importante de cette autorisation soit la satisfaction divine, il est clair que la sollicitation dune telle intercession de la part d'un serviteur pieux, ne signifie pas que nous associons quelqu'un Dieu, dans les affaires divines. Au contraire, nous sollicitons dune personne un acte qui est de son niveau.

Nous savons que du vivant du Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille les pcheurs venaient lui solliciter le pardon. Or le Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille nentretenait pas avec eux une quelconque relation de chirk.

Dans le "Sonan" de Ibn Mdjah, il est rapport du Noble Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille:

ɿ . . [80]

Savez-vous entre quelles choses, Dieu, ce soir, ma donn le choix?

Nous dmes: Dieu et le Prophte le savent mieux.

Il dit: Il ma donn le choix entre le fait que la moiti de ma communaut aille au Paradis et lintercession, jai choisi lintercession.

Nous dmes: Prophte de Dieu, demande ton Dieu quIl nous rende dignes de cette intercession.

Il dit: Lintercession peut s'appliquer chaque musulman.

Dans ce Hadith, les compagnons du Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille sollicitent clairement lintercession du Prophte et disent: .... C'est dire: Demande ton Dieu .

Le Noble Coran dit aussi:

( ) [81]

Si ces gens qui se sont fait du tort eux-mmes, venaient toi en implorant le pardon de Dieu et si le Prophte demandait pardon pour eux, ils trouveraient srement Dieu prt accepter leur repentir et leur faire misricorde.

Le Coran rapporte des fils de Yaqb les bndictions de Dieu soient sur lui:

( ) [82]

Ils dirent: Pre, implore, pour nous, le pardon de nos pchs; nous avons commis une faute.

Et le prophte Yaqb les bndictions de Dieu soient sur lui leur donna la promesse de lexpiation sans qu'ils soient accuss de chirk.

( ) [83]

Il dit: Je vais demander pour vous, le pardon de mon Seigneur. Il est Celui qui pardonne, il est misricordieux.

TREIZIEME QUESTION

Est-ce que solliciter une aide en dehors de Dieu, n'est pas une manifestation de chirk (associationnisme)?

Rponse:

La raison et la Rvlation montrent que tous les hommes et tous les phnomnes du monde, ont besoin de Dieu pour exister.

Le Noble Coran dit dans ce domaine:

( ) [84]

O^ vous les hommes! Vous tes pauvres devant Dieu. Dieu est Celui qui se suffit Lui-mme; Il est digne de louanges.

Dans un autre verset, toutes les victoires sont prsentes comme venant du Seigneur des mondes, le Coran dit:

( ) [85]

La victoire ne vient que de Dieu, Le Puissant, Le Juste.

C'est en fonction de ce principe incontestable de lislam, que les musulmans rcitent ce verset dans chacune de leurs prires:

( ) [86]

Cest Toi que nous adorons et c'est de Toi que nous implorons le secours.

Pour rpondre cette question, nous disons que la recherche d'une aide auprs dautre que Dieu est envisageable, sous deux aspects:

Le premier cas est quand nous attendons le secours d'une personne ou d'autre phnomne, en le considrant, dans la raison de son existence ou dans son effet, comme autonome et indpendant de Dieu.

Il ny a aucun doute que cette sorte de recours est du chirk (associationnisme) pur et simple, que le Noble Coran rejette dans le verset:

( ) [87]

Dis: Qui donc vous placera hors de porte de Dieu? SIl vous veut un mal ou sIl vous veut une misricorde. - Ils ne trouveront, en dehors de Dieu, ni matre ni dfenseur.

Lautre attitude consiste recourir au service de quelqu'un, en le considrant comme une crature qui dpend de Dieu, en sachant quelle nest pas autonome, que ses actions dpendent de Dieu et que si elle peut rgler certains de nos problmes, elle le fera grce un pouvoir, venu de Dieu.

Dans ce cas, la raison pour laquelle nous sollicitons cette aide vient de son statut dintercesseur ou des moyens que Dieu lui a donns. En vrit, c'est une demande daide adresse Dieu, car cest Lui qui a donn lexistence cet intercesseur qui, dans l'aide qu'il apporte aux autres, est une manifestation de laction et de la puissance divines. La vie humaine, dans son ensemble, est fonde sur le principe de causalit, sans ces causes intermdiaires, la vie de lhomme est pratiquement impossible. De ce point de vue, les intercesseurs sont les agents de la ralisation de laide divine et leur existence provient de Dieu, ainsi que leurs actions. Recourir cette aide ne s'oppose donc en rien au principe de lUnicit et au Monothisme.

Si un agriculteur monothiste qui croit en Dieu, recourt la terre, leau, lair et au soleil, pour cultiver et faire sa rcolte, il y voit quand mme laide de Dieu qui lui a fait don de ce pouvoir et de cette capacit grce ces intermdiaires.

Cette demande daide est en accord avec le principe de lUnicit et du Monothisme. Le Noble Coran nous dit de solliciter le secours par des phnomnes comme la patience et la prire, lorsquil dclare:

( ) [88]

Demandez laide de la patience et de la prire.

Il est vident que la patience et la prire sont des actes humains, que nous sommes obligs de recourir ces moyens et que cela n'est pas incompatible avec la demande daide Dieu dans le verset

( )[89]

QUATORZIEME QUESTION

Est-ce que demander l'aide d'autrui est une sorte d'adoration et de chirk (associationnisme)?

Cette question provient d'une interprtation littrale ou exatrique de certains versets du Coran qui interdisent de dinvoquer quelquun en dehors de Dieu:

( ) [90]

Les mosques appartiennent Dieu: ninvoquez donc personne ct de Dieu.

( ) [91]

Ninvoque pas, en dehors de Dieu ce qui ne peut ttre ni utile, ni nuisible.

Prenant ces versets comme prtexte, certains considrent que faire appel aux Amis de Dieu ou aux pieux, aprs leur mort, est de l'associationnisme et une forme dadoration paenne.
Rponse:

Pour rpondre cette question, il faut analyser le sens des mots do et ibda:

Le terme do dans le vocabulaire arabe, a le sens dappel et d'invocation, et celui dibda, le sens dadoration. Il est impossible de confondre ces deux mots ou de leur attribuer le mme sens. On ne peut jamais dire qu'un appel ou une demande est une adoration, car, dans le Noble Coran, le terme dawat (appel, invitation) est employ dans plusieurs circonstances sans qu'il s'agisse d'un acte dadoration. Par exemple:

( ) [92]

Il (No) dit: Mon Dieu! Jai appel mon peuple ( Toi) nuit et jour.

Peut-on dire que Nh les bndictions de Dieu soient sur lui avait ador son peuple nuit et jour?

Par consquent, on ne pas considrer le mot dawat (appel, invitation) et ibda (acte dadoration) comme des synonymes et si quelquun fait appel au Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille ou un homme pieux, cela ne signifie pas qu'il les adore, car les termes dawat (appel, invitation) et nid (appel) diffrent de l'adoration.

De plus, le mot do (appel, invocation), dans ces versets, na pas uniquement le sens de demande, il peut avoir le sens dinvocation teinte dadoration, car ces versets, dans leur ensemble, ont t rvls au sujet des idoltres qui imaginaient que leurs idoles taient de petits dieux.

Il ny a aucun doute sur le fait que les invocations et les supplications des idoltres taient adresses des idoles quils considraient comme dtentrices d'un pouvoir suprieur dintercession ou dabsolution, et indpendantes dans la direction des affaires de ce monde et de lau-del. Dans ces conditions, toute invocation et demande adresses ces cratures est une forme d'adoration. La preuve vidente que ces invocations venaient d'une croyance en leur divinit, est le verset suivant:

( )[93]

Les divinits qu'ils invoquaient, en dehors de Dieu, ne leur ont servi rien.

Ces versets ne nous concernent pas, car la demande dun serviteur adresse un autre serviteur, ne revient pas le considrer comme une divinit, un matre ou le dtenteur de tous les pouvoirs dans ce monde et dans lau-del. Au contraire, il s'agit d'un honorable serviteur de Dieu, lev au rang de la Prophtie et de lImamat. Le Coran prcise que l'invocation aux serviteurs sera accepte:

( ) [94]

Si ces gens qui se sont fait du tort eux-mmes, venaient toi en implorant le pardon de Dieu et si le Prophte demandait pardon pour eux, ils trouveraient srement Dieu prt revenir vers eux et leur faire misricorde.

Les versets cits sont une preuve vidente que dawat l'appel, l'invitation, nest pas un simple vu, mais prend un sens d'adoration, dans le verset o le terme dawat (appel, invitation) est complt par le terme de ibda (acte dadoration):

( ) [95]

Votre Seigneur a dit: Invoquez-Moi et Je vous exaucerai. Ceux qui, par orgueil, refusent de Madorer entreront bientt, humilis, dans la Ghenne.

Ainsi, au dbut du verset, le terme udni (dans le sens de demande), est suivi par le terme Ibdati (dans le sens dadoration), cela est la preuve que l'essence de cette demande ou de cette demande de pardon, tait une adoration envers des cratures auxquelles ils attribuaient des qualits divines.

Conclusion

Nous pouvons conclure que le but du Coran dans ces versets, est de prohiber le modle d'invocation des idoltres qui considrant les idoles comme des associes de Dieu qui dtiennent d'elles-mmes un pouvoir d'intercession. Toutes ces prires, ces lamentations, ces demandes de pardon et dintercession et ces vux venaient du fait que ces idoles taient considres comme de petits dieux, chargs d'actes divins, et les idoltres croyaient que Dieu leur avait dlgu une partie de Ses pouvoirs, dans les deux mondes.

Quel rapport avec les supplications adresses des esprits purs qui sont considrs comme des exemples de servitude et qui sont des nobles serviteurs de Dieu?!

Si le Coran dit:

( )

Les mosques appartiennent Dieu: ninvoquez donc personne ct de Dieu".

Cela concerne l'invocation des idoltres arabes de l'poque de lignorance (Djhiliya) qui adoraient des idoles, des astres, des anges ou des djinns.

Ce verset et ses semblables concernent linvocation accompagne d'adoration. Quel lien ont ces versets avec l'invocation adresie quelquun sans prtend re sa divinit, ni lui qu reconnat re de capacit personnelle, ne le considrant un serviteur et un ami de Dieu?

Certains pourront prtendre que linvocation des Amis de Dieu est permise de leur vivant et devient de l'associationnisme aprs leur mort.

En rponse ce doute, nous dirons que premirement, cest aux esprits purs des serviteurs bienfaisants, comme le Prophte et les Imms les bndictions de Dieu soient sur lui, sur eux et sur leur famille qui, selon le Coran sont vivants dans lautre monde, dans un horizon plus lev que celui des martyrs, que nous demandons secours, et non leurs corps ensevelis. Si nous adressons ces demandes auprs de leurs tombes, cest parce que cette situation augmente le contact et notre attention ces esprits sanctifis. En plus, conformment aux Hadith, ces lieux saints sont aussi les lieux de l'coute ces demandes.

Deuximement, le fait quils soient vivants ou morts ne constitue pas la limite entre le chirk et le Monothisme. Cest notre parole qui est soumise aux critres du chirk ou du Monothisme, non le fait que ces demandes soient ou non exauces. La question de savoir si ce genre de demande est profitable ou non, sera examine par la suite.

QUINZIEME QUESTION

Quentendez-vous par le terme bad et pourquoi y croyez-vous?

Rponse:

Le terme bad dans le vocabulaire arabe a les sens dapparition et de manifestation.

Dans le langage des savants chiites, ce terme sapplique au changement qui se produit dans la ralisation du destin, sous leffet d'un comportement pieux et accept. La question du bad est un des sommets idologiques de lEcole chiite, dans l'interprtation de la Rvlation et une manifestation de la raison.

Du point de vue du Coran, lhomme nest pas dfinitivement assujetti son destin, au contraire, la voie de la flicit lui est ouverte et il peut, grce un retour sur le chemin de la vrit et des bonnes actions, changer le parcours de sa vie.

Cest pourquoi, le Coran dcrit cette vrit comme un enseignement de base :

( ) [96]

Dieu ne modifie en rien un peuple, avant que celui-ci ne change ce qui est en lui. [97]

Le Coran dit ailleurs:

( ) [98]

Si les habitants de cette cit avaient cru; sils avaient craint Dieu; Nous leur aurions certainement accord les bndictions du ciel et de la terre.

le Coran dit au sujet du changement du destin de Ynos les bndictions de Dieu soient sur lui:

( ) [99]

Sil navait pas t au nombre de ceux qui clbrent les louanges de Dieu, il serait rest dans le ventre (du poisson) jusquau Jour de la Rsurrection.

Ainsi, il ressort du dernier verset que le destin du prophte Ynos tait de demeurer jusqu la Rsurrection dans cette prison particulire. Cependant, sa conduite mritante (sa louange de Dieu) a modifi son destin et la sauv.

Cette vrit est vrifie galement dans le Hadith Prophtique:

( ) [100]

Un homme, cause du pch, est priv des bienfaits, rien ne pourra modifier cette destine sauf limploration, et rien n'ajoutera (la dure de) sa vie sauf le fait de bien agir.

On peut aisment tirer de ce Hadith la conclusion que ltre humain, par ses pchs, se prive de ce dont il a besoin mais que par une conduite mritante comme linvocation il peut modifier son propre destin et par la bienfaisance, prolonger sa propre vie.
Conclusion

Ce verset du Coran et les Hadith signifient-ils que lhomme, par ses actions, peut agir sur son destin personnel?

Ou bien, Amis de Dieu, comme le Prophte ou l'Imam les bndictions de Dieu soient sur eux et sur leur Famille ont annonc quelqu'un que s'il continuait avoir un tel comportement, un destin fix lattendait mais qu'un changement de comportement modifierait son destin.

Cette vrit qui mane de la Rvlation et de la Tradition du Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille et qui est le fruit d'une rflexion saine, s'appelle bad dans le langage des savants chiites.

Il est ncessaire cependant dindiquer que le concept de bad ne fait pas exclusivement partie des spcificits chiites, dans les crits sunnites et dans les paroles du Noble Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille, nous retrouvons cette ide. A titre dexemple, le Prophte les bndictions de Dieu soient sur lui et sur sa Famille emploie le terme de bad dans le hadith cit ci-dessous:

[101]

Dieu a song les prouver.

Il est ncessaire de rappeler que la question du bad ne concerne pas un changement dans la science divine, car Dieu connat, depuis le dbut, le cours naturel de la conduite des hommes et linfluence des actes qui modifient ce cours et qui sont la cause du bad.

Il a Lui-mme voqu cette ide dans le Coran:

( ) [102]

Dieu efface ou confirme ce quIl veut. La Mre du Livre se trouve auprs de Lui.

Ainsi, Dieu, au moment de la rvlation du bad, nous manifeste une vrit qui tait dtermine auprs de Lui, depuis l'ternit. lImm Sdiq les bndictions de Dieu soient sur lui dclare:

[103]

En aucune circonstance le bad nest survenu pour Dieu sans quIl en ait eu connaissance depuis toute l'ternit.
Philosophie du bad

sans aucun doute, si lhomme sait quil a le pouvoir de modifier son destin, il essaiera de se construire un meilleur avenir et sefforcera, par un meilleur comportement et plus defforts, de mieux orienter sa vie.

En d'autres termes, de la mme faon que le repentir et lintercession sauvent lhomme du dsespoir et de la scheresse de la vie, la vrit du bad gnre un enthousiasme et donne lespoir en avenir meilleur. Dans cette perspective, lhomme sait quil peut, par le dcret de Dieu, changer son propre destin et marcher vers un avenir meilleur et une fin brillante.